En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

03.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

04.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

05.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

06.

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

07.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 16 min 11 sec
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 57 min 6 sec
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 11 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 12 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 13 heures 45 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 18 heures 54 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 19 heures 23 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 20 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 22 heures 1 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 22 heures 41 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 36 min 21 sec
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 1 heure 14 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 11 heures 58 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 12 heures 53 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 15 heures 1 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 19 heures 9 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 19 heures 41 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 21 heures 37 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 22 heures 27 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 22 heures 49 min
Des comprimés de prozac, un antidépresseur.
Des comprimés de prozac, un antidépresseur.
Dommages collatéraux

Consommation d'anti-dépresseurs en hausse : l'autre coût de la crise économique

Publié le 02 décembre 2013
La consommation d'anti-dépresseurs dans les pays membres de l'OCDE aurait augmenté de 10 % entre 2007 et 2012. L'Islande, dont trois banques ont fait faillite, occupe le haut du classement avec une progression de 50 %.
Jean-Paul Mialet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La consommation d'anti-dépresseurs dans les pays membres de l'OCDE aurait augmenté de 10 % entre 2007 et 2012. L'Islande, dont trois banques ont fait faillite, occupe le haut du classement avec une progression de 50 %.

Atlantico : Un récent rapport de l'OCDE révèle que la consommation d'antidépresseurs aurait augmentée de 10 % en moyenne sur l'ensemble des pays membres entre 2007 et 2011. Un fait marquant, sachant que le phénomène semble directement lié à l'émergence de la crise financière. Qu'en est-il concrètement ?

Jean-Paul Mialet : Depuis une vingtaine d’années, la prescription des antidépresseurs ne cesse de croître. Cela tient à l’efficacité de ces produits, au développement de molécules nouvelles bien tolérées, à un meilleur repérage diagnostic de la dépression et de troubles annexes – parfois éloignés de la dépression – dans lesquels ils peuvent se montrer utiles. On ne doit pas oublier que les antidépresseurs sont des traitements relativement récents (les tous premiers datent des années 60), accueillis au départ avec scepticisme par la communauté des psychiatres, et qui n’ont commencé à être utilisés à une large échelle que dans les années 80.  Cela dit, l’accroissement récent de la consommation est sans aucun doute lié aux conséquences de la crise économique sur la santé mentale. De nombreuses études ont démontré qu’une augmentation du chômage avait des effets mesurables sur l’équilibre psychologique de la population. Ainsi, on constate un doublement de la fréquence des troubles psychiques chez les sans emploi (34 % contre 16 % chez les personnes qui travaillent). De même, on observe un accroissement du nombre de suicides. Dans ce domaine, les données recueillies sur la crise asiatique sont frappantes : par rapport à 1997, le taux de suicide des hommes a augmenté en 1998 de plus du tiers à près de 50 % dans les pays de la zone asiatique. Une large étude européenne portant sur 27 pays d’Europe entre 70 et 2007 conclut qu’une hausse de 1 % du chômage serait suivie d’un accroissement de 0,79 % des suicides chez les moins de 65 ans.

Faut-il affirmer en conséquence que la crise a aussi eu un "coût immatériel". Quelles en seraient les éventuelles conséquences ? 

La crise provoque en effet une altération sensible de l’équilibre mental qui représente un coût en termes de soins et d’invalidité. D’autres impacts sanitaires sont également à prendre en compte car, dans de nombreuses études, on constate également une augmentation de la mortalité qui n’a pas uniquement pour cause le suicide et résulte également de défaillances physiques : cardio-vasculaires, hépatiques, etc. C’est donc l’ensemble de la santé qui est fragilisé. Hors ce coût sanitaire, la crise détériore également le lien social en entraînant pessimisme, perte de confiance et inquiétude, et en accentuant le climat concurrentiel entre ceux qui travaillent. Selon l’Institut International d’Etudes Sociales de Genève, la crise a entraîné une dégradation sans précédent du sentiment de satisfaction dans la vie à l’échelle mondiale. En somme, la crise provoque une sorte de "dépression" planétaire pour laquelle on ne dispose hélas pas d’un traitement antidépresseur efficace…  C’est l’élan général des populations qui, en de nombreux points du globe, semble atteint et cela pourrait mener à d’inquiétantes réactions de désespoir.

Le cas de l'Islande est particulièrement frappant puisque sa consommation aurait augmentée de 50 % sur la même période alors que le pays a dû subir la faillite de ses trois plus grandes banques. Jusqu'à quel point peut-on assimiler la santé économique d'un pays à sa santé psychologique ?

Santé économique et santé psychologique sont, comme on l’a vu, étroitement liés. La crise islandaise en fournit une autre preuve. Grâce à un traitement économique sévère, l’Islande retrouve la prospérité. Mais les islandais sont-ils en meilleure santé ? Certaines ruines psychologiques frappent plus durablement encore que les ruines économiques. Sans tomber dans la compassion et en admettant que toute politique se fixe des objectifs collectifs, le calcul d’une sortie de crise ne peut pas reposer que sur des chiffres : il doit également intégrer les paramètres humains, c’est à dire les limites des capacités de l’adaptation psychologique. De ce point de vue, les systèmes de protection sociale souvent décriés pour leur coût peuvent s’avérer très profitables en atténuant l’impact de la crise sur la santé.

Au-delà du socio-économique, quelles peuvent être les autres explications de cette hausse notable des comportements dépressifs ?

Au moment où l’affaiblissement économique et le climat de guerre concurrentielle plonge l’individu dans un climat de grande précarité professionnelle, l’incertitude est devenue la loi dans tous les secteurs de l’existence. Incertitude familiale : on sait que les couples se défont presque aussi rapidement qu’ils se font. Cette liberté n’est pas sans conséquence : le divorce est un facteur bien connu de dépressions, et  la recomposition familiale ne va pas sans stress avant de trouver le nouvel équilibre. Incertitude spirituelle : la religion des droits de l’homme ne semble pas suffisante, dans bien des cas, pour apaiser les tourments de l’âme humaine. Le culte de l’argent et de la performance provoque beaucoup d’aigreur chez les laissés pour compte. Dans ce climat de perte de repères et de repli sur soi, la reconnaissance professionnelle est volontiers survalorisée, et l’effondrement de son statut personnel devient un intolérable effondrement de soi-même.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
coucou.cmoi35
- 03/12/2013 - 01:23
Alcool et pseudo-dépression
Le principal facteur de mal-être, appelé dépression par les types en blouses blanches qui palpent les billets dans des WE aux Baléares, est l'alcool. C'est le filon du siècle car les gueules de bois se marient mal avec les 155 boutons à pitonner et les 68 mots de passes qu'ils faut maîtriser, juste pour s'en sortir dans notre modernité.
L'industrie pharma a bien pigé où creuser et ils se garderont de vous donner la vrai cure, car elle est totalement gratuite.
Une petite colère, on vous a fait un beau coup de pute, allez hop, médoc. Un gros chagrin, une perte irremplaçable ? Allez hop, pilules. Un boulot de merde, un chef qui se documente dans Mein Kampf? Allez les tablettes. Et retour dans 2 mois pour une nouvelle prescription.
Glop Glop
- 02/12/2013 - 22:24
Le principe...
.. de certains lobbies médiatiques complices de lobbies industriels est de transmettre la notion de mal-être et même si cela ne peut être toute l'explication, cela y concourt. "Vous êtes trop ceci", "pas assez cela", "vous seriez mieux en", "c'est bien mais"... au final, un nombre trop important d'individus ne sait même plus ce qu'ils sont, ce qu'ils veulent et finissent dans leurs maux à transmettre leurs détresses réelles ou relatives à d'autres et ainsi de suite. Le lobby des labos pharma est de vendre ces produits, les médecins y sont intéressés, et les vrais malades sont confondus avec le global des autres qui n'ont en premier abord qu'une perte momentanée ou plus prolongée de moral, de combattivité, d'objectivité et d'espérance. Dans une société devenue toujours plus individualiste et isolant de fait l'individu, l'application du processus n'en est que plus aisé. Il est ici d'anti dépresseurs, mais le sujet pourrait aussi être abordé à propos des médoc minceurs et tutti quanti où les gens ne bouffent plus mais ingurgitent des gélules, ça aussi ça bousille le mental et de fait la capacité à se prémunir de la dépression.
ヒナゲシ
- 02/12/2013 - 19:10
Ce cas de Corée me turlupine
Pour en revenir aux taux comparés de suicide, on remarque qu'il est le plus élevé en Corée du sud.
L'OCDE écrit alors :
« En Corée, le taux de suicide parmi les hommes
a plus que doublé, passant de 19 pour 100 000 en
1995 à 50 pour 100 000 en 2010 et le taux de
suicide parmi les femmes est le plus élevé de la
zone OCDE, à 21 pour 100 000.
Entre 2006 et 2010, le nombre de personnes
traitées pour dépression et troubles bipolaires
a fortement augmenté en Corée (respectivement,
de 17 % et 29 %).
En outre, les personnes les plus défavorisées
risquent davantage d'être touchées.
La crise économique, l'affaiblissement de
l'intégration sociale et l'érosion du soutien
familial traditionnel apporté aux personnes
âgées concourent à expliquer l'augmentation
récente des taux de suicide en Corée. »
 
☞ www.oecd-ilibrary.org/economics/panorama-des-statistiques-de-l-ocde-2013/suicides_factbook-2013-97-fr
 
Or le document ‘Panorama de la santé 2013’ (↝ mon précédent message) nous apprend par ailleurs que c'est dans ce même pays que le taux de prescription des antidépresseurs y est le plus faible (p. 103).

Difficile de ne pas y voir aussi un lien de cause à effet…