En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© REUTERS/Christian Hartmann
"On sait bien qu'il y toujours eu des rivalités, notamment entre le GIGN et le Raid."
Mise au placard

Le patron du Raid est-il victime d'une chasse aux sorcières ?

Publié le 13 avril 2013
Le patron du Raid, Amaury de Hauteclocque, qui avait dirigé l'assaut contre Mohamed Merah à Toulouse, a été muté ce vendredi à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, la «police des polices»). Contacté par le Figaro, l'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant a regretté cette décision : "On a l'impression que tous ceux qui étaient en poste avant doivent être déplacés."
Bruno Beschizza est conseiller régional d'Île-de-France, élu en mars 2010 en Seine-Saint-Denis et Secrétaire National de l'UMP à l'emploi des forces de sécurité.Avant 2010, il était commandant fonctionnel de Police, secrétaire général du syndicat...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Beschizza
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Beschizza est conseiller régional d'Île-de-France, élu en mars 2010 en Seine-Saint-Denis et Secrétaire National de l'UMP à l'emploi des forces de sécurité.Avant 2010, il était commandant fonctionnel de Police, secrétaire général du syndicat...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le patron du Raid, Amaury de Hauteclocque, qui avait dirigé l'assaut contre Mohamed Merah à Toulouse, a été muté ce vendredi à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, la «police des polices»). Contacté par le Figaro, l'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant a regretté cette décision : "On a l'impression que tous ceux qui étaient en poste avant doivent être déplacés."

Atlantico : Amaury de Hauteclocque, le patron du Raid, qui avait dirigé l'assaut contre Mohamed Merah à Toulouse, a été muté ce vendredi à la police des polices. La gestion du siège de l'appartement de Merah, a parfois été critiquée. Cette mutation est-elle une sanction ?

Bruno Beschizza : Assez paradoxalement, dire à Amaury de Hauteclocque qu'il a été un très bon chef du Raid mais qu'il a aussi fait son temps pourrait ne pas être choquant s'il s'agissait d'une sortie par le haut. Cela aurait été le cas s'il s'était vu obtenir une promotion par exemple.

On aurait pu trouver à Amaury de Hauteclocque un poste prestigieux, un vrai commandement, une direction ou un corps préfectoral. Non, on préfère le mettre dans un placard. Et c'est choquant.

Tous ses illustres prédécesseurs, comme Christian Lambert ou encore Jean-Louis Fiamenghi, étaient préfets. Or, Amaury de Hauteclocque est contrôleur général. Il est à la tête du Raid pendant 5 ans, mène même une opération mondialement célèbre, est apprécié par ses hommes et se retrouve pourtant sorti à l'issu de son "bail". Le tout dans un contexte où l'on s'aperçoit que tous ceux qui ont servit des ministres de droite sont sortis par le bas.

 

Le ministère de l'Intérieur a annoncé que cette mutation n'était que temporaire...

Dans ce cas il faut communiquer. J'ai tout de même l'impression que l'on convoque Amaury de Hauteclocque pour lui dire qu'un remplaçant lui a été trouvé et qu'il doit désormais laisser sa place. Ce raisonnement peut sembler paranoïaque, mais cette décision de déclassement d'un haut fonctionnaire de police intervient deux semaines après la nomination de l'ancien patron du GIGN, un proche et conseiller au cabinet de Manuel Valls, Denis Favier qui, il y a deux jours, a été nommé directeur général de la gendarmerie nationale.

Nous pouvons donc nous interroger sur ce timing. Cela donne quelque peu l'impression d'une "prouteauisation" du ministère de l'Intérieur : Christian Prouteau était un officier de gendarmerie qui était si proche de François Mitterrand qu'il avait coordonné les fameuses écoutes téléphoniques.

Manuel Valls donne l'impression d'avoir des préférences : ce ne sont pas les préfets ni même les policiers mais les gendarmes. Cette situation peut créer un malaise.

 

Peut-on parler de guerre des polices entre la police et la gendarmerie ?

Je ne crois pas à la guerre des polices. En revanche, on sait bien qu'il y toujours eu des rivalités, notamment entre le GIGN et le Raid. Si dans la même semaine, vous accordez une promotion à l'ancien chef de l'un et vous sanctionnez l'ancien chef de l'autre, ce n'est pas du meilleur effet sur le moral des  troupes.   

Le souci du moment est de rapprocher la police et la gendarmerie et de mieux mutualiser les forces pour qu'elles travaillent mieux ensemble au service de nos compatriotes. Le but n'est pas qu'une force prenne le pas sur l'autre. Il faut toujours être vigilant sur l'équilibre entre les deux forces de sécurité que sont la police nationale et la gendarmerie nationale.

Diriez-vous qu'il y a une chasse aux sorcières au sein de la police et plus largement au sein de l'administration?

On se souvient tous des promesses du candidat Hollande : "Moi président, il n' y aura pas d’État PS. Finalement, quasiment tous les directeurs d'administration ont été changés.

A titre personnel, je ne trouve pas cela anormal. Un directeur, qu'il soit de la gendarmerie ou de la police nationale, doit être un chef de projet. Je peux comprendre qu'un ministre s'entoure d'un chef de projet proche de ses idées. Par contre, je regrette l'imposture du candidat Hollande qui, dans ce domaine-là comme dans d'autres domaines, a fait des déclarations bien éloignées de sa pratique du pouvoir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
un
- 14/04/2013 - 14:41
un
Quand la droite revient (peut-être plus tôt que prévu), il faudra procéder à une grande purge !!!!
Cap2006
- 14/04/2013 - 08:08
une chose est certaine : l'opération mehra était nulle à chier
il ne faut pas plus de 24 à 48 h pour identifier l'auteur du premier des meurtres via les échanges internet...

Merhra sous surveillance, trouve le moyen de téléphoner...

Et pour finir, un assassinat digne ses series B américaine... visiblement pour ne pas risquer d'avoir un prisonnier bavard...

une caissiere de superette se fait virer manu militari pour avoir mangé un biscuit périmé...
wolfgangamadp
- 13/04/2013 - 22:21
Ouais enfin, on ne peut pas
Ouais enfin, on ne peut pas dire que l'affaire Mehra ait été une réussite.
1 - ils pouvaient le cueillir en douceur facilement par surprise ou par ruse sans assiéger un immeuble d'habitation pendant des heures.
2 - s'ils voulaient simplement le buter, ça aurait pu être bien plus rapide.