En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 7 heures 25 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 8 heures 14 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 8 heures 59 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 10 heures 26 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 10 heures 45 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 14 heures 10 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 14 heures 49 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 15 heures 11 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 15 heures 14 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 7 heures 49 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 8 heures 36 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 9 heures 52 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 15 heures 12 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 15 heures 14 min
© Reuters
Cécile Duflot, ministre du Logement.
© Reuters
Cécile Duflot, ministre du Logement.
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

Les professionnels du logement reprennent les armes contre Cécile Duflot

Publié le 12 décembre 2013
Contrairement à ce que laissent entendre les membres du cabinet de Cécile Duflot, les professionnels du logement ne désarment pas contre son projet de réforme. Toutes catégories confondues, ils sont bien décidés à le faire savoir dès demain.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contrairement à ce que laissent entendre les membres du cabinet de Cécile Duflot, les professionnels du logement ne désarment pas contre son projet de réforme. Toutes catégories confondues, ils sont bien décidés à le faire savoir dès demain.

Des administrateurs de bien aux associations de propriétaires, en passant par les assureurs spécialisés, les agents immobiliers et promoteurs : pas question de bloquer la circulation mais ils quand même à deux doigts de rejoindre les pigeons et autres plumés. Alors que le projet de loi ALUR, repassera à l’Assemblée le 17 décembre, les professionnels du logement, qui avaient accepté de laisser la ministre essayer de trouver un compromis acceptable, s’aperçoivent aujourd’hui que, contrairement à ce qu'il leur avait été dit, le projet n’est pas compatible avec le maintien d’un équilibre à long terme. De là à penser que la ministre avait habilement demandé un armistice le temps d’affronter les adhérents de son mouvement, il n’y a qu'un pas, que dans la majorité, où on ne l’aime guère,  on a franchi allègrement. 

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE ÉDITION ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz

  

Le point qui cristallise le plus gros des critiques, c’est évidemment le projet de GUL, la  garantie universelle des loyers. Un système qui reviendrait à  garantir le paiement des loyers en cas de défaillance du locataire. Pour Cécile Duflot, c’est une avancée sociale au profit des locataires qui ne devrait pas déplaire aux propriétaires. Sauf que les experts du secteur ont su démontrer depuis trois mois toutes les perversités d’un tel système.

La première de ces perversités revenant à déresponsabiliser complètement les locataires et les dissuader de payer leur loyer. La seconde perversité étant de savoir qu’il faut payer le prix d’une telle mesure. Et combien ?

La première solution prévue par Cécile Duflot a été de créer une taxe supportée par le propriétaire et le locataire dont le produit aurait été géré par une agence publique créée à cet effet au sein de l’administration. Cette agence aurait récolté la taxe, puis mesuré les sinistres et dédommagé les propriétaires.

Pendant des semaines, il a été impossible de savoir exactement ce qu’allait représenter cette nouvelle taxe. Cécile Duflot a commencé par parler de 500 millions, puis de 800 millions par an. Pour les professionnels de l’assurance qui gèrent ce type de risque, comme Galian, le coût global de l’opération aurait été bien supérieur compte tenu d’un assouplissement des conditions de rentrée en locatif.

Aujourd’hui, les professionnels de la location ont tendance à refuser un locataire si le taux d’effort dépasse les 30%. C’est-à-dire si la part du loyer dans le total du revenu dépasse les 30%. Le projet de loi Duflot dans sa première mouture retenait un taux d’effort pouvant aller jusqu’à 50%. Il est évident qu'avec un tel taux on facilitait la location à des catégories fragiles, mais en autorisant la location à ces conditions on augmentait aussi le taux de risque et de mauvais payeurs.  Avec de telles conditions, Georges Isaac, le président  de Galian, a calculé que le coût pour l’État de cette GUL dépasserait 1,5 milliards d’euros. Ces estimations n’ont jamais été démenties par l’administration ou les parlementaires chargés de l’étude.

Dans ces conditions, le taux de la nouvelle taxe aurait grimpé très vite. Du coup, les parlementaires de la majorité ont eux-mêmes émis de sérieux doutes sur l’équilibre du système proposé. Dans la conjoncture actuelle d’overdose fiscale, Bercy, Matignon et l’Elysée ont fait savoir à Cécile Duflot qu'il lui fallait trouver une autre solution si possible avec les professionnels de l’assurance, qui savent gérer ce type de risque.

Sans remettre en cause l’objectif d’une garantie universelle des loyers, qui était une des promesses politiques initiales, beaucoup dans la profession avaient pensé à un système qui aurait pu fonctionner comme l’assurance automobile. L’assurance automobile est obligatoire mais gérée par des privés qui sont en concurrence. Aves des bonus pour les bons risques et des malus pour les mauvais. Au moins le système est équitable.

L’assurance logement aurait pu être obligatoire avec une réassurance de l’État s’il souhaitait ajouter des critères particuliers pour faciliter le logement des personnes fragiles : par exemple assouplir le taux d’effort.

En début de semaine, en plein congrès de la FNAIM, dans un climat très hostile à la ministre du Logement, son cabinet a fait savoir aux parlementaires qu'elle allait abandonner le financement de la GUL par une taxe mais qu'elle allait néanmoins la financer sur le budget du logement. Alors, le président de la FNAIM a réussi à calmer ses adhérents en soulignant quelques points positifs de cette loi. N’empêche que le fond du problème demeure et toute la profession, y compris les agents de la Fnaim, le savent. Ils ont fermés 3000 agences cette année soit 18.000 emplois détruits.

Le secteur immobilier est complètement en panne. Les promoteurs constructeurs n’ont pas ouverts de nouveaux chantiers. Les carnets de commandes sont vides alors que les financements existent avec des taux d’intérêt très attractifs. Les propriétaires d’immeubles hésitent à mettre en location compte tenu des mesures de blocage prévues dans la loi et surtout du manque de visibilité sur les régimes des loyers.

Or, si les Français ont du mal à se loger, si les loyers sont trop élevés, c’est parce que le parc de logement est trop faible. Aucune règlementation administrative ne résoudra le problème si on ne libère pas l’offre.

Enfin, la profession de l’immobilier, et une grande partie de la représentation parlementaire, ont été abasourdis d’apprendre cette semaine que Cécile Duflot avait les moyens de «dégager 500 ou 600 millions d’euros» sur ses budgets d’intervention logement pour démarrer le financement de cette GUL. Ces 500 ou 600 millions étaient-ils sans affectation ? Alors que le gouvernement cherche à faire des économies partout… c’est étonnant !

Ces 500 ou 600 millions libérées en 24 heures sont-ils le résultat d’un arbitrage au détriment des aides à la construction, à la location ou à l’accès à la propriété ? Personne ne le sait. Ce que l’on sait en revanche c’est qu'un ministre a donc le pouvoir de dégager une ligne budgétaire aussi vite et aussi importante sans en référer au Budget ou  à la Commission des finances. Les députés apprécieront. Voilà un aspect du droit administratif qui avait dû leur échapper.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
fms
- 13/12/2013 - 21:49
@brennec
l'état pourrait déjà permettre aux 55% de la population que ne sont pas propriétaires de le devenir avant d'aider les 45% qui le sont à obtenir une rente.
Peux-tu me donner les outils dont disposent l'état central pour construire depuis les lois de décentralisation ? La bataille de Paris Métropole ou du Grand Paris se jouent sur le pouvoir des maires de banlieue à maîtriser l'urbanisme de leur ville, contre la mairie de Paris qui contribue aux fonds de péréquation régional sans avoir le pouvoir d'intervenir sur la construction de sa banlieue...
La loi sur % de logements sociaux est importante à ce titre.
brennec
- 13/12/2013 - 13:02
d'accord pas d'accord @fms
"l'état n'a pas à aider à la constitution d'un patrimoine locatif ou d'une rente." Tout a fait d'accord mais il faut ajouter que l'état n'a pas non plus a l'interdire ou a l'empêcher.
" Le seul levier est la loi imposant un minimum de logements social." Alors la pas d'accord, cette loi est parfaitement contre productive et s'apparente carrément a une arnaque (sauf pour les banques voir l'article de Vincent Benard, url ci dessous):
http://blog.turgot.org/index.php?post/Benard-SRU-3
Daniel carton
- 13/12/2013 - 12:51
Et voilà le travail
Tous les acteurs du batiment l'avaient dit et répété . Projet consternant - mise en place confuse -effets pervers catastrophiques - réglement de l'addition par le contribuable . La question qui se pose est : comment au 21 em siecle on laisse quelqu'un détruire un secteur de l'économie aussi important . Pas de gardes fous pour l'empêcher de nuire ?