En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Le Prince William s’est éloigné de presque 500 km de Londres, dans une base militaire, pour soutenir les soldats britanniques.
Pater familias
Le prince William soupçonné de vouloir fuir la maternité : faut-il traiter comme des criminels de guerre les pères qui ne veulent pas assister à la naissance de leurs enfants ?
Publié le 04 juillet 2013
Le prince William passe la majorité de son temps dans une base militaire à presque 500 km de l’hôpital où Kate a choisi d’accoucher. Reflet d'une vision de la paternité de plus en plus critiquée.
Joël Clerget est psychanalyste et maître de conférences . Il est également l’auteur de "Comment un petit garçon devient-il papa ?" (Erès, 2008) et co-auteur de "Le père, l’homme et le masculin en périnatalité " (Erès, 2003). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joël Clerget
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joël Clerget est psychanalyste et maître de conférences . Il est également l’auteur de "Comment un petit garçon devient-il papa ?" (Erès, 2008) et co-auteur de "Le père, l’homme et le masculin en périnatalité " (Erès, 2003). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le prince William passe la majorité de son temps dans une base militaire à presque 500 km de l’hôpital où Kate a choisi d’accoucher. Reflet d'une vision de la paternité de plus en plus critiquée.

Atlantico : Le Prince William s’est éloigné de presque 500 km de Londres, dans une base militaire, pour soutenir les soldats britanniques et assurer son service patriotique, et à plus de 4h30 de l’hôpital où Kate Middleton a prévu de donner naissance à leur premier enfant. L'absence du père à l'accouchement est-elle forcément condamnable ?

Joël Clerget : Pas du tout. La présence d’un père à l’accouchement dépend beaucoup de la relation qu’il entretient avec sa compagne. Cela se fera si les deux protagonistes le désirent. Avec l’expérience, j’ai remarqué que beaucoup de pères avaient des craintes et des hésitations. A partir du moment où ils expriment leur refus d’assister à cet évènement et mettent des mots sur leurs sentiments, ils deviennent présents, d’une certaine manière. Il n’y a aucune obligation à ce que soit présent le père à l’accouchement. Assister à l’accouchement est une idée relativement nouvelle, moderne, qui s’impose de plus en plus dans nos sociétés.

Comment le regard de la société a-t-il évolué sur cette question au fil du temps ?

Il faut savoir que la question de la présence des pères s’est posée dès les années 1950-1960, avec l’accouchement sans douleur. Puis, c’est grâce à un nombre grandissant de femmes qui demandent que leur compagnon soit présent que les mentalités ont évolué. Également, les accoucheurs et les sages-femmes, généralement en faveur de la présence des pères, ont participé à cette dynamique. Maintenant, le problème c’est qu’il y a des pères qui sont présents par convention sociale alors qu’ils n’en ont pas envie. Traditionnellement, la naissance s’est toujours faite entre femmes. Ce n’est que beaucoup plus tardivement que les pères ont été intégré à cette sphère.

Quelle est l'utilité d'un soutien paternel au moment de la mise au monde ?

Sa présence est autant réelle que symbolique. Si l’équipe médicale y consent, le père peut prendre le nouveau-né dans les bras, le poser sur le ventre de la mère. Symboliquement, il est celui par qui cet évènement se réalise.

Comment expliquer qu’à l’instant fatidique de la naissance, certains pères préfèrent ne pas être présent ?

Il y a plusieurs éléments qui induisent ce comportement. Certains ne sont pas à l’aise avec les hôpitaux. D’autres, redoutent de voir leur compagne dans un état dans lequel ils ne l’ont jamais connue, dans une intimité inédite. Il y a aussi un sentiment d’impuissance : le travail de l’accouchement se fait dans le corps de la femme. Lui est à côté, il peut vivre des émotions très fortes mais est en dehors de l’action principale. Être aussi en face du sexe de sa femme n’est pas commun. Pour certains pères également, l’accouchement évoque, de manière inconsciente, leur propre naissance.

Comment peuvent-ils dans ce cas-là démontrer malgré tout leur soutien ?

La méthode de l’haptonomie, mettant en jeu les contacts corporels, est très favorisante par rapport à la douleur des contractions et au passage du bébé. Le père peut être très actif et efficace dans ce domaine-là. De plus en plus de couples consultent de praticiens de l’haptonomie pour préparer au mieux l’accouchement. Le plus souvent, les pères parlent à leur compagne, la réconforte. Ces gestes sont très importants. Quand je travaillais en groupe de naissance, c’était les pères qui coupaient le cordon. C’est un acte très symbolique.

Propos recueillis par Jennifer Sanchis.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
05.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
06.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
07.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
stan31
- 04/07/2013 - 17:38
E ben si il veut pas y
E ben si il veut pas y assister il a le droit non ! il et libre le prince
kronfi
- 04/07/2013 - 14:35
et la mere se porte tres bien....
merci...
kronfi
- 04/07/2013 - 14:34
faut qu'ils arretent avec leurs interpretations farfelues
ça devient pénible..
j'ai pas assiste a la naissance de ma fille, elle a fait de très hautes études et est parfaitement NORMALE, équilibrée, et bien dans sa peau...

quelle bande de C...on. ces psychologues.....et ils sont payes pour ça?