En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

06.

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 8 heures 51 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 12 heures 17 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 13 heures 12 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 13 heures 57 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 14 heures 56 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 17 heures 11 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 17 heures 58 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 18 heures 40 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 8 heures 39 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 9 heures 15 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 12 heures 39 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 13 heures 33 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 14 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 15 heures 18 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 18 heures 24 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 20 heures 18 min
Le mot "réactionnaire" revient en force : Mao, sors de ce corps.
Le mot "réactionnaire" revient en force : Mao, sors de ce corps.
Mao, sors de ce corps

Quand le retour en force du mot réactionnaire trahit les fantasmes de la gauche de rejouer symboliquement la Terreur

Publié le 06 février 2014
De nombreuses personnalités politiques de gauche se sont remises à utiliser abondamment le mot "réactionnaire" pour désigner les gens qui ne sont pas d'accord avec les projets du gouvernement en matière sociétale. On l'a encore vu cette semaine après les réactions de certains ministres, comme Dominique Bertinotti, sur la Manif pour tous.
Stéphane Courtois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Courtois est un historien et universitaire.Il est directeur de recherche au CNRS (Université de Paris X), professeur à l'Institut Catholique d'Études Supérieures (ICES) de La Roche-sur-Yon, spécialiste de l'histoire des mouvances et des régimes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nombreuses personnalités politiques de gauche se sont remises à utiliser abondamment le mot "réactionnaire" pour désigner les gens qui ne sont pas d'accord avec les projets du gouvernement en matière sociétale. On l'a encore vu cette semaine après les réactions de certains ministres, comme Dominique Bertinotti, sur la Manif pour tous.

Atlantico : De quoi le retour en force du mot "réactionnaire", utilisé jusqu'au sein du gouvernement, est-il le symptôme ?

Stéphane Courtois : Le retour en force du mot réactionnaire vient, selon moi, du fait que, face à des manifestations, en particulier celles de la Manif pour tous, c'est-à-dire de familles avec enfants particulièrement calmes, la gauche ne peut plus utiliser les termes habituels tels qu'ils étaient usés par les communistes, les gauchistes et le Parti socialiste depuis des dizaines d'années, notamment le terme de "fascistes". Dans la sémantique, ils sont donc obligés de revenir en arrière, quasiment au niveau de la Révolution française.

La gauche est bien embêtée car évidement, si ces manifestation étaient menées par des gens profondément violents, racistes, antisémites, elle pourrait facilement les traiter de "fascistes" voire de contre-révolutionnaires. Mais ce n'est pas le cas. Il faut donc trouver une autre terminologie.  

Dans quelle logique politique s'inscrit la gauche en usant de ce terme pour désigner ses opposants ? S'agit-il d'une forme de déni de démocratie en voulant exclure du champ démocratique ou républicain ceux qu'elle désigne comme réactionnaires ?

Ce terme sert évidemment à stigmatiser l'adversaire. Ce mot s'oppose globalement au mot "progressiste". Les réactionnaires veulent revenir en arrière et les progressistes veulent aller en avant. Le problème est de savoir jusqu'où ils veulent aller en avant. Mais aujourd'hui, en recourant au terme de "réactionnaire", la gauche s'inscrit dans la logique politique de la Révolution française.

Le terme de "réactionnaire" apparaît, dans sons sens politique, à cette époque, en particulier après la chute de Robespierre. En réaction aux révolutionnaires, les réactionnaires de l'an III voulaient revenir en arrière et sur les décisions de la Terreur. Le mot est intronisé à cette époque. Il est resté dans le vocabulaire socialiste. L'un des grands socialistes d'avant 1920 et la création du Parti communiste, Marcel Cachin, parlait lui de "réacteurs". Le terme n'avait évidemment pas la même signification qu'aujourd'hui.  

Dans l'histoire, quand est-ce que le mot "réactionnaire" est revenu ? Sous quel régime ? Quel est l'origine de ce réflexe sémantique ? Mao qui disaient que "tous les réactionnaires sont des tigres de papier" ?

Il ne faut pas oublier qu'une grande partie de la gauche a abandonné tout un pan de son histoire et de ses références. Plus personne ne parle du marxisme-léninisme, du stalinisme, ni même du trotskisme. Il n'y a qu'à voir comment la Ligue communiste révolutionnaire s'est transformée en NPA en passant Trotsky par pertes et profits. On revient donc à la fin jacobine de la Révolution. En 1794, on ne pouvait pas parler de fascisme, mais on parlait de contre-révolutionnaires. Durant l'An III, on a un mouvement de réaction. C'est un retour à des pratiques démocratiques par rapport au Comité de salut public.

L'idée était donc déjà présente durant la Révolution française: il y a des gens qui sont dans le sens de l'histoire et ceux qui sont contre. Sous Mao, avant et sous la révolution culturelle, l'ennemi est contre-révolutionnaire. Dans le vocabulaire communiste des années 50, le mot de "réactionnaire" désigne de manière très générale les personnes qui ne sont pas communistes. Les marxistes et les léninistes revendiquaient haut et fort que, eux, connaissaient le sens de l'histoire, ce qui permettait en outre de justifier tous leurs crimes. Au XIXe, on peut considérer que des réactionnaires avaient des positions précises. Certains idéalisaient un passé et voulaient y revenir. Mais le terme est tellement vague que l'on peut mettre beaucoup de choses derrière.

Le terme de réac est aujourd'hui la stigmatisation la plus simple. Il est amusant de voir que ce terme est revendiqué, désormais, par certaines personnes. Jean Clerc, de l'Académie française, se présente comme tel par exemple. Il donne un sens primaire du mot : une réaction à des évolutions dérivantes que l'on juge insupportables. Et d'une certaine manière, c'est à cela que l'on assiste aujourd'hui. Certaines personnes ne supportent pas qu'une infime minorité veut absolument imposer leur point de vue.

En quoi la gauche version 2014 est-elle en train de rejouer des combats anciens? 

Le problème est que la gauche n'a plus de doctrine sociale. Pour s'en convaincre, il suffit de lire les analyses de Terra Nova qui considère que le PS plus besoin des classes populaires. Mitterrand en 1981 tenait encore un discours de lutte des classes mais aujourd'hui, il n'y a plus rien. Si vous écoutez les Harlem Désir et les David Assouline, c'est creux. Même quand François Hollande prétend se battre contre la finance, il ressemble à Don Quichotte se battant contre des moulins à vent. En dehors de Mélenchon qui joue encore un peu à la lutte des classes, il n'y a plus de doctrine, même au Parti communiste.

Toute cette agitation sur les questions de mœurs est donc une idéologie de remplacement. Les leaders socialistes sont obligés de trouver des idées de remplacement. Ils ont simplement oublié que même en dehors du 6e arrondissement de Paris, on ne pense pas forcément comme eux, que des gens avaient encore des principes et qu'ils étaient prêts à manifester au nom de ces principes. C'est cela qui est extrêmement gênant : des gens qui, pour certains sont très déconnectés du terrain, n'ont pas imaginé une seule seconde que leurs réformes sociétales pourraient entrainer des réactions.

Peut-on aller jusqu'à soupçonner une volonté "d'éducation" du peuple forcément obscurantiste voire de "rééducation" des récalcitrants ?

On est clairement dans l'obscurantisme comme en témoigne le débat sur la théorie du genre. On est dans le déni de réalités biologiques. Ca ne veut pas dire que, dans la société, des personnes aient des problèmes d'identité et de genre mais ce n'est pas nouveau.

La volonté de la gauche d'éduquer le peuple est très claire. Mais cela ne me surprend pas. Ils disent " nous avons la vérité, vous êtes dans l'erreur, nous allons vous rééduquer". Une grande partie de ces gens sont passés par l'extrême gauche ; ils ont ces réflexes : ils réfléchissent exactement comme des commissaires politiques. Ils sont dans la perspective d'une rééducation, y compris dans des domaines particulièrement intimes. Ils se croient dans une forme de toute puissance – ce qui est le propre des révolutionnaires. Si on en revient à la théorie du genre, on a un déni de la dimension animale de l'homme et ces personnes nous disent que peu importe que vous ayez un vagin ou des testicules, vous êtes au-dessus des lois naturelles et vous pouvez définir votre genre. On touche à l'individu. Il ne faut donc pas s'étonner que les gens réagissent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
mich2pains
- 07/02/2014 - 09:54
LE GRAND RETOUR DE ......" LAURENTSO " ! 9:14
Alors , on est de retour de plusieurs mois de congés sabbatiques ? ( promenades bucoliques dans des pays exotiques ? Corée du Nord ? Cuba ? autre ? )
A peine ses petites valises posées dans le Hall d'entrée qu'on attaque aussitôt le best of de RIOUFOL ( De l'Urgence d'être Réactionnaire ) !
Pendant ce temps là , la France a évolué . La France , désormais , se contrefout des FATWA lancées par les G000CHOS .
La France attend avec la plus grande impatience les prochaines élections . .......
laurentso
- 07/02/2014 - 09:14
Donc, quand Yvan Rioufol
intitule son livre "De l'urgence d'être réactionnaire", il fait du gauchisme sans le savoir...
vangog
- 06/02/2014 - 22:35
"Les réactionnaires parlent aux réactionnaires"
Qu'est ce qui est le plus urgent pour la France?
Des mesures radicales pour reboucher le tonneau des Danaïdes socialiste ou la rééducation du peuple de France par les stéréotypes de la pensée unique gauchiste?
Les reacs ont changé de camp:
Ceux qui n'ont pas le courage de faire les réformes structurelles, la bouche pleine de mots creux et de pensées hétéroclites sont les nouveaux réactionnaires d'aujourd'hui.
Et ils représentent toute la gauche (UMP inclus) et ses minorités de pression qui ont besoin de noyauter la presse, les syndicats et les associations pour imposer ses vues qui n'ont rien de progressistes, car le progrès ne s'apprivoise pas:
il choisit les pays qui savent l'accompagner sans le contraindre...les pays libres!