En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

05.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

06.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

07.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 13 min 9 sec
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 1 heure 17 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 4 heures 49 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 6 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 17 heures 35 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 18 heures 44 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 20 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 21 heures 45 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 53 min 18 sec
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 4 heures 22 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 5 heures 15 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 17 heures 9 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 17 heures 53 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 19 heures 20 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 21 heures 36 sec
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 22 heures 19 min
© Reuters
Les articles 295 A, B et C de la Constitution pakistanaise permettent de condamner à mort les "infidèles" accusés de "blasphème".
© Reuters
Les articles 295 A, B et C de la Constitution pakistanaise permettent de condamner à mort les "infidèles" accusés de "blasphème".
"Terre promise"

Pakistan : "pays des purs" pour les musulmans, enfer sur terre pour les chrétiens

Publié le 17 décembre 2012
Au Pakistan, les lois "anti-blasphème" permettent depuis 1986 de faire condamner à mort chrétiens, hindous, ahmadis et autres minorités non-musulmanes, accusés de "blasphème".
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au Pakistan, les lois "anti-blasphème" permettent depuis 1986 de faire condamner à mort chrétiens, hindous, ahmadis et autres minorités non-musulmanes, accusés de "blasphème".

Le 3 décembre dernier, un fait tragique parmi tant d’autres est passé sous silence dans les médias occidentaux : une sœur catholique d’origine suédoise, Bargetta Emmi, missionnaire depuis 40 ans au Pakistan, a été sauvagement assassinée par balles par des islamistes. Son seul crime était d’aider de jeunes pakistanaises à poursuivre leurs études... Autre événement passé sous silence par nos médias à l’indignation fort sélective : le 15 décembre dernier, une "Journée contre la persécution des chrétiens" a été organisée à Bergamo (Italie) à l’initiative de l’organisation pakistanaise SAMA (South Asian Minority Association). A l’occasion de ce colloque, sponsorisé par le diocèse de Bergame, des prêtres et militants pakistanais des droits de l’Homme ont raconté la terrible situation des chrétiens et des minorités non-musulmanes dans ce pays où la charia est la source principale de la loi et où les lois "anti-blasphème" permettent, depuis 1986, de faire condamner à mort ceux qui "diffament l’islam".

Les articles 295 A, B et C de la Constitution pakistanaise permettent en effet de condamner à des peines capitales les chrétiens, hindous, ahmadis, chiites ou autres "infidèles" accusés de "blasphème". C’est en vertu de cette Constitution chariatique qu’Asia Bibi a été condamnée à mort, coupable d’avoir "profané l’islam" après avoir bu dans un "puits musulman". Et c’est juste pour avoir dénoncé cela que le gouverneur du Penjab, Salman Ka Taseer, musulman modéré de mère et de femme chrétienne, a été tué en janvier 2011. Son assassin, Mumtaz Qadri - en prison préventive - n’a quant à lui pas été condamné à mort : lors de la première audience de son procès, il a été accueilli triomphalement par des milliers d’islamistes qui menacent de tuer le fils du gouverneur martyre, kidnappé par les Talibans, si l’assassin n’est pas libéré...

Rappelons qu’après l’assassinat de Salman Ka Taseer, ce fut au tour de l’ex ministre - chrétien - des minorités, Shabbaz Bhatti, coupable lui aussi d’avoir défendu Asia Bibi et réclamé l’abolition de la loi sur le blasphème, d’être assassiné, le 2 mars 2012, par des islamistes. Ceux-ci menacent aujourd’hui toute sa famille, qui se cache. En juillet dernier, un autre cas aussi tragique, hélas banal au Pakistan, a secoué le village de Mahra Abad (Islamabad), lorsqu’une jeune fille chrétienne - handicapée mentale - Rimcha, âgée de 14 ans, a été condamnée pour "profanation" pour avoir brûlé des pages du Coran. Depuis, la justice a prouvé que les pages furent brûlées volontairement par l’imam accusateur, entre temps dénoncé par deux de ses ex-fidèles. Mais malgré cela, Rimcha est toujours menacée de mort par les organisations islamistes pakistanaises. Et sa famille a dû quitter son village, changer de nom, et vit cachée pour échapper à la mort. Plus inouï encore, aucun syndical d’avocats, aucun ministre, aucun média n’ose défendre Rimcha, de peur d’être tué. Pour dissuader tout éventuel Zola pakistanais, les islamistes ont averti le conseiller du premier ministre pour les minorités, frère de Shabbaz Bhatti, que s’il aidait Rimcha et les siens à trouver refuge à l’étranger, il serait immédiatement tué…

Etrange "allié" l’Occident, le Pakistan - pays parrain des Talibans et protecteur de Ben Laden - milite depuis 1990 au sein de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) et des Nations Unies pour faire adopter dans le monde entier des lois pénalisant  "l’islamophobie". Adepte de l’accusation-miroir, le Pakistan est pourtant lui-même dans le peloton de tête des pays où les minorités sont le plus persécutées. Exemple parmi tant d’autres, hélas passé sous silence par la presse européenne, en aout 2012, Zafar Ghatti, chrétien, a été condamné pour blasphème pour avoir envoyé un sms "blasphémateur" sur le portable d’un imam, sms en fait envoyé à partir d’une carte sim à son nom achetée à son insu. Zafar Ghatti croupit aujourd’hui en prison. Et sa famille, menacée de mort, a dû quitter la bourgade de New Town Rawalpindi (Islamabad) et vit cachée. Dans le "pays des purs", la haine envers les chrétiens est non seulement publique mais elle consolide une popularité.

C’est ainsi que le célèbre ex-champion de cricket pakistanais, Imran Khan, également ancien capitaine de l’équipe nationale de cricket, candidat aux élections présidentielles pour le parti pro-Talibans Pakistan Tehrik-E-Insaf, a lancé : "moi vivant, aucun chrétien n’entrera dans l’équipe nationale, même s’il joue mieux que des musulmans", ajoutant que "ceux qui insultent l’islam méritent la mort"… On pourrait mentionner des milliers de cas d’autres persécutions de chrétiens, d’ahmadis, de chiites et d’hindouïstes au Pakistan. Ainsi, le 4 décembre dernier, dans le village de Ghulam Nabi Shah (province du Sinh), Vajanti Meghwar, une hindouïste de 6 ans, a été violée par des islamistes anti-hindous. Depuis, la fillette a subi plusieurs interventions et sa vie est en danger. Mais aussi incroyable que cela puisse paraître, lorsque sa famille a réclamé justice, on lui a répondu que l’on ne pouvait rien faire pour elle… Dans la plupart des cas, en effet, lorsque les pays occidentaux ne montent pas officiellement au créneau, comme cela fut le cas pour Asia Bibi, les non-musulmans persécutés ne sont pas défendus. Car dans la charia totalitaire en vigueur au Pakistan, le témoignage d’une femme ou d’un non-musulman n’a jamais la moindre chance d’être pris en compte par des juges face à celui d’un musulman.

Les "mécréants" ne peuvent compter ni sur la justice ni sur la solidarité de leurs amis musulmans, eux-mêmes menacés s’ils les défendent. Au Pakistan, comme dans nombre d’autres pays musulmans, un "infidèle" ne peut jamais être chef des armées, haut-fonctionnaire ou candidat à des élections présidentielles. Les chrétiens ne peuvent pas construire ou rénover une église sans autorisation fédérale, presque toujours refusée. Ils ne peuvent jamais exprimer publiquement leurs croyances, alors qu’ils sont obligés de suivre les cours de Coran dans les écoles. Dans le meilleur des cas, les filles non-musulmanes violées ou kidnappées - qui ne peuvent pas porter plainte contre leurs bourreaux - gardent la vie sauve en épousant leurs bourreaux et en se convertissant à l’islam, la police refusant de recevoir leurs plaintes ou produisant de faux rapports les accablant. D’où la triste mais lucide phrase de l’ex ministre des minorités, Shabbaz Bhatti : "Nous sommes sans voix et sans terre, étrangers dans notre propre pays".

Ainsi, pendant que l’Europe bat sa coulpe et traque la moindre trace d’"islamophobie" dénoncée par les pays islamiques, ceux-ci pratiquent une christianophobie officielle et décomplexée sans rencontrer la moindre réaction de la part de nos dirigeants. Or leur silence est coupable, car les pays qui persécutent leurs minorités chrétiennes sont souvent, comme le Pakistan, l’Arabie saoudite, le Koweït, ou même la Turquie, des pays "amis". L’occident pourrait exercer des pressions sur eux afin qu’ils abrogent ou assouplissent les législations qui légitiment les persécutions. Mais toute la différence entre la christianophobie et l’islamophobie réside dans le fait que si la première est combattue partout, "grâce" aux pressions exercées par les pays musulmans, la seconde est tolérée partout, à commencer par les pays occidentaux qui ont renié leurs racines chrétiennes au profit d’un relativisme culturel suicidaire et d’une forme de masochisme collectif expiatoire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
kenainturk
- 18/12/2012 - 13:34
Les illletrés agressifs.
Toute mes sincères condoléances aux familles des victimes du terrorisme au Pakistan.
Cependant, Mr Del Valle ne sais (ou ne dira) probablement pas que des frappes drones(*), événements passés sous silence par les médias à l’indignation fort sélective, effectués depuis 2004.
Certes, il est difficile d'évaluer les pertes civiles dues aux frappes. Mais selon des recoupements, entre 2 562 et 3 325 personnes ont été tuées au Pakistan entre juin 2004 et la mi-septembre 2012, dont entre 474 et 881 civils, incluant 176 enfants.
Ce bilan montre que les effets collatéraux sont bien réels. Par ailleurs, la présence permanente de drones au-dessus du territoire pakistanais, qui agissent sans prévenir, "terrorise la population hommes, femmes et enfants, provoquant anxiété et séquelles psychologiques parmi les populations civiles".
Par ailleurs, les frappes ont facilité le recrutement des groupes terroristes et ont motivé d'autres attaques de la part de ces illettrés agressifs assoiffés de sang.
J'attendrais impatiemment (ou indéfiniment?) que Mr Del Valle nous régale d'une étude aussi pertinente, profonde et "zoomée" sur la persécution de la minorité Rohingha à Myanmar.
Cordialement.
Montalte
- 18/12/2012 - 09:28
Liberté pour Asia Bibi, Rimsha
Et justice pour Sr Bargetta, Shabbaz Bhatti et le gouverneur Taseer. Effectivement, personne ne parle de l'assassinat de Sr Bargetta et de l'enlèvement du malheureux fils de Taseer.
Mais que les islamistes pakistanais regardent ce qui se passe en Algérie et en Iran. Les exactions islamistes les plus sanguinaires ont débouché sur des conversions massives de musulmans au christianisme. 70 000 en Algérie (c'est encore peu), 370 000 en Iran (contre une quarantaine de mille avant la Révolution islamique).
Monsegu
- 18/12/2012 - 06:35
congénital
Le Pakistan a été fondé par des musulmans qui ne voulaient pas vivre avec des membres d'autres religions. C'est un état tenu par la religion et certainement pas par la culture ou la langue. La tolérance envers quelques minorités reste toute relative puisque ces minorités sont par nature étrangère au projet national d'une religion unique. Je crois qu'il faudra attendre longtemps avant de voir se développer une tolérance plus ouverte...