En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
40% des Marseillais envisagent de voter pour Bernard Tapie s'il est candidat aux municipales de 2014.
Francs-tireurs
Ce que signifie vraiment l'attirance des électeurs pour les grandes gueules populistes à la Tapie ou Le Pen
Publié le 22 février 2013
Selon un sondage BVA/Parisien-Aujourd'hui en France Magazine, les Marseillais sont 40% à envisager "certainement" (18%) ou "probablement" (22%) de voter pour Bernard Tapie s'il est candidat aux municipales de 2014.
Alexandre Vatimbella est le directeur de l’agence de presse LesNouveauxMondes.org qui est spécialisée sur les questions internationales et, plus particulièrement sur la mondialisation, les pays émergents et les Etats-Unis.Il est également le directeur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Vatimbella
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Vatimbella est le directeur de l’agence de presse LesNouveauxMondes.org qui est spécialisée sur les questions internationales et, plus particulièrement sur la mondialisation, les pays émergents et les Etats-Unis.Il est également le directeur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage BVA/Parisien-Aujourd'hui en France Magazine, les Marseillais sont 40% à envisager "certainement" (18%) ou "probablement" (22%) de voter pour Bernard Tapie s'il est candidat aux municipales de 2014.

Un ami marseillais me disait un jour, fort sérieusement, que si Paris n’avait pas été choisie comme capitale de la France, ce rôle aurait été dévolu à coup sûr à Marseille. D’autant que, selon lui, elle était beaucoup plus légitime à le remplir. En outre, ajoutait-il, si Marseille est aujourd’hui dans une situation difficile, c’est la faute de Paris qui a tout fait pour l’abaisser.

Cette opinion, bien sûr dans l’exagération, est pourtant partagée par nombre d’habitants de la cité phocéenne.

Cela va de pair avec les propos des supporters de l’Olympique de Marseille qui prétendent que le plus important pour le club n’est pas de devenir champion de France ou de gagner la Ligue des champions, ni même de se maintenir en ligue 1 mais de battre le Paris Saint-Germain lors des deux "classicos" de l’année!

Si on n’a pas cela en tête, on ne comprend rien à l’histoire d’amour entre les Marseillais et Bernard Tapie, un homme qui, à la tête de l’Olympique de Marseille mais également comme député de la ville, les a décomplexés, leur a rendu une fierté ainsi qu’une confiance en eux, un homme de"chez eux" même s’il est né dans le XX° arrondissement de Paris …

Et, évidemment, on ne comprend pas les 40% d’entre eux qui sont prêts à voter pour lui en 2014 lors des municipales (dont 18% "certainement") d’après le sondage du quotidien Le Parisien.

Ces raisons, néanmoins, pour être fortes, ne sont pas suffisantes.

Bernard Tapie bénéficie également d’une image politique particulièrement positive, à la fois, de franc-tireur indépendant, de battant, de gagnant et de rassembleur qui, en plus, dit ce qu’il pense et n’hésite pas à prendre des risques comme monter à la tribune des meetings du Front national pour traiter les électeurs d’extrême-droite de "salauds".

Un mélange détonnant qui a fasciné les Français comme ses résultats électoraux l’ont confirmé et qui faisaient la joie et la surprise d’un François Mitterrand, son mentor en politique.

Franc-tireur, il l’est sans doute mais pas autant qu’on pourrait le croire. A l’instar de politiciens comme Jean-Luc Mélenchon ou Jean-Marie Le Pen (son meilleur ennemi et celui qui lui a permis d’acquérir une notoriété politique indiscutable), il a bien fréquenté les lieux de pouvoir traditionnels avant de forger son image d’"homme libre".

Battant et gagnant, c’est une évidence même s’il n’a pas remporté tous ses combats loin de là. On a déjà mentionné, à son actif, ses joutes avec Le Pen, mais il faut aussi parler de sa carrière médiatique, notamment à TF1, son rachat d’Adidas et sa réussite à l’OM, bien entendu.

Rassembleur est sans doute moins évident mais non moins réel.

Il ne faut pas oublier que Bernard Tapie a navigué sur l’échiquier politique avec une grande habileté. Certains parleront d’opportunisme, et ils n’auront pas tort. Cependant, Bernard Tapie n’a jamais été un extrémiste dans ses propos (sauf contre des personnes) à l’inverse de populistes qui sont également des "grandes gueules" tels que, encore eux, Jean-Marie Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon et il a pu être un proche de Mitterrand comme de Sarkozy sans réellement se renier.

Sa centralité à défaut de son centrisme lui permet de séduire, comme le montre le sondage du Parisien, tant à gauche qu’à droite et au centre, notamment les électeurs de l’UDI, confirmant sa bonne image chez les sympathisants centristes. De ce point de vue, il a quelques similitudes avec son ancien partenaire dans les affaires, Jean-Louis Borloo, président de cette même UDI.

Reste à savoir si son retour en politique serait gagnant et s’il peut être vu par les Marseillais comme l’homme providentiel qu’ils recherchent depuis longtemps pour permettre à leur ville d’acquérir un statut plus digne de son histoire.

Ceux qui seraient tentés d’enterrer a priori Bernard Tapie pourraient en être pour leurs frais. Rappelons qu’en 1994, lors des élections européennes, contre toute attente, sa liste a dépassé les 12%, créant une énorme surprise comme ce fut le cas lors de son élection comme député en 1989.

Pour autant, comme Jean-Marie Le Pen, Bernard Tapie a certainement aujourd’hui un gros handicap, celui de cristalliser sur sa personne toutes les haines et les peurs des partis traditionnels.

Dès lors, on peut penser que s’il décidait de se présenter, il trouverait face à lui un front commun (sans pour autant être uni) allant de l’UMP au PS qui ne lui ferait aucun quartier. On a vu, pour d’autres francs-tireurs de la politique que c’était souvent un obstacle insurmontable et il n’est pas sûr que Bernard Tapie, qui vient d’avoir soixante ans, ait envie à mettre, à nouveau en jeu son existence dans un univers qui ne l’aime pas et qui ne l’a jamais aimé, cause de sa chute et de sa déchéance dans les années 1990.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
03.
Alain Finkelkraut étrille Marlène Schiappa après ses propos sur la Manif pour tous
04.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
05.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
06.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
07.
Pour la mairie de Paris, la capitale serait sale à cause du réchauffement climatique
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
06.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
03.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
04.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
05.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
06.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jlbaty
- 24/02/2013 - 08:22
Le Berlusconi à la française
Le Berlusconi à la française
aubagne
- 23/02/2013 - 10:25
Decebal: Marseille ,grande
Decebal: Marseille ,grande gueule,Marseille,où la vie se passait dehors grace à la mer au soleil et au ciel bleu.Aujourd hui,l individualisme et l egoisme ,le repli sur soi ,le communautarisme forgent un autre Marseille et "les grandes gueules"venues d ailleurs s engouffrent dans la breche.
Decebal
- 23/02/2013 - 01:37
Pauvre ville et pauvre pays
Décide ment rien de nouveau sous le soleil de la pétaudière Marseillaise, il est sur qu'il est couleur local.grande gueule pour peau de zob. Mais si pour la 2 ou 3 ville de France le foot est le plus important alors tout est dit. Mais après Deffere le bandit Tapie la magouille cela se complète. Alors tous mes voeux de bonheur
PS. Ne pas envoyer la facture a Paris Merci