En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

02.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

03.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

04.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

05.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

06.

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

07.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 5 heures 11 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 7 heures 37 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 11 heures 32 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 13 heures 1 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 14 heures 4 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 6 heures 42 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 10 heures 6 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 13 heures 29 sec
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 13 heures 2 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 13 heures 46 min
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 14 heures 30 min
© Reuters
80 % des cadres habitent en France métropolitaine.
© Reuters
80 % des cadres habitent en France métropolitaine.
Le grand fossé

Interdits aux pauvres et aux classes moyennes : ces pans entiers de la France où de plus en plus de Français n'ont plus les moyens d’habiter

Publié le 29 octobre 2013
Avec
"La France en Face", documentaire diffusé lundi 28 octobre sur France 3, présente une nouvelle carte sociale du pays. Plus que jamais, un fossé s'est creusé entre une France métropolitaine qui concentre 40 % de la population et 80 % des cadres, et une France périphérique laissée pour compte.
Maryse Bresson est enseignant-chercheur en sociologie à l'UFR des sciences sociales et au laboratoire Printemps, UVSQ. Titulaire d'un prix d'excellence scientifique en 2011, elle est notamment l'auteur de Sociologie de la précarité aux Editions Armand...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maryse Bresson est enseignant-chercheur en sociologie à l'UFR des sciences sociales et au laboratoire Printemps, UVSQ. Titulaire d'un prix d'excellence scientifique en 2011, elle est notamment l'auteur de Sociologie de la précarité aux Editions Armand...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"La France en Face", documentaire diffusé lundi 28 octobre sur France 3, présente une nouvelle carte sociale du pays. Plus que jamais, un fossé s'est creusé entre une France métropolitaine qui concentre 40 % de la population et 80 % des cadres, et une France périphérique laissée pour compte.
Avec

Atlantico : Dans le documentaire, "La France en Face", diffusé sur France 3 ce lundi, le géographe Christophe Guilluy a établi une nouvelle carte sociale du pays. Selon lui, il y a deux France. L'une, métropolitaine, concentrerait 40% de la population mais 80% des cadres, l'autre, la France périphérique, se situerait autour de ces zones et se composerait essentiellement de catégories populaires qui ont dû quitter ces métropoles. Existe-t-il des zones dans lesquelles certaines catégories de population ne peuvent plus vivre ? Ce phénomène concerne-t-il essentiellement les classes populaires ou est-il en train de s'étendre aux classes moyennes ?

Maryse Bresson : Les classes moyennes, comme les classes populaires, ne peuvent en effet plus rester sur certains territoires qui leur deviennent de plus en plus inaccessibles financièrement. Le mécanisme de base n’est toutefois pas celui de l’exclusion volontaire, mais, comme le décrit bien le reportage que vous citez, plutôt un mécanisme d’appropriation progressive de territoires à cause de la concentration volontaire des mêmes classes, sur les mêmes territoires. Or, l’absence de mixité par définition, touche toutes les classes. Par ailleurs, ce sont les classes supérieures, notamment, mondialisées, qui choisissent en premier le territoire qu’elle veulent habiter ; puis les classes supérieures nationales, et le mouvement se répercute de proche en proche,  chacun voulant rester tant qu’il peut, avec ceux qui sont du même "niveau" que lui. Le mécanisme de base me semble donc celui qui pousse chacun à vouloir éviter ce que l’on pourrait appeler, un déclassement résidentiel ; et aussi, la préférence individuelle à vouloir rester dans "l’entre-soi".

Claude Dubois : Si les classes populaires ont été les premières touchées, aujourd’hui, le phénomène se propage aux classes dites "moyennes". A Paris, se promener au hasard des rues suffit à se rendre intuitivement compte des changements, chaque jour  de plus en plus ancrés.

Bouchers et poissonniers appartiennent aux classes moyennes. Jadis, après le travail, en début d’après-midi le dimanche, souvent ces commerçants faisaient une belote dans le bistrot d’à côté. De telles scènes ne se voient plus. D’abord, le bistrot a ôté son comptoir ou il l’a rogné : il a mué en « café ». Ensuite… eh bien ! les boucheries comptent moins de garçons-bouchers… Les budgets sont restreints, ceux des classes moyennes se serrent la ceinture. Petit à petit est morte la poésie de Paris. Au vrai, Paris lui-même.

Les familles des classes moyennes ont du mal à payer des loyers devenus faramineux. Elles quittent le centre des villes, elles abandonnent Paris…

Les comparaisons entre le présent et le passé s’imposent naturellement. Il y a quelques décennies, nombre de petits restaurants de quartier étaient tenus par des femmes, des provinciales. Quand ils demeurent, ces petits restaurants sont devenus des établissements de cuisine exotique : italienne, asiatique etc. On en revient aux comptoirs disparus des bistrots. Sans compter les laiteries, les marchands de couleurs etc., abolis, oubliés, un Paris antédiluvien ! Le long des trottoirs, les boutiques étaient plus diversifiées, plus bariolées.

Peut-on parler de ségrégation socio-spatiale ? S'apparente-t-elle à une forme d'apartheid qui ne dit pas son nom ?

Maryse Bresson : On peut parler de ségrégation socio-spatiale, au sens d’une séparation physique des classes sociales dans leurs lieux d’habitation. Cette ségrégation dans les lieux d’habitation est redoublée par le fait que les classes sociales ne se retrouvent pas non plus dans les lieux de travail (encore moins, avec la mondialisation), ni dans leurs lieux de loisirs – il y a en réalité très peu d’espaces communs aux différentes classes et on voit bien que les espaces publics et les transports publics sont eux-mêmes des enjeux de plus en plus sensibles.

Pour autant, il ne s’agit pas d’apartheid pour plusieurs raisons. D’abord, les critères de regroupement ne sont pas ethniques ou raciaux, ils sont d’abord sociaux ; de ce point de vue, la question ethnique dans les banlieues est importante mais je rejoins pour ma part les sociologues qui, comme Loïc Wacquant, considèrent qu’elle reste dérivée de la question sociale. Surtout, on ne peut pas parler d’apartheid, parce qu’il n’y a pas de système politique qui organise la mise à l’écart volontaire de certaines populations. En réalité, il n’y a même pas de mise à l’écart à proprement parler. En revanche, il y a des mécanismes qui aboutissent à un résultat très proche à savoir : une division spatiale et sociale qui permet de moins en moins l’échange, la mixité, la proximité spatiale.

Claude Dubois : Une incroyable uniformisation s’empare de Paris et des grandes villes françaises. Et plus encore du monde, celui des pays "avancés".

Paris était un creuset où s’opérait une fusion sociale intense. Né en 1893, l’un de mes grands-pères, arrivé à Paris à l’Armistice de 1918, n’avait pas de métier bien défini, mais il n’était pas ouvrier. Il habitait le 4ème arrondissement miséreux de l’époque, "le Marais", comme on ne disait plus depuis longtemps… Qu’à cela ne tienne, il vaquait à ses occupations en costume et melon. Il cherchait à "monter" – l’échelle sociale –, à "arriver", son intention n’était pas  d’affirmer "son identité", "sa culture", que sais-je encore… Il y avait donc déjà une certaine uniformisation, me contredira-t-on. Certes… mais elle n’était pas basée sur le droit aux loisirs, le désir de farniente, sur la culture pour tous… Elle permettait au sentiment parisien d’éclore. Devant se débrouiller pour vivre, celui de la Grand’ Ville mettait en pratique "le système D". "J’ai ma combine…" chantait Milton…

Cette tendance se retrouve-t-elle plus globalement dans les autres pays développés ?

Maryse Bresson : Dans les autres pays développés ou même, en voie de développement, on assiste à des phénomènes similaires de concentration des populations dans des territoires choisis, c’est même une caractéristique de la mondialisation. Mais, tous les pays n’ont pas le même rapport à la question des inégalités, tous n’ont pas la même histoire. En ce sens, les conséquences de ces mouvements de concentration géographique pourraient être différentes d’un pays à l’autre - mais lesquelles, c’est difficile de le dire pour l’instant. La sociologie ne permet pas de faire des prédictions, elle observe les évolutions et donne des outils pour les analyser.

 

Comment en sommes-nous arrivés à cette situation ? Les conséquences du phénomène de "boboisation" des grandes villes ont-elles été sous-estimées ?

Maryse Bresson : La « boboisation » des grandes villes est un élément explicatif important en effet. Comme je l’ai déjà rappelé dans un article récent pour Atlantico, le sociologue Jacques Donzelot a publié en 2004 un dossier  dans la revue Esprit intitulé : La ville à trois vitesses : gentrification, relégation, périurbanisation. Cet auteur met en évidence deux phénomènes qui cumulent leurs effets : d’une part, les aspirations des ménages aisés à se concentrer “entre soi” ; d’autre part, les politiques qui ont favorisé depuis des décennies l’accession à la propriété. Les classes les plus aisées se sont approprié les centres villes où les prix des logements sont devenus dissuasifs pour les classes populaires et même, pour les classes moyennes : c’est la gentrification. Les classes moyennes et les classes populaires les plus aisées ont acheté un pavillon dans les couronnes plus éloignées des villes : c’est la périurbanisation. Les précaires enfin n’ont pas pu bénéficier de l’accession à la propriété et sont restés sur place, dans les anciennes zones d’habitat social désertées par les classes moyennes, qui se sont dégradées : c’est la relégation.

La situation a donc des facteurs pluriels. Les « bobos » ne sont pas les seuls en cause, toutes les classes sociales sont tentées par le phénomène d’entre-soi et cherchent à mettre à distance les classes « inférieures » –comme pour se prémunir du déclassement. Mais les préférences individuelles ont des effets collectifs en développant le phénomène de ghettos (de riches, de classes moyennes, de précaires). Les politiques de logement ayant permis et même encouragé les regroupements par « préférence sociale », ont aussi une part importante de responsabilité.

Quel rôle la crise et les prix de l'immobilier ont-ils pu jouer dans l'amplification de la mise à l'écart d'une partie de la population ?

Vincent Bénard : En France, les mécanismes d'exclusion par l'immobilier sont principalement les suivants. Tout d'abord, depuis 1998, le renchérissement de l'immobilier comparé au revenu des ménages a atteint en moyenne 80%, selon les données accumulées par l'économiste du ministère du logement Jacques Friggit. Cette hausse est liée à la conjonction d'un crédit bon marché et de lois foncières organisant la pénurie de foncier constructible. Ce chiffre médian masque de fortes disparités affectant en priorité les agglomérations importantes, où la situation est la plus tendue. Le résultat est que les ménages les moins solvables doivent consacrer une part croissante de leur budget pour se loger dans des conditions de moins en moins satisfaisantes.

Puis viennent trois constats préexistants à la formation de la bulle sur les prix du logement, mais que la flambée des prix a évidemment exacerbés :

- Le législateur, depuis 1982, a cru bon de rétablir un encadrement contraignant des loyers et d'augmenter la protection des locataires en difficulté, de bonne ou de mauvaise foi. Cette volonté de protection atteint son paroxysme aujourd'hui avec la promulgation de la "GUL", garantie universelle du loyer voulue par le gouvernement. Le résultat est que les bailleurs se montrent de plus en plus exigeants, pour louer des unités même médiocres, exigeant des revenus minimaux élevés et réguliers, des cautions familiales, etc... Résultat, les familles modestes qui ne peuvent satisfaire à ces prérequis se retrouvent sur le "marché gris" des logements insalubres, meublés délabrés, etc... Et lorsque vous habitez un logement indigne, vos opportunités de tisser du lien social avec vos semblables s'amenuisent.

- Les organismes de logement HLM, soucieux d'équilibrer leurs comptes, tendent à privilégier les locataires "à bon potentiel" dans les logements sociaux modernes bien intégrés dans des quartiers de logements majoritairement privés. En contrepartie, les populations jugées plus difficiles sont cantonnées aux cités les plus en difficulté. Ce biais socio-économique lié aux nécessités de gestion des organismes HLM a été dénoncé par le rapport Simon dès 2001, mais rien n'a changé depuis. Les résultats désastreux de ce profilage des locataires par les bailleurs publics a fortement contribué à créer des ghettos ethniques concentrant pauvreté et chômage, véritables zones de non droit dont même les plus volontaires ont du mal à se sortir.

- A contrario, ceux qui ont la chance d'habiter un "bon HLM" bien intégré dans un quartier de classes moyennes, qui savent qu'ils paieraient deux fois plus dans le privé et qu'ils ne sont pas assurés d'obtenir à nouveau un logement aux mêmes conditions dans un autre endroit, s'accrochent coûte que coûte à leur logement subventionné. Le résultat est que lorsqu'ils perdent leur emploi, ils tendent à réduire leur périmètre de recherche pour ne pas avoir à déménager. Ce manque de mobilité influe négativement sur leur capacité à retrouver du travail. La population occupant un logement social est donc plus à même d'être affectée par le chômage de longue durée de ce seul fait.

Faire disparaître ces effets pervers suppose autre chose que la suite de bricolages textuels hasardeux dont nos politiques nous ont bombardés ces dernières décennies. Libérer le foncier constructible pour en faire baisser drastiquement le prix, et faire sauter les verrous à la mobilité locative, sont deux prérequis indispensables pour espérer retrouver un fonctionnement du marché immobilier satisfaisant la quasi totalité des ménages à un coût acceptable, et limitant le besoin d'intervention de la collectivité aux seuls cas d'urgence.

Patrick Chappey : Depuis une quinzaine d'année, les conséquences de la crise et de la bulle Immobilière se sont amplifiées un peu plus du fait de la conjugaison de l'augmentation des prix de la pierre et d'une conjoncture économique catastrophique.

En effet, la crise du logement qui touche principalement les grandes agglomérations joue un rôle de plus en plus néfaste qui ne favorise pas la mixité sociale, créant un fossé encore plus grand entre les riches et la classe moyenne, opposant les jeunes aux vieux et les familles aux célibataires.

De toute évidence, seuls des propriétaires qui vont vendre pour s'agrandir, ou de riches héritiers, ont les moyens aujourd'hui de se payer un toit dans les zones tendues. Cela entraine de fait une mise à l'écart de la classe moyenne, qui est obligée de s'éloigner toujours plus loin des villes pour se loger. 

Un récent sondage fait sur la plateforme de gestion locative Gererseul.com, montrait que les retraités qui n'ont plus les moyens d'espérer un logement de taille convenable pour leur retraite - deux ou trois pièces - devenaient les vrais concurrents des étudiants sur les petites surfaces.

Enfin, les dernières statistiques font apparaitre que l'accédant à un logement en centre ville est une fois sur deux un jeune cadre célibataire avec des revenus élevés, et l'âge moyen des acquéreurs, toujours en centre ville, baisse d'année en année, pour être de 32 ans aujourd'hui. Cela montre bien la désertion des familles dans le cœur des grandes agglomérations qui n'ont plus les moyens d'acquérir le nombre de pièces dont elles ont besoin.

Ces dernières années, les médias ont beaucoup braqué la lumière sur la situation des banlieues. Ces zones sont-elles réellement les plus déshérités ? Les politiques n'ont-ils pas eu tendance à trop privilégier la banlieue, finalement plutôt bien reliée aux métropoles, au détriment de la France périurbaine ?

Maryse Bresson : La question est un peu étonnante. De quelles banlieues parlez-vous, et pensez-vous vraiment que les banlieues ont été privilégiées ?

Les médias comme la politique de la ville cherchent en effet à identifier les banlieues les plus défavorisées, qui méritent de recevoir des aides –celles qui cumulent des indicateurs de pauvreté par exemple, comme les zones urbaines sensibles, ou les zones d’éducation prioritaires. Mais la question n’est pas, selon moi, de savoir si ces territoires sont vraiment les plus déshérités, ou si d’autres territoires ne le seraient pas encore plus. En effet, cette manière de raisonner sous-entend que les territoires sont en concurrence pour obtenir des aides, et qu’il faudrait réserver les aides à ceux qui en ont le plus besoin ou, aux « plus méritants » ! Or, ce raisonnement me semble doublement biaisé. Il ne s’agit ni d’ identifier  les plus déshérités, qui en ont vraiment besoin –car, on risque de les stigmatiser encore plus, ou de manquer la cible ; ni, de mieux identifier des nouveaux territoires qui en auraient encore plus besoin. Il faut plutôt repenser une solidarité globale entre les territoires ; et remettre partout de la mixité sociale, du lien : entre les populations, comme entre les territoires. Cela passe par des politiques qui pensent ensemble les différentes échelles de territoires et leurs interdépendances, au lieu de privilégier l’une ou l’autre.

Quelles conséquences cette nouvelle répartition géographique a-t-elle sur les équilibres sociaux mais aussi politiques ?

Maryse Bresson : Il  y a toujours eu des phénomènes de mise à distance entre les classes sociales,  mais il semble qu’ils prennent une ampleur nouvelle. Surtout, le problème de la nouvelle répartition géographique, c’est qu’on ne sait pas vers quel équilibre social et politique elle mène. En fait, il s’agit plutôt aujourd’hui d’une addition de déséquilibres, qui contribuent à la méconnaissance par chacun de ce que vivent réellement les autres. C’est pour cela que Jacques Donzelot, que j’ai déjà cité, en appelle à la politique de la ville pour «  refaire société ». Il y a en effet actuellement une mise en cause du vivre ensemble dans la société, et la question de l’équilibre social et politique dépend de la manière dont les inégalités sociales et spatiales vont être perçues comme légitimes, ou pas.

Dans la société républicaine, les inégalités sont acceptables quand elles recouvrent des inégalités de mérite et quand la mobilité sociale ascendante, par la réussite scolaire notamment, est possible. Mais, si la réussite scolaire puis sociale dépendent de l’endroit où on habite, si l’ascenseur social ne permet plus d’atteindre les classes supérieures, ou les quartiers plus aisés, on a une mise en cause du « pacte républicain ». Les inégalités deviennent donc illégitimes, du point de vue de ce pacte républicain. Vont-elles trouver une autre légitimité ? Je ne peux pas le dire, mais il est logique de penser que les équilibres sociaux et politiques seront forcément modifiés.

Claude Dubois : Personne n’a la clé de l’avenir. Ces derniers temps, néanmoins, avec l’insuccès du gouvernement et du président de la République, avec, également, la méfiance des Français sondés à l’égard de l’opposition de « droite », des questions brûlantes se posent quant aux échéances électorales à venir. En particulier, les élections européennes.

Tout porte à croire qu’il y aura un fossé entre le vote de Paris et celui de la France dans son ensemble. « Tout porte à croire » mais, en la matière, rien jamais n’est joué avant le vote in vivo.

A mon sens, les « bobos » du centre des grandes villes pèchent par un manque de « réalisme ». Dans l’ensemble, eux ne vont pas trop mal, mais la France souffre. Les « petits » ne se reconnaissent plus dans les mesures qui les affectent, dans l’abandon dont ils se disent être victimes.

Dans les cas de détresse généralisée, les petites gens n’ont d’autre solution que de se rattacher à leurs « racines », à ce qu’ils sont – ce qui leur reste. Selon les uns, certains partis politiques opportunistes risquent d’en profiter, selon les autres, il est temps que « les choses changent ». En tout cas, le fossé – une fracture, qui sait – entre la boboïsation des villes et « la France profonde » – si tant est que ce concept ait encore une quelconque signification – ne paraît pas près d’être comblé. Au contraire…

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

02.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

03.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

04.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

05.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

06.

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

07.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (66)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lsga
- 02/11/2013 - 21:04
Il faut construire massivement des logements
le secteur privé (les grandes banques) refusent de le faire car elles ont peur de provoquer un éclatement de la bulle immobilière.
 
De Gaulle n'avait pas hésiter à s'associer avec les Communistes et les Socialistes pour lancer un plan de construction massive de HLM.
 
Voilà la voie que l'Europe va devoir suivre.
Skagerrak
- 01/11/2013 - 16:42
Dans la capitale ,
les immeubles vétustes sont abattus et remplacés par des logement sociaux donnés aux immigrés , petit à petit certains quartiers de Paris seront entièrement habités par de étrangers qui auront reçu un logement contre un vote . C'est dégueulasse . Les autres , anciens parisiens sont obligés de partir , ils n'ont pas droit aux immeubles sociaux . La mise en application du think thank socialiste Terra Nova , pour rester au pouvoir , il faut changer de population .
DEL
- 01/11/2013 - 16:30
@Golvan
Vous savez, comme moi, que dans quelque type de société que ce soit vous aurez toujours des extrémistes qui utiliseront n'importe quel moyen, dont la religion, pour arriver à leurs fins. Vous savez donc aussi que ce n'est pas une religion qui est en cause, mais quelques types dangereux qui s'en servent. Chasser ceux-là, je suis pour, les confondre avec ceux qui pratiquent tranquillement sans rien demander à personne, je suis contre. Je ne hurle pas avec la meute: je regarde et je réfléchis, Ce qui doit être fait doit l'être sans appel à la haine ni à la vieille technique du bouc émissaire, dont on ne sait jamais sur quoi elle va déboucher.
Et, en tant que franc-maçon athée, j'estime que tout être humain doit pouvoir exercer sa religion librement, mais sans empiéter sur la liberté de l'autre. Virons ceux qui ne respectent pas ces principes, gardons les autres, discrètement: le battage médiatique ne peut que nuire dans ce genre d'affaires.