En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Si tout cela s’avère exact, le transfert du pouvoir du père au fils serait effectivement annonciateur d’un changement stratégique et pas seulement tactique.
Succession
Qatar : ce qui s'est vraiment joué avec le changement soudain d’émir
Publié le 28 juin 2013
L’annonce à la télévision qatarienne de la démission de l'émir Sheikh Hamad bin Khalifa Al Thani au profit de son fils de 33 ans le 25 juin marque un changement stratégique dans la région.
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’annonce à la télévision qatarienne de la démission de l'émir Sheikh Hamad bin Khalifa Al Thani au profit de son fils de 33 ans le 25 juin marque un changement stratégique dans la région.

Annoncée dès le 5 juin dernier par l’hebdomadaire Le Point uniquement, l’éclipse de l’émir du Qatar au profit de son fils était un secret de polichinelle…bien gardé. Comme si les intrigues de cour à Doha relevaient de la Raison d’Etat en France, à l’instar des manœuvres à la Cour de Louis XVI jadis et naguère ! Tout le monde savait mais personne ne voulait prendre le risque de le dire avant l’annonce officielle des autorités qataries. C’est désormais officiel depuis mardi 25 juin 2013. Dans un communiqué, le palais a en effet précisé que les Qataris sont invités mardi et mercredi à "prêter allégeance à son altesse cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, comme émir du pays".

Cheikh Hamad  Ben Khalifa Al-Thani a donc abdiqué au profit de l’un de ses nombreux fils, cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani. C’est une bonne nouvelle pour les sujets de sa majesté, et pour le PSG dont il est le propriétaire ! Agé de 33 ans, le nouvel homme fort de cette oligarchie qui a 42 ans d’existence est donc un homme jeune, passionné de football et diplômé de l’Ecole militaire de Sandhurst au Royaume-Uni. Seraient-ce des qualités et des indications suffisantes pour présager d’un grand changement politique au Qatar ? Un basculement vers la démocratie ? Un printemps arabe à la qatari ?

La réponse est à chercher dans les raisons qui ont poussé l’émir déchu à abdiquer le pouvoir au profit de son fils. Si on laisse de côté la maladie diplomatique qui ne trompe personne, il y a à mon sens deux raisons essentielles. Primo, son échec cuisant en Syrie. Il y a deux ans, il avait promis à ses alliés occidentaux que le régime de Bachar Al-Assad ne tiendra pas six mois. Secundo, la marge de manœuvre qu’il s’est octroyée dans l’appui aux islamistes, dépassant ainsi le seuil de tolérance américain. C’est que le Qatar est allé trop loin dans le soutien financier et militaire à des salafistes qui sont encore considérés par l’administration américaine comme étant des groupes terroristes. Notamment Al-Qaïda, et pas seulement en Syrie, mais en Irak, en Libye, au Mali et en Somalie.

Des indices viennent renforcer cette hypothèse. Avant même son intronisation officielle ce mercredi 25 juin, le nouvel émir cheikh Tamim a pris trois décisions en rupture avec les orientations politiques de son père. Il a "invité" le chef du Hamas, Khaled Mechaal, et cinq autres de ses compagnons à quitter le Qatar pour l’Egypte. Il a limogé le puissant Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, cheikh Hamad Ben Jassem, qui cumulait ces deux fonctions depuis 2007. Il a mis fin à l’activisme tous azimuts de Qatar Charity, qui, selon certains rapports des services occidentaux, a parfois confondu travail humanitaire et assistance logistique aux terroristes, aussi bien dans certains pays arabes qu’en Afrique. Selon certains quotidiens libanais, il aurait même retiré la nationalité qatarie à Youssef Qaradaoui, prédicateur officiel d’Al-Jazeera et guide spirituel du wahhabisme qatarien nonobstant son appartenance aux Frères musulmans !

Si tout cela s’avère exact, le transfert du pouvoir du père au fils serait effectivement annonciateur d’un changement stratégique et pas seulement tactique au sein de cet émirat grand comme la Corse et, depuis le printemps arabe, puissant comme l’Egypte ou l’Arabie Saoudite. Il est encore très tôt pour préjuger de l’avenir. Mais par-delà la démarcation de l’islamisme djihadiste, qui répond d’ailleurs aux nouvelles exigences anglo-américaines, d’autres signes forts sont à espérer pour pouvoir affirmer que ce qui vient de se produire au Qatar n’est pas seulement un changement tactique dans la continuité stratégique.

Parmi ces signes forts et qui ne seraient pas des moindres, l’abolition du wahhabisme comme idéologie officielle du régime et la libération du poète Mohamed Al-Ajami, alias Ibn Al-Dhib, qui a été condamné en première instance à perpétuité, une peine ramenée à 15 ans de prison ferme. Objet du délit, son poème qui rendait un vibrant hommage à la révolution de jasmin tunisienne, dans laquelle Al-Jazeera avait joué un rôle déterminant !  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
02.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Libéraux en peau de lapin : pourquoi la polémique autour de François-Xavier Bellamy en dit long sur le raidissement des soit-disant « modérés »
06.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
07.
Mort du Comte de Paris : et la porte du placard de l’Histoire se ferma sur les Orléans
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Grwfsywash
- 29/06/2013 - 00:03
@ Gône - 28/06/2013 - 15:57
Vous avez raison pour Hollande, mais enfi:
mieux vaut Quatar que jamais!
gliocyte
- 28/06/2013 - 20:50
Monsieur Amir-Aslami
Pour avoir lu attentivement vos propos, et regrettant d'ailleurs de ne pas avoir eu de réponses aux questions que je vous ai posées, je reste circonspect. Tous vos propos, jusqu'alors,n'ont été que pour plaider la cause de l'Islam, avec des arguments parfois tendancieux. Permettez que votre joie à l'annonce de cette excellente nouvelle pour vous, ne soit pas reçue avec autant d'enthousiasme que le vôtre. Je reconnais volontiers que les Qataris sont très intelligents et très fins, aussi je me permets de penser qu'ils peuvent aussi passer en dessous ce qui était trop voyant quand il était au dessus.
Le Lampiste
- 28/06/2013 - 16:55
Prudence.
L'éviction des responsables d'un échec permet au système de s'affranchir de sa responsabilité. Fusibles à haut niveau, car l'échec est cuisant et pourrait déclencher une perte de crédibilité, d'où un risque de troubles ou surtout de révolution de palais. N'oublions pas Iznogoud.... Cela ne signifie pas forcément un changement des objectifs, si cela donne l'impression d'un changement de stratégie.
La prudence voudrait qu'on prenne des distances en attendant de voir quelles seront les modifications réelles, sur le terrain. Surtout que l'échec en Syrie apparait patent.
Ça, ce serait vraiment étonnant, vu le niveau chez nous... et qu'on a voulu se ranger du côté des extrémistes islamiques les plus fanatiques arriérés. Question d'intelligence, suffit pas d'avoir un crâne d'oeuf bien lisse.