En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

03.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

04.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

05.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

06.

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

07.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 3 min 47 sec
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 17 min 39 sec
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 35 min 43 sec
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 1 heure 16 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 11 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 12 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 14 heures 4 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 19 heures 14 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 19 heures 43 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 20 heures 28 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 8 min 45 sec
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 18 min 24 sec
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 55 min 53 sec
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 1 heure 33 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 12 heures 18 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 13 heures 13 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 15 heures 21 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 19 heures 28 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 20 heures 33 sec
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 21 heures 56 min
© Reuters
François Mitterrand est élu en 1981.
© Reuters
François Mitterrand est élu en 1981.
1963-2013

Où étiez-vous quand… ? L'Histoire des 50 dernières années par ses moments chocs : Mitterrand président, les années 1980 et la gauche face au principe de réalité

Publié le 21 novembre 2013
Avec
Le PS arrive pour la première fois au pouvoir sous la Ve République en 1981 avec l'élection de François Mitterrand. Après l'échec de l'expérience qui s'achève en 1983, la gauche est obligée de repenser radicalement son logiciel politique. Troisième épisode de notre série sur "les moments chocs de l'histoire".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Moreau Defarges est chercheur à l'Institut français des relations internationales (IFRI) et professeur à l'Institut d'études politiques de Paris. Spécialiste des questions internationales et de géopolitique, il est l'auteur de très nombreux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le PS arrive pour la première fois au pouvoir sous la Ve République en 1981 avec l'élection de François Mitterrand. Après l'échec de l'expérience qui s'achève en 1983, la gauche est obligée de repenser radicalement son logiciel politique. Troisième épisode de notre série sur "les moments chocs de l'histoire".
Avec

Philippe Moreau Defarges, ancien diplomate et chercheur à l'Institut Français des Relations Internationales a choisi cinq dates de la décennie 1980 qui selon lui ont marqué une vraie rupture dans l'Histoire de France, commenté par Jean Peyrelevade. Une décennie qui marque l'arrivée de la gauche au pouvoir et ses premières désillusions.

1981 : L'élection de François Mitterrand à la présidence de la République

Philippe Moreau Defarges : Pour la première fois, un président de la République est socialiste et cette victoire marque l'ultime tentative française d'un socialisme interventionniste. Le 13 février 1982, la loi sur les nationalisations du gouvernement Mauroy est promulguée. Les principaux groupes industriels français (Thomson, Saint-Gobain, Rhône-Poulenc, Pechiney, Sacilor, Usinor) sont visés, mais aussi 39 banques et compagnies financières (Paribas, Suez, CIC, Crédit du Nord...).

Jean Peyrelevade : Au moment ou François Mitterrand a été élu, j'étais directeur du département du commerce extérieur du Crédit Lyonnais. C'est une date historique d'alternance qui marque l'arrivée de la gauche au pouvoir après 25 ans d'opposition. De ce point de vue, c'est un évènement extraordinairement fort. A l'époque, je suis un simple citoyen, certes militant au PS, mais ayant pris ses distances avec le parti dans les deux années qui ont précédé. Je m'attends donc à un parcours difficile et mon enthousiasme reste lucide.

20 Janvier 1983 : Discours de François Mitterrand devant le Bundestag

Philippe Moreau Defarges : A l'occasion du 20ème anniversaire du traité de l’Élisée, François Mitterrand s'exprime devant le parlement allemand alors que les soviétiques installent dans les pays satellites d'Europe centrale des missiles nucléaires pointés vers l'Europe occidentale. Le président de la République emploie une formule choc : « Les fusées sont à l'Est, les pacifistes à l'Ouest ! ». Il contribue ainsi à retourner l'opinion occidentale en faveur des Américains et confirme l'ancrage atlantiste des socialistes et de la France. 

Jean Peyrelevade : C'est une date qui ne m'a pas forcément marqué car je m'intéressais relativement peu aux questions de politique étrangère. Par ailleurs, je n'ai jamais vraiment douté de l'ancrage occidental des socialistes français.

Mars 1983 : Le tournant de la rigueur

Philippe Moreau Defarges : Après l’échec d'une politique qui restait inspirée par le Programme commun et dans le contexte d’attaques contre le franc, François Mitterrand décide un changement radical de politique qu'il désigne sous l'expression de "tournant de la rigueur". La France fait le choix de rester dans le système monétaire européen. C'est la fin de l'expérience du socialisme bureaucratique.

Philippe Moreau Defarges, ancien diplomate et chercheur à l'Institut Français des Relations Internationales a choisi cinq dates de la décennie 1970 qui selon lui ont marqué une vraie rupture dans l'Histoire de France, commenté par Jean Garrigues. Une décennie qui marque notamment la fin de certaines batailles idéologiques de la droite et de ses valeurs d'alors.
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/ou-etiez-quand-histoire-50-dernieres-annees-moments-chocs-annees-1970-ou-renonciation-droite-bataille-ideologique-philippe-morea-903297.html#BSJxO3SbDTxXdqBQ.99

Jean Peyrelevade : J'ai vécu cette période de l'intérieur en tant que directeur adjoint du cabinet de Pierre Mauroy et conseiller économique du Premier ministre. C'est une date très importante qui symbolise pour moi le retour de la gauche de gouvernement au principe de réalité. De 1981 à 1982, la gauche tente une opération de relance par la consommation totalement en décalage par rapport à la situation macro-économique de nos voisins, notamment par rapport à l'Allemagne. Dans ce contexte, les déséquilibres se creusent et entre juin 1982 et mars 1983, à l'initiative de Jacques Delors à Bercy et de Pierre Mauroy à Matignon, le gouvernement change de politique macro-économique. Ce tournant ne s'opère pas sans résistance, notamment de la part du groupe parlementaire et du reste du gouvernement. En mars 1983, la crise se dénoue et à ma grande surprise, c'est la ligne réaliste que je défend qui l'emporte. François Mitterrand manifeste publiquement son souhait de rester dans "le serpent monétaire" européen. Il garde le Premier ministre et choisi donc la politique économique adoptée par Pierre Mauroy. 

15 février 1986 : Ouverture du MATIF ( Marché à terme international de France)

Philippe Moreau Defarges : Ce type de marché travaille sur les transactions concernant les actifs monétaires ou financiers - bons du Trésor, obligations, devise étrangère, etc.  Décidé par Pierre Bérégovoy, alors ministre des Finances, ce mécanisme marque le début de la libéralisation du marché parisien. C'est une nouvelle rupture majeure dans la doctrine socialiste

Jean Peyrelevade : C'est une date importante. Pierre Bérégovoy décide de libéraliser le marché financier et d'ouvrir le système financier français aux techniques de produits dérivés du futur. C'est une évolution extraordinairement importante que pour ma part j'ai trouvé inutilement rapide et surtout sans contre-parties. Nous avons aligné notre système financier sur les autres systèmes financiers européens. En échange de cette concession importante qui nous était demandé par Bruxelles au nom de la liberté de mouvement des capitaux, nous aurions dû demander l’harmonisation fiscale dont nous avons bien besoin aujourd'hui. Malheureusement, nous ne l'avons pas fait. Nous nous sommes désarmés unilatéralement.

16 novembre 1989 : La chute du mur de Berlin

Philippe Moreau Defarges : Cet évènement marque l'effondrement du bloc soviétique et ouvre la porte à la réunification de l'Allemagne. La France reste assez passive car elle craint justement le réveil de son ancien ennemi.

Jean Peyrelevade : J'étais assureur à l'UAP. J'avais d'ailleurs une filiale en Allemagne et je connaissais un peu l'Allemagne de l'Est et de l'Ouest. Comme beaucoup de gens, j'ai un tout petit morceau du mur de Berlin en souvenir chez moi. C'est un évènement absolument majeur qui marque à mes yeux l'effondrement absolu du modèle collectiviste. Depuis, il y a tout une partie de la gauche française, comme le PC ou le Front de gauche, qui vit dans une sorte de déshérence intellectuelle ou de fantasmagorie. Cette gauche, pourtant privée de son modèle de référence qui a échoué, n'a toujours pas atterri.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jurgio
- 21/11/2013 - 23:18
Les années mitteuses
Peyrelevade a raison : « Malheureusement, nous ne l'avons pas fait. ». Concluons plus justement : rien de bon n'a été fait ! La France a disparu au profit de la « Francialiste », aujourd'hui moribonde. Ce fut, en effet, un fort électro-choc pour qu'une majorité de citoyens ne s'en sont toujours pas remis et votent comme des robots.
jean fume
- 21/11/2013 - 19:23
En faisant de la politique fiction,
il serait intéressant d'imaginer, si quelqu'un avait eu la bonne idée de flinguer le mitteux dès le départ, quel sont les déboires que la France aurait évitée. Et quelle serait sa situation aujourd'hui.
LILLBee
- 21/11/2013 - 16:03
Et
Il avait fait un sketch sur le mariage homo avec Le luron, d'ailleurs... Plus drôle et en phase avec les français que FH