En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Reuters
La revanche des pervenches
Amendes de stationnement : les maires seront-ils encore plus tentés que l'Etat de transformer leurs administrés en vaches à lait ?
Publié le 14 décembre 2013
Jeudi, l'Assemblée nationale a voté la dépénalisation des PV de stationnement, accordant ainsi aux maires le pouvoir de décider de leur montant dans leur ville. Les associations de défense des conducteurs craignent une dérive des prix.
Philippe Vénère a été policier pendant 40 ans. Ce grand spécialiste français du doit des automobilistes a été notamment commissaire divisionnaire et officier du ministère public du tribunal de police de Paris de 1992 à 1996. Il a également enseigné à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Vénère
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Vénère a été policier pendant 40 ans. Ce grand spécialiste français du doit des automobilistes a été notamment commissaire divisionnaire et officier du ministère public du tribunal de police de Paris de 1992 à 1996. Il a également enseigné à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeudi, l'Assemblée nationale a voté la dépénalisation des PV de stationnement, accordant ainsi aux maires le pouvoir de décider de leur montant dans leur ville. Les associations de défense des conducteurs craignent une dérive des prix.

Atlantico : Avec cette mesure, les automobilistes doivent-ils craindre une hausse généralisée des montants des contraventions de stationnement ?

Philippe Vénère :  Cette mesure avait été annoncée par M. Ayrault, qui souhaitait ainsi faire contribuer les automobilistes à l’aménagement des transports en commun, et qui pour moi, crée un nouveau péage urbain, rien de plus, prenant en otage les automobilistes. Il est bien évident que les tarifs vont tous être orientés à la hausse par rapport au tarif national actuel. Quelle commune refuserait à si bon compte des recettes nouvelles ?

Cette réforme marque la fin du montant unique de 17 euros. Comment justifier que chaque ville applique son propre tarif ? Est-ce compréhensible pour les automobilistes ?

Il est bien évident que chaque ville trouvera toujours le justificatif adapté pour augmenter ses tarifs, alors que dans le même temps rien ne sera fait pour que les automobilistes habitant les banlieues n’aient une autre alternative. Cette mesure promue par les édiles parisiens à trouvé un écho largement favorable auprès de la majorité gouvernementale. Jamais les automobilistes n’ont été aussi  pressurés par un gouvernement, que le gouvernement Ayrault. C’est scandaleux, car il touchera beaucoup de foyers modestes.

Quelles seront les villes les plus chères et au contraire, où pourra-t-on se faire verbaliser pour une somme modérée ?

Les villes les plus chères seront Paris et la plupart des autres grandes villes françaises, car les électeurs citadins seront moins touchés en bénéficiant de transports en commun, alors que les banlieusards ne sont pas des électeurs potentiels et donc inintéressants pour les municipalités concernées. Là où le stationnement pourra être plus modéré et, par voie de conséquence, la verbalisation, ce sera dans les villes de petite et moyenne importance, parce que touchant des électeurs locaux qu’il ne faudra pas trop mécontenter. Il faut que les équipes municipales candidates aux futures élections donnent une réponse claire sur ce point dans leur programme électoral, car il va concerner la prochaine mandature. On doit donc aborder ce point comme un enjeu électoral.

Quand on voit la dérive des coûts de certaines collectivités territoriales, peut-on s’inquiéter de voir les contribuables devenir de véritables vaches à lait pour les municipalités ?

Effectivement, les dérives que l’on constate aujourd’hui avec la politique du chiffre, ne vont que s’épanouir encore plus car outre les agents municipaux, il y a fort à redouter que l’on fasse appel à des sociétés privées pour verbaliser, et dont le seul objectif sera une rentabilité maximale, sans aucun respect du droit des citoyens. On en a un fameux exemple avec le juteux contrat de l’écotaxe. Les automobilistes sont déjà des vaches à lait, mais on va vouloir les traire encore plus. A quand les nouveaux "bonnets" pour combattre ces atteintes au droit ? Il me semble que ce sera un nouveau combat qu’il ne faudra par perdre et mettre les élus au pied du mur.

Qu’est-ce qui justifie ce transfert de compétences ? A quoi servira cette nouvelle manne pour les villes ?

Rien ne justifie, légalement, ce transfert de compétences, sinon de rendre encore plus difficiles les contestations. Mais comme je le dis dans l’ouvrage que je viens de publier : Le Grand Racket des Automobilistes (aux éditions du Cherche-Midi), il faudra adopter une contestation en masse, en riposte à une verbalisation en masse. On doit s’opposer à ces diktats intolérables.

Les municipalités argueront de travaux d’intérêt général, sans que l’on puisse véritablement  bénéficier d'une transparence dans les comptes. L’opacité dans ce domaine est de rigueur, comme on peut le constater aujourd’hui. Il n’y a donc aucune raison pour que l’on modifie le système. Quel organisme indépendant aura un contrôle décisionnel sur ces comptes ? Les municipalités s’auto-contrôlent déjà et l’on voit combien les dérives actuelles conduisent des élus devant les juridictions pénales. Il y a tout à redouter, car les craintes sont plus que fondées.

Propos recueillis par Pierre Havez

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
04.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
05.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
06.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
07.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
03.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 16/12/2013 - 01:30
Tous les maires issus des partis archaïques ont
augmenté les impôts de leurs administrés, malgré les difficultés que tous vivent au quotidien, pour se loger, pour faire vivre leur famille et finir le mois...
Sans aucun scrupule, les maires de droite et de gauche ont accentué la précarité des Français.
Seul le parti de Marine Le Pen prend l'engagement de ne pas augmenter les impôts des municipalités dont ils auront la confiance des citoyens.
La prochaine fois, votez bien, votez plus intelligemment!...
léonard simon
- 15/12/2013 - 08:31
Bonne idée !
Cela permettra de virer la plupart des maires aux élections municipales, ceux dont le seul soucis est de faire croître les dépenses communales et jeter l'argent par les fenêtres, d'engager un personnel pléthorique et inutile plus porté vers la fainéantise syndicalisé que le travail "rentable" au service de la population.
coucou.cmoi35
- 15/12/2013 - 03:07
Si j'étais en France
Je lancerais une gamme d'autocollants: "J'aime ma ville".
Pour faire bien sûr que les PV vont en priorité sur les voitures des non-résidents du bled que sur ma voiture.