En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Flickr/Su morais
Le "mur des cons" du Syndicat de la magistrature remet en cause l'impartialité de la justice.
C’est celui qui dit qui y est ...
“Mur des cons” ou “Cons du mur” : cette vanité qui consiste à considérer que la Justice pourrait se satisfaire d’un simulacre d’impartialité
Publié le 25 avril 2013
Philippe Bilger n'est pas amusé par le "mur des cons" du Syndicat de la magistrature. Il s’inquiète des risques que cela représente pour la démocratie et l'égalité face à la Justice.
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il est l'auteur de La France en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il est l'auteur de La France en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger n'est pas amusé par le "mur des cons" du Syndicat de la magistrature. Il s’inquiète des risques que cela représente pour la démocratie et l'égalité face à la Justice.

Ce matin, LCI me questionne sur le Mur des cons installé dans les locaux du Syndicat de la magistrature (SM), avec photographies d'un certain nombre de personnalités et légendes à l'appui. Décidé immédiatement à écrire un billet sur cette rafraîchissante initiative, j'apprends ensuite, grâce à une amie avocate, que j'y figure. Ce qui évidemment n'est pas de nature à me faire changer d'avis.

Ce Mur, quoique réservé aux syndiqués de gauche et d'extrême gauche adhérents du SM, est accessible à tous ceux qui fortuitement ou non sont amenés à pénétrer dans les lieux (Atlantico). Donc visible par beaucoup dont le lien est lâche ou étroit avec la chose syndicale ou judiciaire.

Je n'étonnerai personne en indiquant que toutes les personnes épinglées sur ce Mur appartiennent à la droite classique ou atypique. Comme me l'a tweeté un obtus, sans doute le SM considère-t-il, comme lui, que droite et con sont un pléonasme ?

Quelle présomption il faut, pour qualifier ainsi sommairement, brutalement autrui, précisément ciblé, coupable de penser autrement ! Quelle vanité pour se poser aussi naturellement en modèles quand la réalité dévaste si souvent la haute opinion qu'on a de soi ! C'est le contraire absolu du "Penser sans garde-fou" enseigné par Hannah Arendt. Pour le SM, penser n'est concevable que dans le confort : qu'elle est belle, la gauche !

Quelle imprudence intellectuelle et politique, pour un Syndicat déjà gangrené et amoindri par l'idéologie, de manifester ainsi, de manière aussi ostensible, partisane, ses choix, ses préjugés et ses réflexes !

Quelle déplorable révélation de devoir constater que l'activité ludique du SM consiste à se faciliter la tâche et le conformisme en nommant ouvertement ses ennemis, en les insultant et en espérant cependant conserver une apparence d'impartialité et de sérénité à ceux qui, s'abandonnant à cette pantalonnade, au sortir de ces locaux ou des sections où ils se gausseront des gens de droite faute de savoir victorieusement les contredire, auront à requérir ou à juger !

Quelle piètre lucidité que de qualifier de cons, par exemple, Nicolas Sarkozy, Alain Minc, Alain Bauer, Yves Thréard ou Eric Zemmour. Jean Genet prescrivait de ne jamais se moquer parce qu'il y avait trop à aimer ou haïr. Aimer ou haïr exige une argumentation. Ces cinq personnalités citées par exemple - et il en est d'autres estimables sur ce Mur qui en définitive est un Mur d'honneur - dament le pion sans l'ombre d'une difficulté même aux plus brillants (s'il en existe) de nos syndiqués et le mépris péremptoire dont elles sont superficiellement accablées ne révèle rien d'autre que l'indigence de leurs adversaires si peu inventifs.

Ce sont des magistrats qui, jour après jour, perfectionnent cet affichage qui les discrédite, eux. Il est évident que dans le lot de ces gens de droite, il en est que je n'apprécie pas mais est-ce une raison pour nommer Brice Hortefeux "l'homme de Vichy" ? Comment peut-on sans rougir, sans s'examiner soi-même, se livrer à une telle discrimination qui, profondément, dans les enceintes judiciaires, pourra signifier à tel ou tel justiciable qu'il n'a aucune chance de convaincre et qu'il est, avant toute équité, marqué au fer rouge par l'idéologie du SM ?

Comme le SM d'antan était beau, dur, éprouvant, remuant, intelligent, critiquable ! Comme manquent les Dujardin et Charvet !

Toutes ces personnes du Mur pensent, parlent, écrivent et agissent et elles sont traitées de "cons". Je ne perçois pas de différence fondamentale entre cette navrante culture de l'insulte et de l'outrance à leur encontre et les délirantes invectives d'un Henri Guaino, en particulier, contre le juge Gentil. Une familiarité existe entre ces deux extrémismes, le populisme du vulgaire, le populisme du politique. Henri Guaino tellement républicain qu'il ne se rendra pas à la convocation de la police, malheureusement approuvé par François Fillon que je ne reconnais plus.

Ce Mur des cons met en lumière, en apothéose déprimante les cons du Mur.

Pendant qu'ils s'amusent, l'immobilisme de Christiane Taubira n'a trouvé un exutoire actif qu'avec le mariage pour tous. Elle n'accomplit rien, elle ne répare rien, elle ne comble rien mais peu importe : on a ses mots. Et le Mur des cons pour les magistrats accordés avec elle.

Je devine qu'on s'esclaffe. Ce Bilger n'a aucun sens de l'humour, il prend tout au sérieux, au tragique, le rire, la dérision lui sont étrangers. Tout cela est si follement drôle et sarcastique !

Peut-être. Pas vraiment.

Mais comment et pourquoi prendre à la légère les cons du Mur ?

Ce billet a été initialement posté sur le blog de Philippe Bilger.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
02.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Acte XIX des Gilets jaunes : pourquoi les médias peinent à trouver le bon dosage en matière de diffusion des images de violence
06.
Julie Gayet a touché un petit pactole après la révélation de sa relation avec François Hollande
07.
Les dessous de la superpuissance américaine : une (super) puissance militaire ?
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (41)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
evy
- 27/04/2013 - 08:36
pauvre laurentso
ce mur révèle la partialité de certains juges. Hélas pour les autres, ils n'ont qu'à faire le ménage. Ils vont forcément en pâtir.
Imaginez ce mur découvert chez des policiers, ! Même la période Sarkozy ne permet pas ce "mur". Les cons ne sont pas là où vous les imaginez.
psycholam
- 26/04/2013 - 22:38
Bravo Monsieur Bilger pour ce billet
Voilà un magistrat qui est autrement plus digne et intelligent que ne le seront jamais les quelques magistrats qui ont cautionné ou participé à ce mur de la honte. Monsieur Bilger honore sa profession dans chacune de ses interventions, que ces magistrats du syndicat de la magistrature, à l'idéologie nauséabonde et aux prises de positions plus que douteuses, en prennent de la graine. Malheureusement, ce n'est pas prêt d'arriver. On apprend en effet que ces magistrats, baignant dans leur certitude d'être des demi-dieux et trop imbus d'eux-même pour se confondre en excuses pour leur comportement qui déshonore la magistrature, notamment en traitant de cons des parents de victimes tués dans des circonstances atroces, attaque maintenant la Garde des Sceaux, coupable à leurs yeux aveuglés d'avoir osé saisir le Conseil Supérieur de la Magistrature. Ne doutons pas que cette initiative ne vienne pas d'elle compte tenu de ses premières déclarations, il y a du recadrage dans l'air. Néanmoins il est ironique de la voir attaquée par des magistrats "amis" quand elle se décide, bien malgré elle, à faire correctement son travail.
Bleimor
- 25/04/2013 - 23:22
M. L'avocat général, cette
M. L'avocat général, cette justice me fait très peur car ce n'est pas de la justice mais de la justice politique.

Tomber dans les pattes de juges qui sont capables d'agir ainsi est effrayant car ce sont des pourvoyeurs potentiels de goulag. ou de guillotine.

Ces gens protégés par un tel corporatisme ont affiché sur ce mur de la honte tout simplement leur amoralité, leur "philosophie" qui est en fait celle des Vichinsky, des Fouquier-Tinville, des roland Freisler de triste mémoire.
Surs de leur impunité, dans quelques jours ils s'en prendront à quelques malheureux qui leur seront présentés pour des broutilles (des jeunes coffrés par les sbires de Manu le chimique) tandis que de vrais criminels seront élargis..

Navré de le dire, mais ces gens devraient être révoqués. On ne peut plus avoir confiance: S'il n'y a pas épuration de ce corps, quand je verrai un magistrat maintenant, je me poserai la question: "est-il de ceux qui jouaient le devenir d'une personne aux fléchettes sur les photos de ce mur?