En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Visions critiques

Critiques intelligentes de la nouvelle finance

il y a 5 min 27 sec
décryptage > Défense
Manipulation ?

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

il y a 34 min 44 sec
décryptage > Economie
Mauvais résultats

Les mauvais chiffres de l’industrie réveillent les craintes sur la croissance allemande

il y a 50 min 12 sec
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

« Jamais autant de gens n’auront dû autant à si peu ! »

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Europe
L’Union fait les faibles

Meurtre de Daphné Caruana : Malte ou le révélateur d’une certaine faillite (morale) européenne

il y a 1 heure 37 min
décryptage > Politique
Vers quelle direction ?

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

il y a 2 heures 1 min
pépites > France
Divisés
Retraites : un Français sur deux a une image positive du mouvement de contestation
il y a 17 heures 22 min
pépite vidéo > Media
Le beauf final
Marquinhos papa : le PSG dénonce les propos "immatures et blessants" de Guy Roux
il y a 18 heures 41 min
light > Insolite
Erreur de la banque
Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée
il y a 20 heures 16 min
Sain et sauf
L'aventurier Mike Horn a été sauvé en Arctique
il y a 21 heures 11 min
décryptage > Faits divers
Voulez-vous mourir comme lui ?

Yann-Arthus Bertrand prépare son décès ! Il a chez lui un "cercueil biodégradable". Son corps l'est également

il y a 30 min 34 sec
décryptage > Style de vie
Développement personnel

Et si les routines du matin n’étaient pas vraiment la recette pour une vie épanouie

il y a 40 min 3 sec
décryptage > Economie
Mauvaise idée ?

« Reprendre » la dette des hôpitaux, après celle de la SNCF, par l’État : c’est pour la faire… reprendre de plus belle ?

il y a 56 min 38 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Faut-il avoir peur des applications que nous chargeons sur nos smartphones ?
il y a 1 heure 24 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

il y a 1 heure 53 min
pépites > France
Galère
Grève : les perturbations prévues ce lundi
il y a 15 heures 36 min
pépite vidéo > International
Noir de monde
Hong Kong : 800.000 manifestants lors du défilé marquant les six mois de la contestation
il y a 18 heures 20 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Neuf exoterres sur dix autour d'étoiles doubles seraient propices à la vie ; Exobiologie : ce microorganisme préfère les météorites à la Terre
il y a 19 heures 45 min
pépites > France
Jusqu'au boutisme
Philippe Martinez : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" de la réforme des retraites
il y a 20 heures 47 min
pépites > Santé
Générosité
Téléthon : la collecte atteint 74,6 millions d'euros
il y a 21 heures 34 min
Chimère

Pas de panique - immédiate - : non, le FN ne profite pas du climat politique délétère actuel

Publié le 04 avril 2013
Affaire Cahuzac, guerre des chefs à l'UMP, amateurisme de la gauche : autant d'éléments ayant créé un climat délétère supposé être un terreau fertile pour le Front national. Pourtant, la "gauchisation" du discours de Marine Le Pen pourrait bien empêcher l'explosion électorale du FN.
Yves-Marie Cann est Directeur d'études au département Opinion de l'institut de sondage CSA.Guillaume Bernard est maître de conférences (HDR) à l’ICES (Institut Catholique d’Etudes Supérieures). Il a enseigné ou enseigne dans les établissements...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann et Guillaume Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est Directeur d'études au département Opinion de l'institut de sondage CSA.Guillaume Bernard est maître de conférences (HDR) à l’ICES (Institut Catholique d’Etudes Supérieures). Il a enseigné ou enseigne dans les établissements...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Affaire Cahuzac, guerre des chefs à l'UMP, amateurisme de la gauche : autant d'éléments ayant créé un climat délétère supposé être un terreau fertile pour le Front national. Pourtant, la "gauchisation" du discours de Marine Le Pen pourrait bien empêcher l'explosion électorale du FN.

Atlantico : L’affaire Cahuzac a fini de faire entrer le paysage politique français dans un climat délétère supposé favoriser la montée du Front national. Cela fait-il réellement basculer l’opinion française dans l’électorat FN ou cette analyse est-elle faussée par un jeu de transfert de voix plus subtil ?

Yves-Marie Cann : Il est très important de dissocier d’une part l’actualité chaude, comme l’affaire Cahuzac pour laquelle il est trop tôt pour tirer de premières conclusions, des mouvements de fonds que nous observons depuis plusieurs mois. Nous observons en effet une dynamique favorable au Front National qui s’illustre aussi bien par le score de Marine Le Pen à la dernière élection présidentielle que par l’amélioration de son image ces derniers mois.  Au sortir de l’été 2012, elle était créditée de 27% d’opinions positives dans notre Observatoire politique mensuel pour Le Echos. Début mars, son score s’élevait à 35%,  signe d’une dynamique positive mais aussi d’une certaine solidité des évolutions enregistrées qui semblent s’ancrer dans le temps. Bien qu’il faille manier cela avec prudence, les résultats de la candidate Front national qui a gagné près de 20 points entre le premier et le second tour de l’élection partielle de l’Oise témoigne également de cette dynamique. Avec un transfert inédit des voix de gauche vers le vote Front national dont la véracité a été démontrée par Joël Gombin de l’Université de Picardie, on constate que le Front national n’a plus systématiquement l’effet repoussoir qu’il avait par le passé. Enfin, la volonté d’alliance d’une majorité de sympathisants UMP (51%) avec le FN aux prochaines municipales est un dernier exemple fort de cette logique. 

L’affaire Cahuzac, parce qu’elle réactive et entretient l’image de dirigeants politiques malhonnêtes pourrait contribuer à renforcer cette dynamique en faveur des extrêmes en général et du Front national en particulier. Il est toutefois beaucoup trop tôt pour tirer de premières conclusions. On ne peut exclure que les révélations de ces derniers jours rejaillissent négativement sur l’ensemble de la classe politique, y compris sur les extrêmes.

Guillaume Bernard : L’affaire Cahuzac n’est qu’un épisode de plus dans le processus d’incompréhension voire d’hostilité du peuple envers ses élites. Elle devrait contribuer à renforcer l’abstention d’un côté et le vote contestataire de l’autre. Il est probable que le discrédit qui frappe la classe politique profite en tout premier lieu au FN. Si François Hollande a été élu, c’est plus par rejet de Nicolas Sarkozy que par adhésion à sa personne et à son programme. Sa cote de popularité est, après moins d’un an de présidence, extrêmement basse (elle est en dessous de son score du premier tour de l’élection présidentielle). Vers qui une partie de son électorat déboussolé pourrait-il se tourner ? Les résultats de la législative partielle dans l’Oise d’il y a quelques jours semblent bien indiquer que c’est le FN. Il est tout à fait possible qu’il ne s’agisse, là, que d’un épiphénomène. Mais pour cela, il faudrait que les facteurs d’angoisse des citoyens sinon disparaissent du moins s’apaisent. Est-ce vraiment envisageable ?

Le discours de Marine Le Pen est de plus en plus souvent taxé de "gauchisation" dont on a commencé à observer les résultats. S’agit-il une erreur de diagnostic quant aux attentes de l’électorat traditionnel du Front national ?

Yves-Marie Cann : En voulant attirer de nouvelles voix pour élargir sa base électorale, il y a toujours le risque de susciter un rejet d’une partie de l’électorat déjà acquis. Il faut cependant manier avec prudence  l’argument de la « gauchisation » du discours de Marine Le Pen par rapport à celui de son père. En effet, l’électorat du Front national est majoritairement composé de gens issus des catégories populaires, employés, ouvriers, ou retraités issus de ces deux catégories. Si ces électeurs-là se distinguent, sur des sujets comme l’immigration ou la sécurité, des catégories populaires votant à gauche, l’ensemble des classes populaires se retrouvent autour des préoccupations économiques et sociales fortes avec une demande toujours plus grande de protection vis à vis de la mondialisation des échanges et de ses conséquences économiques. Le pari de Marine Le Pen, en investissant ce terrain, est de conforter son électorat de droite en demande de fermeture économique tout en élargissant son électorat à des gens qui ne votent pas traditionnellement pour le FN mais qui pourrait s’en rapprocher pour ces raisons. 

Guillaume Bernard : La tonalité d’un discours politique dépend, bien entendu, de son contenu, mais également et pour beaucoup des interactions avec le système partisan ainsi que du contexte dans lequel il est énoncé. Si le discours de Jean-Marie Le Pen, dans les années 1980, avait des connotations « reaganiennes », cela s’explique par la force même tronquée du Parti communiste et l’existence encore réelle du bloc de l’Est. Désormais, les circonstances ont changé : chute du mur, attentats du 11-septembre, crise financière. Le discours du FN des années 1990 et 2000 est donc devenu de plus en plus populiste en affichant de l’hostilité envers le libéralisme (globalisation financière, ouverture des frontières, déréglementation économique). Cela dit, ce n’est pas nécessairement un reniement idéologique car il existe une nette différence entre, d’une part, la dénonciation du fiscalisme et de la bureaucratie et, d’autre part, l’adhésion à une philosophie selon laquelle il n’existe aucune valeur en soi mais uniquement par la rencontre de volontés. Il n’est pas certain que ce que certains analystes appelle « gauchisation » en soit véritablement une. En revanche, il est clair que le FN de Marine Le Pen assume mieux les « valeurs républicaines » (très vraisemblablement par réelle conviction et pas seulement par stratégie), ce qui peut heurter le noyau dur de l’extrême droite « traditionnelle » voire (et ce propos pourrait être jugé purement cynique) finir par l’empêcher de voir (ce qui a fait jusqu’ici sinon son succès du moins sa pérennité) les incohérences et les failles du « système ». 

Cette logique d’élargissement du discours peut-il paradoxalement empêcher le Front national de s’étendre au maximum de son potentiel en désagrégeant sa base ?  

Yves-Marie Cann : Il y a toujours un risque clair de délitement de la base électorale quand on entreprend cette logique d’élargissement mais ne pas le faire peut entraîner à terme sa stagnation, voire son rétrécissement. Le risque pour Marine Le Pen serait de ne pas maintenir son discours quant à l’immigration et la sécurité qui est un marqueur fort de l’idéologie du Front National dans lequel se reconnait une partie des Français. Pour autant, ces personnes-là sont aussi à la recherche de réponses économiques et c’est là que sa logique d’élargissement peut s’équilibrer avec les questions de sécurité et d’immigration. Le FN va donc devoir s’appuyer sur ces deux dimensions pour élargir sa base électorale.

Guillaume Bernard : La difficulté du FN est de cristalliser son électorat qui a varié au cours du temps et s’est constitué de différentes strates plus ou moins stables comme en témoignent ses résultats électoraux fluctuants (progressions suivies de chutes) depuis les années 1983-1984. Tout parti doit s’assurer de son électorat déterminé (vote sur clivages) et, en même temps, capter le plus possible d’électorat flottant (se déterminant en fonction des circonstances). Marine Le Pen semble donc vouloir segmenter son discours afin de s’adresser à différents types d’électorats pour les accumuler. Par ailleurs, s’il est admis que le clivage droite-gauche est, idéologiquement, très affaibli (la gauche modérée s’étant ralliée à l’économie de marché tandis qu’une partie de la droite a admis l’idéologie progressiste), c’est donc au sein de la droite et de la gauche que passent les lignes de fractures les plus profondes. Or, sur un certain nombre de sujets, les extrêmes (qui ne sont d’ailleurs pas nécessairement extrémistes) peuvent avoir des intérêts ou des idées convergents (comme l’hostilité à l’intégration européenne). Au final, la stratégie de Marine Le Pen peut apparaître cohérente. Mais reste la question de savoir si elle peut raisonnablement envisager de « droitiser » de façon pérenne l’électorat populaire venu de la gauche (le FN ayant déjà engrangé les classes populaires de droite) et si elle ne risque pas, dans cette quête, de se couper des catégories moyennes de droite qui seraient plutôt son électorat « naturel ». Dans sa stratégie de conquête d’un électorat « flottant », peut être va-t-elle un peu vite en besogne en n’ayant pas, d’abord, cristallisé son électorat « déterminé ». 

Cette logique qui consiste à aller chercher les deux bords de l’électorat, droite comme gauche, peut-elle éloigner du FN l’électorat UMP, et ainsi remettre en cause les alliances et donc les victoires potentielles aux élections municipales ?

Yves-Marie Cann : Effectivement, cela peut être un vrai point de tension pouvant limiter de futurs transferts de voix entre l’UMP et le FN et donc d’empêcher des alliances potentielles entre ces partis. Ceci étant dit, il faut aussi raisonner, pour ce genre d’élections, au cas par cas en fonction des spécificités locales. Au soir du premier tour des élections municipales, le FN pourrait endosser le rôle de faiseur de roi dans certaines communes. La pression est donc à double sens, elle fonctionne aussi bien de l’UMP vers le FN que du FN vers l’UMP. La question fondamentale sera donc de savoir ce qui prendra le pas sur l’autre entre la volonté d’assurer la victoire dans une ville ou la compatibilité avec les prises de positions du FN sur tel ou tel sujet. Il y aura donc un arbitrage essentiel qui se fera au sein de chaque formation politique, sous la pression de la base militante, et qui sera probablement très différent d’une commune à l’autre. Un an avant les élections,  ceci est difficile à prévoir.

Guillaume Bernard : L’électorat ainsi que les courants internes de l’UMP sont disparates. Il peut y avoir plus de distance idéologique et sociale entre certains membres et électeurs de l’UMP qu’entre ceux-ci et le FN. Même en admettant qu’il y ait une sorte de « gauchisation » de ce dernier, la cassure avec une partie de l’UMP, du moins en fonction des régions, n’est donc pas du tout certaine. Par conséquent, l’avenir du FN dépend en grande partie de sa capacité à incarner le populisme et à rassembler couches populaires et classes moyennes. Dans ce domaine, la stratégie du FN consiste, d’abord, à essayer de disqualifier ceux qui pourraient le concurrencer sur ce terrain. Il semble qu’en ayant un discours « immigrationniste » (rappelez-vous le discours du Prado de Jean-Luc Mélenchon en avril 2012), ce qui n’était pas du tout la ligne du PC, le Front de gauche se soit de lui-même disqualifié dans cette bataille. Ensuite, le FN table (notamment pour les prochaines municipales) sur sa capacité à imposer, et non quémander, des désistements et des alliances. Les circonstances jouent en sa faveur : le « cordon sanitaire » ou le « front républicain » n’existent plus. Mais encore faut-il qu’il ait des candidats crédibles à présenter et avec qui d’autres formations accepteront de s’unir.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
PASCONTENT
- 09/04/2013 - 16:55
Vous
prenez vos idées comme des vérités universelles ,le bien penser .!!! Mais non Messieurs !! nombre de citoyens ne craignent pas qu'ils arrivent :ils les attendent !!!
le problème c'est qu'avec la répression anti-FN dans toutes les institutions ,ils ne vous le disent pas . !!!
jlbaty
- 05/04/2013 - 06:16
retour de bâton
Le Pen empêtrée dans ses explications s ' est prises les pieds dans le tapis en disant mon ami avocat à ouvert un compte a Singapour en toute légalité , qu ' elle idiote elle ne sait méme plus quand la barre est franchie
cresta
- 05/04/2013 - 04:30
Atlanti..con?
Ce pauvre Atlantico au départ de droite s''égare dans l'anti Le Pen et dans sa gauchisation contrairement à l'opinion du peuple français.

Monsieur Con (pardon Mr. can) regardez le résultat de la partielle de Beauvais ou le FN fait un bon de 20 points.@) POUR CENT RAFLANT 44% DES VOTANTS DE GAUCHE DESESPERES A JUSTE TITRE!

Voyez le sondage SOFRES qui fait bondir au 7º rang des personalités Marine Le Pen avec le plus grande augmentation en 1 mois (+4%).

Ce type est vraimentet Atlantican avec ses divagations absolument pas scientifiques. ATLANTICO ADIEU On t'aimait bien...