En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
L'entrée dans les musées est souvent jugée trop cher.
Suivez le guide

Culture pour tous : et si étendre la gratuité des musées n’était pas le meilleur moyen d’y parvenir

Publié le 20 avril 2013
La Joconde, le penseur de Rodin : autant d’œuvres conservées par les musées français. Un patrimoine mis à disposition mais pas à n'importe quel prix. Avant d'admirer une peinture ou une sculpture,vous devrez payer votre entrée. Un ticket jugé souvent trop cher par le public qui parfois élude sa visite pour s'économiser quelques deniers au dépit de sa culture.
Jean-Michel Tobelem est docteur en gestion, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et d’études supérieures de droit public.Il est directeur de l’Institut d’étude et de recherche Option Culture.Jean-Michel Tobelem est l'auteur des ouvrages...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Tobelem
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Tobelem est docteur en gestion, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et d’études supérieures de droit public.Il est directeur de l’Institut d’étude et de recherche Option Culture.Jean-Michel Tobelem est l'auteur des ouvrages...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Joconde, le penseur de Rodin : autant d’œuvres conservées par les musées français. Un patrimoine mis à disposition mais pas à n'importe quel prix. Avant d'admirer une peinture ou une sculpture,vous devrez payer votre entrée. Un ticket jugé souvent trop cher par le public qui parfois élude sa visite pour s'économiser quelques deniers au dépit de sa culture.

Atlantico : La gratuité d'accès au patrimoine historique, littéraire, musical qui se trouve dans les musées est une idée qui progresse. Quelles en sont les avantages et les limites ?

Jean-Michel Tobelem : L’avantage principal concerne l’accessibilité à la fois psychologique (on limite la « prise de risque » qui fait hésiter certaines personnes à pousser la porte d’un musée) et financière (on réduit la barrière monétaire qui pousse d’autres personnes – et elles sont plus nombreuses qu’on ne le croit – à renoncer à leur visite).

Mais la gratuité sera d’autant plus efficace (et cette efficacité est réelle, comme l’a démontré une étude réalisée par le ministère de la Culture ayant porté sur 14 musées et monument, à Paris et en région) à 4 conditions. Premièrement, le site doit être attractif et de qualité ; à défaut, gratuit ou pas, il suscitera bien sûr peu d’intérêt. Deuxièmement, il convient de renouveler l’attractivité du site sinon – passée une première visite de curiosité ou de découverte – l’incitation à revenir sera modeste. Troisièmement, il est important de faire savoir – régulièrement – que cette gratuité existe ; car dans le cas contraire il est probable que seuls les visiteurs habitués seront au courant de cette mesure. Quatrièmement, si l’on souhaite attirer des visiteurs qui ne sont pas des spécialistes des musées, il est important des mettre en place des outils adaptés de découverte, de médiation, d’interprétation et d’aide à la visite.

Les musées payant affichent des prix de plus en plus élevés, alors qu'ils reçoivent des subventions importantes. Quels arguments pourraient pourtant plaider en faveur du maintien d'un prix d'entrée ? Quel pourrait d'ailleurs en être le niveau optimal ?

Sachant en premier lieu que l’efficacité de la gratuité est double (d’une part en termes d’augmentation du volume des visites et, d’autre part, en termes d’élargissement du profil des visiteurs en direction des catégories plus populaires) et sachant en second lieu que le nombre de personnes ayant renoncé à leur visite pour des raisons de prix est important (comme l’a montré une étude du CREDOC), le maintien d’un prix d’entrée peut se justifier lorsqu’un musée, du fait de son statut (associatif par exemple) ne reçoit pas (ou peu) de subventions. Pour ce qui est par ailleurs des quelques musées – de taille importante – pour qui le montant des droits d’entrée est très significatif (ce qui n’est pas le cas de la majorité des établissements), dans ce cas la gratuité suppose une décision de nature politique, de la part des instances locales (pour les musées locaux) ou des ministères concernés (pour les musées nationaux). En tout état de cause, compte tenu des raisons avancées précédemment, il convient de fixer les tarifs au niveau le plus raisonnable possible si la gratuité n’est pas envisageable.

Certains musées où la gratuité a été instaurée sont devenus quasiment inaccessibles. Le prix d'entrée peut-il également avoir pour vertu de réguler le flux des visiteurs ? En parallèle avec d'autres solutions ? Lesquelles ?

On ne peut rendre la gratuité comptable du manque d’accessibilité de certains établissements. À l’inverse, le passage obligé au comptoir de vente est assurément responsable des goulets d’étranglement que l’on constate dans les musées payants les plus fréquentés. L’instauration de la gratuité – sous réserve d’éventuelles conditions d’aménagement de certains musées – permettrait au contraire de rendre la visite plus fluide. En tout état de cause, l’objectif de régulation des flux permet d’envisager si nécessaire plusieurs mesures : réservations à l’avance, élargissement des horaires de visite, information et sensibilisation au préalable (pour éviter certains horaires ou certains jours), instauration de plusieurs circuits de visite, etc.

En définitive, le but de la gratuité étant de conquérir de nouveaux publics et de fidéliser les publics existants, il serait paradoxal de se plaindre de son efficacité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Pourquoi le sectarisme flambe

06.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

07.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

01.

"La Crise" de Coline Serreau : le film qui avait tout prévu... dès 1992

02.

Fournisseurs vs distributeurs: un match déséquilibré

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Université d'Evergreen (États-Unis) : une terrifiante vidéo qui montre le vrai visage de la nouvelle bête immonde

Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vinas Veritas
- 21/04/2013 - 09:48
et pour terminer
cela me rappelle les temps glorieux des pharmacies qui annonçaient en vitrine "vos médicaments gratuits" en 89 (vous souvenez-vous). nous n'avons jamais vu autant de gaspillage de part et d'autre. les malades qui se chargeaient de sacs (poubelles) et les pharmacies qui vendaient à tour de bras puisque rémunérées au pourcentage (elle le sont encore en grande partie) et on y a vu le résultat.
Vinas Veritas
- 21/04/2013 - 09:39
gratuité couteuse
Musées gratuits contre tickets trop chers s'opposent toujours. mais l'entrée payante se justifie par l'effort. consenti dès lors que cela reste très raisonnable.
Je préfère 5 € que 0, car cela filtrera bien des individus qui n'ont rien à y faire. 5 € soit moins qu'une place de cinéma, moins qu'un 'grec-frites' bien gras, soit 1 mousse au bar d'à coté qui vous abreuve beaucoup moins.
jlbaty
- 21/04/2013 - 09:03
la démarche culturelle c ' est dans l' intellect pas le visuel
Observer une oeuvre en absence de connaissance c ' est sans intérêt,
Il devrait y avoir un tarif minimum méme 10 cts d ' euros c ' est comme la cmu et l ame tout a un coût , certains individus ignorent que des gens travaillent pour financer leur bien être