En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Qui a eu cette idée folle...
Ecole maternelle : à quand un numéro vert pour dénoncer les mots déviants ?
Publié le 02 février 2013
La députée socialiste Sandrine Mazetier veut rebaptiser l'école maternelle, expression qu'elle juge sexiste. Elle propose à la place "petite école" ou "première école".
Christian Combaz, romancier, longtemps éditorialiste au Figaro, présente un billet vidéo quotidien sur TVLibertés sous le titre "La France de Campagnol" en écho à la publication en 2012 de Gens de campagnol (Flammarion). Il est aussi l'auteur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Combaz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Combaz, romancier, longtemps éditorialiste au Figaro, présente un billet vidéo quotidien sur TVLibertés sous le titre "La France de Campagnol" en écho à la publication en 2012 de Gens de campagnol (Flammarion). Il est aussi l'auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La députée socialiste Sandrine Mazetier veut rebaptiser l'école maternelle, expression qu'elle juge sexiste. Elle propose à la place "petite école" ou "première école".

Après la proposition de débaptiser les écoles maternelles sous le prétexte que le mot maternel est suspect de sexisme l'Académie Française va t-elle enfin prendre parti ? On peut toujours l'espérer, mais comme elle ne l'a pas fait lorsque François Hollande a prétendu extirper le mot race de la Constitution, autant devancer son indignation sans attendre, au nom de ceux pour qui la langue est un outil de travail. Ils méritent le même respect que les ouvriers du textile quand ils s'opposent au démontage de leurs machines, et à la mise à l'encan de leurs procédés de fabrication par des gens qui n'y connaissent rien.

Eh bien, pour un écrivain, ceux qui n'y connaissent rien sont incontestablement les politiques, droite et gauche confondues, à ceci près que les élus de gauche ne se contentent pas d'écrire et de parler un français qui ferait honte à leurs pères, ils prétendent sans cesse en réformer les règles.

Naguère c'était l'orthographe, désormais ils essaient d'y déceler on ne sait quelle philosophie cachée comme le faisaient les agents de la Guépéou face aux auteurs qui manquaient de chaleur à l'égard de Staline. Ils dérivent, insensiblement, dans notre dos, au nom du bien commun, vers la tentation de légiférer sur l'usage des mots, ce qui nous promet un paradis orwellien où les élus, les parents d'élèves et la mercière du coin auront le pouvoir de réclamer l'épuration du langage, la désinfection de l'histoire et la sanction des dérapages, absolument quand ça leur chante. Il suffira d'appeler un numéro vert pour lancer des campagnes de type maoiste contre le vocabulaire à tendance petite-bourgeoise, les adjectifs offensants ou les connotations suspectes, comme ce fut le cas récemment lorsqu'un sénateur a demandé à son voisin en séance c'est qui cette nana ? et que l'intéressée a paru prête à le faire plaquer au sol par la Sécurité.

Qu'on me pardonne l'association d'idées, mais la députée Mazetier, auteur de la mise à l'index du mot maternelle dans Ecole Maternelle ne se doutait sans doute pas qu'on pouvait entrer, en moins de 24 heures, au Panthéon de la sottise législative : eh bien, c'est fait. Elle se doutait encore moins que le moindre étudiant de terminale pouvait convoquer, contre son initiative, la moitié de la littérature française, eh bien, c'est facile à faire. Déjà, quand l'inénarrable François Hollande a examiné à la loupe le texte de la Constitution, un peu comme Louis XVI se penchait sur les horloges de Versailles, il n'imaginait pas qu'un ressort pouvait lui sauter à la figure. Pourtant le mot race figure dans le titre de 4800 ouvrages disponibles à la Bibliothèque Nationale, lesquels en bonne logique devraient passer en lecture restreinte, pour convenir à son sens de l'orthodoxie linguistique et morale. Si l'on traque, à présent, les références au caractère principalement maternel de la première éducation, c'est tout un décor mental qu'il s'agit de remettre en cause, et donc tous les essais, recueils de poèmes, et romans où la distribution des rôles entre hommes et femmes est établie selon des règles à la fois naturelles et immémoriales, comme dans ce passage de Mme Bovary:

A l'encontre des tendances maternelles, il avait en tête un certain idéal viril de l'enfance, d'après lequel il tâchait de former son fils.

Que doit faire un professeur de français devant un passage comme celui-ci ? Caviarder le texte pour obéir aux adeptes américanolâtres de la théorie du genre ? Envoyer au diable les députés qui cherchent la petite bête pour se faire mousser au Parlement ?

Ou  faire plancher ses élèves sur le sujet suivant ?

A l'aide d'exemples précis, vous montrerez que les tentatives pour contrôler l'usage de la langue et réformer l'Histoire au nom des exigences du présent correspondent à un certain type de régime politique, à une certaine vision de la société humaine, et vous direz lesquels.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
02.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
03.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
06.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
03.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (88)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gladio
- 09/02/2013 - 00:15
Vous allez voir qu'on ne pourra plus dire Mon Dieu
à la télé, parce que ça chagrine les athées.
Balayons tous ces imbéciles, recommençons à fumer dans les cafés quand le patron et les clients sont d'accord (fréquent) et finissons-en avec les gens qui veulent nous imposer la vertu. Les mots nous appartiennent après tout. En plus la folle mazetier n'a certainement pas chiffré son projet, s'il faut changer tous les imprimés et tous les frontons d'école, c'est cinq cents millions au bas mot. On les retient sur son salaire, à cette idiote ?
anubis
- 06/02/2013 - 13:33
Il faut dire
École Parent1 ou Parent2 ?
playlist
- 04/02/2013 - 20:36
top délire
Ouais allez poussons la connerie...à la place de maternelle je propose école paternelle en raison de l'égalité des sexes...! Non aujourd'hui pour être branché c'est la négation des différences sexuelles qui est tendance, au nom bien-sûr du respect de la différence: alors je propose l'école neutroternelle !
C'est sûr, c'est plus confortable de plancher sur ce genre d'ineptie que sur un plan de redressement de l'économie, de refonte du système fiscal, social et régime des retraites...