En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Le vent tourne
Ecartelée ? La gauche peine à se trouver sur l'immigration
Publié le 04 février 2014
Avec
Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a accusé ses prédécesseurs de droite qui ont, selon lui, affiché "une fermeté de papier" face à l'immigration irrégulière.
Laurent Pinsolle tient le blog gaulliste libre depuis 2007. Il est également porte-parole de Debout la République, le parti de Nicolas Dupont-Aignan. Jacques Barou est Docteur en anthropologie et chargé de recherche CNRS. Il enseigne à l’université de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Pinsolle tient le blog gaulliste libre depuis 2007. Il est également porte-parole de Debout la République, le parti de Nicolas Dupont-Aignan. Jacques Barou est Docteur en anthropologie et chargé de recherche CNRS. Il enseigne à l’université de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a accusé ses prédécesseurs de droite qui ont, selon lui, affiché "une fermeté de papier" face à l'immigration irrégulière.
Avec

Atlantico : Qu’est-ce que cela dit du rapport de la gauche actuelle à l’immigration ? Est-elle écartelée par la question ?

Laurent Pinsolle : La gauche est effectivement en difficulté sur cette question et sa position a beaucoup évolué. Elle a un temps, avec Georges Marchais, tenu un discours de limitation de l'immigration en forte de période de chômage avant de passer à une sorte d'angélisme héritée de la pensée mitterrandienne sur la question. Cette dualité se retrouve dans le gouvernement actuel qui malgré tout, tirant les leçons de l'échec de Lionel Jospin, a décidé d'adopter une posture plus ferme. Toutefois, les chiffres publiés cette semaine montrent bien qu'il ne s'agit, de fait, que d'une posture...

Jacques Barou : Attaqué sur son bilan en matière d'immigration, Valls réagit en restant sur le terrain de ses contradicteurs qu'il accuse de ne pas avoir été plus capables de contrôler les flux et de s'être contenté d'afficher une fermeté rarement efficace dans la réalité. Cela rappelle qu'une partie de la gauche a toujours été sur le terrain de la fermeté en matière d'immigration et que la différence avec la droite ne tient pas dans les objectifs mais dans les résultats, chacun accusant l'autre de cacher son inefficacité derrière des rodomontades.

La gauche connait-elle ces derniers temps une difficulté particulière à se positionner par rapport à la question de l’immigration ? Joue-t-elle, par le biais de Manuel Valls notamment, un numéro d'équilibriste entre ses courants ?

Laurent Pinsolle : La gauche reste actuellement en grande partie ancrée dans cet angélisme qu'on lui connait. Il existe également une gauche républicaine, dont se revendique les chevènementistes, qui fait preuve d'une fermeté plus nette à ce propos. Il y a toutefois dans la majorité de gauche une dimension internationaliste, de rejet de la nation qui repose sur une vision de l'immigration qui si elle est très généreuse est absolument irréalisable dans les faits. Cette gauche là oublie que la France ne représente que 1% de la population mondiale ce qui ne lui permet pas d'accueillir "toute la misère du monde".

Je ne crois pas que Manuel Valls représente vraiment une ligne dure de la gauche sur les questions sécuritaires et migratoires. Son bilan législatif ne résiste pas à une simple question : quelles mesures a-t-il vraiment pris pour améliorer les choses ? Peu importe qu'il prenne un ton martial et se mette du côté des policiers, il ne fait rien de concret et l'angélisme de la gauche transparaît là aussi. La gauche n'arrive clairement pas à se positionner sur ces questions, elle hésite. Aujourd'hui, la majorité navigue entre cet angélisme béat caractérisé par Christiane Taubira, Cécile Duflot et consort dont la pensée confine à l'impunité, et quelques socialistes qui se posent vraiment la question de régler ces problèmes. Au milieu, on retrouve Manuel Valls qui fait de la forme sans faire de fond.

Le duo Valls-Taubira est à ces questions de société l'équivalent du duo Moscovici-Montebourg sur les questions économiques. Or, dans un cas comme dans l'autre François Hollande donne l'impression de jouer sur les deux tableaux alors qu'il a en fait déjà tranché. De la même façon qu'il a tranché pour madame Taubira et se couvre sémantiquement avec Manuel Valls, il a tranché pour la ligne euro-libérale de Pierre Moscovici et couvre son flan gauche avec celle d'Arnaud Montebourg.

Jacques Barou : Le clivage au sein de la gauche à propos de l'immigration ne date pas d'aujourd'hui. Il a été perceptible dès les premières années de la présidence Mitterrand avec déjà une opposition entre l'Intérieur, partisan de la fermeté dirigé par Gaston Defferre et la Justice plus attachée aux libertés de circulation dirigée par Badinter. Les ministres de l'Intérieur socialistes ont la plupart du temps affiché des positions pragmatiques par rapport à la gestion des flux et des exigences quant au respect de la laïcité. Ils ont eu parfois des difficultés à faire accepter une telle politique par certains de leurs collègues, aux Affaires sociales et à la Justice en particulier.

La gauche cherche-t-elle à dépolitiser ces questions ? Au contraire, la sur-politise-t-elle autour de petites affaires ?

Laurent Pinsolle : La popularité de Manuel Valls auprès des électeurs de droite me laisse penser qu'au contraire ces questions portent toujours en elles un marqueur politique fort. Qui plus est une dépolitisation ne peut pas fonctionner à terme puisque par ailleurs le logiciel socialiste de la plupart des leaders du PS est encore très largement différent de celui de la droite. L'affaire Leonarda a révélé cela tout en montrant l'existance de voix discordantes au sein du PS. Un bémol tout de même, Nicolas Sarkozy malgré les positions qu'il affichait n'a pas eu de réussites concrètes sur ces questions pendant les dix ans où il s'en est occupé plus ou moins directement.

Jacques Barou : La ligne globale du gouvernement tend actuellement à aller vers le pragmatisme dans ce domaine là comme ailleurs. Je ne partage pas l'analyse de Finkielkraut sur la volonté de politiser la question de l'immigration de la part d'une partie de la gauche car c'est une option très risquée qui peut très vite se retourner contre elle. Néanmoins, il y a à gauche et au sein du PS des courants minoritaires qui continuent y d'entretenir une vision irréaliste des questions d'immigration.

Faut-il voir derrière ce discours double une vision électorale voire électoraliste ?

Laurent Pinsolle : Les socialistes veulent avoir le beurre et l'argent du beurre. Ils ne veulent pas se coupe d'une base électorale traditionnelle elle-même angéliste mais ont compris qu'ils étaient en train de perdre les classes populaires, ils ont mis en place cette double ligne que j'évoquais pour raccrocher ces dernières au train. Pourtant, depuis longtemps dans les faits, la com' Montebourg/Valls destinée à ces classes populaires n'est pas suivie de faits. Cette solution pourrait néanmoins réussir puisque même si les Français sont très désillusionnés et perçoivent cette stratégie, ils se disent que c'est pareil ailleurs notamment à l'UMP...

Jacques Barou : La gauche sera amenée à se "recentrer" sur cette question comme sur les questions liées au travail, à l'entreprise, à la politique africaine. Dans les faits, elle est déjà sur ces lignes là depuis longtemps mais elle ne l'assume pas encore au niveau du discours. Si elle le fait, la différence dont elle pourra se targuer par rapport à la droite deviendra peu visible. Elle perdra une partie de son électorat au profit du Front de gauche ou de l'abstention.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
En savoir plus
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
05.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
06.
Derrière la réforme de l’assurance chômage, une révolution dont le gouvernement ne veut pas assumer le nom ?
07.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (44)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
chrisbord
- 03/02/2014 - 23:13
@la saucisse intello,Zoedubato
Continuez, vous éclairez ma triste vie d'un soleil du moment. En vous lisant je retrouve un peu d'espérance !
Merci !
kiki08
- 03/02/2014 - 19:40
a moerl 16
comment !! comment !! ,trouvent pas leurs boutons de braguette,
le bouffi , il les trouve ces boutons de braguette , ou alors il
garde la braguette ouverte pour gagner du temps.
jaco25
- 03/02/2014 - 19:26
l'immigration
La gauche n'a en rien changé en ce qui concerne les immigrés. Il faut bien écouter les paroles de Valls qui suit exactement les conseils de terra nova; les ouvriers ne suivant plus les socialistes il faut naturaliser 100000 immigrés par an avec 500000 français de plus en 2017 c'est un vivier électoral facile à formater.
Eh bien Valls a déclaré" je vais naturaliser 100000 immigrés par an "
Dernier chiffre sous sarkozy pour ceux qui disent c'est pareil" 41000 naturalisations en 2011" et connaissant un minimum le français. Cette dernière obligation supprimée par valls. L'état de la francecil s'en fiche comme tous ses amis ils ne pensent qu'à une chose ..."LES ELECTIONS
VALLS JOUE LE DUR ET CERTAIN SUIVANT PEU L'ACTUALITE SE LAISSE CONVAINCRE ALORS QU'IL EST DANGEREUX POUR NOS LIBERTE .N'A T'IL PAS DIT IL Y A 8 JOURS " JE VAIS REUNIR LES QUATRE OPERATEURS AFIN DE VOIR CE QUE L'ON PEUT FAIRE D'INTERNET" IL COMMENCE A SURVEILLER TWITTER ET FACEBOOK .C'EST UN DEBUT. Comme dit justement éric zemmour qui lui voit jour "Le peuple ne les aime plus la solution: on va changer le peuple"