En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
L'État va entrer au capital de PSA aux côtés du chinois Dongfeng.
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre
Peugeot : mais qu'est-ce que l'État français vient faire dans cette galère ?
Publié le 21 janvier 2014
L'État va entrer au capital de PSA aux côtés du chinois Dongfeng, mais les motivations du gouvernement français sont floues. Pour certains, elles sont carrément scandaleuses. Et pour cause, l'État va quand même débourser 750 millions d’euros et se retrouver à 15% du capital, à égalité avec le chinois Dongfeng. Alors, à l'heure où l'État français lutte tous les jours contre le surendettement, quel besoin avait-il d’engager le contribuable français dans la fabrication d’automobiles qui se vendent mal ?
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'État va entrer au capital de PSA aux côtés du chinois Dongfeng, mais les motivations du gouvernement français sont floues. Pour certains, elles sont carrément scandaleuses. Et pour cause, l'État va quand même débourser 750 millions d’euros et se retrouver à 15% du capital, à égalité avec le chinois Dongfeng. Alors, à l'heure où l'État français lutte tous les jours contre le surendettement, quel besoin avait-il d’engager le contribuable français dans la fabrication d’automobiles qui se vendent mal ?

Le conseil de surveillance de PSA au terme d’une réunion longue et houleuse a acté le principe d’une augmentation de capital pour 3 milliards d’euros, et accepté d’étudier l’arrivée au capital d’un industriel chinois et de l’État français qui prendront chacun 15% du capital. Tout est clair dans cette affaire, toutes les modalités de l’augmentation de capital, le pourquoi du besoin d’argent, évident, l’arrivée des chinois, aussi, apparaît  logique, utile …tout est clair sauf l’arrivée de l’État français dont les motivations sont beaucoup plus floues. 

Premier point, PSA avait  besoin d’être renfloué. Ses résultats sont mauvais. Les produits de Peugeot-Citroën se vendent mal en Europe. Ils ne se vendent pas du tout à l’étranger. Ces produits ne correspondent pas à une demande, qui est complètement saturée par la concurrence. Donc Peugeot faute d’avoir fait les bons choix industriels, faute de délocalisations suffisantes et de haut-de-gamme, s’asphyxiait. Le coup de froid sur la conjoncture en 2012 et 2013 a mis à mal ses comptes. Il lui fallait trouver de l’argent frais, pour survivre d’abord, et pour imaginer l’avenir ensuite. Les 3 milliards quémandés par le conseil permettront de respirer. 

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz
  

Deuxième point, PSA Peugeot-Citroën va solliciter le chinois Dongfeng qu’il connait bien pour avoir déjà construit avec lui des voitures pour le marché chinois. Passer un accord industriel avec Dongfeng était plutôt intelligent. Peugeot est très en retard dans son implantation asiatique. Très en retard par rapport aux Allemands, très en retard même par rapport à Renault-Nissan. Dongfeng va lui permettre d’accélérer sa prise de marché là, où la croissance est la plus forte et le potentiel considérable. Parallèlement à l’accord industriel, Dongfeng a proposé de rentrer au capital. Là encore c’est plutôt astucieux : cela va permettre au chinois de financer l’implantation en Chine. PSA était dans l’incapacité de le faire. Cela dit, les choses vont se compliquer au niveau de la cohabitation ; il va falloir gérer cet actionnaire de poids à 15% qui pourrait, d’ailleurs, grandir au fur et à mesure que l’entreprise aura besoin d’investir. Mais après tout, c’est la dure loi du capitalisme que de faire financer un développement par ceux qui en ont les moyens. Si Peugeot avait mieux gérer son passé, l’avenir serait plus serein. Le groupe aurait, comme Renault, les moyens de son expansion mais ce n’est pas le cas. PSA fait avec les moyens du bord. Il prend le risque de perdre le pouvoir. Tous les membres de la famille Peugeot le savent.

Troisième point, l’État français conduit par Arnaud Montebourg arrive dans l’affaire pour 15 % du capital. Et c’est là où ça devient bizarre. L'État débarque comme un éléphant dans un jeu de quille où il n’a rien à faire.

Officiellement, la famille Peugeot  aurait appelé l’État français au secours avec chantage à l’emploi à la clef. Possible. Les grands industriels savent faire prendre en charge leurs pertes. On aurait pu aussi renvoyer les actionnaires à leurs responsabilités.

Les ministres, qui ne sont décidément pas à cours d’imagination, viennent maintenant expliquer que si l’État se propose d’intervenir, c’est pour contrebalancer le poids des Chinois. Sans doute, mais faut savoir que dans six mois il faudra sans doute que les deux actionnaires remettent 500 millions au pot. Moralité, l’État est monté dans une galère de laquelle il aura du mal à descendre.

La vérité de tout cela est comme toujours beaucoup plus simple et vulgaire. L’État français intervient parce qu’il peur d’une catastrophe sociale chez Peugeot... L’État français intervient parce qu’il n’a pas réussi à convaincre les actionnaires d’apporter de l’argent. L’État français débarque pour parrainer des Chinois dont personne ne voulait en vérité.

Le résultat de cette triste affaire, c’est que l’arrivée de Dongfeng, sponsorisé par l’État va faire reculer la famille Peugeot vers la sortie. Si l’affaire se fait, la famille ne possédera plus que 15%. Qui aura le pouvoir final ? Personne ne le sait.

Ce que l’on sait en revanche, c’est qu’une partie de la famille s’est battue pour rester seule. Réduire la voilure et essayer de refaire partir Peugeot sans les Chinois et sans l’État. Ce sont les mêmes qui ont fait capoter les négociations avec BMW, General Motors ou Fiat. Ces Peugeot-là protègent les restes de la vraie croix ou plutôt du vieux lion de Belfort. Ces Peugeot-là enfermés à Sochaux ont perdu la partie depuis longtemps.  

Ce que l’on sait également, c’est qu'une autre partie de la famille, une génération plus jeune, consciente que jamais la famille n’aura les moyens de transformer l’empire en multinationale, plaide pour les alliances internationales, pour que la famille s’écarte de la gestion. Ces Peugeot-là ont défendu l’arrivée de Dongfeng , accompagné par l’État français. Des arrivées qui leur permettront  de partir  investir ailleurs, dans d’autres secteurs plus porteurs, et dans d’autres pays fiscalement plus cléments. La Suisse, c’est la porte à coté quand on est né à Montbéliard. Le comble dans cette affaire, c'est que l’arrivée de l’État va  permettre à une partie de la famille de quitter le navire amiral sur la pointe des pieds. Joli coup. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
04.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
05.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jurgio
- 22/01/2014 - 00:27
Tout ça pour montrer
que l'État est prêt à tout pour sauver l'économie française ! Ça sera bon de le trompeter sur les toits en 2017 ! C'était pourtant il y a 30 ans qu'il fallait penser à aider les entreprises...Enfin, on a vu l'État avec la métallurgie, le charbonnage, Elf le pétrolier... Peugeot, c'est aussi Citroën. Bientôt Renault ? Non, ce sera un Japonais déjà tout désigné. Patience.
Jaca10
- 21/01/2014 - 19:50
Défendons l'automobile française. Il est encore temps.
Pourquoi ne pas faire monter davantage l' État au capital de PSA via le FSI et obliger au rapprochement avec Renault Nissan par prises de participation croisées ?
ABCD
- 21/01/2014 - 19:20
Montebourg, le roi des coups de bourse foireux
Quand on a une âme de communiste et qu'on se mêle d'investir en bourse l'argent (des autres évidemment), on est dans la position idéale pour ne faire que des âneries.
Montebourg fait ce que tous les débutants boursicoteurs font: vendre ce qui a monté et est profitable (Airbus) pour acheter ce qui a bien baissé et ne va pas (Peugeot).
Au lieu d'augmenter la valeur de ses actifs, statistiquement au bout de quelques «coups», on se retrouve toujours avec un portefeuille où il n'y a que des perdants qui continuent à perdre, pendant que les gagnants vendus continuent à monter.
Les zéros aux commande de l'Etat français ne savent pas tirer un trait sur leurs idéologies de losers et extrapolent leurs marottes de cocos idéologiquement séniles, sur les stratégies boursières réputées perdantes chez tous les habitués expérimentés des marchés qui travaillent avec LEUR argent et ont appris à la dure en payant leurs erreurs avec leur sang et leurs larmes. Montebourg est un perpétuel loser et le restera toute sa vie.