En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

06.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 6 heures 54 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 8 heures 24 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 10 heures 57 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 11 heures 58 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 13 heures 13 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 16 heures 8 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 17 heures 4 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 18 heures 30 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 19 heures 26 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 7 heures 39 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 8 heures 52 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 11 heures 26 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 12 heures 33 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 13 heures 51 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 16 heures 21 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 17 heures 39 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 19 heures 12 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 19 heures 42 min
Le mot "réactionnaire" revient en force : Mao, sors de ce corps.
Le mot "réactionnaire" revient en force : Mao, sors de ce corps.
Mao, sors de ce corps

Quand le retour en force du mot réactionnaire trahit les fantasmes de la gauche de rejouer symboliquement la Terreur

Publié le 06 février 2014
De nombreuses personnalités politiques de gauche se sont remises à utiliser abondamment le mot "réactionnaire" pour désigner les gens qui ne sont pas d'accord avec les projets du gouvernement en matière sociétale. On l'a encore vu cette semaine après les réactions de certains ministres, comme Dominique Bertinotti, sur la Manif pour tous.
Stéphane Courtois est un historien et universitaire.Il est directeur de recherche au CNRS (Université de Paris X), professeur à l'Institut Catholique d'Études Supérieures (ICES) de La Roche-sur-Yon, spécialiste de l'histoire des mouvances et des régimes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Courtois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Courtois est un historien et universitaire.Il est directeur de recherche au CNRS (Université de Paris X), professeur à l'Institut Catholique d'Études Supérieures (ICES) de La Roche-sur-Yon, spécialiste de l'histoire des mouvances et des régimes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nombreuses personnalités politiques de gauche se sont remises à utiliser abondamment le mot "réactionnaire" pour désigner les gens qui ne sont pas d'accord avec les projets du gouvernement en matière sociétale. On l'a encore vu cette semaine après les réactions de certains ministres, comme Dominique Bertinotti, sur la Manif pour tous.

Atlantico : De quoi le retour en force du mot "réactionnaire", utilisé jusqu'au sein du gouvernement, est-il le symptôme ?

Stéphane Courtois : Le retour en force du mot réactionnaire vient, selon moi, du fait que, face à des manifestations, en particulier celles de la Manif pour tous, c'est-à-dire de familles avec enfants particulièrement calmes, la gauche ne peut plus utiliser les termes habituels tels qu'ils étaient usés par les communistes, les gauchistes et le Parti socialiste depuis des dizaines d'années, notamment le terme de "fascistes". Dans la sémantique, ils sont donc obligés de revenir en arrière, quasiment au niveau de la Révolution française.

La gauche est bien embêtée car évidement, si ces manifestation étaient menées par des gens profondément violents, racistes, antisémites, elle pourrait facilement les traiter de "fascistes" voire de contre-révolutionnaires. Mais ce n'est pas le cas. Il faut donc trouver une autre terminologie.  

Dans quelle logique politique s'inscrit la gauche en usant de ce terme pour désigner ses opposants ? S'agit-il d'une forme de déni de démocratie en voulant exclure du champ démocratique ou républicain ceux qu'elle désigne comme réactionnaires ?

Ce terme sert évidemment à stigmatiser l'adversaire. Ce mot s'oppose globalement au mot "progressiste". Les réactionnaires veulent revenir en arrière et les progressistes veulent aller en avant. Le problème est de savoir jusqu'où ils veulent aller en avant. Mais aujourd'hui, en recourant au terme de "réactionnaire", la gauche s'inscrit dans la logique politique de la Révolution française.

Le terme de "réactionnaire" apparaît, dans sons sens politique, à cette époque, en particulier après la chute de Robespierre. En réaction aux révolutionnaires, les réactionnaires de l'an III voulaient revenir en arrière et sur les décisions de la Terreur. Le mot est intronisé à cette époque. Il est resté dans le vocabulaire socialiste. L'un des grands socialistes d'avant 1920 et la création du Parti communiste, Marcel Cachin, parlait lui de "réacteurs". Le terme n'avait évidemment pas la même signification qu'aujourd'hui.  

Dans l'histoire, quand est-ce que le mot "réactionnaire" est revenu ? Sous quel régime ? Quel est l'origine de ce réflexe sémantique ? Mao qui disaient que "tous les réactionnaires sont des tigres de papier" ?

Il ne faut pas oublier qu'une grande partie de la gauche a abandonné tout un pan de son histoire et de ses références. Plus personne ne parle du marxisme-léninisme, du stalinisme, ni même du trotskisme. Il n'y a qu'à voir comment la Ligue communiste révolutionnaire s'est transformée en NPA en passant Trotsky par pertes et profits. On revient donc à la fin jacobine de la Révolution. En 1794, on ne pouvait pas parler de fascisme, mais on parlait de contre-révolutionnaires. Durant l'An III, on a un mouvement de réaction. C'est un retour à des pratiques démocratiques par rapport au Comité de salut public.

L'idée était donc déjà présente durant la Révolution française: il y a des gens qui sont dans le sens de l'histoire et ceux qui sont contre. Sous Mao, avant et sous la révolution culturelle, l'ennemi est contre-révolutionnaire. Dans le vocabulaire communiste des années 50, le mot de "réactionnaire" désigne de manière très générale les personnes qui ne sont pas communistes. Les marxistes et les léninistes revendiquaient haut et fort que, eux, connaissaient le sens de l'histoire, ce qui permettait en outre de justifier tous leurs crimes. Au XIXe, on peut considérer que des réactionnaires avaient des positions précises. Certains idéalisaient un passé et voulaient y revenir. Mais le terme est tellement vague que l'on peut mettre beaucoup de choses derrière.

Le terme de réac est aujourd'hui la stigmatisation la plus simple. Il est amusant de voir que ce terme est revendiqué, désormais, par certaines personnes. Jean Clerc, de l'Académie française, se présente comme tel par exemple. Il donne un sens primaire du mot : une réaction à des évolutions dérivantes que l'on juge insupportables. Et d'une certaine manière, c'est à cela que l'on assiste aujourd'hui. Certaines personnes ne supportent pas qu'une infime minorité veut absolument imposer leur point de vue.

En quoi la gauche version 2014 est-elle en train de rejouer des combats anciens? 

Le problème est que la gauche n'a plus de doctrine sociale. Pour s'en convaincre, il suffit de lire les analyses de Terra Nova qui considère que le PS plus besoin des classes populaires. Mitterrand en 1981 tenait encore un discours de lutte des classes mais aujourd'hui, il n'y a plus rien. Si vous écoutez les Harlem Désir et les David Assouline, c'est creux. Même quand François Hollande prétend se battre contre la finance, il ressemble à Don Quichotte se battant contre des moulins à vent. En dehors de Mélenchon qui joue encore un peu à la lutte des classes, il n'y a plus de doctrine, même au Parti communiste.

Toute cette agitation sur les questions de mœurs est donc une idéologie de remplacement. Les leaders socialistes sont obligés de trouver des idées de remplacement. Ils ont simplement oublié que même en dehors du 6e arrondissement de Paris, on ne pense pas forcément comme eux, que des gens avaient encore des principes et qu'ils étaient prêts à manifester au nom de ces principes. C'est cela qui est extrêmement gênant : des gens qui, pour certains sont très déconnectés du terrain, n'ont pas imaginé une seule seconde que leurs réformes sociétales pourraient entrainer des réactions.

Peut-on aller jusqu'à soupçonner une volonté "d'éducation" du peuple forcément obscurantiste voire de "rééducation" des récalcitrants ?

On est clairement dans l'obscurantisme comme en témoigne le débat sur la théorie du genre. On est dans le déni de réalités biologiques. Ca ne veut pas dire que, dans la société, des personnes aient des problèmes d'identité et de genre mais ce n'est pas nouveau.

La volonté de la gauche d'éduquer le peuple est très claire. Mais cela ne me surprend pas. Ils disent " nous avons la vérité, vous êtes dans l'erreur, nous allons vous rééduquer". Une grande partie de ces gens sont passés par l'extrême gauche ; ils ont ces réflexes : ils réfléchissent exactement comme des commissaires politiques. Ils sont dans la perspective d'une rééducation, y compris dans des domaines particulièrement intimes. Ils se croient dans une forme de toute puissance – ce qui est le propre des révolutionnaires. Si on en revient à la théorie du genre, on a un déni de la dimension animale de l'homme et ces personnes nous disent que peu importe que vous ayez un vagin ou des testicules, vous êtes au-dessus des lois naturelles et vous pouvez définir votre genre. On touche à l'individu. Il ne faut donc pas s'étonner que les gens réagissent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

06.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
mich2pains
- 07/02/2014 - 09:54
LE GRAND RETOUR DE ......" LAURENTSO " ! 9:14
Alors , on est de retour de plusieurs mois de congés sabbatiques ? ( promenades bucoliques dans des pays exotiques ? Corée du Nord ? Cuba ? autre ? )
A peine ses petites valises posées dans le Hall d'entrée qu'on attaque aussitôt le best of de RIOUFOL ( De l'Urgence d'être Réactionnaire ) !
Pendant ce temps là , la France a évolué . La France , désormais , se contrefout des FATWA lancées par les G000CHOS .
La France attend avec la plus grande impatience les prochaines élections . .......
laurentso
- 07/02/2014 - 09:14
Donc, quand Yvan Rioufol
intitule son livre "De l'urgence d'être réactionnaire", il fait du gauchisme sans le savoir...
vangog
- 06/02/2014 - 22:35
"Les réactionnaires parlent aux réactionnaires"
Qu'est ce qui est le plus urgent pour la France?
Des mesures radicales pour reboucher le tonneau des Danaïdes socialiste ou la rééducation du peuple de France par les stéréotypes de la pensée unique gauchiste?
Les reacs ont changé de camp:
Ceux qui n'ont pas le courage de faire les réformes structurelles, la bouche pleine de mots creux et de pensées hétéroclites sont les nouveaux réactionnaires d'aujourd'hui.
Et ils représentent toute la gauche (UMP inclus) et ses minorités de pression qui ont besoin de noyauter la presse, les syndicats et les associations pour imposer ses vues qui n'ont rien de progressistes, car le progrès ne s'apprivoise pas:
il choisit les pays qui savent l'accompagner sans le contraindre...les pays libres!