En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 16 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 18 heures 49 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 1 jour 37 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 1 jour 48 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 1 jour 1 heure
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 13 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 1 jour 16 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 1 jour 16 heures
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 19 heures 37 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 21 heures 23 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 23 heures 17 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 1 jour 42 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 1 jour 59 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 1 jour 1 heure
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 1 jour 16 heures
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 1 jour 16 heures
Dans une interview accordée au Point.fr, Jean-Marie Le Pen revient sur les incidents de Brétigny et de Trappes.
Dans une interview accordée au Point.fr, Jean-Marie Le Pen revient sur les incidents de Brétigny et de Trappes.
Prise de conscience... ou pas

Celui qui oserait dire tout haut ce que les électeurs penseraient tout bas : Jean-Marie Le Pen a-t-il raison de penser que les Français ne croient plus à l’étiquette de fasciste qui lui est collée ?

Publié le 26 juillet 2013
Dans une interview accordée au Point, Jean-Marie Le Pen se présente comme le "tribun du peuple" et explique que la dédiabolisation du Front national viendrait du fait que les Français réalisent que les idées qu'il défend n'ont rien de fascistes.
Laurent Pinsolle tient le blog gaulliste libre depuis 2007. Il est également porte-parole de Debout la République, le parti de Nicolas Dupont-Aignan.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Pinsolle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Pinsolle tient le blog gaulliste libre depuis 2007. Il est également porte-parole de Debout la République, le parti de Nicolas Dupont-Aignan.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une interview accordée au Point, Jean-Marie Le Pen se présente comme le "tribun du peuple" et explique que la dédiabolisation du Front national viendrait du fait que les Français réalisent que les idées qu'il défend n'ont rien de fascistes.

Atlantico : Dans une interview accordée au Point.fr (à lire ici), Jean-Marie Le Pen revient sur les incidents de Brétigny et de Trappes. Selon lui, l'essentiel de la dédiabolisation du FN tient au fait que les gens se disent : "Le Pen avait raison alors qu'on nous a dit que c'était un fasciste, un extrémiste." Jean-Marie Le Pen a-t-il raison de penser que les Français ne croient plus à l’étiquette de fasciste qui lui est collée ?

Laurent Pinsolle : Je ne suis pas persuadé que les Français pensaient que le FN était un parti fasciste. Si cela est sans doute vrai pour une partie de la gauche, je pense que la majorité des électeurs ne l’ont jamais pensé et ne pensent toujours pas qu’il soit fasciste.

Je crois qu’ici, il cherche à nouveau à vendre l’histoire de la dédiabolisation en noircissant l’image qu’avait son parti dans le passé pour la rendre moins sulfureuse aujourd’hui. Si les Français avaient cru en majorité que ce parti était fasciste, alors, il aurait été interdit.

Plus qu’à la stratégie de dédiabolisation de Marine Le Pen, la banalisation du FN est-elle dûe au fait que les Français ont ouvert les yeux sur certaines réalités ?

Je crois que nous sommes dans des mouvements cycliques. Les Français se sont toujours préoccupés de la mondialisation, de la sécurité, de l’immigration et cela est encore plus vrai en période de crise économique. Ces débats, nous les avons déjà eu de nombreuses fois, dans les années 1980, au début des années 1990, au milieu des années 1990 et à nouveau en 2002. Mais je ne crois pas pour autant qu’il y ait une banalisation du FN. Si tel était le cas, dans le contexte actuel, il devrait être à 30% dans les sondages.

Est-ce le Front national qui a changé ou la société qui s’est durcie après avoir été confrontée à un certain nombre de chocs : émeutes des banlieues en 2005, affaire Merah, nouvelles émeutes à Trappes ?

La société s’est en partie durcie depuis une dizaine d’années, pour des raisons objectives, avec la forte progression des violences aux personnes, la montée des communautarismes, les demandes des islamistes radicaux. Le contrat social qui lie notre pays s’est affaibli. La crise économique et l’affaiblissement de l’Etat, qui ne semble plus capable de répondre à tout cela, favorisent le repliement des personnes en difficulté dans des comportements anti-républicains. Mais il faut noter ici que cela ne le justifie en aucun cas puisque la grande majorité de ces personnes ne font pas ce choix.

Globalement, un sentiment d’impunité se développe : les délinquants mineurs qui ne sont pas condamnés, les innombrables mesures qui adoucissent les condamnations, quand la justice n’oublie pas de condamner des faits graves (le détroussage du RER D), les zones de non droit dans les banlieues, le développement de la consommation et du trafic de drogue. Pire, face à cette montée de la violence et des délits, une partie de la gauche tient un discours beaucoup trop indulgent. Dans un tel contexte, le débat sur la légalisation de la consommation du cannabis est hallucinant. Parce que l’on n’arrive pas à endiguer un fléau, il faudrait l’autoriser ! Ce genre de discours est dramatique. C’est une démission de l’Etat qui n’assure plus sa mission de respect de l’ordre public, ce qui contribue au durcissement de la société.

La diabolisation de certaines idées du FN concernant notamment la sécurité ou l’immigration n’a-t-elle fait que renforcer la détermination des électeurs du FN ?

En effet, je crois que le rejet épidermique du FN et de ses idées par une partie des élites agit au contraire comme une extraordinaire publicité. Quand Sophia Aram traite les électeurs du FN de « cons » ou quand Canal Plus les attaque, je crois que non seulement ils n’écoutent pas mais que cela les conforte dans leur choix car ils s’y prennent très mal. Ils se placent toujours comme ceux qui savent, s’adressant à des personnes qu’ils jugent moins intelligentes qu’eux. Ils ne savent pas dissocier leur antipathie pour le parti de celle qu’ils ont pour ses électeurs. Or comment convaincre des personnes que l’on méprise ? Il faut chercher à comprendre les motivations de ses électeurs, reconnaître quand ils ont raison et pointer ensuite toutes les carences du Front National, que ce soit sur ses racines extrémistes (encore illustrée par l’épisode Dominique Venner), son manque de crédibilité ou ses mensonges répétés.

Le FN n’a jamais dépassé les 20 % lors d’une élection nationale. La stratégie du cordon sanitaire a-t-elle, malgré tout, réussi à instaurer un plafond de verre infranchissable pour le FN ? 

Je ne crois pas que ce soit la stratégie du cordon sanitaire qui explique le plafond de verre des 20%. D’ailleurs, il y a déjà eu des coups de canif importants : en 1988, quand l’UDF et le RPR avaient négocié des accords de désistement avec le parti lepéniste dans le Sud-Est, ou en 1998 quand plusieurs présidents de région UDF avaient été élus avec le concours des voix des élus FN.

Je crois que c’est plutôt la nature du FN et toutes ses limites qui explique qu’il ne parvienne pas à dépasser ce seuil. Il n’est pas évident que la rupture du cordon sanitaire lui permette d’aller plus loin. Quelle serait la réaction des électeurs à un rapprochement du FN avec l’UMP ? Il n’est pas évident que cela lui serait profitable. Beaucoup de ses électeurs votent pour lui parce que c’est le principal parti qui s’est toujours opposé au PS et à l’UMP et qu’il est ainsi totalement vierge du bilan de ces partis. On peut se demander si, en se rapprochant de l’UMP, le destin du Front National ne serait pas similaire à celui du PCF.

La question de la dédiabolisation du FN est traitée de manière souvent un peu trop rapide, et, de manière plus étonnante, avec une grande complaisance pour l’histoire qu’essaie de vendre la famille Le Pen, y compris dans les médias de gauche. Certes, on constate que dans les élections partielles de la dernière année, le parti lepéniste a réussi des scores très importants au second tour qui indiquent a priori un affaiblissement du front républicain qui assurait auparavant un report des voix massif sur le candidat qui affrontait le candidat frontiste. Néanmoins, il ne s’agit pour l’instant que de quelques élections partielles et l’examen des tendances nationales ne permet absolument pas d’accréditer la dédiabolisation :

  • le baromètre du Monde sur l’adhésion des Français aux idées du Front National, qui existe depuis 1984, a atteint un pic de 32% en janvier 2013, mais ce score avait déjà été atteint en 1991 et approché en 1996 et en 2002. L’adhésion des Français aux idées du FN est revenu à son étiage le plus haut mais n’a pas réussi à le dépasser
  • lors de l’élection présidentielle de 2012, Marine Le Pen a atteint le score de 17,9%, soit moins que le score cumulé de son père et de Bruno Mégret en 2002 (16,9 + 2,3 = 19,2%). Aux élections législatives de 2012, le Front National a fait moins qu’en 1997
  • les sondages pour les élections européennes donnent le Front National entre 18 et 21%, à peine mieux qu’à l’élection présidentielle, et surtout, moins que le score qu’ils donnaient à Marine Le Pen à l’automne 2011, qu’ils voyaient entre 22 et 24%.


Si j’insiste sur ces trois faits, c’est que le contexte actuel est pourtant extraordinairement porteur pour le FN. La France a traversé deux récessions en cinq ans, le taux de chômage est au plus haut, le pouvoir d’achat n’a jamais autant baissé, les impôts montent à un niveau inédit, d’innombrables affaires (Cahuzac, Tapie…etc) font la une des médias, les tensions dans notre société sont très fortes après le débat sur le mariage. En outre, les deux grands partis de gouvernement ont énormément déçu depuis un an (le PS au gouvernement, l’UMP avec son élection interne). Si le FN était un parti comme les autres, dans de telles circonstances, il devrait être au-delà de 30%.

Il y a encore un blocage, qui s’illustre par le fait que seulement 25% des Français pensent que le FN ferait mieux que le PS et l’UMP et 72% pensent le contraire, score très éclairant dans un tel contexte et alors que les deux grands partis sont très largement déconsidérés.

La chose qui a changé depuis un an, en revanche, c’est justement que l’image qu’ont les Français du PS et de l’UMP s’est détériorée au point que dans un second tour, en présence du FN, le réflexe du front républicain s’est fortement affaibli, mais je ne pense pas du tout qu’il y ait une dédiabolisation. L’image du FN ne s’est pas vraiment améliorée, c’est l’image du PS et de l’UMP qui s’est fortement dégradée (et encore, pas au point de permettre au FN de casser son plafond de verre).

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
rudi11
- 27/07/2013 - 07:10
quand on entend baver
les suppots du hollandisme actuel, et qu on voit l abandon des citoyens aux hordes roumaines, alors, oui, on est pret pour un changement radical;
entre les exigences islamistes et l occupation par la force des espaces verts, l etat ne fait strictement rien, force est de le constater tous les jours;
simplicissimus
- 26/07/2013 - 22:52
Plafond de verre
Est-ce que ce sont "la nature de Debout la République et ses limites" -pour parler comme Laurent Pinsolle - qui empêchent ce groupuscule de franchir le "plafond de verre" des 1% ?
la saucisse intello
- 26/07/2013 - 22:00
JMLP d'abord.......
Marine ensuite, oui, pourquoi pas ? Au point où nous en sommes ! Seulement voilà, trop tendre, le F.N, beaucoup trop tendre ! Dans l'état actuel de notre pays, même un Poutine avec les pleins pouvoirs qu'il s'accorderait me semble sous-dimensionné, c'est dire !