En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Ciao Mao
La Chine célèbre les 120 ans de la naissance de Mao mais le communisme y est-il encore vraiment autre chose qu'un mot fétiche ?
Publié le 27 décembre 2013
Les admirateurs de Mao Zedong ont célébré jeudi le 120e anniversaire de la naissance du "Grand Timonier" qui a fondé en 1949 la République populaire de Chine.
Jean-François Di Meglio est président de l'institut de recherche Asia Centre.Ancien élève de l'École normale supérieure et de l'Université de Pékin, il enseigne par ailleurs à l'IEP Lyon, à l'Ecole Centrale Paris, à HEC ParisTech, à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Di Meglio
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Di Meglio est président de l'institut de recherche Asia Centre.Ancien élève de l'École normale supérieure et de l'Université de Pékin, il enseigne par ailleurs à l'IEP Lyon, à l'Ecole Centrale Paris, à HEC ParisTech, à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les admirateurs de Mao Zedong ont célébré jeudi le 120e anniversaire de la naissance du "Grand Timonier" qui a fondé en 1949 la République populaire de Chine.

Atlantico : La Chine a célébré jeudi  le 120e anniversaire de Mao Zedong, père fondateur de la République populaire de Chine. Qu'est-ce que la Chine d'aujourd'hui a encore en commun avec celle du Grant Timonier ?

Jean-François Di Meglio : La Chine d'aujourd'hui a en commun avec la Chine de Mao tout ce que ce dernier a enlevé à la culture traditionnelle chinoise. Mao a créé une rupture totale en 1959 avec le Grand bond en avant et avec la Révolution culturelle. Son action a rompu le fil historique du pays. Aujourd'hui, la Chine n'est plus la Chine, et ce à cause de Mao. Le pays a du mal à retrouver sa culture ancestrale, alors que Hong-Kong ou Taïwan sont dans une vraie continuité.

La Chine essaye donc de renouer avec son passé, notamment par un retour au confucianisme. C'est exactement ce qui s'est passé en 2008 lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Pékin. Cette cérémonie était une tentative pour remettre le pays dans sa perspective historique.

En quoi la Chine est-elle aujourd'hui un pays communiste ?  

D'un point de vue économique, il y a un symbole extrêmement paradoxal : les billets chinois portent l'effigie de Mao, alors qu'à son époque ce n'était pas le cas. En outre, la plus grosse coupure qui existe est de 100 Yuan renminbi  (environ 14 euros).  Donc quand on a de l'argent en Chine, on a beaucoup d'argent en billets. Pour maintenir l'illusion que l'on est dans un système qui ne promeut pas l'argent, on met Mao sur les billets.

L'économie chinoise a été fortement réintroduite par les sociétés d'État qui représentent environ 40 % du PIB. Ces sociétés d'État ont changé de nature : elles sont tournées vers le profit, elles ne redonnent pas à l'État le profit qu'elles génèrent, mais l'investissent… Ce n'est pas du communisme, c'est du capitalisme d'État.

Bien sûr, il y a des éléments de la société chinoise qui sont encore communistes. Par exemple, l'État possède le foncier. C'est en train d'être réformé mais pour l'heure, c'est toujours le cas. Autre exemple, le capitalisme chinois est très lié au parti unique : soit un grand patron est déjà membre du parti et bénéficie des réseaux, soit il a réussi tout seul et on lui propose alors de devenir membre du parti.

Mais on assiste en cette fin d'année 2013 à des réformes de ce capitalisme d'État. Début  novembre, lors du  troisième plénum du XVIIIe congrès du Parti communiste chinois, trois mesures-phares ont été annoncées : la réforme de la propriété foncière, la réforme du système des camps de travail et la réforme du système de l'enfant unique, soit trois piliers du système communiste.

Le président Xi Jinping et le Premier ministre Li Keqiang ont annoncé vouloir réorienter l'économie vers la consommation et les services plutôt que vers l'exportation et l'investissement. Se dirige-t-on progressivement vers la mise en place d'une économie de marché en Chine ?

Nous sommes actuellement dans une phase très réformiste. C'est d'ailleurs assez comparable à ce qui s'est passé immédiatement après la mort de Mao. Cette phase pourrait conduire à un changement assez profond du système. Cependant, il y a toujours énormément de contrôles. Il n'y a pas d'économie de marché car le système financier ne peut pas le supporter. Il n'y a pas de bourses ouvertes aux investisseurs étrangers, il n'y a pas de devises convertibles, etc.

Le grand paradoxe est que si l'on définit le libéralisme par opposition au communisme, la capacité d'entreprendre en Chine est très grande. Mais cette capacité s'inscrit dans un contexte où la main de l'État et très forte.  Par exemple, lors d'un litige financier, on va le plus souvent avoir recours à une médiation ou à une décision d'autorité plutôt qu'à un règlement judiciaire. C'est également un système où il y a des restes très importants de corruption, une dérive de l'époque communiste. La lutte contre la corruption est d'ailleurs l'un des objectifs clairs du régime.

La Chine n'a-t-elle de communiste que le nom ?

Oui, mais le nom est très important : il y a 80 millions de communistes en Chine. Si l'on dit à ces personnes qu'elles ne le sont plus, on s'expose potentiellement à de grands problèmes. Car derrière ce nom il y a encore une vraie force, même si les membres du parti incarnent des formes différentes de communisme. Il y a un communisme traditionnel, attaché à l'histoire du communisme en Chine. Il y a également un communisme au fonctionnement clanique – je ne travaille qu'avec des communistes – très attaché à un système élitiste où le PC est l'équivalent, en termes de réseaux, d'une grande école.

N'englobe-t-on pas sous le terme de "communiste" l'ensemble des règles autoritaires qu'utilise encore Pékin ?

Pas vraiment. On ne peut pas concevoir la Chine aujourd'hui sans le Parti communiste. Cependant, il n'y a pas de superposition exacte des règles autoritaires et du communisme car la conception même de l'État est distincte du parti.

Dans d'autre pays asiatiques, on a connu le même système étatique sans parti communiste : Corée-du-Sud  jusqu'en 1986 avec l'élimination du président Park. Il y a en fait une conception culturelle de l’État asiatique. Cette conception peut exister et donc disparaître indépendamment du Parti communiste. 

Propos recueillis par Sylvain Chazot

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
04.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 28/12/2013 - 00:04
Depuis la mort d'Hitler, le National-socialisme
a cessé de tuer.
Bien avant l'accession d'Hitler au pouvoir, le socialisme, dont il est issu, tuait, torturait et envoyait les innocents dans les camps de la mort.
Bien après la mort d'Hitler et jusqu'à aujourd'hui, le Socialisme continue à mentir, tuer, torturer et envoyer dans des camps, en Chine, à Cuba, en Corée, dans les dictatures socialistes d'Afrique, en Ukraine, en Russie...
Ce qu'ils ne toléraient pas du national-socialisme, les bien-pensants gauchistes le tolèrent du Socialisme!
Pourquoi cette indignation à deux vitesses?
ignace
- 27/12/2013 - 23:17
le fil de l'histoire
Hitler a tué et opprimé touts azimuts (son peuple et tout ce qui lui tombait sous la main)
Staline a massacré son peuple et en a opprimé beaucoup
Mao a massacré et opprimé son peuple

La question, comment des peuples peuvent suivre des hommes
pareils ...c'est la propagande qui manipule la détresse
l'histoire a toujours fonctionné sur ce schéma et le présent ressuscite ces vieux démons
vangog
- 27/12/2013 - 21:15
@titine probablement parcequ'un procès de
l'idéologie communiste passerait nécessairement par celui de son antichambre, l'idéologie socialiste!
Dans un tel procès, les communistes et les socialistes se défausseraient allègrement les uns sur les autres des atrocités commises, ou désigneraient un bouc émissaire, comme le tortionnaire Douch qui, à lui tout seul, extermina 3,5 millions d'innocents....
L'absence de procès du socialisme permet le maintien à flot de cette idéologie, sur fond de clientélisme et de social-démagogie, dans de nombreux pays comme la France, la Chine, le Vietnam...
Un procès dévoilerait les atrocités commises, les économies ruinées et impliquerait de poursuivre des coupables...encore présents dans de nombreux gouvernements (au Vietnam, les socialistes responsables du massacre de millions d'innocents participent encore au pouvoir...)
Et vous parlez d'Europe libre?
Non, la Liberté ne laisse jette pas occulter le massacre des innocents par leurs assassins gauchistes...