En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
info atlantico
François Fillon est désormais devancé par Alain Juppé dans les souhaits des sympathisants UMP pour 2017.
Sondage

Souhaits des sympathisants UMP pour 2017 : Sarkozy progresse encore, Fillon chute et Juppé le devance

Publié le 22 septembre 2013
Selon un sondage Ifop/Atlantico, 62% des sympathisants UMP souhaitent que Nicolas Sarkozy représente le parti à l'élection présidentielle de 2017. Alain Juppé est deuxième (13%) devant François Fillon (12%).
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage Ifop/Atlantico, 62% des sympathisants UMP souhaitent que Nicolas Sarkozy représente le parti à l'élection présidentielle de 2017. Alain Juppé est deuxième (13%) devant François Fillon (12%).

L'Ifop a réalisé pour Atlantico un sondage exclusif afin de connaitre l'opinion des sympathisants de l'UMP quant à l'homme ou la femme qu'il voudrait voir représenter le parti pour l'élection présidentielle de 2017.

(Cliquer pour agrandir)

[1] Sondage Ifop pour Atlantico.fr réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 27 février au 1er mars 2013 auprès d’un échantillon de 433 sympathisants de l’UMP, extrait du cumul de deux échantillons correspondant à un total de 2179 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus

[2] Sondage Ifop pour Valeurs Actuelles réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 2 au 5 avril 2013 auprès d’un échantillon de 555 sympathisants de l’UMP, extrait du cumul de deux échantillons correspondant à un total de 3014 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus

[3] Sondage Ifop pour Valeurs Actuelles réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 19 au 28 juin 2013 auprès d’un échantillon de 403 sympathisants de l’UMP, extrait du cumul de deux échantillons correspondant à un total de 2278 personnes, représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus.

[4] Sondage Ifop pour Sud Ouest Dimanche réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 21 au 30 août 2013 auprès d’un échantillon de 424 sympathisants de l’UMP, extrait du cumul de deux échantillons correspondant à un total de 1998 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

(Cliquer pour agrandir)

Atlantico : En recueillant 56% des préférences chez les sympathisants de l'UMP en cas de primaire pour 2017, Nicolas Sarkozy fait figure d'ultra-favori. En revanche François Fillon est désormais devancé par Alain Juppé et tombe à 12%. L'ancien Premier ministre paie-t-il sa prise de position concernant le FN ? En quoi ?

Jérôme Fourquet : Les propos de François Fillon sur le FN s'expliquaient par sa prise de conscience que la base de l'UMP est très droitisée : un sympathisant UMP sur deux est désormais favorable à des accords avec le FN. L'avance considérable de Nicolas Sarkozy obligeait également François Fillon à venir le concurrencer sur le terrain de la droite décomplexée pour réduire l'écart. Mais notre sondage révèle que l'opération ne lui a pas été très profitable, au moins auprès des sympathisants UMP. Nicolas Sarkozy augmente encore son avance et François Fillon est désormais devancé par Alain Juppé. La polémique a eu un très faible impact sur l’état des forces en présence et sur le souhait des sympathisants UMP concernant la prochaine élection présidentielle. Alors que le microcosme politico-médiatique s'est déchiré et agité sur cette affaire, l'électorat de droite a assez peu modifié son jugement sur les candidats potentiels. Ce sondage fait apparaître un décalage entre le microcosme et le souhait des sympathisants.

Les sympathisants UMP sont pourtant majoritairement favorables à des alliances avec le FN… Comment expliquez-vous ce paradoxe ?

Les sympathisants n'ont pas réagi tant sur le fond que sur la forme. Ils veulent avant tout que leur parti soit rassemblé, uni et offensif face à la gauche. La prise de position de François Fillon a été perçue comme politicienne et tactique, manquant peut-être un peu de sincérité. L'épisode a été vécu comme un énième épisode de la guerre des chefs. La stature de Nicolas Sarkozy est renforcée tandis que François Fillon cède encore du terrain.

Ce sondage confirme-t-il donc malgré tout la droitisation de l'UMP ?

Oui, il faut bien distinguer le fond et la forme. Sur le fond, l'électorat UMP, majoritairement favorable à des alliances avec le FN, n'a pas été choqué des propos de François Fillon. En revanche, il a été sanctionné sur la forme. Plus que comme une position personnelle, sa prise de position a été interprétée comme un moyen purement tactique de raviver la guerre des chefs et de se "placer" dans la perspective de la présidentielle de 2017

L'une des surprises de ce sondage est également la percée d'Alain Juppé. Comment l'expliquez-vous ?

Alain Juppé a réagi dans cette polémique et est apparu une nouvelle fois dans la posture du sage et du recours. Malgré sa prise de risque, François Fillon n'a pas mordu sur la base la plus droitière de l'UMP qui continue de soutenir massivement Nicolas Sarkozy. En revanche, il a perdu des points parmi les sympathisants modérés qui, du coup, se sont tournés vers Alain Juppé.

Qu'en est-il des autres candidats ?

Jean-François Copé, Xavier Bertrand ou Bruno Le Maire font du surplace. Pour les sympathisants UMP, le match ne se fait pas avec eux. Nicolas Sarkozy est toujours le principal recours tandis que chez les non-sarkozystes, Alain Juppé gagne du terrain sur François Fillon car il apparaît finalement plus clair et plus constant, notamment sur la question des alliances avec le FN.

Méthodologie du sondage :

Ce document présente les résultats d’une étude réalisée par l’Ifop. Elle respecte fidèlement les principes scientifiques et déontologiques de l’enquête par sondage. Les enseignements qu’elle indique reflètent un état de l’opinion à l’instant de sa réalisation et non pas une prédiction.

Ce sondage a été effectué sur un échantillon de 412 sympathisants de l’UMP, extrait du cumul de deux échantillons correspondant à un total de 1634 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

La représentativité des échantillons nationaux a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) sur une période allant du 18 au 20 septembre 2013. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

02.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

03.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

04.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

05.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

06.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

07.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (57)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DavidDomTom
- 24/09/2013 - 15:35
Citation d'Albert Einstein
"La politique c’est éphémère mais une équation est éternelle."
Vous aurez compris que nos partis politiques ne détiennent pas les solutions pour résorber le chômage, et relancer l'économie.
Thoisa
- 22/09/2013 - 20:06
qui ose débatttre
le débat politique devrait être moins idéologique, plus pragmatique ouvert et sans tabous. c'était cela la démocratie: débattre; y compris des questions gênantes. les extrêmes n'auraient sans doute pas le poids qu'on leur voit aujourd'hui si gauche et droite dites modérées ne s'étaient radicalisés et s'étaient comportés convenablement à l'égard des français en respectant leurs opinions quand les "leaders politiques" votent des Traités et de simples lois qui ne suivent que leurs chimères, pour ne pas dire les fantasmes qu'ils ont construit pendant leurs années d'école puis de militantisme. gouverner ne consiste pas à servir le client qui vous place. comme l'a fait Sarkozy et maintenant Hollande. le mot peut être dur, mais ces deux là n'avaient qu'un niveau d'activiste du quartile supérieur, certes, mais incapable de prendre la mesure de ce qu'est un Etat pour le gouverner; il est désolant d'avoir à faire ce même constat de médiocrité chez les ministres et conseillers dont ils se sont entourés. c'est consternant.
Jefferson
- 22/09/2013 - 14:02
jefferson
Je crois plutôt qu'il n'y a personne à l'UMP capable de devenir Président de la République pour "redresser la France " Le spectacle est trop calamiteux et qui se poursuivra encore longtemps auquel s'ajoute la gestion désastreuse du Parti ( tendre la main pour mendier ? ) Je ne crois pas non plus que NS soit le sauveur attendu par certains , même si la compétence de NS n'est pas en cause !
Pour l'instant , en cas d'élections "nationales" , je ne vois que le vote FN ,ou le vote "blanc"