En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© Reuters
Le mandat de Ben Bernanke, qui préside la Banque centrale américaine depuis 2006, s'achèvera le 31 janvier prochain et Barack Obama doit désigner un candidat dont la nomination devra être validée par le Congrès.
Le vrai enjeu
G20 ou pas, pourquoi l’avenir de l’économie mondiale ne tient en réalité qu’à une décision de Barack Obama
Publié le 05 septembre 2013
Le président américain doit désigner prochainement le successeur de Ben Bernanke dont le mandat à la tête de la Banque centrale américaine se termine en janvier. En course : Lawrence Summers et Janet Yellen, deux visions économiques qui s'opposent au sein de l'institution.
Nicolas Goetzmann est Stratégiste Macroéconomique et auteur d'un rapport sur la politique monétaire européenne pour le compte de la Fondapol.Cécile Philippe est présidente et fondatrice de l’Institut économique Molinari, un organisme de recherche qui...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann et Cécile Philippe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est Stratégiste Macroéconomique et auteur d'un rapport sur la politique monétaire européenne pour le compte de la Fondapol.Cécile Philippe est présidente et fondatrice de l’Institut économique Molinari, un organisme de recherche qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président américain doit désigner prochainement le successeur de Ben Bernanke dont le mandat à la tête de la Banque centrale américaine se termine en janvier. En course : Lawrence Summers et Janet Yellen, deux visions économiques qui s'opposent au sein de l'institution.

Atlantico : S'ouvre ce jeudi le G20, à Saint-Pétersbourg en Russie. Parmi les nombreux dossiers abordés, celui des politiques monétaires sera primordial. Or, les marchés sont en réalité suspendus à la décision de Barack Obama quant au successeur de Ben Bernanke, le président de la banque centrale américaine. En quoi la décision de son successeur est d'une importance capitale pour l'économie mondiale et la sortie de crise ?

Nicolas Goetzmann : L’ouverture du G20 masque en effet le véritable enjeu de cette rentrée économique. Ben Bernanke est sur le départ et le nom de son successeur sera connu au courant des prochaines semaines. Cette décision incombe à Barack Obama et il n’est pas certain que le président américain se rende compte de l’importance de son choix.

La Fed traverse depuis quelques mois une période d’incertitude qui a été provoquée par l’annonce de son actuel président de la fin des politiques non conventionnelles. Étant donné que les raisons objectives qui conditionnent la fin de ces programmes sont incertaines, le choix du nouveau président vient ajouter de l’incertitude à l’incertitude. Et le marché n’aime pas ça. La problématique tient surtout au fait que Lawrence Summers, actuel favori, n’a pas été entendu sur les problématiques monétaires depuis plusieurs années, il est donc difficile de faire une idée précise de ses intentions.

L’enjeu est décisif pour l’économie mondiale car la ligne de pensée du président de la Fed est le catalyseur principal du niveau d’activité des Etats-Unis. La “demande” américaine est en effet sous contrôle de la Fed, le choix qui revient à Obama sera en fait la principale décision économique de son mandat, en terme de conséquences réelles. Voila pourquoi le G20 devrait se résumer à un jeu de lobbying de couloirs en faveur de tel ou tel candidat.

Cécile Philippe: Cette décision est, en effet, capitale car la monnaie dans nos sociétés est devenue une création purement institutionnelle. La crise financière de 2008 a clairement une origine monétaire, en particulier elle repose sur une politique laxiste de création monétaire de la part des banques centrales et de la Fed, en particulier. Or, la politique mise en œuvre depuis lors a consisté à accroître encore cette création plutôt que de tenter d’assainir la situation.

Comme la monnaie ne repose plus sur un étalon marchandise depuis 1971, sa création dépend d’entités comme les banques centrales. Compte tenu de la suprématie du dollar, le rôle de la Fed et de son président sont donc essentiels pour l’économie mondiale. Pour rappel, la monnaie sert de rouage, d’intermédiaire dans tous les échanges, y compris internationaux et une monnaie de mauvaise qualité ne peut que détériorer ces échanges. En quoi cela a-t-il une importance pour la sortie de crise ? Tout dépend du rôle que l’on donne à la monnaie dans l’origine de la crise.

Les deux candidats sont Lawrence Summers - qui aurait la préférence du président américain et des dirigeants de la zone euro - et Janet Yellen, actuellement vice-présidente de la Fed. Quelles sont les différences de position entre ces deux personnalités ? En quoi leurs politiques et visions monétaires diffèrent-elles l'une de l'autre ? Et de celle de Bernanke ?

Nicolas Goetzmann : Les deux personnalités sont souvent perçues comme étant des “doves”, des “colombes” c’est à dire ayant une tendance à la souplesse monétaire. Pourtant, il faut se méfier de cette interprétation car une différence majeure oppose les deux candidats. Yellen soutient la politique de Bernanke depuis le début et serait même plutôt partisane d’une politique encore plus agressive afin de faire baisser le chômage rapidement. Lawrence Summers est quant à lui sur une position plus mesurée, et selon ses déclarations (qui datent de la crise), il ne croit pas en la capacité de la politique monétaire d’apporter un réel soutien à l’économie lorsque les taux d’intérêt sont déjà à 0. De plus, lors de son passage au poste de premier conseiller économique d’Obama, il n’a jamais perçu la nature monétaire de la crise.

Janet Yellen est le bon choix, il n’y a aucun doute, mais comme le résume bien le New York Times, Summers est un proche d’Obama et dispose du soutien de l’entourage du président. Face à cela, la discrète Janet Yellen n’a que peu de soutien politique. Un économiste de la BNP a pu mesurer l’impact de la décision sur la croissance américaine et donc sur l’emploi et estime la différence entre les deux candidats en termes d’emploi : 500 000 à la faveur de Janet Yellen.

Cécile Philippe : Lawrence Summers semble, en effet, avoir la préférence y compris celle d’économistes d’obédience keynésienne comme Brad de Long. Ce dernier pense qu’il sera plus créatif qu’un autre candidat, ce que la situation actuelle nécessiterait. Ils sont nombreux à le penser. Willem Buiter, chef économiste de Citigroup, accusait ainsi la BCE l’an passé d’être trop timorée dans sa politique monétaire. Les banques centrales auraient agi trop timidement.

Il s’agirait par exemple de réduire tous leurs taux à zéro, d’inventer des techniques d’assouplissement quantitatif encore plus agressives ou de procéder à un stimulus fiscal et monétaire direct auprès des particuliers et des entreprises afin de contourner des banques timorées. De ce point de vue, Larry Summers pourrait être un candidat plus enclin à poursuivre une politique de création monétaire laxiste mais les deux candidats ne différent pas vraiment dans le fond. Si différence il y a, c’est plus dans le style et le caractère.

Quoiqu’il en soit, tout ralentissement de la création monétaire rendra les "malinvestissements" visibles. Cela se traduira par des faillites et une remontée du chômage. Ce sont malheureusement des maux nécessaires pour assainir la situation. Il est cependant peu probable que la Fed se tienne à une politique monétaire restrictive si cela se produit. C’est inquiétant car l’économie mondiale a besoin pour, repartir sur des bases saines, de cesser cette politique monétaire qui alimente des bulles qui finissent toujours par exploser.

Alors que les monnaies des grandes économies émergentes se sont effondrées ces dernières semaines face au dollar américain, elles envisageraient la mise en place de réserves communes de devises pour peser davantage sur l'évolution des changes sur les marchés, et ainsi mieux se protéger. Comment la Chine, l'Inde ou la Russie se préparent-elles à la décision de la Fed ? Quelles en seront les conséquences pour elles ?

Cécile Philippe : La politique monétaire particulièrement laxiste de la Fed depuis le début de la crise a permis à tous les pays du monde de créer de la monnaie afin de bénéficier des avantages d’une monnaie faible. En ce sens, une « guerre des devises » à basse intensité a commencé avec la crise. Nombre de pays émergents ont bénéficié d’un afflux de dollars qui leur a permis de booster leurs investissements et de créer de la monnaie sans que celle-ci s’effondre.

La fin de cette politique de la Fed pose évidemment une contrainte importante quant à la politique de création monétaire de l’ensemble des autres banques centrales. L’idée de constituer des réserves de devises pour faire face à une politique moins expansionnistes de la Fed vise en fait à s’épargner de devoir ajuster en douleur la création monétaire.

Or, au-delà du fait qu’il est vraiment difficile de voir comment un tel système pourrait émerger quand les intérêts des diverses parties sont très divergents, il ne pourra sans doute pas faire l’affaire. En effet, seul un ajustement des politiques monétaires des autres banques centrales pourra éviter un effondrement durable des monnaies concurrentes du dollar. Car cet effondrement à terme tiendra à la politique plus ou moins laxiste des autorités en la matière.

Si l'on pense qu’il est grand temps d’envisager de relever les taux d’intérêt pour redonner du souffle à nos économies, la volonté de la Fed est de bon augure. Il est évident que les principaux partenaires commerciaux des États-Unis doivent s’y préparer et la meilleure façon de faire n’est pas de constituer des réserves mais sans doute de rendre leurs économies le plus flexible possible afin d’encaisser le choc d’une politique monétaire plus sage. La politique de la Fed est décisive tout simplement parce que les échanges continuent encore – compte tenu de la puissance de l’économie américaine – à se faire principalement en dollars et par conséquent, une véritable guerre monétaire est hors de question. Personne n’a les moyens ni intérêt à s’attaquer au dollar comme monnaie de réserve mondiale tant que les marchés du monde entier continuent d’en vouloir.

Nicolas Goetzmann : S’il reste un enjeu au G20, il s’agit bien des économies émergentes et de leur politique monétaire. Le Brésil, l’Indonésie, l’Inde etc, se préoccupent malheureusement bien plus de leur taux de change que de leur politique monétaire stricto sensu. Au contraire, les États-Unis se soucient de leurs données économiques internes. Si les pays émergents veulent éviter d’être impactés par les décisions de la Fed, ils peuvent réagir en conséquence. 

Cette volonté d’adopter un fonds de soutien dédié au marché des changes sera au mieux inefficace. Il suffirait d’adopter un régime d’objectif de PIB nominal afin de se prémunir contre de telles fluctuations. Il revient en effet à chaque banque centrale de choisir d’importer ou non la politique monétaire du voisin [voir notre article dédié : Croissance (nominale) : et si la vraie boîte à outils pour sortir de la crise était là, sous nos yeux ?]. Mais la partie la plus visible reste le taux de change, ce qui explique les récentes décisions, souvent inopportunes.

La probabilité croissante de la nomination de Lawrence Summers est une des causes principales de la chute actuelle des monnaies émergentes. Il est en effet perçu comme étant plus enclin que Yellen à resserrer les vannes monétaires de la Fed. Summers pourrait encore surprendre tout le monde en adoptant une ligne plus proche de celle de son opposante, ce qui pourrait l’aider dans son chemin vers la présidence de la Fed.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
07.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jackturf
- 06/09/2013 - 06:01
QUAND LES OGIVES NUCLEAIRES PRENNENT L'AIR...
La base aérienne américaine Dyess située au sud-ouest de Abilene, au Texas, est en pleine activité pour déplacer des ogives nucléaires sur la côte Est des Etats-Unis dans un transfert secret qui n’a aucune trace papier,
La source note que les ogives nucléaires ne sont généralement pas déplacées sans raison, et si les Etats-Unis ont décidé de les transférer cela signifie qu’ils ont l’intention de les utiliser.
«En aidant secrètement les rebelles syriens depuis 2011 Barack Obama a construit un scénario de 3ème Guerre mondiale entre la Russie et les Etats-Unis», conclut l’auteur de Infowars.selon une source d’Infowars.03/09/13.
http://www.youtube.com/watch?v=6j-Y3emRs0g
Gilly
- 05/09/2013 - 22:17
@ André Virasolvy
"les travailleurs sont obligés de s'endetter pour consommer"
Consommer quoi ? Le dernier gadget électronique ? La voiture neuve qui fait pâlir d'envie le voisin ? La maison de 150 m2 livrée clefs en main, avec la cuisine équipée et le terrain clôturé, parce que l'on veut tout , tout de suite ? Les vacances à la montagne l'hiver et celles d'été sur la côte d'azur ?

"Nous sommes alors dans l'engrenage infernal de l'endettement"
Il y a une solution à cela : acheter selon ses moyens, refuser les cartes de crédit et renoncer au superflu. Rien de plus réconfortant que de se dire : "j'ai peut-être moins que d'autres, mais ce que je possède est à moi. Je me suis peut-être privée de sorties ou de vacances mais j'ai payé ce que j'ai au comptant. Cela m'a pris du temps mais j'en prends soin parce que j'en connais la valeur."

Une meilleure répartition de la monnaie (de la richesse ?)
Vous pouvez toujours espérer et attendre que cela vienne un jour.

2bout
- 05/09/2013 - 21:20
André,
Si vous aviez la gentillesse de développer en répondant à ces questions :
Quand vous dites, « C'est la mauvaise répartition continuelle de l'argent des profits », vous parlez de l’épargne ou de manière plus revendicative répartition patron/salarié ? Est-ce l’épargne qui crée la dette ? Jamais il ne vous est venu à l’idée d’être vous-même patron ?
Et pour en revenir à Hollande, quelque soit la prochaine décision de l’assemblée américaine, une seule conséquence : un différentiel entre le gaz russe acheté par les allemands et le gaz russe ou algérien acheté par la France, sans pour autant acheter du pétrole qatari moins cher. Différentiel de croissance : - 0.3 à 0.5 %.