En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Et je baisse le son...
Halte au terrorisme du niveau sonore !
Publié le 01 juin 2013
Le silence est devenu dans notre société ultra-urbanisée un bien de plus en plus rare que l'on nous vend tacitement dans les publicités d'automobiles ou de voyagistes. Mais même face à ce constat navrant, il semble que la dictature du bruit ait de beaux jours devant elle.
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le silence est devenu dans notre société ultra-urbanisée un bien de plus en plus rare que l'on nous vend tacitement dans les publicités d'automobiles ou de voyagistes. Mais même face à ce constat navrant, il semble que la dictature du bruit ait de beaux jours devant elle.

La pollution consentie volontaire et même imposée existe. Il s’agit de la « bande-son » qui doit désormais rythme nos vies. Au fur et à mesure qu’on tente d’assourdir une pollution sonore reconnue comme nuisible (avec des murs anti-bruit et des innovations techniques sophistiquées de toutes sortes) simultanément nous sommes les victimes d’une « ambiance sonore permanente ». Le silence est devenu l’ennemi de la consommation donc il faut à tout prix le couvrir. Le silence serait gravement propice à la réflexion et peut être générateur d’un mal parfois nécessaire et qui a disparu du vocabulaire : « l’ennui » ! Pour masquer le silence et donc cet ennui existentiel, il faut du son (certains appellent cela de la musique, ce brouillamini à base de notes méconnaissables qui couvrent tout ce qui peut ressembler à la réalité de l’instant. Musique au mètre ou au kilomètre, nous subissons ce que jamais on ne voudrait volontairement entendre et encore moins écouter ; partout et tout le temps gavés par la bande sonore mondialisée d’une ubiquité festive. Musique au restaurant, musique dans l’ascenseur, musique dans les toilettes, musique à tue-tête dans les magasins (plus elle est forte et plus le magasin est branché), musique sur la plage, au bord de la piscine de l’hôtel, chez le coiffeur, musique dans la benne à la montagne, sur la piste de ski (si, si : celle du tremplin de saut des ados), musique dans l’avion (pour nous déstresser), musique dans le taxi…

Quant à la catégorie du jeune, évidemment visée, on se demande pourquoi on s’obstine à en rajouter puisqu’il a de toutes façons des écouteurs sur les oreilles ? Peut être est-ce pour que la rupture ne soit pas trop brutale lorsqu’il enlève son casque. La violence de cet envahissement va bien au-delà de l’inconfort et de l’irritation que cela peut provoquer. L’inquiétant est dans tout ce que le « décor sonore » veut imposer implicitement, un bonheur factice de pacotille, l’affichage de la cool attitude (« cool » : forme revendiquée du laisser aller ou de l’indulgente mollesse). Mais attention, cool mais pas seulement ! En effet un rythme entraînant revendique un certain dynamisme : « je vis à plein tube moi ! ». Le marketing de la « vie bonne » impose ses signaux, on repeint tout en rose sonore. Il faut masquer le chant des oiseaux (pas assez tendance) dans cette auberge de campagne ; il faut couvrir le bruit des skis sur la neige avec les oreillettes de la génération Y (le « Y » étant alors la forme des oreillettes qui les coupent du monde). Par ailleurs, pour marquer son bonheur de vivre, le must est de se dandiner au rythme de ce que l’on vous sert au menu sonore du jour. Si vous vous dandinez ou que vous secouez la tête, c’est que vous êtes branché et sympa : la danse des canards qui se reconnaissent entre eux.

Si vous faites partie de ceux qui ont tout essayé pour demander qu’on baisse un peu la musique – sur tous les tons – du rictus au sourire, du « s’il vous plait » implorant à la menace exaspérée, vous avez remarqué que c’est peine perdue et que vous faites implacablement partie des ringards pas cool. Les prétextes de refus sont multiples « les clients aiment ça » (vous apprenez à cette occasion que vous n’êtes pas client), « ça met de l’ambiance » (s’il n’y avait que vous, ce serait sinistre), « on a déjà baissé… », « la musique fait partie de notre charte d’accueil » (sic, une innovation récente dont j’ai apprécié la créativité à sa juste valeur), « je veux bien baisser mais le DJ va arriver, alors… » (sourire sadique). Par décret stratégique sociétal, il est donc dorénavant déconseillé fortement de lire, de rêver, d’avoir une conversation à décibel mesuré, d’écouter le silence. C’est une amputation progressive qui nous menace, celle de nous couper de l’un de nos 5 sens grâce auquel nous ressentons, éprouvons, anticipons… Un sens qui nous alerte aussi du danger, à ski ou en deux roues avec un casque sur les oreilles quel risque inconsidéré que d’être coupé des bruits du monde.

Mais rassurons-nous, le marketing veille, si le marketing auditif a suivi les traces du marketing olfactif (odeurs chimiques et fictives de croissants devant la boulangerie), bientôt, selon la règle que ce qui est rare est cher, le silence va se vendre. Pour mieux nous faire dépenser on va nous faire payer le calme recherché après nous avoir bien assourdis. Combien serons-nous prêts à payer en plus pour un label « silence garanti » ?  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
fentreti
- 02/06/2013 - 23:29
Bien le bonjour, Mme de Menthon
Les aboiements de chien des voisins , à devenir fou !!! . Mme de Menthon vous nous manquer .
shaï
- 02/06/2013 - 07:49
Pour en rajouter une tranche de vie moderne!
Si Sophie de Menthon avait inventorié tous les bruits qui ripoussent nos vies modernes, Prévert aurait pu aller se cacher sous un gros tas de citrons.
Oui, les restau avec ceux qui "portablent", les couverts qui claquent contre les assiettes; les bistrots, plus tavernes que cafés, les centres commerciaux, les supermarchés, les pots d'échappement débridés, les et les...
Vie moderne ?
Remontons le temps sur le Net et vous y retrouverez les vacarmes des cités antiques ou Moyen Âgeuses, tôt le matin et tard le soir. Sans double vitrages. Mais les riches étaient déjà à l'abri, sur leurs 7 collines ou derrière les murs de leurs manoirs et parcs.
Hors sujet: c'est où Menthon ? (!)
shaï
- 02/06/2013 - 06:54
Le bruit, c'est la vie.
Il y a celle que l'on impose à ses voisins, agression à peine déguisée ou clairement déclarée. Ces cigales qui crin crin crinent au dessus de votre hamac, ces merles qui couinent sur les branches des chênes en accompagnement discordant de Radio classique.
Ces pintades (Et blaireaux), qui jacassent entre eux dans le train. Ou dans leurs téléphones portables. A Paris comme dans "ma" Beauce, le bruit, c'est la vie, par conflits de territoires interposés, non ?
Pour les chanceux, certains bureaux, certains lieux de travail sont des havres de paix. Là on y rêve du ressac des vagues, du crincrin des cigales. Là, certains attendent les braillements du soir ou du w e à la télé, PSG ou PSA ou les hurlements des chevaux martyrisés des écuries de formule 1 (Ou 2 ?)
Moi, quand les nuisances se mettent à ramper dans mon champs auditif, je cale mon casque, et Mozart s'installe en douceur.
Gesticulations des voisins qui se prennent pour leurs tribuns (De la plèbe) ? Je chausse mes lunettes au dessus d'un roman. Dans les cas extrêmes, c'est Johnny Cash presque à fond, en live, yeux fermés. C'est mon bruit à moi, chacun chez soi, pas pressé de passer du coté du Silence pour tous.
L'Eternel.