En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Margaret Thatcher est morte ce lundi à l'âge de 87 ans.
Une dame de fer
Margaret Thatcher : tout ce qu'on oublie trop souvent de dire d'elle
Publié le 08 avril 2013
Margaret Thatcher, ancien Premier ministre britannique, est morte ce lundi à l'âge de 87 ans.
Gaspard Koenig dirige le think-tank GenerationLibre. Dernier ouvrage paru : Le révolutionnaire, l’expert et le geek (Plon).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaspard Koenig
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaspard Koenig dirige le think-tank GenerationLibre. Dernier ouvrage paru : Le révolutionnaire, l’expert et le geek (Plon).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Margaret Thatcher, ancien Premier ministre britannique, est morte ce lundi à l'âge de 87 ans.

Margaret Thatcher est morte ce lundi à Londres à l’âge de 87 ans. Seule femme à avoir été Premier ministre du Royaume-Uni et personnalité majeure de la vie politique du XXe siècle, Margaret Thatcher ne faisait plus que de rares apparitions. Atteinte de la maladie d’Alzheimer et affaiblie physiquement, elle ne s’exprimait plus en public depuis 2002. Atlantico republie ici l'hommage que Gaspard Koenig avait rédigé en guise de critique de La Dame de Fer, le film qui lui a été consacré en 2012.

 

Il  y avait tout pour faire un bon film : les moyens, l’actrice, l’histoire. Il a fallu qu’un scénariste peu inspiré le transforme en mélo guimauve sur les difficultés du grand âge et l’ascension d’une femme seule dans un monde d’hommes hostiles. Comme si l’on n’osait pas montrer ce qui fait le vrai charme de Margaret Thatcher : sa politique.

Voici quelques scènes que j’aurais aimé voir dans La Dame de Fer :

Maggie faisant campagne à 24 ans dans le Dartford (elle ne sera pas élue), surprenant ses adversaires en discutant des problèmes quotidiens des gens, en maîtrisant les prix de la livre de viande ou du kilo de farine, en protestant contre la hausse des loyers.

Maggie, députée de l’opposition, donnant en 1968 son premier grand  discours à Blackpool, où elle avertit déjà des dangers du consensus, "une tentative de plaire aux gens qui ne pensent par grand-chose sur tous les sujets". Elle affinera plus tard sa définition, faisant du consensus "ce que personne ne croit, mais que personne ne rejette".

Maggie assaillie de critiques, voyant sa cote de popularité tomber à 19 % après moins de deux ans au gouvernement, et lançant à la conférence du parti conservateur à Brighton : "The Lady’s not for turning !", intraduisible expression qui exprime toute sa conviction d’être dans le droit chemin et sa volonté de ne pas céder aux pressions de l’opinion.

Maggie brandissant devant des journalistes un livre du penseur libéral Friedrich Hayek en précisant : "Voici ce en quoi je crois".

Maggie ordonnant dans le plus grand secret le stockage de 49 millions de tonnes de charbon un an avant de lancer son offensive contre les syndicats de mineurs – ce qui lui permet d’assurer l’approvisionnement en électricité du Royaume durant toute la durée du conflit.

Maggie en campagne, cousant une poche sur un bleu de travail dans une usine. Ce qui lui valut ce compliment du contremaître : "Si elle n’est pas élue, je l’embauche".

Maggie non pas pendant, mais après l’attentat de Brighton où cinq membres de son parti perdirent la vie, faisant ouvrir le lendemain matin Marks and Spencer une heure en avance afin que chacun puisse s’acheter des vêtements neufs et que la conférence commence à l’heure.

Maggie accordant en 1987 la première interview en direct d’un leader étranger à une télévision soviétique, et faisant en plein Moscou l’apologie d’une société ouverte et des libertés individuelles. Eltsine reconnut dix ans après que "l’interview de Mrs Thatcher marqua la fin du système d’Etat soviétique".

Et pour finir le film, je propose un flash-back sur Helmut Schmidt lâchant en marge d’un dîner officiel en 1979 : "L’Angleterre n’est plus une nation développée". On oublie qu’à cette époque, le Royaume-Uni était l’homme malade de l’Europe, soumis à un programme FMI, paralysé par les grèves, drogué à la dépense publique (60 % du PIB, davantage qu’en France aujourd’hui !). Après dix ans de thatchérisme, le nombre de fonctionnaires a baissé de moitié, le budget est excédentaire, la productivité en hausse, le taux de chômage ramené à moins de 6%. L’Angleterre est devenue – et restera pour une quinzaine d’années – le moteur de l’Europe, attirant les talents du monde entier.

Voilà ce que je souhaite aujourd’hui pour mon pays : une politique de conviction, incarnée par un leader courageux, consciencieux, inébranlable. Quelqu’un qui sache se battre contre l’establishment, qui accepte l’impopularité, qui trace des plans à long terme et n’en dévie pas. Maggie, reviens !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
04.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
06.
France stratégie : le gaité fonction publique s’enferme dans ses dénis sur la dépense publique
07.
Libéraux en peau de lapin : pourquoi la polémique autour de François-Xavier Bellamy en dit long sur le raidissement des soit-disant « modérés »
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (82)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ElPorkito
- 09/04/2013 - 19:12
@Patrie63
Vous savez, ce n'est pas parce que quelqu'un n'est pas d'accord avec vous qu'il n'est pas du même bord politique. Libéraux, libertariens, umpistes, etc etc. Que vous ne fassiez pas de distinction entre le PS et le Front de Gauche, ok, admettons mais franchement...
Quant à l'idéologie, si ça semble être un de vos chevaux de bataille, pour ma part je pense au contraire que c'est ce qui manque le plus ces derniers temps, à droite comme à gauche.
PATRIE63
- 09/04/2013 - 18:24
@ Hugo from Caracas et Elporkito
Inutile de continuer un dialogue sterile avec des gens bornés et qui ne voient pas plus loin que leur idéologie..continuez à croire que l'avenir de la France c'est des couples homo, des familles sans enfant, toujours plus d'immigrés, de taxes, d'impots et toujours moins de liberté.. mais sachez que nousq serons de plus en plusq nombreux à nous y opposer..
ElPorkito
- 09/04/2013 - 16:59
@Patrie63
"quant à faire des enfants , c'est une décision individuelle dites vous..tout comme investir, fonder une entreprise , créer des emplois...ceux qui font tout ça devraient arreter du jour au lendemain, juste pour voir" Et donc ? Ce sont incontestablement des activités très respectables, de là à dire que l'Etat doit subventionner ou faire de l'assistanat, non. Enfin au final ce type de propos ne fait que confirmer ce qu'écrivait Hugo de Caracas au début, le tatchérisme n'est pas vraiment compatible avec la droite française.