En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 4 min 34 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 2 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 3 heures 52 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 4 heures 59 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 6 heures 3 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 6 heures 56 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 7 heures 21 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 8 heures 28 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 8 heures 24 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 8 heures 32 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 50 min 34 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 4 heures 38 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 5 heures 14 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 6 heures 43 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 7 heures 10 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 7 heures 54 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 8 heures 37 min
David contre Goliath

Confidentialité : Google pourra-t-il se jouer des Etats indéfiniment ?

Publié le 22 février 2013
Les autorités européennes de protection des données ont annoncé lundi qu'elles envisageaient de mener une "action répressive" contre Google afin de contraindre le géant américain à modifier ses règles de confidentialité.
Bernard Lamon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Lamon est avocat spécialiste en droit de l’informatique et des télécommunications, animateur du cabinet Lamon & Associés, fondé en 2010. Il assiste ses clients (prestataires informatiques ou entreprises utilisatrices) dans le domaine du conseil...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les autorités européennes de protection des données ont annoncé lundi qu'elles envisageaient de mener une "action répressive" contre Google afin de contraindre le géant américain à modifier ses règles de confidentialité.

Atlantico : Les autorités européennes de protection des données s'allient contre Google pour tenter de le faire plier sur sa politique de confidentialité jugée non conforme au droit européen. Dans une réponse des plus brèves, Eric Schmidt, PDG de Google, a affirmé qu'il "travaillait" sur ces questions, l'air de dire qu'il n'était pas particulièrement inquiété. Peut-on dire que le géant du Web soit désormais au dessus des organes publics et autres représentants de l'Etat ?

Bernard Lamon : Il est possible d’interpréter la (non-)réponse d’Eric Schmidt aux Commissions nationales informatique et libertés (CNIL) européennes (le G29), en prenant en compte le facteur temps.

Google a le temps pour lui et sait en jouer. Or, il y a aujourd’hui dans les instances européennes un projet de réforme du cadre réglementaire de la protection des données personnelles (voir un article du CNRS sur le sujet remontant à janvier 2012).

Les CNIL disposent d’un pouvoir de sanction qui est, compte tenu de la taille de Google et de ses bénéfices, totalement insuffisant pour faire plier Google.

De plus, Google utilisera tous les moyens d’appel pour limiter les sanctions prononcées. C’est ce qui s’est produit sur les Adwords : quand des entreprises ont commencé à utiliser la marque de leur concurrent comme Adwords (au début des années 2000), Google a été assigné en justice dans tous les pays d’Europe. Google a toujours fait valoir la même défense : il est intermédiaire technique donc avec une responsabilité technique atténuée et l’utilisation de la marque comme Adwords n’est pas une contrefaçon. Après 10 ans de combat judiciaire, Google a obtenu gain de cause par la Cour de justice de l’Union européenne à partir de mars 2010.

Google fait probablement le pari que la législation européenne sera assouplie dans les prochains mois. Le temps est un facteur très fort dans les décisions stratégiques. Et il faut choisir le terrain où on est le plus à l’aise. Manifestement, Google se sent plus efficace avec l’arme du lobbying européen (arme offensive et d’influence) qu’en défense devant 29 CNIL européennes (position défensive contre 29 adversaires).

Pourquoi Google n'a que peu de raisons de s'inquiéter de ces mesures ?

Probablement parce que le pouvoir de sanction des CNIL est limité. En France, un maximum de 150.000 euros (300.000 en cas de récidive). Chiffre d’affaires de Google en 2012 : 43,7 milliards de dollars. Bénéfice : 10,74 milliards de dollars.

Calculez : la sanction pécuniaire maximale représente pour Google beaucoup moins qu’un PV pour stationnement impayé pour vous. Souvenez-vous de votre réaction la dernière fois que vous avez vu le PV sur votre pare-brise (« et zut … »). Pas beaucoup plus, non ?

Au-delà des aspects financiers et réglementaires, Google pourrait craindre plus les impacts marketing. Microsoft vient de changer le nom de sa messagerie Hotmail et Outlook.com avec de nouvelles fonctionnalités. On notera dans le discours de la firme de Redmond un argument clé : le respect de votre vie privée (vrai ou faux, c’est une autre histoire).

Si les études marketing démontrent que cet argument touche les internautes et constitue un critère fort de choix, nul doute que Google changera son discours méprisant à l’égard des CNIL….

Une telle assurance d'une compagnie privée à l'égard d'un pays est-elle fondamentalement inédite ? Va t-on vers un nouveau rapport États - entreprises ?

Le fait que Google joue avec le temps et utilise à plein son influence pour modifier les règles n’a rien de nouveau. Depuis longtemps, des entreprises ont eu des rapports très frontaux (et parfois très proches) avec des Etats : ELF était le bras armé de l’Etat en Afrique francophone, les majors pétrolières américaines imposaient leur loi sur les pays du Moyen-Orient jusque dans les années 1970 avec la création de l’OPEP (voir un papier intéressant de l’IFRI sur ce sujet de 2005).

Ce qui change aujourd’hui est d’abord le poids des acteurs principaux du numérique, encore que le poids des majors pétrolières était considérable. Il y aussi le fait que le jeu soit à base de numérique, ce qui a un impact sur la culture sous-jacente (voir l’excellent livre Mainstream de Frédéric Martel pour en comprendre l’impact). Enfin, le jeu ne se déroule plus au stade des Etats (France, Etats-Unis, etc.) mais entre puissances régionales (la réglementation qui impacte Google – contrefaçon de marque, données personnelles… est d’origine européenne).

On peut penser à Eric Schmidt comme un joueur de go : il joue avec le temps, et choisit son terrain de jeu, et le fait de perdre quelques pions est intégré dans son raisonnement…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
alastasar
- 22/02/2013 - 19:05
Luttons face aux géants!
On devrait s'inquiéter de l’hégémonie des maxi-firmes à la Google et de la dictature induite par l’usage exclusif de leurs plateformes mais que fesons nous pour contrer cela? Pour peser face aux oligopoles numeriques commençons par soutenir les startups qui se lancent un peu partout en europe ou ailleurs. Car si elles manquent de moyens, elle ne manquent pas d'idées. Rien que cette semaine j'ai decouvert 2 start up françaises directement concurente de google: http://www.qwant.com un moteur de recherche sympa et http://www.onemoretab.com qui permet de faire son choix de news parmi tous les titres de la presse française.
kettle
- 22/02/2013 - 09:18
$11B vs 150K EUR
"beaucoup moins qu’un PV pour stationnement impayé pour vous."
---

150,000 EUR pour Google c'est 1 cents pour un smicar. Et un billet de 10 EUR pemet a Google d'arroser tout Brussels.