En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Une question de sémantique
Affaire du Carlton : DSK peut-il vraiment tomber pour proxénétisme?
Publié le 07 août 2013
Pour les juges en charge de l'affaire du Carlton, Dominique Strauss-Kahn aurait accompli un "acte matériel de proxénétisme" en ayant fourni une aide et une assistance à la prostitution. Dans un tel cas de figure, la limite légale entre client et proxénète devient très mince.
Francis Caballero est l'auteur du Droit du sexe (éditions Lextenso, 2010). Il est avocat et professeur à l'Université Paris X–Nanterre.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Caballero
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Caballero est l'auteur du Droit du sexe (éditions Lextenso, 2010). Il est avocat et professeur à l'Université Paris X–Nanterre.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour les juges en charge de l'affaire du Carlton, Dominique Strauss-Kahn aurait accompli un "acte matériel de proxénétisme" en ayant fourni une aide et une assistance à la prostitution. Dans un tel cas de figure, la limite légale entre client et proxénète devient très mince.

Atlantico : Pour renvoyer Dominique Strauss-Kahn en correctionnelle le 26 juillet dernier, les juges ont employé le terme de « proxénétisme ». Les faits retenus (connaissance du statut des prostituées, programmation par DSK des soirées, appartements loués par lui)  autorisent-ils une telle qualification ?

Francis Caballero : Il est impensable que Dominique Strauss-Kahn n’ait pas pu comprendre ou savoir qu’il s’agissait de prostituées rémunérées. On a beau être célèbre et puissant, croire que des jeunes filles se déplacent uniquement pour ses beaux yeux à Washington ou au Carlton de Lille serait bien naïf. Rappelons ce qu’est la prostitution : toute forme de prestation sexuelle rémunérée, occasionnelle ou régulière. Ce déni affaiblit sa défense depuis le début de l’affaire.

Ceci dit, son renvoi devant le tribunal correctionnel pour proxénétisme aggravé est choquant, car si de nos jours le proxénétisme est une incrimination extrêmement large, qui vise celui qui assiste, aide ou protège la prostitution d’autrui (article 125-7 du Code pénal), on peut alors dire qu’en participant à des « parties fines » ou en louant des appartements à cette fin, DSK se comportait comme celui qui aide ou assiste la prostitution d’autrui. Sous un angle juridique pur, son renvoi en correctionnelle tient à la qualification de « proxénétisme aggravé en réunion ». Si le « proxénétisme en bande organisée » avait été retenu, l’affaire aurait dû être portée devant la Cour d’assises, ce qui aux yeux des juges aurait été disproportionné.  Cependant, la différence entre les deux a l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette : les avocats de Dominique Strauss Kahn envisagent à juste raison de soulever l’incompétence du tribunal correctionnel, pour aller en Cour d’assises et y être jugé par un jury populaire.

Ce renvoi est d’autant plus choquant qu’il est fait sous l’égide d’une loi rédigée dans les années 1960. Celui qui aidait ou assistait la prostitution d’autrui à l’époque était le « souteneur » qui, effectivement, aidait sa copine à travailler, et la protégeait contre les autres. C’est dans cette optique qu’a été écrit le texte. Aujourd’hui, une majorité de femmes pratiquant la prostitution le font  en s’aidant d’internet, empochent l’intégralité de leurs gains, et ne rendent de comptes à personne de leurs activités. Elles ne sont par conséquent pas des esclaves sexuelles. C’est le cas dans l’affaire du Carlton, dans laquelle aucune violence ou contrainte n’a été exercée sur les femmes qui ont accepté d’y participer. Elles n’étaient en aucun cas les victimes d’un DSK proxénète. Un client peut tout à fait organiser des partouzes, et il n’en retire pas de bénéfice financier.

Cette qualification de proxénétisme en réunion a donc tout pour déplaire : elle est contraire à la compétence du tribunal correctionnel, puisque l’affaire devrait être portée en Cour d’assises pour proxénétisme en bande organisée. Et surtout, les juges font semblant de confondre le client et le proxénète, vision qui est contraire aux droits de l’homme, à la liberté sexuelle et à tous les principes d’une société démocratique. Le proxénète étant celui qui aide, assiste ou protège la prostitution d’autrui, on peut considérer que le client, en payant la prostituée, l’aide à exercer son activité. Mais cela ne correspond pas du tout à l’intention des rédacteurs de la loi.

Le fait que DSK ait loué des appartements pour organiser ces soirées peut-il peser dans la balance ?

Si l’on s’en tient à une lecture juridique stricte, c’est tout à fait possible. On n’y pense pas dans le cas d’un client seul qui louerait une chambre d’hôtel, mais le fait que les personnes soient nombreuses change tout dans les esprits. Des clubs échangistes sont d’ailleurs tombés à cause de cela. Et on oublie que ni la prostitution, ni sa consommation ne sont interdites en France. Ce qui trouble tout dans cette affaire, c’est qu’il y ait eu organisation de soirées. Si celui qui avait organisé ces soirées avait perçu une rémunération sur les prestations des prostituées, alors, tel un Dédé la Saumur, il aurait été proxénète. A part des services sexuels, DSK n’a rien perçu. Il n’y a donc pas proxénétisme.

Que se passera-t-il si la qualification de proxénétisme n’est pas retenue ?

Le non-lieu sera prononcé. Le Parquet y était d’ailleurs favorable, ce sont les juges qui ont interprété le texte à leur manière. Pour ce qui concerne DSK, cette affaire va déboucher sur une relaxe. Le tribunal se prononcera, et il y aura ensuite la Cour d’appel et la Cour de cassation. Et il faut espérer alors que la décision sera cassée, car un client est un client, pas un proxénète.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
06.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
07.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
03.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
04.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
05.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
06.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
léonard simon
- 07/08/2013 - 21:13
Ce renvoi de DSK devant le
Ce renvoi de DSK devant le tribunal correctionnel démontre encore une fois l'incompétence de ces juges. Que d'argent dépensé pour un non-lieu plus que probable. Si l'on veut faire des économies commençons par cette justice qui instruit des affaires pendant des années avant que ces dernières soient rejetées par les tribunaux.
Même chose en ce qui concerne le juge Gentil: des milliers de feuillets de procès-verbaux, des dizaines de perquisitions, des centaines d'auditions , et une justice qui ne sait quelle décision prendre tant les arguments de l'accusations sont tordus. Peu importe les milliers d'euros dépensés pour rien. Quel pays !
Ali ce
- 07/08/2013 - 21:05
répugnant
ce type es répugnant,
Diallo et Banon ont été traitées de menteuses, de folles, d'hystériques, et lui s'en est sorti super bien,
là ce sont des prostitués, c'est sûr, ça vaut rien, pourquoi ne pas les brutaliser d'ailleurs, puisqu'elles ne valent rien, il suffit de passer commande à un copain, et la marchandise débarque, et vlan.
Au ps personne ne savait rien, d'ailleurs le soir du débat Sarko/Hollande ce dernier a carrément affirmé à peine le connaitre !! ça n'a gêné personne, d'ailleurs il ne connaissait pas vraiment Cahuzac non plus, il passait par là, il voulait se teindre les cheveux et ce monsieur l'a renseigné, entre 2 teintures il lui a proposé un ministère, c'est tout.
quesako
- 07/08/2013 - 20:49
DSK, Cahuzac, et peut-être d'autres : beaucoup pour le PS, non ?
Mais bien sûr personne ne savait rien !