En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Le spectre d’un nouveau krach obligataire revient sur le devant de la scène.
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

Pourquoi le spectre d’un nouveau krach obligataire réapparaît

Publié le 06 décembre 2013
Depuis le début de la semaine, les marchés financiers mondiaux piquent du nez. A New-York, Londres et Paris, les bourses qui ont progressé en 2013 retombent malgré des assurances sur la reprise mondiale.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le début de la semaine, les marchés financiers mondiaux piquent du nez. A New-York, Londres et Paris, les bourses qui ont progressé en 2013 retombent malgré des assurances sur la reprise mondiale.

Plus inquiétant, le marché de la dette en zone euro connait une montée de fièvre depuis 24 heures. Le marché de la dette est un marché où se négocient les dettes souveraines et privées. Mais les transactions les plus nombreuses portent sur les obligations émises par les États pour financer leurs déficits. La France par exemple emprunte en moyenne entre 15 et 17 milliards d’euro par mois sur les marchés internationaux. C’est d’ailleurs la contrainte incontournable qui s’impose à la France. Qu'on le veuille ou non.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE ÉDITION ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz

Ce marché a vu depuis deux jours les conditions de prix se tendre. Hier soir par exemple, le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne a terminé en hausse à 1,86% sur le marché secondaire contre 1,81% la veille. L’écart peut paraitre faible mais appliqué sur un total de 1000 milliards, ça représente un surcoût de 500 millions d’euros. Ce n’est pas rien.

Le taux de l’emprunt à 10 ans pour la France a également progressé à 2,44% contre 2,42% la veille. Le différentiel s’applique en France à une masse de dettes encore plus importante. Même tendance mais plus sérieuse dans les pays fragiles. En Italie, les taux sont passés à 4,42%, en Espagne à 4,18%.

L’évolution de ce marché obligataire européen est donc désormais placée sous surveillance étroite de toutes les gouvernances qui sont désormais en état d’alerte. Pourquoi ? Tout simplement parce que si cette fièvre persiste, il va arriver un moment où les pays fortement emprunteurs comme l’Italie, l’Espagne et la France ne pourront plus supporter le poids de leur dette. Le monstre de la dette va se réveiller.

Si la France a tenu en équilibre jusqu’à maintenant, si elle peut se permettre de vivre sans engager des réformes qui seraient douloureuses, c’est parce qu’elle trouve de l’argent à des prix bas. Si les prix des emprunts augmentaient, si les investisseurs où les marchés considéraient que certains pays de la zone euro devenaient plus risqués, les taux remonteraient et la situation financière de la zone euro pourrait se bloquer comme en 2011.

A ce moment-là, ce n’est plus la Grèce qui serait au centre du cratère financier mais la France. Et la France c’est 60 millions d’habitants, c’est l’un des deux pays sur lesquels l’Europe tient en équilibre.

Ce regain de tension est aujourd’hui dû à la crainte qu'ont les marchés de voir les banques centrales durcirent leur politique monétaire.

Tout a démarré aux États-Unis en début de semaine avec des chiffres de croissance et de créations d’emplois meilleurs que prévus. Pour beaucoup d’observateurs, l’économie américaine a retrouvé son dynamisme et sa performance. Du coup, tous les analystes financiers ont conclu que la FED, la banque centrale américaine, allait cesser sa politique d’injection monétaire. En clair, beaucoup se disent que l’Amérique va enlever les perfusions qui ont boosté son activité.

Mais, les mêmes considèrent que l’économie américaine aura du mal à supporter un arrêt brutale de la drogue monétaire. D’où la chute de Wall-Street, qui entraine dans son sillage la chute des autres marchés mondiaux. On arrive à ce paradoxe difficile à comprendre. L’économie va mieux mais la bourse dégringole. Elle dégringole parce que beaucoup pensent qu’elle ne sera plus soutenue.

En Europe même phénomène. La BCE a maintenu hier son principal taux d’intérêt directeur au niveau historiquement bas de 0,25%. Mario Draghi a été d’une prudence extrême quand à la politique monétaire. Très langue de bois contrairement à la conférence du mois dernier, il s’est gardé de tout laxisme.

Beaucoup y voit une reprise en main par les Allemands qui ont très peu appréciés les générosités du mois dernier. Du coup, beaucoup se disent que la politique monétaire en Europe va aussi se resserrer, ce qui n’est pas bon pour les économies qui n’ont pas achevé leurs restructurations comme la France. Beaucoup se disent également que la zone euro na va pas attraper le train de la reprise, d’où la remontée des taux d’intérêt obligataire.

Le risque d’un krach n’a donc pas disparu. Au contraire, avec cette fois-ci, dans l’œil du cyclone les pays qui en Europe n’auront pas réussi à assainir leurs finances publiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

03.

BCE : pourquoi l’équipe de Christine Lagarde pourrait cruellement manquer d’économistes

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

06.

20 après le Kosovo, l’Occident et l’UE devraient-ils éprouver une pointe de regret vis-à-vis de la Serbie ?

07.

Alerte à la pollution des pneus et des freins des voitures

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Quand Jeff Bezos affirme à ses employés qu’"Amazon fera faillite, car Amazon n’est pas immortelle"

05.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Cet autre mal Français qui se cache derrière le recul de la liberté d’expression en France

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Oeschterricher
- 08/12/2013 - 09:04
pour ceux qui voudraient conserver du capital
Garder du CHF et du Yuan est pas mal, mais n' oubliez pas de diversifier ; pieces d' or, d' argent et surtout de platine, un peu de bitcoin (malgre une bataille acharnee les etats ne pourront pas l' abolir), parts d' entreprises proches de chez vous si vous pouvez. En immobilier, achetez votre logement, et un peu de locatif dans des pays avec une culture saine, qui n' aboliront pas la propriete privee (anglo-saxons et nord de l' Europe).
Ben oui... faut bien le proteger, notre patrimoine de sales rentiers qui ont tout recu en heritage n' est-ce pas NaejNaej ? Me sentir pareillement insulte quand je vois ce que j' ai du me sortir les doigts pour en arriver la, ca me pousse d' autant plus vite a degager de la planete France. Je sais, ca vous ravit. Mais n' attendez pas de pitie quand vous en serez reduit a la situation grecque. Bientot bientot ! Je vous laisse je vais me payer une Rolex avec mon argent durement gagne, comme un homme libre, parce que j' ai toujours refuse la mentalite des insectes : le socialisme.
mal-pensant
- 08/12/2013 - 01:52
syndrome grec
La France prend la même direction que la Grèce.
Le Président Hollande a un président Monsieur Georges Papandréou ancien premier ministre et président de l'internationale socialiste.
Les conseillers de Mr Hollande sont les mêmes qui ont conseillé Georges Papandréou. Ils ont touchés de bonnes rémunérations pour leur bons conseils. La Grèce se redresse depuis qu'ils sont partis
ignace
- 08/12/2013 - 01:18
naejnaej je partage......
a 100 %