En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 1 heure 55 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 3 heures 26 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 7 heures 20 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 8 heures 23 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 9 heures 35 sec
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 9 heures 26 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 1 heure 43 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 2 heures 43 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 4 heures 31 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 7 heures 51 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 8 heures 29 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 8 heures 58 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 10 heures 5 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 10 heures 35 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 11 heures 8 min
© Reuters
La France sera en quasi-stagnation au premier trimestre.
© Reuters
La France sera en quasi-stagnation au premier trimestre.
Siège éjectable

La France reste la 5e puissance économique mondiale mais a-t-elle encore sa place au sein du G7 ?

Publié le 14 mars 2013
Alors que François Hollande a affirmé qu'il abandonnait sa promesse de campagne d'un déficit à 3% en 2013, la France sera en quasi-stagnation au premier trimestre.
Jean-Michel Boussemart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Boussemart est Délégué Général et économiste chez Coe-rexecode.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que François Hollande a affirmé qu'il abandonnait sa promesse de campagne d'un déficit à 3% en 2013, la France sera en quasi-stagnation au premier trimestre.

Atlantico : Alors que François Hollande a d'ores et déjà affirmé que l'objectif de déficit de 3% en 2013 était abandonné au profit d'une prévision à 3,7% alors qu'il s'agissait d'une promesse de campagne, la croissance française devrait être de seulement 0,1% au premier trimestre selon la Banque de France et le chômage s'est envolé à 10,2% au quatrième trimestre 2012 selon l'Insee. L'Hexagone est-il en mauvaise santé par rapport à ses partenaires du G7, notamment par rapport aux États-Unis où la croissance semble repartir et l'Allemagne qui fait toujours figure de pilier fort de la zone euro ?

Jean-Michel Boussemart : L’économie française est entrée en récession, et celle-ci devrait se prolonger en 2013. La fiscalité sur les ménages et les entreprises s’est fortement durcie ce qui devrait impacter négativement la demande des ménages et l’investissement des entreprises. Les plus récentes enquêtes (PMI et Commission européenne) montrent que l’économie française continue de décrocher vis-à-vis de l’allemande. Par rapport à ses partenaires du G7, la France fait actuellement moins mal que le Royaume-Uni et l’Italie, elle prend cependant du retard sur les réformes structurelles à faire. Elle fait moins bien (ou plus mal) que les États-Unis et l’Allemagne.

Outre-Atlantique le PIB reste en croissance certes modérée mais positive. L’investissement a repris, l’emploi augmente et le chômage baisse. Le point noir reste le déficit public à plus de 8% du PIB. En Allemagne la croissance a faibli mais l’emploi est au plus haut, le chômage au plus bas et les comptes publics sont quasiment revenus à l’équilibre. Les comptes extérieurs sont positifs pendant que ceux de la France sont déficitaires.

Quelles sont les faiblesses persistantes de l'économie française et, au contraire, ses forces par rapport aux autres économies du G7 ? La Grande-Bretagne semble en difficultés avec une croissance probablement négative au premier trimestre 2013 et une monnaie qui a chuté face au dollar et à l'euro en 2012. Cela signifie t-il qu'elle ne bénéficierait pas autant qu'on le dit de l'avantage d'utiliser sa propre monnaie pour pouvoir dévaluer et acheter sa dette via la banque centrale ?

La principale faiblesse à pointer est l’ampleur des dépenses publiques qu’on n’arrive pas à maîtriser et a fortiori à baisser. En 2012 les dépenses totales des administrations ont représenté 56% du PIB dans l’Hexagone contre moins de 45% en Allemagne et près de 50% pour l’ensemble de la zone euro. Ceci conduit à des prélèvements fiscaux au sens large qui se sont hissés au plus haut, ce qui n’empêche pas les comptes publics d’être déficitaires (4,5% du PIB en 2012 et encore 3,7% en 2013 selon les récentes déclarations du Président Hollande). Ce haut niveau des prélèvements obligatoires contribue à peser sur la compétitivité des entreprises et à décourager l’effort productif. Un des atouts français est le dynamisme relatif de sa démographie mais encore faut-il savoir en profiter.

La chute du sterling est liée au déficit de la balance courante britannique qui révèle une compétitivité fort dégradée. Elle peut aider à court terme à stimuler les exportations. A moyen et long terme la dévaluation que la Banque centrale peut accentuer par la planche à billets n’est pas la martingale dont il faut rêver. Une telle politique empêche en effet de s’adapter au monde qui change. L’exemple de l’Allemagne nous montre clairement ce qu’il faut faire.

Quelles doivent être les priorités pour le gouvernement en matière de réforme ? Comment l'État peut-il concilier réduction des déficits et objectifs de croissance et d'emploi ?

La priorité des priorités est d’infléchir à la hausse la courbe de l’emploi afin d’inverser celle du chômage qui continue actuellement de croître. L’enjeu majeur est la restauration et l’amélioration de la compétitivité des entreprises. En effet seules les entreprises peuvent créer des emplois, les administrations publiques n’en ont plus les moyens, elles devraient même réduire leurs effectifs pour réduire leurs dépenses.

Améliorer la compétitivité passe  par une baisse du coût du travail, précisément des charges annexes aux salaires, par une baisse de la fiscalité sur les entreprises, par une amélioration de la productivité de la main d’œuvre : améliorer la formation de la main d’œuvre, favoriser les dépenses de recherche et de développement, l’investissement productif etc. Ceci implique que les marges des entreprises, actuellement fort dégradées, soient redressées. C’est incontournable. A court terme l’amélioration ne peut passer que par la baisse du coût du travail et de la fiscalité, les autres facteurs ne peuvent en effet que jouer à moyen et long terme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pourquoi-pas31
- 14/03/2013 - 22:13
Réduire le poids de l'état par transfert vers la production
Imaginons qu'un pour cent des fonctionnaires volontaires ou non soient mis à disposition des entreprises, sous forme d'un allégement de charge, et participent à la production. La productivité et donc la production augmentent. Charges inchangées pour l'état et l'entreprise, mais productivité accrue et donc baisse des coûts de revient unitaires et compétitivité améliorée. Un pour cent, cela ne fait jamais que 50 000 fonctionnaires. Mélange des cultures, synergie, et plein d'autres avantagés.
Gégé Foufou
- 14/03/2013 - 16:10
Comprend pas
Il faut réduire les personnels de l'Etat (pour faire baisser le déficit) mais notgre Président signe des contrats d'avenir jeune payés par l'Etat ??
didi59
- 14/03/2013 - 11:25
didi59
Effectivement pour accroitre la compétitivité des entreprises, il faut que l'ETAT diminue ses dépenses dans le cadre des subventions allouées aux collectivités locales(mutualisation entre les communes, communautés de communes, conseil général et région) dans la masse salariale etc... Il est compréhensif que l'exécutif mette du temps à le faire pour la paix sociale mais trop tarder à le faire c'est plus d'interêts à payer qui vont devenir exhorbitants donc moins d'investissement etc... il le fait pour l'augmentation des recettes de l'ETAT, il le fera pour la diminution mais il faut lui le rappeler.