En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Retour à la réalité
"L’insoutenable légèreté de la politique économique socialiste"
Publié le 16 décembre 2012
Cette tribune est publiée par Les Arvennes, un groupe de hauts fonctionnaires, d’économistes, de professeurs d'université et d’entrepreneurs.
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette tribune est publiée par Les Arvennes, un groupe de hauts fonctionnaires, d’économistes, de professeurs d'université et d’entrepreneurs.

Après six mois de pouvoir socialiste, la démonstration est faite de l’incroyable mélange d’amateurisme et de cynisme qui caractérise une équipe gouvernementale condamnée à vivre, en 2013, un dramatique rappel au réel. La perte du triple A accordé par l’agence Moody’s n’en est qu’un signe avant coureur.

L’amateurisme, c’est de choisir la voie de la facilité avec un choc fiscal sans précédent, pour espérer maîtriser le déficit public, sans anticiper ses effets récessifs qui condamneront le gouvernement à des “rafistolages” budgétaires sans jamais atteindre son objectif.

L’amateurisme, c’est un pacte de compétitivité qui se résume en une litanie de bonnes intentions, jamais traduites dans la réalité et un tour de “passe-passe” de 20 milliards d’euros sur l’impôt sur les sociétés, car il ne fera que redonner en  2014 ce que l’Etat aura prélevé en 2013 sur des entreprises exsangues.

L’amateurisme, c’est la création d’une banque publique d’investissement par le “ripolinage” de structures efficaces dopées durant le précédent quinquennat (FSI, le nouvel OSEO), et qui sera incapable de prêter davantage aux entreprises.

Cet amateurisme était prévisible pour tout lecteur attentif du projet socialiste. Ce qui l’était moins, c’est l’incroyable cynisme du
gouvernement quand il feint de croire que renier ses promesses de campagne sera sans conséquence.

Cynisme sur la TVA. Quelle incroyable culot de choisir une hausse de la TVA presque identique à celle que le Parlement venait d’abroger pour financer le coût du "pacte pour la compétitivité".

Cynisme sur le traité budgétaire européen. Pas un mot du traité ratifié par la gauche n’a été changé par rapport au texte négocié par Nicolas Sarkozy. Car s’il y a bien une continuité entre la Gauche et la Droite, c’est ici qu’elle se trouve : surtout ne pas se donner les moyens de remettre l’économie française sur le bon chemin, condition sine qua non d’une résolution durable de la crise de l’euro.

Cynisme sur la réforme bancaire, censée remettre de l’ordre dans la finance, et qui s’annonce comme une opération totalement cosmétique.

Entre amateurisme et cynisme, l’équipe gouvernementale espère visiblement passer entre les gouttes, en tablant sur la mansuétude supposée éternelle des marchés financiers et sur le retour de la croissance par simple effet de cycle.

Une telle inconséquence pourrait prêter à sourire si la bombe à retardement de la crise française n’était pas enclenchée. Dans les circonstances présentes, elle prête à la révolte face à la désertion devant les périls qui nous menacent.

Ne nous y trompons pas, la France pourrait bien, dès 2013, entrer dans l’œil du cyclone et vivre un véritable cataclysme économique, mortel pour l’Europe, alors même que l’Allemagne, ses élections passées, sera moins que jamais encline aux compromis raisonnables sans lesquels la zone euro poursuivra sa course à l’abîme.

Sans même aggravation de la crise, la croissance sera nulle ou négative, sous l’effet de la récession européenne et de l’effondrement du secteur immobilier. Le chômage va atteindre 11%, un niveau inégalé depuis les heures sombres des années 1993-1995, dans un contexte différent car notre  système de redistribution est de moins en moins en mesure de contenir les ravages sociaux du chômage sur notre territoire. La consommation et  l’investissement subiront de plein fouet le choc fiscal.

Dans un scénario de crise aiguë, la situation deviendrait donc très vite catastrophique, surtout si les marchés perdent confiance. Un scénario grec ou espagnol n’a rien d’impossible en France.

Face à de tels dangers, l’intérêt national exige une mobilisation sans précédent de nos institutions pour engager les réformes de grande ampleur. Réformes de nos retraites, de notre système de santé, de notre marché du travail et de celui des services. Il exige qu'enfin la Gauche au pouvoir face son aggiornamiento avec la réalité !

Face à de tels dangers, François Hollande semble au contraire ne rien voir. Tel un digne héritier de la Quatrième République, il croit encore pouvoir louvoyer au milieu des écueils. Nous connaissons malheureusement la fin de cette histoire. La France et l’Europe en paieront le prix.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ludo1963
- 18/12/2012 - 00:35
@salaudepatron Inutile de vous énerver
Croyez vous sincèrement que ces blaireaux vont pouvoir continuer à défoncer l économie comme ils le font
Les resultats ne vint pas se faire attendre
Récession accélération du chômage , dégradation de la note des agences , l étau va se resserre sur le petite fraise des bois
C est la troïka qui va chopper Hollande comme en Italie
Pour moi il est déjà mort anis que son parti mortifère
Cohabitation avant fin 2013 puis reformes structurelles

kim yong zéro
- 17/12/2012 - 20:21
dépassés
nos politiques sont clairement dépassés par la réalité.ils vivent encore dans la france de 1980
Salaudepatron
- 17/12/2012 - 10:10
Maintenant il faut réagir !!!
Bordel de m..... , Il faut nous réveiller de ce cauchemar !
C'est quand même hallucinant qu'un pays comme la France, avec son histoire, son potentiel de créativité et ses infrastructures, soit condamné par une bande d'incapables, élus par dépit.
Je n'arrive pas à me résoudre à l'idée que notre économie va couler, avec tout ce que cela implique pour nos concitoyens et nos enfants.
Il devient vital de trouver un moyen de contraindre ces incompétents à libérer la place, pour enfin appliquer une politique qui permette aux nombreux talents dont le pays dispose de s'exprimer librement.
La France forme quantité de jeunes, qui ne demandent qu'à pouvoir s'épanouir ici et réaliser leur rêve en créant quelque chose... plutôt que de se résigner à devoir partir à l'étranger, pour exprimer leurs envies.
Le système que nous impose ce gouvernement est démobilisateur et déprimant, mais au nom de quoi devrions nous nous taire et laisser faire cette gigantesque entreprise de destruction massive de notre économie.
La grève générale ( Et pourtant je suis patron ! ), le boycott des impôts, ou le bloquage des routes, peu importe, mais bougeons avant qu'il ne soit trop tard !!!