En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

03.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

04.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

05.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 heure 57 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 2 heures 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 9 heures 40 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 12 heures 47 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 13 heures 28 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 4 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 8 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 2 heures 24 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 9 heures 9 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 13 heures 43 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 6 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 7 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 8 heures
© Flickr / faberzeus
Jean-Marc Ayrault convoque ses ministres ce mardi pour procéder à des coupes dans leur budget.
© Flickr / faberzeus
Jean-Marc Ayrault convoque ses ministres ce mardi pour procéder à des coupes dans leur budget.
Nouveau tour de vis

Réduction des dépenses publiques : où trouver les milliards manquants sans nuire à l'efficacité de l'action publique ?

Publié le 18 décembre 2012
Jean-Marc Ayrault convoque ses ministres ce mardi pour procéder à des coupes dans leur budget en vue d'une baisse supplémentaire des dépenses publiques de 15 milliards en 2014.
Agnès Verdier-Molinié et l'équipe de l'iFRAP
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est : 60 milliards d'économies !, paru aux éditions Albin Michel en mars 2013 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Ayrault convoque ses ministres ce mardi pour procéder à des coupes dans leur budget en vue d'une baisse supplémentaire des dépenses publiques de 15 milliards en 2014.

Selon une information de France 2, au JT de lundi, le montant des économies réalisées par l’État sera plus élevé que prévu. 15 milliards d'euros seront économisés en 2014 et 20 milliards en 2015. Au lieu de 50 milliards prévus en 2014, 65 milliards d'euros seront donc économisés.

Le Premier ministre lancera à cette fin la Modernisation de l'action publique (Map), qui se substitue à la RGPP (Révision générale des politiques publiques) menée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, et décriée par les syndicats de fonctionnaires.
 
La Map sera à l'ordre du jour du séminaire ministériel qui se tiendra ce mardi à Matignon afin de mettre en œuvre des coupes dans les budgets ministériels.
 

Article précédemment publié en mai 2012

Atlantico : La Cour des comptes publiait en mai dernier (voir ici) un rapport sur l'état des finances françaises. Il citait quatre secteurs sur lesquels des efforts sont à fournir : les dépenses de personnel, les niches fiscales, les dépenses d'intervention et le financement des opérateurs de l'Etat. La Fondation iFRAP a aussi publié un rapport préconisant de nombreuses mesures d'économie. Sur quels secteurs l'effort doit-il être porté en priorité ?

Agnès Verdier-Molinié : La Cour des comptes estime qu’il manque 50 milliards d’économies. En adéquation avec leur analyse, notre rapport propose de baisser d’une vingtaine de milliards d’euros par an les dépenses publiques. Sur trois volets - Etat, collectivités locales et protection sociale - nous arrivons sur cinq ans à 129 milliards d’euros d’économies : 68 pour l’Etat, 25 pour les collectivités locales et 34 pour la sécurité sociale. C’est un objectif certes élevé, mais qui nous paraît totalement réaliste.

La Cour des comptes nous a rejoints sur la question des dépenses de personnel, qui est un vrai gisement d’économies. Il est paradoxal qu’au moment où il faut baisser les dépenses, on réfléchisse à une augmentation du Smic, qui, si elle était de 5% par exemple, coûterait, dès la première année, 1,5 milliard d’eurosde plus aux finances publiques sur l’ensemble de trois fonctions publiques.

Le premier vivier d’économies potentielles est la masse salariale de l’Etat et de ses opérateurs. Nous le chiffrons à 15 milliards d’euros sur 5 ans. Il y a aussi la masse salariale des collectivités locales, qui doivent aussi se préoccuper de la dérive du coût de leurs personnels. A leur niveau, nous pourrions économiser 13 milliards sur 5 ans.

Nos propositions ne consistent pas à baisser les salaires : nous proposons seulement de les geler et d’étendre la politique du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux aux collectivités locales et aux opérateurs, et mettre fin à la politique des heures supplémentaires, qui coûte très cher dans le public. La fin des heures supplémentaires permettrait ainsi d’économiser 1 milliard d’euros par an.

L'immobilier de l'Etat est-il aussi source d'économies potentielles ?

Des efforts ont d’ores et déjà été faits. Mais on peut en revanche dire que les plans de cession n’ont jamais été honorés tels qu’ils avaient été annoncés. A chaque fois, ces plans censés rapporter autour du milliard d’euros ont rapporté au maximum autour de 600à 700 millions.

On a chiffré l’effort encore possible au niveau de l’Etat à 6 milliards d’euros.

Sur l’immobilier territorial, on pourrait aussi économiser mais nous n’avons aucun renseignement sur les possessions immobilières des collectivités territoriales. On se heurte là au problème du renseignement de la donnée publique : il faut qu’on recense les possessions immobilières.

Au niveau de l’immobilier, rien qu’en imposant une logique immobilière de 12m² par agent, ce qui est la logique préconisée par l’Etat, on pourrait gagner énormément d’argent.

Cette politique immobilière, de réduction de la surface ou de cession de bâtiments, ne peut pourtant qu'avoir un impact ponctuel sur l'état des finances publiques. A long terme, permettrait-elle de retrouver l'équilibre ?

A la Fondation iFRAP, nous considérons qu’à chaque instant, quelle que soit la situation budgétaire, il faut contrôler et évaluer l’efficience de la dépense et donc remettre en question en permanence les dépenses.

Cela fait des années que nous travaillons sur la question de l’évaluation de la dépense publique, et même avec notre rapport aux 129 milliards d’économies, nous considérons que nous sommes en dessous des économies que nous pourrions réaliser. Avec 56,6 % du PIB en dépenses publiques, la marge d’économies est importante.

Et ce sans pour autant changer de modèle pour la France et sans baisser la qualité des services publics, voire même en les améliorant.

Au delà de la réduction des déficits publics par la baisse de la dépense mais aussi par le fait de créer les condition de la croissance par le secteur marchand qui s’imposent à nous comme des évidences, nous devons aussi penser au moyen et long terme et à la modernisation de nos services publics. La logique de la e-administration va s’imposer de plus en plus, les citoyens font déjà de plus en plus de démarches en ligne. Cela va modifier en profondeur notre modèle administratif. On ne mesure pas aujourd’hui les économies qui seront réalisée demain grâce aux changements technologiques.

Il y a la question de la logique de la dette, mais aussi la question à plus long terme : revoir les périmètres d’intervention de l’Etat et revoir sa façon de fonctionner. Ce n’est que le début du processus, et il notre rapport ouvre des pistes sur la croissance comme sur la baisse des dépenses mais ne doit pas être considéré comme définitif. Dans les années qui viennent, il nous devrons changer en profondeur la façon de concevoir les services publics.

Y a-t-il d'autres sources d'économies réalisables au niveau des collectivités locales ?

Les collectivités locales sont absolument coresponsables de la dette : 20% du déficit résulte de leurs dépenses. C’est pour cela que nous proposons de mettre en place un objectif national des dépenses locales, c’est-à-dire plafonner l’ensemble de leurs dépenses pour qu’elles participent à l’effort. Le gouvernement sera contraint de négocier avec les collectivités locales pour qu’elles se mettent à prendre en considération les contraintes budgétaires.

La question des subventions aux associations entre en compte. En France, elles vivent exclusivement de subventions, qui ne sont pas contrôlées. Il serait plus sain qu’elles vivent avec plus de dons. Quand ce sont des financeurs publics qui versent des subventions, aucune évaluation n’est faite. Il y a pourtant 30 milliards d’euros d’argent public qui vont financer nos associations chaque année.

Le dernier volet de votre rapport concerne la protection sociale. Il serait possible d'y économiser 34 milliards d'euros. De quelle façon ? 

En matière de dépenses sociales, il y a beaucoup à faire sachant que nous avons plus de 600 milliards de dépenses sociales par an. Pour l’instant, nous proposons de fusionner tous les régimes de retraites, notamment en supprimant les régimes spéciaux. Cela nous permettrait d'économiser 6 milliards sur cinq ans. Aujourd’hui, force est de constater que les annonces faites sur les retraites ne vont pas dans ce sens mais le rendez-vous de 2013 pourrait apporter des surprises.

Sur les dépenses d’assurance maladie, et la Cour des comptes le dit aussi, arrêter la convergence des tarifs entre les hôpitaux publics et les cliniques privées ne semble pas tenable. Il y a un surcoût de 7 milliards d’euros par an dûs aux écarts de tarifs entre les actes hospitaliers publics et privés. Dans le secteur hospitalier, les dépenses n’ont pas été réduites : il y a beaucoup d’économies à faire sur les transports sanitaires (réduction de 500 millions d’euros par an en 2016), en rabotant le niveau de remboursement des affections longue durée (en le passant de 100 à 94%), et en limitant les actes inutiles.

On peut aussi réduire les dépenses de l’assurance chômage, comme cela a été fait en Allemagne. Par exemple, les indemnités pourraient être conditionnées à l’âge en raccourcissant la durée d’indemnisation pour les moins de 50 ans.

L'Allemagne, justement, est souvent montrée en exemple sur la réduction des déficits publics. Quelles a été sa méthode ?

Les Allemands ont réussi à faire baisser leurs dépenses sociales grâce aux réformes menées par le gouvernement social-démocrate de Gerhard Schröder. Dans les économies développées comme la nôtre, on peut toujours diminuer les dépenses de l’Etat, mais ce qui coûte le plus cher, ce sont les dépenses sociales, parce qu’on a des populations vieillissantes et des niveaux de protection de plus en plus élevés.

Les Allemands ont fait ce travail notamment en baissant la durée d’indemnisation du chômage et en mettant en place un vrai lien entre ces indemnités ou les minima sociaux et le devoir d’accepter un emploi si on vous on propose un. En Allemagne si vous recevez des minima sociaux ou le chômage et que vous refusez un emploi, on vous baisse ces indemnités. Dans une société vraiment solidaire, il y a autant de devoirs que de droits. En théorie, après le refus de deux offres raisonnables d’emploi par un de ses bénéficiaires, selon ce qui est prévu dans les textes, le RSA devrait être supprimé. C’est rarement le cas.

Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
iznogoud
- 21/12/2012 - 10:29
Efficacité de l'action publique ?
Pour augmenter l'efficacité de l'action publique ce serait très simple et très économique. Cela permettrait d'économiser beaucoup plus que les 15 milliards attendus "en plus". Il suffirait que l'Etat cesse de s'occuper de tout ce qui ne le regarde pas !
arlynet
- 19/12/2012 - 14:19
Un témoignage
J'ai fréquenté un petit institut culturel français en Europe du Sud. Rien que le parc immobilier (inutilisé) de cet établissement valait la moitié de son budget annuel 600 mètres carrés vides en plein centre ville. Quand le directeur a demandé à le vendre, les services immobiliers de l'Etat ont répondu surtout pas. Le directeur en question a passé deux ans à dégager 30 000 de bénéfice par an, son successeur a tout mangé en trois mois en achetant du mobilier de bureau parce qu'il aimait bien le rouge. La France à l'étranger, ce sont ces centaines d'agents prétentieux qui dépensent l'argent public pour se venger de n'avoir plus les moyens de vivre comme des nababs dans le privé. Et cette observation est valable en métropole pour les élus municipaux. Combien de fois ai-je vu commander des ordinateurs à mille euros alors qu'à titre privé ces crétins n'auraient pas dépassé cinq cents ?
Cap2006
- 19/12/2012 - 08:47
le privé est loin de l'efficience maximum...
... je suis pour la simplification administrative et l'interdiction TOTALE de concurrence publique aux services marchands....

Ceci dit,
- le privé nous donne tous les jours des exemples de tout sens de la compétence (automobilie, finances, banques, corruptions, salaires des dirigeants exhorbitants, malversations, ententes, etc..)
- les couts de fonctionnements des entreprises privée dépassent ceux du publique sans que le rapport qualité/prix soit forcément à la hauteur.
- l'état doit opérer une mutation forte vers le controle de ce qu'il déléguera...