En direct
Best of
Best Of
En direct
Après le scandale Cahuzac, les Français ne devraient pas apprécier les mesures fiscales impopulaires à venir.
Onde de choc
Retombées de l'affaire Cahuzac : le peuple français exprimera-t-il son ras-le-bol en boycottant les impôts ?
Publié le 07 avril 2013
S'il ne réagit pas rapidement après les scandales qui éclaboussent son gouvernement, François Hollande risque de retrouver le peuple dans la rue dès l’annonce des inévitables mesures économiques impopulaires à venir.
Fabio Rafael Fiallo est économiste et écrivain, ancien fonctionnaire à la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement). Il est diplômé d’économie politique de l’université Johns Hopkins (Baltimore).  Son dernier ouvrage,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabio Rafael Fiallo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabio Rafael Fiallo est économiste et écrivain, ancien fonctionnaire à la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement). Il est diplômé d’économie politique de l’université Johns Hopkins (Baltimore).  Son dernier ouvrage,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
S'il ne réagit pas rapidement après les scandales qui éclaboussent son gouvernement, François Hollande risque de retrouver le peuple dans la rue dès l’annonce des inévitables mesures économiques impopulaires à venir.

Crise de la démocratie. Crise de régime. L’abîme entre le peuple et la classe politique prend des proportions abyssales. En moins d’un an à l’Elysée, François Hollande n’a fait que décevoir ceux qui l’ont élu. Et il y a de quoi.

Il avait promis de renégocier le pacte budgétaire adopté par l’Union Européenne du temps de son prédécesseur. Et pourtant, il le signe, tout en prétendant avoir réussi à y incorporer une annexe qui, en réalité, n’aura servi qu’à l’aider à sauver la face. Il avait promis de taxer à 75% les revenus dépassant le million d’euros. Or, de par son caractère confiscatoire et décourageant, cette taxe est devenue pour Hollande un boulet aussi lourd à traîner qu’elle avait été, pendant la campagne électorale, un aimant lui permettant de s’attirer des voix.

Puis, contraint de ne pas désespérer les marchés financiers, il avait promis de ramener le déficit public à 3% du PIB en 2013. Il s’est vu obligé d’admettre qu’il lui sera impossible de respecter une telle promesse dans les délais fixés. Hollande est pris dans la nasse de ses impossibles engagements électoraux. Rien d’étonnant que, après une petite année à la présidence de son pays, seul le dernier carré de ses sympathisants – autour de 30% des électeurs – continue à lui accorder sa confiance.

Et voilà que, pour couronner le tout, l’image d’ennemi des riches qu’il avait entretenue dès avant même la campagne électorale, et qui lui avait apporté bien des voix, vient à deux reprises d’être piétinée.

Premier coup dur à ce sujet : l’affaire Cahuzac. Qu’un membre clef du gouvernement français, le ministre du Budget, chargé de traquer les fraudeurs, soit lui-même un fraudeur, ne peut qu’éclabousser le président de la République qui avait décidé de le nommer. Car soit Hollande connaissait la véracité des accusations portées contre son ministre, et alors il aurait fait preuve de laxisme ; soit il ignorait tout, et dans ce cas il aurait péché par incompétence.

Second coup dur : la presse vient de révéler que le trésorier de campagne de Hollande est actionnaire de deux sociétés offshore dans les îles Caïman, paradis fiscal par excellence. C’est du joli. Hollande arguera qu’il ne savait rien. Or, un candidat prétendument ennemi de la finance, qui aurait commis l’imprudence de confier les fonds de sa campagne à quelqu’un sans se soucier de connaître les agissements financiers de celui-ci, peut-il prétendre avoir la perspicacité nécessaire pour diriger un pays ?

Rien d’étonnant que les Français soient de plus en plus nombreux à lui avoir retiré leur confiance.

Dans un climat politique si délétère, avec quelle autorité morale François Hollande pourra-t-il demander aux Français les sacrifices qui s’imposent, aussi bien pour redresser les comptes de l’Etat, notamment ceux des retraites et de la sécurité sociale, que pour relancer l’économie du pays par le biais d’une libéralisation du marché du travail à la Schroeder ?

Aussi, pour prévenir l’ouragan social qui s’annonce, Hollande se doit-il d’agir. Or, quelles sont ses options ? Pas formidables, à dire vrai.

Procéder à un remaniement ministériel, changement de Premier Ministre y compris ? Cela ferait désordre à moins de douze mois du début de son quinquennat. Pis encore, cela donnerait l’impression que le gouvernement dans son ensemble a quelque chose à se reprocher concernant le scandale Cahuzac. Et même, un remaniement pour quoi faire ? Pour inclure des technocrates à la Mario Monti en Italie (par exemple Louis Gallois ou Pascal Lamy) ? Ce n’est pas sûr que de telles figures aient la poigne politique, l’ascendant moral et l’expertise politicienne pour faire accepter des réformes douloureuses auprès des Français.

Pourquoi pas, alors, un gouvernement d’union nationale, faisant entrer des représentants du centre et des secteurs de la droite ? Pagaille assurée. En effet, qui fixerait la politique à suivre et les réformes à mener ? Hollande ou la droite entrée au gouvernement ? Une telle solution ne tiendrait pas longtemps.

Quant à un référendum sur la moralisation de la vie publique, brandi par le secrétaire général du PS, une telle hypothèse pourrait bien devenir un plébiscite anti-Hollande se manifestant par une forte abstention.

La seule issue à la hauteur de l’actuelle crise politique et morale consisterait à consulter à nouveau le peuple. Ce qui veut dire dissoudre l’Assemblée nationale, avec une possible cohabitation à l’horizon. Mais on voit mal Hollande, à une année à peine de son quinquennat, vouloir répéter l’expérience d’une cohabitation longue comme celle subie malencontreusement par Jacques Chirac.

Hollande préférera plutôt faire le dos rond en attendant que passe l’onde de choc – ce qui correspond à son image d’indécis. Mais dans ce cas, dès l’annonce des inévitables mesures économiques impopulaires à venir, Hollande risque de retrouver le peuple dans la rue et de provoquer une insurrection civique qui pourrait prendre la forme d’un boycott des impôts par des citoyens exaspérés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
06.
Se lever la nuit pour faire pipi coûte cher à la société
07.
Nuit d'ivresse : Castaner ministre inflexible, Christophe homme flexible (sur les principes); Laeticia Hallyday renfloue ses caisses; Léa Salamé se retire pour Raphaël, Monica Bellucci s'affiche pour Nicolas, Jennifer Lopez passe tout à Alex Rodriguez
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
La France, cauchemar du terroriste de Christchurch : comment nous avons laissé la question du Grand remplacement se transformer en tragique métastase politique
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
03.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grand Débat : l’étrange victoire d’Emmanuel Macron
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Messaline
- 08/04/2013 - 07:52
Non fkb, il n'y aura pas de penalités de retard
Un mouvement pris par des millions de contribuables forcera le gouvernement, ou les partis politiques lors d'une élection, à déclarer ou promettre une loi d'amnistie. La grève des impôts est une excellente idée.
Pseudo-nyme
- 08/04/2013 - 05:08
greve des cotisations sociales!
Ce n'est pas tant les impôts mais les charges sociales des entreprises qu’il faudrait arrêter de payer, pour assécher la bête et repenser tout ce système affreux. En relâchant la pression sur les entreprises, on crée mécaniquement de l'emploi, on permet des augmentations de salaires et de manière générale on dynamise l'économie.
En arrêtant instantanément le paiement du RSI, URSSAF etc, on fait redémarrer l'économie, la compétitivité, l'emploi, le niveau de vie, et une fois qu'on a généré une production importante, on redistribue, après 5 ans, on rehausse graduellement et de manière raisonnable les prélèvements sociaux.
C'est la clé de l'énigme, et aucun de ces profiteurs populistes qui nous gouvernent n'aura jamais l'idée de présenter une telle mesure, tarissant la source dont il s'abreuve depuis la fin de ses études... son seul travail: perdurer avec un mandat politique, quelque part sur l'échiquier, de préférence avec des responsabilités nationales et un traitement de haut fonctionnaire....
La seule manière de changer tout cela c'est par la force, celle de ceux qui pèsent sur l'économie et qui sont littéralement aplatis par le poids de l'état, le premier bénéficiaire de tout…
LSD
- 08/04/2013 - 04:07
et ben..
je sais pas si les gens boycotteront les impots, ( cest peu probable d en arrive la) mais une telle chienlit apres un an de pouvoir c est du jamais vu sous la V ème. On sent un climat tres propice aux insurrections , le pouvoir se liquéfie et les gens ne croient plus en rien. Et flamby adopte la pire stratégie : faire le dos rond, comme Louis XVI..