En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

06.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

07.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 3 heures 4 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 4 heures 37 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 6 heures 54 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 10 heures 46 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 11 heures 16 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 12 heures 37 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 13 heures 36 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 13 heures 50 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 4 heures 2 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 4 heures 58 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 7 heures 50 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 11 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 11 heures 54 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 12 heures 10 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 12 heures 54 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 13 heures 14 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 13 heures 37 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 13 heures 59 min
© Reuters
JFK a été assassiné le 22 novembre 1963.
© Reuters
JFK a été assassiné le 22 novembre 1963.
1963-2013

Où étiez-vous quand… ? L’Histoire des 50 dernières années par ses moments chocs : la mort de Kennedy et les années 1960

Publié le 19 novembre 2013
Avec
La décennie 1960 a vu l'histoire du monde prendre plusieurs tournants majeurs, notamment dans notre pays. Retour sur les événements qui ont marqué une vraie rupture dans ce premier épisode de notre série "Les moments chocs de l'histoire".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Moreau Defarges est chercheur à l'Institut français des relations internationales (IFRI) et professeur à l'Institut d'études politiques de Paris. Spécialiste des questions internationales et de géopolitique, il est l'auteur de très nombreux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La décennie 1960 a vu l'histoire du monde prendre plusieurs tournants majeurs, notamment dans notre pays. Retour sur les événements qui ont marqué une vraie rupture dans ce premier épisode de notre série "Les moments chocs de l'histoire".
Avec

A l'occasion du cinquantième anniversaire de l'assassinat du 35è président des Etats-Unis John Fitzgerald Kennedy, le sociologue Michel Maffesoli revient sur son sentiment et son souvenir de cette date qui a marqué la décennie des années soixante dans le monde entier.

Michel Maffesoli : Un événement mondialement médiatisé, un drame en temps réel, une des premières fois que le rite piaculaire (pleurer ensemble) s’exerce en même temps sur toute la planète. Sa mort dramatique clôt la courte carrière politique de ce président, qui inaugure vraiment la mise en scène de la vie privée dans l’espace public, l’utilisation de son physique et de sa famille comme arguments de pouvoir. Signant ainsi le début du déclin du politique.

Philippe Moreau Defarges, ancien diplomate et chercheur à l'Institut Français des Relations Internationales a choisi quatre dates, quatre événements de cette décennie qui selon lui ont marqué une vraie rupture dans l'Histoire du monde et de la France. Jean-François Kahn et Michel Maffesoli nous racontent comment ils ont vécu ces moments clés

1962 : la crise des missiles de Cuba

Philippe Moreau Defarges : C’est une date très importante dans l’histoire mondiale car elle correspond à une prise de conscience des dangers de l’utilisation de l’arme nucléaire. C’est un événement qui a marqué le monde entier. Cela a surtout concerné les États-Unis et l’URSS bien sûr, mais même en France est apparue à ce moment-là la vraie peur d’un dérapage de la question nucléaire.

Jean-François Kahn : J’étais à ce moment journaliste au service de politique étrangère de Paris-Presse. Je me souviens que cela  été un moment émotionnel car c’était la dernière fois où l’idée qu’il pouvait y avoir une guerre mondiale avec l’utilisation de bombes nucléaires apparaissait comme crédible. Cela reste cependant un événement ponctuel, plus qu’historique, car comme cela ne s’est finalement pas fait, on ne peut pas dire que cela a modifié le cours de l’Histoire.

Michel Maffesoli : Notre génération a largement occulté la réalité de la menace communiste, au profit même d’une certaine révérence pour le régime soviétique. Il faut dire qu’en France nombre d’intellectuels ont fait montre de peu de discernement et n’ont dénoncé que très tardivement ce régime totalitaire.

1968 : l’offensive du Têt

Philippe Moreau Defarges : Cet événement majeur de la guerre du Vietnam a confirmé définitivement que la supériorité technique et économique n’est pas un argument suffisant pour gagner une guerre. La détermination d’un peuple apparaît comme l’élément clef dans le cadre d’un conflit. La France a d’ailleurs, à son échelle, expérimenté une telle situation avec la guerre d’Algérie, ou, même si cela est plus ancien, la défaite de Dien Bien Phu. Le conflit au Vietnam est également un des derniers événements marquant d’un phénomène qui a marqué la décennie 1960 : la décolonisation.

Jean-François Kahn : J’ai pu assister à cet événement puisque j’étais à ce moment-là dans la ville de Hué, où je couvrais la guerre pour l’Express. Choisir l’offensive du Têt comme fait majeur se défend tout à fait, en le considérant comme le premier signe d’une vulnérabilité de la puissance américaine. D’ailleurs, cette offensive du Têt a été militairement un échec. Mais le fait que, pendant plusieurs semaines, le Vietnam puisse s’emparer de l’ambassade américaine, ou de la ville de Hué où je me trouvais, c’est le symbole fort que la puissance des États-Unis devenait vulnérable. 

Michel Maffesoli : Le soutien du « peuple vietnamien » contre « l’impérialisme américain » constituait un passage obligé de la contestation étudiante avant les évènements de 1968. A l’image des étudiants américains, les étudiants français s’impliquaient pour la première fois dans un conflit autre que national. Sans toujours pressentir les implications d’une victoire du communisme. En effet, au-delà du passage obligé de la défense du petit peuple vietnamien contre le géant américain, certains n’avaient pas hésité à soutenir l’un des évènements les plus barbares de l’histoire contemporaine, la révolution culturelle chinoise. Ou bien se tromperaient plus tard cruellement en se réjouissant de la victoire des Khmers rouges au Cambodge. (N’oublions pas qu’un philosophe célébré par les médias actuellement, Alain Badiou, écrivait en 1979 dans le Monde, « Kampuchea vaincra »).

Mai 1968

Philippe Moreau Defarges : Cet événement marque le déclin, si ce n’est la fin, de deux structures qui étaient à l’époque des piliers de l’organisation sociale : le Parti communiste et l’Église. Cette année, c’est même la plupart des partis communistes qui ont été ébranlés. En France en tout cas, c’est une certaine idée qui meure : celle de l’ordre et de la hiérarchie. C’est un moment qui marque la fin de De Gaulle et, plus généralement, d’une certaine France. C’est un moment qui marquera également l’envol de la prise de conscience écologique et le triomphe de la société de consommation dans une France qui se paie une révolution non sanglante, que je qualifierais de « révolution d’enfants gâtés ».

Jean-François Kahn : Je l’ai là aussi vécu de très près car je couvrais Mai 68, là aussi pour l’Express, depuis le premier jour. Clairement, je ne connais pas d’événement où il y a une telle dichotomie entre la réalité de l’événement lui-même, et la façon « mythologique » dont on le raconte après-coup. Ce qui est intéressant, c’est que c’est un événement universel, car il y a aussi un « mai 68 » aux États-Unis,  à l’université de Berkeley, mais aussi à Mexico, en Italie… Il y a là une mondialisation d’un malaise de la jeunesse par rapport à une évolution de la société qui, avec du recul était peut être même assez positive ! Et ce sont des générations entières qui en ont pris conscience au même moment et qui ont réagi. C’est ça le plus important.  

Michel Maffesoli : On a parlé à propos de Mai 68 de « révolution », de contestation politique, de volonté de renverser le pouvoir, de prise de conscience par la jeunesse de son importance. Il me semble cependant que 68 inaugure plutôt un vrai changement de paradigme : l’événement prend sens non plus par sa finalité, mais au présent. Le monde appartient aux manifestants, parce qu’ils sont ensemble dans la rue, qu’ils occupent l’université, que leur projet est de faire de leur vie (sur le moment) une œuvre d’art.

Politiquement, Mai 68 a plutôt été influencé par les courants anarchistes, situationnistes, ultra-gauchistes que par le léninisme et le trotskysme des gauchistes. Il s’inscrit ainsi dans la grande lignée inaugurée par le romantisme, puis par le surréalisme deux périodes de l’histoire où dominent l’affect, les émotions, un vision poétique du monde. C’est le début « d’homo eroticus ».

1969 : l’homme marche sur la Lune

Philippe Moreau Defarges : L’homme réalise là un de ses vieux rêves. En effet, en pouvant voir la Terre de la Lune, il en réalise la fragilité et la petitesse. Cependant, malgré l’importance de l’évènement, l’homme n’a pas fait grand-chose d’une telle avancée, et la Lune reste aujourd’hui un astre mort, la faute à la nécessité de moyens considérables pour donner une suite à cette avancée.

Jean-François Kahn : Les gens ont pratiquement oublié le programme de l’exploration de la Lune, alors que c’est pourtant quelque chose de considérable. Je crois qu’il y a plus de gens qui se souviennent du Spoutnik que du premier homme sur la Lune.

Michel Maffesoli : Cet événement inaugure la fin du « géocentrisme ». Ensuite, les astrophysiciens nous apprendront qu’il existe des plurivers (et non un univers), voire que l’univers que nous voyons n’est qu’une sorte d’immense reflet du réel, un univers chiffonné (Luminet).

Mais l’homme qui marche sur la Lune, c’est également une nouvelle version du mythe, celui de Jules Verne ou d’Hergé, et quand on apprend que les Américains avaient préparé un « faux alunissage » au cas où le vrai aurait raté, on se prend à penser que cet événement est peut être un premier indice de l’importance que prendra le virtuel ou l’enrichissement du réel par l’irréel, le Fake.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Temüdjin
- 19/11/2013 - 12:28
@Thot7 ...
"The problem with the world is that the intelligent people are full of doubts, while the stupid ones are full of confidence" - Charles Bukowski
("Le problème du monde c'est que les gens intelligents sont remplis de doutes, alors que les imbéciles sont remplis d'assurance")
Je n'en doute pas !
Thot7
- 19/11/2013 - 11:09
Triste
Ce qui est triste c'est ce certains savent et d'autres croient savoir. Mais c'est ça l'histoire : de la manipulation. Tous ceux qui ont vu car proches de l'attentant sont miraculeusement morts ! Comme a dit un universitaire qui voulait faire une thèse sur la mort de JFK, il devait d'abord en informer, pour autorisation, les 5 personnes les plus puissantes des USA. C'est pour dire combien c'est verrouillé !
Temüdjin
- 19/11/2013 - 10:22
Ce 22 novembre 1963 ...
22 novembre 1963. C'était un vendredi, ainsi que ce le sera cette année. Je m'en souviens comme si c'était hier. Nous étions à New York.
Le vendredi après-midi était réservé au sport. Nous allions au YMCA, piscine puis gymnastique. Aux environs de 16hrs on nous annonça la terrible nouvelle, le président John Fitzgerald Kennedy avait été assassiné. Mes petites camarades pleuraient, nous étions hébétés, le monde semblait s'être arrêté.
Le lendemain, pluvieux, gris, comme si le climat partageait le deuil d'une nation toute entière.
Depuis, j'ai toujours eu l'impression que c'était à cette date que nous avions quitté l'après-guerre pour aborder les temps modernes. L'amorce se déclenchait, 1965, 1968, il y avait un souffle de renouveau qui s'estompa moins d'une décennie plus tard.
Mais il est vrai que la jeunesse, l'adolescence et le vécu personnel ont leurs bornes et leurs repères qui peuvent fausser l'objectivité et du ressenti de l'immédiateté du présent et, surtout, du regard apporté sur le passé.
Le simple nom de John F. Kennedy aujourd'hui encore me plonge invariablement dans une bulle d'émotions et de pensées, de réflexions sur le monde, son renouveau, son avenir.