En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

07.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux !

il y a 2 min 10 sec
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 1 heure 23 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 1 heure 55 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 2 heures 37 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 3 heures 43 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 4 heures 8 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 4 heures 34 min
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 20 heures 57 sec
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 20 heures 44 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 1 heure 5 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 2 heures 18 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 2 heures 44 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 4 heures 37 sec
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 4 heures 8 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Economie
Début de renaissance italienne

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

il y a 4 heures 34 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 20 heures 25 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 21 heures 55 min
© Reuters
En 2005, 2,8 millions d'enfants vivaient dans une famille monoparentale selon l'Insee.
© Reuters
En 2005, 2,8 millions d'enfants vivaient dans une famille monoparentale selon l'Insee.
Allô maman ?

Familles monoparentales : la peur de les stigmatiser nous empêche-t-elle de mesurer l'ampleur de la catastrophe sociale qu'elles représentent ?

Publié le 02 avril 2013
En 2005, 2,8 millions d'enfants vivaient dans une famille monoparentale selon l'Insee. Depuis les années 1960, le nombre de ces familles, le plus souvent une mère seule avec ses enfants, n'a cessé d'augmenter.
Gérard Neyrand et Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 2005, 2,8 millions d'enfants vivaient dans une famille monoparentale selon l'Insee. Depuis les années 1960, le nombre de ces familles, le plus souvent une mère seule avec ses enfants, n'a cessé d'augmenter.

Atlantico : La famille monoparentale est aujourd’hui une structure de plus en plus banale dans la société occidentale dont il est impossible de faire la critique sans être taxé de conservateur ou d’intolérant. Que sait-on aujourd’hui l’impact réel d’une éducation monoparentale sur la réussite des enfants ?

Gérard Neyrand : La stigmatisation des enfants vivant dans des familles monoparentales a relativement baissé en raison de deux facteurs. D’abord, l’augmentation des familles monoparentales en fait aujourd’hui une situation banale et en même temps le mariage perd de son importance en tant qu’institution fondatrice de la famille. Ensuite, les travaux sociologiques diffusés dans les années 1980 ont montré que l’impact éducatif sur les enfants était très faible. S’il existe un impact affectif sur les enfants au moment de la séparation, ils retrouvent un équilibre assez rapidement. La situation d’une famille monoparentale a peu d’impact sur la bonne éducation des enfants. Cela est lié au fait que le parent qui garde l’enfant s’investit davantage et sacrifie sa vie personnelle.

Pierre Duriot : Sous l’appellation "famille monoparentale" on trouve plus souvent une mère et son enfant qu’un père et son enfant. Mais en réalité, le paysage est extrêmement diversifié entre les mères gardant une vie de femme avec un travail et un compagnon présent épisodiquement ou en permanence, mais pas "officiellement" (qui peut d’ailleurs être le père biologique des enfants) et les mères qui ne sont plus "que mère". L’âge de l’enfant auquel il se retrouve en situation de monoparentalité intervient. Cela rend donc très variable les impacts sur les enfants. On peut avoir des enfants de familles monoparentales sans aucun souci. La qualité d’une éducation tient à la clarté pour l’enfant des cadres fixés et à leur solidité. De ce point de vue, un parent isolé rigoureux peut largement faire aussi bien et même mieux que deux parents dont l’un dit "oui" quand l’autre dit "non" en permanence à l’enfant. On constate hélas fréquemment le déplacement du statut de l’enfant et le duo mère/enfant va devenir un genre de couple improbable où l’enfant est le centre de toutes les attentions d’une mère uniquement mère et entièrement dévouée au service de son petit. Ce dernier va même très fréquemment intégrer le lit de la mère, achevant ainsi de former le "couple" et interdisant à la mère toute forme de recomposition familiale et même, toute vie sexuelle dans les cas les plus extrêmes. Ceci d’autant plus que l’enfant est un garçon. C’est se déplacement plus ou moins important de posture et de statut de l’enfant par rapport à l’adulte/parent qui va induire un décalage dans le milieu scolaire. A l’école, cet enfant sera quoi qu’il arrive un élève ordinaire, un "petit autre", "inférieur" donc à l’adulte, son professeur. Il acceptera d’autant moins son statut d’élève qu’il aura un statut central à la maison, au sein de sa famille monoparentale devenue "couple" où il tient le rôle principal de "dominant". Il existe même des facteurs encore aggravants, quand une jeune mère, avec son enfant, retourne chez sa mère, elle-aussi séparée, un cas de figure assez fréquemment rencontré. Et l’enfant se retrouve avec plusieurs "femmes" à son "service". Il bâtit donc une relation particulière aux dames qu’il va tenter de réitérer avec l’enseignant souvent une femme elle aussi, à l’école maternelle. Mais à contrario, la présence d’un grand-père aux principes solides peut remplacer un moment la figure paternelle. Après, tous les cas de figures sont extrêmement variés, selon les modèles paternels plus ou moins présents dans l’entourage de l’enfant et leurs attitudes vis-à-vis de l’enfant.

Outre le paramètre éducatif, ce que l’on appelle la "compensation" joue également un grand rôle dans le fonctionnement de la famille monoparentale. Ce principe consiste à "compenser" le manque d’un parent que l’on considère comme susceptible de faire souffrir l’enfant par une satisfaction permanente et sans délai de ses désirs. Également, le parent seul, souvent la mère, fragilisé après une séparation, peut se recroqueviller sur l’enfant, ou l’un de ses enfants, souvent le plus petit et se "soigner" en le surinvestissant, cela encore à divers degrés, ce qui élargit le champ des impacts sur les enfants. Cette compensation, en plus d’être parfaitement injustifiée pour l’enfant, aggrave à la longue sa construction en relation avec le monde réel dans lequel il va être amené à évoluer. Enfin, à l’opposé, on peut assister à des phénomènes de rejets plus ou moins violents par le parent de cet enfant qui incarne une vie passée et que l’on a envie d’oublier. On sait hélas, de manière statistique, que les enfants de familles monoparentales réussissent moins bien scolairement mais ce n’est heureusement pas une fatalité.

Le silence autour des effets de la monoparentalité est-il dû à la peur de stigmatiser les parents seuls ? Se préoccuper davantage du sort parents que des enfants n’est-il pas paradoxal ?

Gérard Neyrand : La difficulté des situations monoparentales est qu’elles sont toujours pensées au regard de l’impact sur l’enfant. Néanmoins, s’il y a un impact négatif de cette situation, il concerne davantage le parent que l’enfant. Et ce, parce que l’enfant bénéficie d’une protection particulière du parent qui l’élève, qui lui, en pâtit davantage.

Beaucoup de parents dans cette situation n’ont plus une minute à eux et sont à deux doigts de craquer car ils sont sur tous les fronts en même temps. Cela explique notamment le fait que les recompositions familiales sont moins fréquentes chez les parents qui s’occupent seuls de leurs enfants.

Pierre Duriot : Je ne parlerais pas de silence mais de discrétion. Travailler sur les effets de la monoparentalité exige de se plonger dans l’intimité de la relation parents/enfant, dans la verbalisation de problématiques familiales souvent douloureuses et cela ne peut se faire autrement que dans un minimum de confidentialité. Mais cela se fait et parents comme enfants ont des interlocuteurs, selon trois modes, selon que les uns et les autres ont chacun leur interlocuteur, ou un interlocuteur commun lors de thérapies familiales par exemple. Le silence peut être du à la réticence à appeler au secours, ce qui peut être vécu comme un aveu d’échec personnel et la tendance classique va être de cacher ses soucis et de tenter de s’en débrouiller. La sortie passe par la confiance et la confidentialité établies avec les personnels sensés aider les familles et état de faiblesse. Il n’y a pas de paradoxe à rendre des parents aptes à reprendre leurs rôles puisque ce sont eux les plus indiqués pour s’occuper de leurs enfants. Aider directement des enfants à l’extérieur de la famille et les remettre le soir à une famille en état de faiblesse n’aurait pas grand intérêt. En fait, il faut s’occuper de tout le monde avec le souci de rendre, au plus court terme possible, la famille capable de se passer d’aide sous peine de rendre indispensable une forme d’assistanat.

Admettre les dangers la famille monoparentale ne permettrait-il pas de déculpabiliser les parents et de les aider ?

Gérard Neyrand : Le gros problème des familles monoparentales est de pouvoir faire garder ses enfants. Les solutions sont relativement restreintes et le parent doit généralement chercher dans son entourage. Dans ces conditions, il est difficile pour ces parents d’investir autre chose que l’éducation des enfants. C’est une des raisons qui expliquent la précarité des familles monoparentales et des difficultés qu’elles ont à subsister au quotidien.

Pierre Duriot : Il n’y a pas danger "que" dans les familles monoparentales et considérer spécifiquement "les dangers des familles monoparentales" alors que certaines fonctionnent aussi bien que des familles classiques serait quelque chose de parfaitement erroné. La culpabilité des parents en cas d’échec éducatif touche également les familles ordinaires. On doit déculpabiliser globalement le fait d’être en difficulté avec son ou ses enfants de manière à ce que rencontrer un professionnel de l’enfance ne soit pas plus honteux que d’aller chez son médecin de famille. Il faut se souvenir que les processus d’aide ne peuvent se mettre en place correctement qu’à la demande des familles et avec leur collaboration, dans la confiance et la confidentialité et ne pas être imposés ou décrétés.

Quelles solutions pourrions-nous imaginer pour cela (assistance scolaire supplémentaire, modèle masculin ou féminin de substitution, autre adulte référent, statut juridique pour un oncle ou une tante…) ?  

Gérard Neyrand : Dans notre livre avec Patricia Rossi, Monoparentalité précaire et femme sujet (érès, 2007), nous avons évoqués des préconisations, le problème est qu’elles sont peu suivies. Nous avions notamment proposé que des lieux de garde avec des horaires atypiques soient créés. Souvent les mères célibataires qui travaillent ont des horaires décalés et le système social devrait donc pouvoir s’adapter. D’autres mesures renvoient à la possibilité que certaines personnes puissent se substituer et intervenir comme complément dans l’éducation. Cette solution est très peu mise en œuvre. Néanmoins, il existe un développement du parrainage. C’est la possibilité pour un bénévole de participer à l’éducation d’un enfant sur le modèle du parrainage pour soulager les personnes qui élèvent seules leurs enfants.

Pierre Duriot : "Quelles solutions" au pluriel sont effectivement les mots qui conviennent si j’en reviens à la multiplicité des cas de figures qui se cachent derrière la "famille monoparentale". Ce ne peut être que du cas par cas. Il faut faire ce qu’on appelle une anamnèse, dresser un historique et un constat, famille par famille et trouver des solutions avec des professionnels ou des membres des familles pouvant remplir des rôles éducatifs auprès des enfants. Parents, psychologues, enseignants, grands-parents, oncles et tantes, moniteurs de sport ou municipaux, maîtres d’internat, surveillants… peuvent trouver une place dans un dispositif d’aide. Plus largement et institutionnellement, il y aurait nécessité d’un rééquilibrage des sexes des personnels dans les milieux professionnels de la petite enfance : les crèches, les centres de loisirs, l’école… où les femmes représentent 90% des présences adultes. Mais cela non plus ne peut pas se décréter. Ce serait pourtant une composante importante dans les solutions à mettre en œuvre en matière de politique familiale et éducative. Enfin, d’un point de vue macro-social on sait que les situations de crise économique, de guerre, de précarité, favorisent la multiplication des cas de monoparentalité. Ces nouvelles familles ne sont donc pas un effet de mode mais la résultante d’une situation globale, les solutions à mettre en œuvre sont donc également largement globales.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (43)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jeanne1412
- 04/04/2013 - 08:23
JE SUIS UNE FAMILLE MONOPARENTALE
Je suis une famille monoparentale puisque j'élève seule ma fille, depuis que le père nous a mis à la porte, quand il a appris que notre fille souffrait de troubles autistiques. Je ne ferait pas de commentaires ni de jugement, ma fille continue à le voir dans le cadre des visites réglementées par la séparation.
Depuis 18 ans, je me suis consacrée à ma fille. Ses troubles ont été pris à temps par un excellent psychiatre, et cette année ma fille passe son bac pro. J'en suis très fière.
Pourtant durant toute cette période, et encore aujourd'hui, j'aurai voulu pouvoir bénéficier d'un soutient à la fois pratique, et professionnel, pour pouvoir faire garder ma fille quand elle était en bas âge, et bénéficier de facilités dans la recherche d'un travail. adapté à ma situation. Actuellement, nous vivons du RSA, malgré des études sociales et commerciales.
a-légitime
- 03/04/2013 - 22:48
familles monoparentales !une invention qui ne tient pas la route
je n'ai pas lu tout cet article,ni tout les commentaires,mais bon,je crois
que toute cette idéologie fumeuse inventée pour mieux tromper les gens,ne résistera pas longtemps à la vérité des faits.
les familles monoparentales n'existent pas !..(rarement)
elles sont constituées de 2 parents,meme s'ils ne sont pas à égalité de temps.
bien évidemment,pour profiter des avantages sociaux et dans leur
haine des pères (ou des hommes) les féministes et la bien-pensance leur ont donnés ce nom.
sur le terrain de l'idéologie,la bien pensance a déja perdu.
il suffit d'attendre un peu !...soyez patient
Cap2006
- 03/04/2013 - 20:40
@vertigo
Je n'ai pas la vérité infuse ni la supériorité de ma position affirmée comme la votre..... et j'attends avec impatience vos arguments...
Je vous propose ceux non pas d'un pro mariage homos, mais d'un opposant ....
http://baroqueetfatigue.wordpress.com/2013/01/04/pourquoi-en-tant-que-catholique-il-me-semble-impossible-de-participer-a-la-manifestation-dite-pour-tous-du-13-janvier-2013/

Et rassurez vous, ce n'est pas le très faible nombre de cas ( je vous cite) qui font peser un quelconque risque pour notre société.... combien même vos craintes imaginaires et théoriques se révéleraient nouvelles et/ou réelles...