En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Reuters
La CGT a refusé toutes les propositions de la direction pour améliorer la compétitivité du site Goodyear d'Amiens.
"Syndicats voyous" ?

De combien de destructions d’emplois les syndicats sont-ils responsables en France ?

Publié le 04 février 2013
Après l’annonce de la fermeture de l’usine Goodyear d’Amiens jeudi 31 janvier, Laurent Berger, secrétaire général de la CFTD a estimé que la CGT était responsable de cet échec. Le syndicat a refusé toutes les propositions de la direction pour améliorer la compétitivité du site. La radicalité de la CGT a-t-elle détruit des emplois ?
Benoît Broignard est journaliste indépendant, spécialiste des questions de stratégie, d'intelligence économique et de syndicalisme. Il a co-écrit le livre Syndicats filous - Salariés floués aux éditions Max Milo.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Broignard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Broignard est journaliste indépendant, spécialiste des questions de stratégie, d'intelligence économique et de syndicalisme. Il a co-écrit le livre Syndicats filous - Salariés floués aux éditions Max Milo.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l’annonce de la fermeture de l’usine Goodyear d’Amiens jeudi 31 janvier, Laurent Berger, secrétaire général de la CFTD a estimé que la CGT était responsable de cet échec. Le syndicat a refusé toutes les propositions de la direction pour améliorer la compétitivité du site. La radicalité de la CGT a-t-elle détruit des emplois ?

Atlantico : A la suite de l’annonce de la fermeture définitive de l’usine Goodyear d’Amiens jeudi 31 janvier, Laurent Berger, secrétaire général de la CFTD a estimé que la CGT était en partie responsable. Pendant sept ans le syndicat a refusé toutes les propositions de la direction pour améliorer la compétitivité du site. Peut-on en effet considérer que la radicalité de la CGT a mené à la fermeture du site d’Amiens Nord ?

Benoît Broignard : Il est évident que la CGT porte une part de responsabilité dans la fermeture de Goodyear, tout comme la direction, la responsabilité est partagée à 50-50. Lorsque la direction d’une telle entreprise décide de fermer un site et que le syndicat majoritaire  - à 80% environ - refuse toute proposition et toute négociation, les salariés finissent par en payer le prix avec la fermeture du site.

 

Existe-t-il d’autres exemples récents dans lesquels la radicalité d’un syndicat a causé des torts aux salariés, voire a mené à la perte de leur emploi ?

On peut évoquer l’affaire SeaFrance qui a fait couler beaucoup d’encre pendant la campagne présidentielle. Plus récemment, ce qui se passe en ce moment à Aulnay se rapproche du cas d’Amiens en termes de méthode. Il semble qu’à Aulnay également, les syndicats soient dans un combat politique qui instrumentalise les entreprises et les salariés et qui par ricochet va détruire l’ensemble de l’écosystème économique local. A cela s’ajoutent des agissements assez stupéfiants de la part des représentants syndicaux de la CGT, puisqu’ont été rapportées des agressions verbales, et agressions physiques, à tel point que certains salariés tombent malades à cause du harcèlement. On connaissait les patrons voyons, j’espère que les journaux n’auront pas un jour à titrer "syndicats voyous" au sujet du syndicalisme français.

 

Qu’entendez-vous par "instrumentalisation politique" ? Les positionnements politiques de principe prendraient le pas sur le souci de préserver les emplois ?

On ne peut pas mettre tous les syndicats dans le même panier. Mais à Goodyear, le positionnement du syndicat CGT est en opposition frontale, uniquement dans l’idéologie et dans le dogme politique. Certains leaders syndicaux locaux à la CGT confondent l’engagement politique et leur mission de protection des salariés.

 

Les salariés, et en particulier les syndiqués, ne se plaignent-ils pas du fait que leur point de vue soit ignoré ?

C’est une vraie question. S’ils avaient été consultés, les salariés auraient probablement accepté les propositions de sauvegarde de l‘emploi émises par le repreneur potentiel et par la direction de Goodyear. Mais la CGT a refusé qu’il y ait une consultation des salariés et le syndicat est donc resté sur sa position jusqu'au-boutiste, à l’opposé de toutes les autres centrales syndicales, qui étaient beaucoup plus ouvertes aux propositions de Goodyear et de repreneur Titan.

Je ne sais pas si les syndiqués de base se sont plaints de ce refus de consulter les salariés. Mais à l’échelon supérieur, pour la direction de la CGT à Paris, la situation n’est pas facile à gérer. Bernard Thibault a tenté de réformer avec difficulté son syndicat ces dernières années, et se retrouve maintenant, à quelques semaines de son départ, devant cette situation extrême à gérer à Goodyear. Son successeur désigné, Thierry Le Paon, qui doit se faire élire au prochain congrès dans quelques semaines, n’a pas le choix : il est obligé de soutenir ses représentants locaux, et donc de valider de fait cette stratégie d’enlisement et de radicalisation. Même lui se retrouve piégé par ce jusqu'au-boutisme des représentants syndicaux locaux.

Cela prouve une nouvelle fois qu’à la CGT, c’est la base qui décide. C’est un élément très important et très fort de gouvernance de la CGT : ce n’est pas l’appareil parisien qui décide, mais la base, au sens des représentants locaux.

Stratégiquement, cette situation à Goodyear est un double échec pour la CGT. D’une part, sa stratégie de radicalisation extrême aboutit à un naufrage pour les travailleurs. D’autre part, la direction de Goodyear a maintenant tout le loisir de désigner la CGT comme étant le responsable principal de la fermeture de l’usine. Le directeur général de Goodyear qui a fait une déclaration dans ce sens, disant que tout a été tenté et rejeté par la CGT. C’est une défaite majeure à la fois pour la CGT et pour le syndicalisme.

 

Les syndicats représentent généralement les personnes ayant un emploi : la protection à court terme des emplois existant se fait-elle au détriment des emplois du futur ?

La question de la représentativité est centrale. Les syndicats ne représentant que 8% des personnes salariées. Et il ne s’agit que des salariés et non de toutes les personnes ayant un emploi : les personnes en CDD, intérimaires et stagiaires ne sont pas représentées par les centrales syndicales.. Donc in fine, les syndicats ne doivent représenter que 4% de l’ensemble des travailleurs, ce qui est minime. Quelle est leur légitimité ? Pourquoi les travailleurs ne veulent-ils plus adhérer a un syndicat ? C’est une vraie question, que les syndicats vont devoir se poser très sérieusement s’ils veulent survivre au 21e siècle.

Les travailleurs vont finir par en avoir assez, ils ne laisseront pas passer encore dix affaires comme celle de Goodyear. 500 ou  600 emplois auraient pu être sauvés dans cette usine d’Amiens, et pour l’instant ils ne le sont pas, tout cela à cause de l’entêtement d’un syndicat.

Les syndicats doivent opérer une révolution dans leur stratégie pour préserver l’emploi. Ils considèrent aujourd’hui que le marché et les entreprises doivent s’adapter à l’emploi. Mais le monde réel ne fonctionne pas ou plus comme cela. C’est à l’emploi, et donc aux partenaires sociaux, de porter des solutions équilibrées, raisonnables, et de s’adapter aux besoins des entreprises et du marché. On peut le regretter ou pas, mais le marché et  les entreprises gouvernent, et non une politique idéologique de l’emploi.

 

De manière générale, le bilan destruction/protection d'emploi est favorable ou défavorables aux syndicats ?

Il ne faut pas tout mettre sur le dos des syndicats. Le contexte économique est extrêmement difficile depuis bientôt dix ans, et les syndicats n’y sont pas pour grand-chose, les salariés comme les entreprises subissent ce contexte au quotidien. Cependant il ne faut pas oublier tous les accords de branches signés entre les entreprises et les organisations syndicales. Ces accords sont des avancées extrêmement positives. On en parle moins, car elles se font par la négociation et donc plus discrètement, sans grande manifestation dans la rue. Des avancées sont faites, souvent grâce à certains syndicats qui sont plus ouverts à la discussion que d’autres. Dans quelques affaires très symboliques, il y a cependant des blocages.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

04.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

05.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

07.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (49)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sellami
- 06/02/2013 - 17:44
immunité syndicale (2)
Et puis d'autres éléments encore : certains leaders syndicaux sont aussi membres de partis politiques (PS, PCF ...), si bien qu'il y a des conflits d'intérêts et des convergences d'intérêts sordides ...
N'oublions pas non plus que certaines affaires ont montré à quel point tous ces gens mangent dans les mêmes gamelles : l'UIMM donnait (donne peut-être encore, à moins qu'elle n'ait passé le relais) aux syndicats - cela a été reconnu notamment par Gattaz - mais aussi à des partis politiques ...
Il y a toute une nébuleuse nauséabonde dans laquelle on trouve et les syndicats institutionnels et les partis politiques qui gouvernent depuis des décennies ... Il y a des intérêts liés, des complicités subjectives que commandent les complicités objectives .
Pour les personnes qui voudraient voir en détail ce que sont des parasites qui s'engraissent aux frais du contribuable, on peut lire mon témoignage détaillé ici :
http://www.forumfr.com/sujet425892-corruption-syndicale.html?p,6454488,fromsearch,1
sellami
- 06/02/2013 - 17:36
immunité syndicale (1)
L'une des principales raisons pour lesquelles les syndicats bénéficient de l'immunité, est tout simplement que l'on a acheté une pseudo-paix sociale : en clair, on les laisse faire ce qu'ils veulent, et, en échange, les dirigeants et autres apparatchiks se tiennent tranquilles, calment la base, freinent le mécontentement ... On l'a bien vu avec certaines réformes, qui sont passées parce que les syndicats se sont contentés de faire semblant de mobiliser, histoire de soulever un peu la soupape et d'alléger la pression du mécontentement ...
Mais, il y a aussi d'autres éléments : quand on voit des ministres, des parlementaires, eux-mêmes pris dans des scandales, se traînant de honteuses casseroles, on comprend que ces gens n'aient aucune envie de dénoncer les poutres qui sont dans les yeux du voisin, de peur qu'on ne remarque celles qui sont aussi dans leurs yeux à eux ...
vangog
- 05/02/2013 - 21:00
@Sellami Bravo pour votre témoignage, il est édifiant...la suite
ou est-ce un accord dans le genre:
"Nous, Communistes, fermons les yeux sur la colonisation des médias et grands corps d'état, nous acceptons quelques chaines et agences en échange, AFP, France 3, I télé, Public Sénat, et vous, Socialistes, fermez les yeux sur nos pratiques mafieuses"?...