En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Sémantique
A sec ou traumatisés par le beurre ? Mais d'où vient cette obsession de la gauche morale pour le rance ?
Publié le 01 décembre 2013
Après la "France moisie", désignée par Philippe Sollers, voici venue la "France rance". Ce concept, nous dit Denis Tillinac, est "la traduction du mépris d'une caste parisianiste, éperdue de snobisme et pseudo-cosmopolite, pour le peuple français ordinaire" qui, par exemple, aurait commis l'impair d'apprécier le film de Gallienne, "Les Garçons et Guillaume, à table !"
Denis Tillinac est écrivain, éditeur  et journaliste.Il a dirigé la maison d'édition La Table Ronde de 1992 à 2007. Il est membre de l'Institut Thomas-More. Il fait partie, aux côtés de Claude Michelet, Michel Peyramaure et tant d'autres, de ce qu'il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Tillinac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Tillinac est écrivain, éditeur  et journaliste.Il a dirigé la maison d'édition La Table Ronde de 1992 à 2007. Il est membre de l'Institut Thomas-More. Il fait partie, aux côtés de Claude Michelet, Michel Peyramaure et tant d'autres, de ce qu'il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la "France moisie", désignée par Philippe Sollers, voici venue la "France rance". Ce concept, nous dit Denis Tillinac, est "la traduction du mépris d'une caste parisianiste, éperdue de snobisme et pseudo-cosmopolite, pour le peuple français ordinaire" qui, par exemple, aurait commis l'impair d'apprécier le film de Gallienne, "Les Garçons et Guillaume, à table !"

Atlantico : Après la "France moisie" désignée par Philippe Sollers, voici venue la "France rance". Le terme est utilisé par de plus en plus de personnes pour fustiger des idées qu'elles jugent conservatrices, tout comme leurs auteurs (pour en lire deux exemples, cliquer ici et ici). Qu'est-ce qui se cache derrière ce terme ?

Denis Tillinac : Il y a une évolution sémantique mais ce sont toujours les mêmes. C'est la traduction du mépris d'une caste parisianiste, éperdue de snobisme et pseudo-cosmopolite, pour le peuple français ordinaire, prolétaire et bourgeois. Ce qu'ils appellent une "France rance", c'est une France fidèle à ses attaches, l'attachement à un terroir, à une patrie, éventuellement à une religion ou à une confession, à un art de vivre et à la pérennité d'une culture qui s'est exprimée depuis des siècles par la musique, la littérature, l'architecture… C'est ce que Fernand Braudel appelait "l'identité de la France", et Fernand Braudel n'était pas vraiment d'extrême droite

Les utilisateurs de cette sémantique sont moins nombreux qu'on ne le croit mais depuis mai 1968, ils sont dominants dans le système médiatique et universitaire, avec toute la capacité de contamination d'une caste qui se serre les coudes. Les rances et les moisis, ce sont eux !

Quel est leur objectif lorsqu'ils utilisent le terme de "France rance" ?

Ils veulent déprécier tout ce qui a construit l'identité d'un peuple depuis Clovis, ils veulent le détruire, par un nihilisme profond maquillé en un faux humanisme compassionnel qui survalorise n'importe qu'elle minorité. Mais cette survalorisation sous-entend un refus de prendre en compte  une majorité car la "France rance" est majoritaire. Ça ne veut pas dire que les minorités sont méprisables mais une minorité n'est pas une majorité.

Ils entendent diffuser le culte de l'indifférencié. Plus rien ne dépasse : il n'y a pas d'homme et pas de femme, pas de mère et pas de père, pas d'homo et pas d'hétéro, pas de Bretons, d'Antillais ou de Basques, mais uniquement des individus qui devraient se fondre dans une grisailles qu'ils appellent les valeurs républicaines. Mais ces valeurs républicaines auraient fait hurler Luc Ferry !

L'objectif est bien de tout éradiquer au nom du concept de l'homme nouveau, repris par Marx en son temps. C'est l'homme tel que l'a défini Vincent Peillon, un homme délivré de ses attaches, qu'elles soient familiales, territoriales, affectives… Le prétexte est l'émancipation mais la réalité, c'est la normalisation. Avec ces personnes, cette nouvelle génération de socialistes et d'écolos, nous sommes entre la Terreur et les Thermidoriens.

Quelle réponse leur apporte cette "France rance" ?

Sous l'écume de la "policaillerie", une France des profondeurs qui en a marre d'être méprisée commence à dire qu'elle existe et à contester un certain nombre de crédos sur les minorités, sur l'immigration. Cette contestation n'a rien de raciste, de xénophobe, ni même de nationaliste. Elle est de l'ordre du bon sens et relève du désir d'exister sans être méprisé.

Les utilisateurs du terme de la "France rance" ne sont rien ; ils sont à plaindre. Cela se voit car ils commencent à montrer les dents. Il ne faut pas leur renvoyer la haine mais du dédain. Ils nous traitent de réacs ? Hé bien nous sommes réacs !

Il faut réagir et constamment réaffirmer, sans exagérer, qui nous sommes : nous ne sommes pas un peuple fabriqué par des migrations, nous ne sommes pas des Américains et le cosmopolitisme n'est pas un métissage. Face à ce totalitarisme égalitaire qui confond l'égalité et l'équité, nous devons réaffirmer que nous ne nous équivalons pas parce que nous n'avons pas tous les mêmes racines ni les mêmes cultures. Un protestant n'est pas un catholique, un Suédois n'est pas un Portugais, un Breton n'a pas le même rapport à la France qu'un Corrézien pour qui le sentiment régionaliste n'existe pas. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Et maintenant voici le PQ blasphématoire…
02.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
03.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
La déconsommation affecte tous les secteurs, sauf l’alimentaire et le made in France. Mais les Gilets jaunes n‘y sont pour rien
06.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
07.
Macronracourcix : la France prise au piège de son syndrome Astérix ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
06.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
Commentaires (47)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ヒナゲシ
- 02/12/2013 - 14:30
… bénite ?
Or la pétition remise par P. Brillault au CESE prétendait s'arroger ce qui apparaît comme une prérogative du Premier ministre :
« […] Je demande son avis sur le
projet de loi ouvrant “Le mariage
aux couples de personnes de même
sexe et son contenu” […] ».
☞ http://www.philippebrillault.fr/wp-content/uploads/2013/01/pétition-CESE.pdf

Il ne faut donc pas s'étonner qu'elle été considérée comme irrecevable…
Et c'est d'ailleurs explicite sur le site même du CESE :
☞ http://www.lecese.fr/la-petition-citoyenne-mode-demploi
 
Enfin, last but not the least, l'article du Figaro que j'ai précédemment cité ne fait pas mystère des véritables motivations — plutôt minables… — des organisateurs de cette pétition :
« L'instruction du Cese peut durer
entre deux et dix-huit mois.
“Du temps pour retourner des députés
et des maires !”, se réjouit
Frigide Barjot. »
 
Du temps de propagande & mensonges divers supplémentaire, donc.
ヒナゲシ
- 02/12/2013 - 14:30
et tempêtes dans un verre d'eau…
D'autre part, quand le CC fut saisi par des maires sur cette question de « clause de conscience » l'analyse rationnelle qu'il a produite a clairement écarté qu'elle puisse être appliquée aux maires refusant de célébrer un mariage.
Je vous invite à lire attentivement la section B. (p. 9) de ce documnt, en particulier.

☞ http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/root/bank/download/2013353QPCccc_353qpc.pdf

Il est donc à parier que si une telle clause avait été introduite dans la loi — et votée — elle eût été censurée dans un deuxième temps par le CC.
 
Quant à ce que que vous affirmez sur le CESE c'est exact mais… incomplet :
la loi organique du 28 juin 2010, si elle permet la saisine par pétition dans son article 5, il faut lire aussi l'article 2, stipulant que — pour les « projets de loi de plan et des projets de loi de programmation à caractère économique, social ou environnemental » — c'est le Premier ministre qui peut être saisi :
☞ http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022402454
 
✎ ✎   ✎
ヒナゲシ
- 02/12/2013 - 14:30
Explications de détail (@ claire novembre)
Je complète votre dernière citation de F. Hollande :
« Ma conception de la République
vaut pour tous les domaines et,
d'une certaine façon, c'est la
laïcité, c'est l'égalité.
C'est-à-dire : la loi s'applique
pour tous, dans le respect néanmoins
de la liberté de conscience. »
 
Le Président rappelle par ces propos que la *liberté de conscience existe déjà* ! Avant même que ne soit votée la loi Taubira : et ceci se manifeste par le double fait que :
➀ Le maire et ses adjoints sont officiers
d'état-civil de par la loi (art. L.2122-32
du Code des collectivités territoriales), ce
qui fait déjà un certain nombre de personne
susceptibles de célébrer les mariages ;
➁ des délégations sont en outre possibles, à
des conseillers municipaux (art. 2122-18),
sur décision du maire.
 
Le discours de Hollande énonce donc deux faits : la loi devra s'appliquer ; et ceux qui ne souhaitent pas célébrer eux-mêmes peuvent toujours déléguer.
Point.
Je persiste donc à affirmer que Hollande n'est « revenu » sur rien du tout, contrairement à ce que vous affirmiez (01/12, 17 h).
 
✉ ✉   ✉