En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

02.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

03.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

07.

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

06.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Et après ?
Brexit : Quelles sont les démarches que les Français devront effectuer pour se rendre en Grande-Bretagne ?
il y a 43 min 56 sec
pépites > Santé
Conoravirus
Coronavirus : comment les Français atteints du virus sont-ils pris en charge sur le territoire ?
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Politique
C'est grave docteur ?

Et Benjamin Griveaux dérailla gravement à la gare de l'Est…

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Politique
Nouvelle technologie

Ce laser super puissant développé par Israël pourrait devenir un instrument de paix

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Politique
Lendemains qui déchantent

L’Europe face à une gueule de bois post Brexit

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Santé
Le fugitif

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Société
Inquiiétude

De l’inquiétant au dramatique : ces réalités diverses qui se cachent derrière le chiffre global de la hausse des actes racistes et xénophobes

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit à J-4 : Boris Johnson doit tout changer pour que rien ne bouge

il y a 9 heures 28 min
pépite vidéo > Social
Aucune réponse du gouvernement
Eric Drouet se confie sur sa décision de se retirer du mouvement des Gilets jaunes
il y a 20 heures 37 min
pépites > Politique
Officialisation
Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, s’engage dans la campagne des municipales et sera tête de liste à Tourcoing
il y a 22 heures 23 min
pépite vidéo > Media
Un bad buzz
Rognée d'une photo officielle : Vanessa Nakate dénonce un acte raciste
il y a 2 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dépendances" : une pièce de théâtre où la fratrie est mise en avant

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Là où chantent les écrevisses" : un roman qui a déjà conquis 4 millions de lecteurs

il y a 6 heures 11 sec
décryptage > Santé
Un nouveau débat ?

Fongicides : ces lanceurs d’alerte qui plombent les débats scientifiques

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Santé
Septicémies

Alerte à l’empoisonnement du sang : une mort sur 5 dans le monde causée par les sepsis

il y a 8 heures 28 min
décryptage > High-tech
Adieu l'intimité !

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Economie
Attention !

Alerte au Coronavirus sur l’économie mondiale : une panique planétaire couve sur les marchés

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Politique
Un parti à bout de souffle ?

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

il y a 9 heures 55 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Coronavirus : l'OMS fait évoluer son évaluation de la menace en la qualifiant "d'élevée" à l'international
il y a 21 heures 18 min
light > Culture
Héritage du Prince Bleu de Montmartre ?
Après la mort de Michou, que va devenir son célèbre cabaret ?
il y a 1 jour 21 min
© DR
L’opinion publique internationale porte une attention grandissante aux agissements du minuscule émirat.
© DR
L’opinion publique internationale porte une attention grandissante aux agissements du minuscule émirat.
Zidane il a marqué ?

Double jeu : faut-il se méfier du Qatar ?

Publié le 14 décembre 2012
Tantôt soutien de fondamentalistes musulmans, tantôt mécène dans le monde du sport ... le Qatar est un pays aux stratégies des plus paradoxales. Une ambiguïté qui n'est pas sans conséquences lorsque l'émirat devient un partenaire crucial pour la France.
Karim Sader est politologue et consultant, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique. Son champ d’expertise couvre plus particulièrement l’Irak et les pays du Golfe où il intervient auprès des entreprises françaises dans leurs stratégies d...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Karim Sader
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Karim Sader est politologue et consultant, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique. Son champ d’expertise couvre plus particulièrement l’Irak et les pays du Golfe où il intervient auprès des entreprises françaises dans leurs stratégies d...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tantôt soutien de fondamentalistes musulmans, tantôt mécène dans le monde du sport ... le Qatar est un pays aux stratégies des plus paradoxales. Une ambiguïté qui n'est pas sans conséquences lorsque l'émirat devient un partenaire crucial pour la France.

Atlantico : Lorsque l'on parle du Qatar, c'est tantôt pour évoquer le soutien de ce pays à des organisations fondamentalistes, tantôt pour débattre d'une politique d'investissement qui va du sport aux entrepreneurs de nos banlieues. Comment expliquer un tel paradoxe ?

Karim Sader : Le Qatar est un pays qui jouit d’une conjoncture particulièrement favorable pour mener à bien sa stratégie : une croissance économique insolente dopée par ses richesses gazières, un facteur démographique confortable, et, surtout, l’absence de contestations politique et sociale sur son territoire du fait d’une société relativement peu politisée, et qui plus est parfaitement alignée sur les grandes orientations du régime. L’on rappellera au passage qu’en dépit du caractère autoritaire du pouvoir qatari, l’Emirat a totalement échappé à la dynamique des « printemps arabes » qui a touché ses voisins.

L’ensemble de ces facteurs permettent ainsi à Doha de cultiver parfaitement ce paradoxe que vous évoquez et qu’il serait quasi impossible à nos démocraties occidentales d’appliquer du fait de nombreux paramètres qui n’existent pas au Qatar, à savoir l’alternance politique (la sanction des urnes), une opinion publique ou encore une presse apte à relever les incohérences dans l’exercice du pouvoir.

Il faut en revanche souligner l’apparition d’un paramètre nouveau auquel est confronté le Qatar depuis ces deux dernières années : l’attention grandissante portée par l’opinion publique internationale aux agissements du minuscule émirat. Car, en accédant au rang de puissance régionale depuis l’avènement des « printemps arabes », le Qatar se voit contraint de payer le prix de cette notoriété qui conduit l’opinion publique, la presse et les médias occidentaux à scruter davantage les ambigüités de sa politique.

Sans chercher très loin, l’exemple le plus frappant concerne l’opinion française. Sous le mandat de Nicolas Sarkozy, l’Emirat demeurait relativement peu connu du grand public hexagonal. Cela donnait aux qataries une grande marge de manœuvre pour influer sur la « nouvelle politique arabe » de la France, et ce, à l’abri des regards de l’opinion. Les choses ont changé à présent, le grand public ayant pris conscience de l’importance de ce pays qui va jusqu’à s’inviter dans une mission de service publique en finançant des projets d’entrepreneurs issus des zones défavorisées. Sans parler bien sûr de la boulimie financière que suscitent l’économie française et le secteur de l’immobilier auprès des investisseurs qataris.

A présent, ce partenaire privilégié de la France fait désormais parler de lui, jusqu’à susciter les passions et s’inviter dans les débats cours de la dernière campagne présidentielle en France.

La visite de Nicolas Sarkozy pour parler de sport dans le cadre des « Doha Goals » s'inscrit-elle dans cette stratégie de prestige à l’international voulue par le Qatar ?

Dans ce cas bien précis, Nicolas Sarkozy est dans son rôle d’ancien président qui le conduit à participer à des conférences dans le cadre de grands évènements internationaux. La venue d’un ancien chef d’Etat à Doha est sans doute également un gage de soutien à l’ascension diplomatique du minuscule émirat. Enfin, les liens privilégiés entre Sarkozy et l’Emir Hamad ne sont certainement pas étrangères à ce choix d’inviter l’ancien locataire de l’Elysée pour venir prononcer un discours sur le Sport.

Mais pour revenir sur la politique des paradoxes cultivés par Doha, je pense que ce sur quoi nous devrions nous interroger n’est pas tant l’ambigüité qui plane autour de la stratégie du Qatar, mais la capacité de certains décideurs à l’accepter pleinement. Il faut dire qu’il existe une forte complaisance de la part de nos dirigeants à l’égard de ce pays. La raison est très simple : alors que nos économies occidentales pâtissent de la crise de la dette, les investissements d’un Emirat disposant d’un excédent de liquidités et jouissant d’une croissance économique exceptionnelle, sont plus que bienvenus.

Pourtant, il faut être clair sur un point, n’en déplaise à de nombreux dirigeants qui s’efforcent de rassurer l’opinion sur l’image de Doha : le Qatar demeure un Etat aux antipodes du modèle prôné par la France. Monarchie absolutiste, dominé par l’Islam et où l’alternance politique ou bien l’existence d’un Parlement aux prérogatives contraignantes sont totalement inexistantes. Sans compter que le Qatar dispose des lois sur la liberté de la presse parmi les plus archaïques au monde – rapports de Reporter sans Frontières à l’appui. La « lune de miel » entre Paris et Doha comporte donc de nombreuses contraintes.

Quel est le risque, pour la France, d'accepter ces contraintes ?

A la lumière des multiples partenariats noués entre Paris et Doha ainsi que des sommes injectées par le Qatar dans l’économie française, je m’interroge sur la capacité qu’aura la France à critiquer les choix politiques de l’Emirat comme nous le faisons pour d'autres Etats de la région ?

A plus long terme, sans nourrir de fantasme, on peut s'interroger sur la problématique de la souveraineté. Mais cette réflexion n’est pas uniquement liée au Qatar, puisqu’elle débouche sur un questionnement plus global au sujet des conséquences de la mondialisation et la remise en question du sacro-saint modèle de l’Etat-Nation qui en découle…

Le paradoxe dont nous parlons ici est-il propre au Qatar ou se retrouve t-il dans les autres pays du Golfe ?

Non, effectivement. Mais la France a une relation largement privilégiée avec le Qatar. D'ailleurs, je considère la politique de Nicolas Sarkozy du « tout Qatar » comme une erreur stratégique. Attention : je ne parle ici ni de morale ni de cohérence des idées. Je m'interroge au contraire sur les marchés perdus aux Emirats Arabes Unis ou en Arabie Saoudite, qui reste l’un des plus importants du Moyen-Orient et le premier producteur de pétrole. Privilégier à tout prix le Qatar, quand ces pays sont en concurrence, a certainement desservi les intérêts de la France. Lorsque Nicolas Sarkozy fait une brève escale à Ryad pour se rendre à Doha, cela est perçu comme un véritable crime de lèse-majesté dans les pays du Golfe.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

02.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

03.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

07.

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

06.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 15/12/2012 - 00:33
Se mefier ? pourquoi donc ?
on a depenser 300 millions pour 3 centimes a la pompe cet ete et on apprend maintenant que le qatar va ouvrir un fond avec l'etat pour investir dans des pme et tpe francaises.....

on attend les revleations sur le chapitre brevets et transfert de technologie

et pendant ce temps un ex conte la democratie qatari entre deux couoplets sur les vertue du sport business en veilant a ne pas trop insister sur le second terme poru mieux faire pleurer sur le premier. la communion planetaire dans le sport.... un imam ne fera jamais mieux qu'un enseignant .....


et puis quoi c'est vria pourquoi on ferait pas la coupe du monde en plein hiver au milieu de quelques championnats . Apres tout le qatar n'avait dit en presentant sa candidature que la temperature n'etait pas un probleme avec des stades climatisés .....
quand soudain , un vertue green apparue ..... on se demande ou la vedette zidane avait la tete en faisant l'article ....
Deckard
- 14/12/2012 - 23:43
Taquiya !!!! le mensonge
Taquiya !!!! le mensonge officialisé par le Coran...alternatif !
titine
- 14/12/2012 - 20:24
Ah : le fric...
Il n'y a que les illuminés pour croire que le Quatar est un "bienfaiteur". Ayant vécu une bonne vingtaine d'années notamment au Maroc, il était coutume d'entendre et/ou de dire : "ne tourne jamais le dos à un arabe, le couteau n'est pas loin...". C'est un constat, donc n'y voir aucun signe de racisme. Merci.