En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Entre 20 et 30 personnes ont été attaquées samedi 16 mars vers 22 heures
Banlieue 13
Attaque du RER D : sommes-nous en train de perdre le contrôle de notre territoire ?
Publié le 23 mars 2013
Après les agressions commises sur des voyageurs dans un RER samedi à Grigny dans l'Essonne, huit à neuf victimes de vols avec violence ont été recensées mardi à la mi-journée et dix plaintes ont été déposées. Une attaque inhabituelle qui traduit l'expansion de zones hors de tout contrôle sur l'ensemble du territoire.
Alain Bauer est criminologue et professeur au Conservatoire national des arts et métiers et à l'université de New-York. Il a été président de l'Observatoire national de la délinquance (OND) de 2003 à 2012. Il est l'auteur de nombreux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bauer et Alain Tourre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bauer est criminologue et professeur au Conservatoire national des arts et métiers et à l'université de New-York. Il a été président de l'Observatoire national de la délinquance (OND) de 2003 à 2012. Il est l'auteur de nombreux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après les agressions commises sur des voyageurs dans un RER samedi à Grigny dans l'Essonne, huit à neuf victimes de vols avec violence ont été recensées mardi à la mi-journée et dix plaintes ont été déposées. Une attaque inhabituelle qui traduit l'expansion de zones hors de tout contrôle sur l'ensemble du territoire.

Entre 20 et 30 personnes ont été attaquées samedi 16 mars vers 22h  par une bande de jeunes au visage dissimulé dans une rame du RER D stationnée en gare de Grigny-Centre (Essonne). Cet acte qualifié "d'attaque à la diligence" par la presse a surpris. Les actes similaires sont-ils en réelle progression ?

Alain Bauer : C’est rarissime mais nous avons déjà pu assister à des évènements similaires. Ainsi l’année dernière, un bus avait été attaqué dans le Nord de la France après avoir été immobilisé sur la route grâce à un tronc d’arbre. Dans un autre registre, le tournage d’un clip de rap avait réussi à bloquer un TGV non loin de Marseille et un autre train faisant la liaison Marseille-Nice avait été attaqué il y a quatre ou cinq ans. Cela n’arrive pas tous les quatre matins mais nous ne sommes pas non plus face à quelque chose de totalement inédit.

Alain Tourre : On est toujours surpris par de tels actes qui causent un préjudice financier et moral aux victimes qui ont à subir ce type de méfaits. Il est normal de se demander : ces actes sont-ils en réelle progression ? Ce n'est pas vraiment le cas, ces actions sont ponctuelles. De plus, il faut noter que selon les observations qui ont été faites à Grigny et dans d'autres secteurs, ces faits se produisent toujours à proximité des endroits dits en "zone sensible".

Si on se réfère aux dernières statistiques, il n'y a pas d'accélération du phénomène. Comme ça a été le cas dans d'autres affaires similaires et en particulier dans le sud, les enquêteurs identifieront rapidement les auteurs. On peut s'attendre à ce que cet acte soit réprimé de manière ferme.

L'insécurité est-elle en train de gagner le territoire dans son ensemble ? Les zones hors de tout contrôle sont-elles en expansion ? Comment l'expliquer ?

Alain Bauer : Dans la réalité la zone de la Grande Borne et de Grigny-centre est connue pour n’être pas particulièrement aussi calme que Mende en Lozère ! Depuis longtemps le secteur est réputé pour être sensible voire très sensible. Ainsi on a pu voir à la Grande Borne des guets-apens et des attaques assez violentes contre les forces de l’ordre. Les territoires qui posent problème en France sont clairement identifiés et l’on a vu sur une trentaine d’années se développer environ un millier de quartiers dits "sensibles" parfois au sein des villes, comme dans le Sud de la France, parfois en périphérie, notamment sur les quarts Nord et Nord-Est du territoire. On peut dire qu’une centaine de ces zones ont vu leur situation passablement s’améliorer comme à Nice ou sur l’axe Tourcoing-Roubaix, tandis que les autres se sont dégradées ou sont restées stables. Il y a dans le lot des secteurs "d’enkistage" criminel assez connus comme à Sevran ou à Marseille ou les règlements de compte font souvent les gros titres. Cela révèle que nous sommes face à un phénomène très spécifique avec des évolutions aussi profondes qu’indépendantes les unes des autres.

De manière générale, on distingue deux types de territoires : les centres-villes qui génèrent le plus de profits et les territoires périphériques moins lucratifs. Le grand banditisme a tendance à séparer ces deux territoires pour se concentrer sur ceux qui génèrent le plus de profits, mais une telle logique ne s’applique pas aux petits délinquants. Cela dépend du sujet que l’on évoque. La prédation (attaque d’un train, d’un bus…) qui se dirige de la périphérie vers le centre-ville est à dissocier de la prise de contrôle d’un territoire, qui consiste par exemple à installer des systèmes de péages pour montrer que l’on contrôle tel ou tel espace. La tribalisation et la territorialisation sont des phénomènes qui vont d’eux-mêmes qui permettent de structurer un espace, de gérer les déplacements et de contrôler l’économie locale.

On retrouve ce type de phénomène dans plusieurs quartiers de banlieues sensibles mais on ne constate pas vraiment d’évolution particulière. A l’opposé, les phénomènes de prédations sont plus rares, on peut ici comparer à titre d’exemple la fréquence d’attaques de banques avec celles des attaques de fourgons blindés. Les premières nécessitent une simple proximité tandis que les dernières demandent de l’organisation et un dispositif bien particulier. Nous sommes aujourd’hui face à deux tendances séparées : tout d’abord l’amateurisation des processus criminels pour prendre l’argent là où c’est le plus facile (vols de colliers à l’arraché, braquages en série pour des petites sommes…) et de l’autre le crime organisé et rationnel qui opère de manière bien plus intelligente et relativement moins violente. On peut citer ici à titre d’exemple le braquage de la bijouterie du Printemps en février dernier qui n’a fait aucun blessé.
 
Ces deux phénomènes s’imbriquent l’un dans l’autre, mais on trouve évidemment davantage d’amateurs peu éclairés que de grands criminels très astucieux. Les premiers font des "coups" peu spectaculaires mais lourds en victimes tandis que les autres font des opérations qui rapportent gros sans faire des dégâts aussi conséquents. On assiste aujourd’hui à une augmentation de la violence facile et immédiate qui pose de plus en plus problème.
 

Nous acheminons-nous vers une situation comparable à celle du Brésil où seules certaines zones ultra sécurisées sont sûres ?

Alain Bauer : On trouve déjà, contrairement à l’idée reçue, des "gated communities" avec grilles et gardiens en France, notamment pour les personnes âgées relativement aisées. Bien que ça ne puisse pas arrêter une action extrêmement brutale on peut dire que le système est plus ou moins dissuasif dans le sens où les criminels tentés par la violence immédiate déjà évoquée n’aiment pas se confronter à des difficultés trop grandes.

Alain Tourre : Malgré ce qui s'est passé, il ne faut pas exagérer et garder raison. On n'en est absolument pas là. Notre situation n'a rien à voir avec ce qui se passe au Brésil. Cependant, on observe à Marseille aujourd'hui que ces actes de violence sont commis par des équipes de jeunes en complète déshérence. Ils ne vont plus à l'école, ils se livrent au trafic de drogue... Il faut les remettre dans le droit chemin. Il faut être extrêmement ferme sur ce sujet, comme l'a annoncé le ministre de l'Intérieur.

En tant qu'acteur de terrain, je vois que cette progression s'inscrit dans l'évolution de notre société. Les jeunes sont laissés à l'abandon particulièrement dans les secteurs défavorisés. Il s'agit dans la plupart des cas de familles monoparentales, l'autorité du père est absente. Il y a une réelle nécessité de les reprendre en main.

Pour l'Unsa-cheminots, cette attaque est inhabituelle et elle est le résultat d'une politique qui a vidé les gares de leur personnel, par souci d'économies. "On a déshumanisé ces lieux. Il n'y a plus personne, notamment durant les heures creuses et cela provoque ce type d'agressions", a expliqué au Figaro le secrétaire général adjoint de l'organisation Roger Dillenseger. Certaines zones sont-elles victimes d'une abandon d'autorité ?

Alain Bauer : La vraie question se trouve plus dans le contrôle des bandes que dans l’allocation de moyens administratifs, fussent-ils financiers ou humains. Les services de police sont bien renseignés dans ce domaine sur les différents acteurs de ce type de délinquance, le problème étant ici davantage de se demander quelle réponse pénale (éducative, sociale ou judiciaire) nous souhaitons apporter. Dans ce cas particulier il est probable que les malfaiteurs seront à terme interpellés, les bandes vidéos existent, et le débat devra ici porter sur la façon dont on s’y prendra pour qu’ils ne soient plus tentés de recommencer. Ce n’est donc pas tellement une question de présence, mais d’organisation et de politique que l’on veut mener pour endiguer le phénomène.

Alain Tourre : Non, on ne peut pas parler d'abandon d'autorité. Des analyses ont été faites au niveau de l'ensemble des responsables chargés de la sécurité et en l'espèce, il n'y a absolument pas d'abandon de l'autorité d'un secteur  par rapport à un autre. Mais il est évident qu'il faut densifier la sécurité sur des réseaux qui méritent plus d'attention que d'autres.

Cependant, Il faut noter que dans les années 90-92, on pouvait intervenir beaucoup plus facilement  pour lutter contre les trafics de drogue dans les cités qu'on ne peut le faire maintenant. Il n'y avait pratiquement pas de chouffe (guetteurs, ndlr.), le travail des policiers était beaucoup plus facile en matière d'intervention.

Propos recueillis par Ann-Laure Bourgeois et Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
03.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
04.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
07.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
01.
Florent Pagny: une polémique artificielle ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (201)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Recumbo at vodis
- 26/03/2013 - 17:27
Patience, patience
Dans une autre époque nous étions présents dans une époque proche nous serons de retour
notrefrance
- 26/03/2013 - 12:29
notrefrance
cela va finir en auto défense, avec création de milice populaire!
adadaf
- 26/03/2013 - 00:44
Pas de panique
Un truc comme ça ne peut pas rester impuni. Les politiques de droite ou de l’extrême droite seraient trop contents de tomber sur l'impéritie du gouvernement et de l'accuser de laxisme.
Donc vous pouvez être certains qu'il y a une palanquée de flics sur le coup.
Et ça va donner : on va apprendre d'ici peu que toute la bande s'est fait gauler.
Comment : un peu avec les caméras de surveillance mais surtout grâce à la délation.
Quand vous avez une bande de 20 clampins ou plus avec un QI d'huitre qui fait un exploit de ce genre, ça se vante forcément, ça cause, on se la raconte à mort.
Et quand on cause, il y en a qui écoutent.
Tout ce que la cité et ses environs compte de toxicos/balances/indics doit être rudement mise à contribution. Et ça va payer. Les premiers chopés balanceront les autres etc...