En direct
Best of
Best Of
En direct
© Handout . / Reuters
Mohamed Morsi aux côtés du du cheikh Ahmed El-Tayeb
Chariament vôtre
L'ombre derrière Morsi : le Califat islamique, ce véritable objectif des Frères musulmans égyptiens
Publié le 10 décembre 2012
En Egypte, les Frères musulmans au pouvoir assurent vouloir instaurer un Etat islamique moderne. Mais derrière un habillage démocratique, la Constitution portée par les "Frères" est islamiquement bien corsée, puisqu'elle prévoit que "les principes de la charia constituent la principale source de la législation".
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Egypte, les Frères musulmans au pouvoir assurent vouloir instaurer un Etat islamique moderne. Mais derrière un habillage démocratique, la Constitution portée par les "Frères" est islamiquement bien corsée, puisqu'elle prévoit que "les principes de la charia constituent la principale source de la législation".

Depuis le 11 septembre 2001, l’idée islamiquement correcte chère aux dirigeants, intellectuels et médias occidentaux, consiste à affirmer que les Frères musulmans incarnent la version "modérée" de l’islam politique, par opposition aux "méchants" terroristes salafistes. Alors qu’il y a une quinzaine d’années personne n’aurait associé ce terme de "modérés" au plus subversif des courants islamistes du monde, dont le mouvement terroriste palestinien Hamas est une branche officielle, les "Frères" prétendent être aujourd’hui de parfaits "démocrates", comme leurs homologues turcs de l’AKP, au pouvoir à Ankara depuis 2002, ou comme les partis européens centristes "démocrates-chrétiens".

Il est vrai que les "Frères" ont eu l’intelligence de miser la vague de démocratisation instaurée par le Printemps arabe, et qu’ils s’étaient habilement démarqués, depuis 2001, des dérives d’Al-Qaïda, condamnant hypocritement les attentats du 11 septembre auxquels, de toute façon, ils ne croyaient pas, puisque "œuvre du Mossad" (NDLR : les services secrets israéliens). Mais leur reconversion démocratique a permis aux Occidentaux, qui les ont aidés dans le passé face aux nationalistes arabes et au communisme, de les réhabiliter définitivement. Alors qu’ils n’ont pourtant jamais renié le terrorisme du Hamas ou les fatwas de leur célèbre prédicateur d’Al-Jazira, Youssouf Al-Qardaoui, qui justifie l’assassinat d’homosexuels et l’envoi de kamikazes en Israël ou en Irak, ces "modérés" parrainés par le grand ami des Occidentaux qu’est le Qatar, ont déjà pris le pouvoir en Egypte, au Maroc ou en Tunisie. Les révolutions arabes, initiées par des militants blogueurs laïcs mais qu’ils ont vite récupérées, leur ont permis de prendre leur revanche historique. La prochaine sera la conquête de tous les pays arabes sunnites, travaillés de l’intérieur par leurs prédicateurs depuis la création de la Confrérie en 1928, par Hassan al-Banna. Ce dernier, par ailleurs grand-père de Tarik Ramadan et père spirituel de la plupart des mouvements islamistes arabes, ambitionnait de rétablir par tous les moyens l’Unité de la Oumma, en fait le Califat islamique, aboli en 1924 par "l’apostat" Atätürk, père de la Turquie moderne laïque.

C’est dans cette perspective historique et idéologique qu’il faut comprendre la politique du président égyptien Mohamed Morsi, qui, après avoir soumis durant l’été 2012, l’armée égyptienne à son joug, s’est accordé les pleins pouvoirs et a fait adopter, le vendredi 8 décembre 2012, un décret confiant à l’armée la responsabilité d’appliquer la loi martiale et d’arrêter les manifestants laïcs décidés à empêcher l’adoption d’une la Constitution basée sur la charia soumise à référendum le 15 décembre.

L’inquiétude des militants laïcs, qui se sont fait déjà voler leur révolution, est parfaitement exprimée par Mahmoud Salem (alias Sandmonkey), célèbre blogueur égyptien laïque, dont le comte twitter possède des milliers d’abonnés. Celui-ci explique dans sa "Lettre ouverte aux Etats-Unis d’Amérique", que l’Egypte deviendra une république islamique si la nouvelle Constitution est adoptée. Il rappelle que le fait que la majorité des salafistes milite en faveur de cette Constitution est un signe qui ne trompe pas. Les salafistes ont bien compris que, derrière un habillage démocratique, la Constitution des "Frères" est islamiquement bien corsée, puisqu'elle prévoit que "les principes de la charia constituent la principale source de la législation", principes définis dans l’article 219 renvoyant à la "jurisprudence islamique et aux sources crédibles reconnues par la doctrine sunnite" depuis 1400 ans, ce qui inclut les peines de mort pour l’adultère, l’idolâtrie, l’amputation des mains, le fouet ou la lapidation.

Comme le craignent les laïcs, qui défilent depuis des semaines contre le pouvoir et qui savent que le texte risque d’être approuvé par les masses manipulées, l’Egypte pourrait devenir bientôt un nouveau Pakistan. Au cas où certains compagnons de routes des Frères musulmans - dont bon nombre de faiseurs d’opinion et orientalistes occidentaux - douteraient des intentions islamistes radicales de Mohamed Morsi, écoutons les propos du Guide suprême des Frères musulmans d'Egypte : Mohamed Badie, qui a expliqué jeudi dernier, dans son message hebdomadaire, que le but de la Confrérie est "l’instauration d’un régime juste et raisonnable", un "Califat islamique juste". Quant au Guide suprême adjoint des Frères musulmans, Khairat el-Shater, chargé par le Conseil d'orientation de la Confrérie de revoir la stratégie du mouvement dans l'ère post-Moubarak, il a précisé ce que veut dire un "régime juste et raisonnable", dans son discours du 21 avril 2011 : "Notre mission principale et globale est de renforcer la religion d’Allah sur Terre, de développer la Oumma et sa civilisation sur la base de l’islam, et d’amener le peuple à se soumettre à Allah sur Terre (...) Le rétablissement de l’islam dans sa conception englobante ; l’islamisation de la vie ; le règne de la religion d’Allah". Mais pour comprendre encore mieux la stratégie "progressive" des "Frères" dans les pays arabes comme en Europe, la suite du discours est précieuse : "La méthode des Frères pour réaliser cette mission globale nous a été enseignée : l’imam Al-Banna (qu'il repose en paix), par sa compréhension de la méthode du Prophète (PSL), a défini un certain nombre d’étapes et d’objectifs secondaires qui, une fois accomplis, aboutiront à la réalisation de cette mission globale. (…) Il faut commencer par construire l’individu musulman, la famille musulmane, la société musulmane, le gouvernement islamique, l’Etat islamique global (Califat) et le statut d’Ustathiya (supériorité ou éminence de la société islamique parmi les nations) de cet Etat. Alors la mission globale sera réalisée, à savoir la toute-puissance de la religion d’Allah. (...) Il s’agit d’un projet global connu sous le nom de Projet islamique" (Source : Khairat al-Shater on "The Nahda Project", cf traduction par le Hudson Institute, 10 avril 2012).

Ces phrases font froid dans le dos de ceux qui croient encore que les "Frères" ont "changé" ou qu’ils sont de simples "conservateurs". Car leur univers réel est celui, "englobant", du totalitarisme, en tant que système politico-religieux total qui régit toutes les sphères de la vie des hommes et qui ambitionne de dominer politiquement et non pas seulement religieusement l’univers par tous les moyens. Ces moyens comprennent le double discours, l’instrumentalisation des droits de l’Homme ou de la démocratie, etc. car dans le totalitarisme, la fin justifie les moyens. Et comme les deux précédents, le rouge et le brun, le totalitarisme vert des Frères musulmans fonctionne au carburant de la haine de l’autre et des minorités maléfiques désignées à la vindicte populaire : les Juifs, complices des sionistes israéliens, et ennemis de l’islam ; les "mauvais musulmans", "traîtres à la Oumma", et bien sûr les chrétiens autochtones, "complices des croisés". Pas de surprise donc à ce que les dignitaires des "Frères" désignent depuis quelques temps les chrétiens coptes comme les boucs émissaires et incitent de plus en plus explicitement, à la violence contre eux. C’est ainsi que la chaîne des "Frères", MISR25, a accusé l'Eglise copte égyptienne d’être à l’origine des manifestations anti-Morsi, affirmant que les Coptes forment 60% des opposants et que des armes utilisées contre les manifestants provenaient d'un quartier chrétien… Cherchez la différence de nature avec les méthodes des salafistes, qui accusent les chrétiens d’être à l’origine des caricatures ou films anti-islam qui "souillent le Prophète" et soutiennent la Constitution de Morsi et donc des "Frères", qui partagent avec eux une idéologie que l’on appelle... la salafiya.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
06.
Samedi de violences : l’Etat manque-t-il des moyens pour maintenir l’ordre ou ce gouvernement enchaîne-t-il les erreurs de stratégie ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
consulaire
- 11/12/2012 - 23:17
Par troiscentsalheure -
Par troiscentsalheure - 10/12/2012 - 09:12 - A ZOEDUBATO

non, cde printemps Arabés ( printemps !?vraiment ?) doit surtout à Barack Hossein Obama, et sa nouvelle politique envers le moyen orient. comment le lui reprocher ? son papa était musulman, ses sympathies ne peuvent aller au très occidental Israël ! aaah lala, "les rêves de mon père" !
Teo1492
- 11/12/2012 - 21:19
Entièrement d'accord !
mais nos dirigeants semblent hypnotisés par l'Islam (ou peut-être l'argent des musulmans...)
bp50lecture
- 11/12/2012 - 09:58
Califat islamique!
Mais bien sûr, quel intellectuel Français peut encore dire qu'il y a un Islam modéré, qui pourrait entrer dans le moule démocratique, héritier de la révolution de 1789? Voilà la démonstration que le Coran PLUS les Hadiths sont inséparable pour qui veut gouverner là-bas et pas seulement, car à Bruxelles, un parti Islam a été élu,,, Après 50mn d'interview le leader a clairement dit que le but était d'arriver au pouvoir, même dans 20ans et d'appliquer la CHARIA! Des mesures sont à prendre dans nos démocraties avant qu'il ne soit trop tard.