En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 5 heures 11 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 6 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 6 heures 36 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 8 heures 46 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 9 heures 31 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 11 heures 4 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 11 heures 32 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 12 heures 39 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 13 heures 31 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 6 heures 22 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 7 heures 18 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 9 heures 19 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 10 heures 49 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 11 heures 1 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 12 heures 34 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 12 heures 50 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 13 heures 10 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 13 heures 37 min
© Reuters
La principale coalition d'opposition ne participera pas au dialogue proposé par le président Morsi.
© Reuters
La principale coalition d'opposition ne participera pas au dialogue proposé par le président Morsi.
Dépression post-révolution

Egypte : l'impossible démocratie ?

Publié le 08 décembre 2012
Au Caire, les alentours du palais présidentiel étaient calmes ce samedi matin, après une nouvelle nuit de manifestation des opposants au président islamiste Mohamed Morsi. La principale coalition d'opposition a annoncé qu'elle ne participerait pas samedi au dialogue proposé par le président Morsi.
Pierre-Jean Luizard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Jean Luizard, historien, est chercheur au CNRS et membre du Groupe de sociologie des religions et de la laïcité (GSRL) à Paris. Spécialiste du Moyen-Orient, il a séjourné en Irak, au Liban, en Syrie, dans le Golfe et en Egypte. Il est l’auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au Caire, les alentours du palais présidentiel étaient calmes ce samedi matin, après une nouvelle nuit de manifestation des opposants au président islamiste Mohamed Morsi. La principale coalition d'opposition a annoncé qu'elle ne participerait pas samedi au dialogue proposé par le président Morsi.

Mohamed Morsi, le premier président civil démocratiquement élu de l’Egypte, a-t-il définitivement perdu sa légitimité ? Quelle que soit l’issue du bras de fer avec l’opposition, vers un compromis ou l’affrontement, le président égyptien issu des Frères musulmans n’a visiblement pas mesuré les mutations profondes de la société égyptienne, notamment de la jeunesse. En tentant de passer en force pour faire passer "sa" Constitution, en agissant pour accaparer tous les pouvoirs, exécutif, législatif et judiciaire, il a manifesté un aveuglement qui laisse pantois. En effet, une telle erreur de jugement ne peut s’expliquer que par des facteurs culturels : le monde de l’ancien régime dans lequel vivent encore de nombreux dirigeants des Frères, le fossé abyssal entre les générations. Mohamed Morsi n’a pas compris que l’islam n’est devenu le langage du politique et du social que parce qu’il semblait ouvrir la voie à une citoyenneté à laquelle aspirent les plus jeunes et une part croissante de la population égyptienne. L’adhésion à l’islam des Frères aujourd’hui n’est plus ce qu’il a été aux heures les plus sombres de la répression nassérienne à leur encontre. Longtemps occultées par la glaciation du régime autoritaire déchu, ces mutations explosent littéralement aujourd’hui au grand jour.

De quoi s’agit-il ? Le religieux s’est sécularisé en devenant une ressource de mobilisation contre l’autoritarisme. Plus personne ne peut se targuer de détenir le monopole de l’autorité religieuse. Cette pluralisation a été encore exacerbée par l’explosion de l’individualisme chez les plus jeunes, et du consumérisme. Moubarak a été le dernier représentant d’un monde révolu. Désormais, il ne semble plus possible de gouverner l’Egypte avec les anciennes recettes. Morsi vient de l’apprendre à ses dépens. L’incapacité des Frères à se situer dans ce nouveau monde, leur refus de considérer de façon autonome la question sociale, leur attachement à l’ancienne conception caritative de l’action sociale, tout ceci à peu à peu grevé le capital de sympathie dont ils disposaient il y a peu. La dérive autoritaire a achevé d’étendre les désillusions à leur égard.  

Alors ? Une seconde étape de la révolution est-elle en marche ? Allons-nous assister à une révolution citoyenne une fois que l’épreuve du pouvoir aura disqualifié les vainqueurs des dernières élections ? Rien n’est moins sûr. D’abord, les Frères demeurent de loin la plus grande force politique organisée du pays. C’est surtout vrai face à une opposition qui apparaît unie aujourd’hui pour les empêcher d’installer un nouveau régime autoritaire, mais qui n’est d’accord sur à peu près rien. Entre les Jeunes du 6-avril, les militants d’extrême-gauche, les nassériens, les libéraux, les Coptes, les femmes féministes, les intellectuels, les représentants de l’ancien régime recyclés en défenseurs de la démocratie, il y a peu de convergences. Par ailleurs, peut-on voir en Egypte une démocratie qui exclurait les Frères musulmans ? Le danger est grand, dès lors, de voir l’armée sortir de sa réserve et tenter de prendre sa revanche après sa mise à l’écart par le président Morsi. En se présentant comme le recours suprême, les dirigeants militaires n’imaginent-ils pas pouvoir sauver les privilèges de leur institution, même au prix d’un accord tacite avec les Frères musulmans ? Un tel calcul serait cependant très hasardeux. Car l’armée, à l’image de la société, est elle-même traversée par des aspirations croissantes à une véritable citoyenneté.

De façon très symbolique, l’autre pionnier des Printemps arabes, la Tunisie, vit sa première épreuve de force à l’échelle du pays entre le gouvernement à majorité Ennahda et l’UGTT, la seule grande centrale syndicale du monde arabe à avoir réussi à préserver son autonomie face aux pouvoirs autoritaires successifs. Là aussi, les gouvernants actuels sont confrontés à une société qui, dans sa pluralité, est devenue un acteur politique à part entière.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CN13
- 09/12/2012 - 07:24
et dire...
qu'ils étaient tous BABA devant ces printemps arabes !
L'immigration massive des égyptiens, tunisiens...Ils devraient pourtant tous être contents, ils ont chassé Moubarak, l'autre que j'ai oublié le nom, etc.
Carcajou
- 08/12/2012 - 19:35
Décidément, je comprends rien à cette planète!
@Pierre-Jean Luizard

Votre article demande quelques explications que je vous serais reconnaissant de me donner.

Morsi a été élu au suffrage universel. Les fraudes n'ont pas été très importantes puisque tous les partis en ont accepté les résultats. Morsi a donc une légitimité démocratique.

L'Assemblée constituante issue des dernières élections législatives et dominée par les Frères musulmans est une assemblée élue démocratiquement.

Un Président , Frère musulman, élu, une assemblée législative élue et une constituante émanant régulièrement de la chambre des députés avec une majorité marquée pour les Frères musulmans laisse penser que les Égyptien veulent un gouvernement théocratique ou pour le moins - je me méfie des sodomiseurs de diptères - une loi fondamentale s'appuyant sur la charia.

Cette mouture de Constitution devant être soumise à référendum, l'opposition va à l'encontre de la démocratie. Il lui appartient de faire campagne pour convaincre ses concitoyens de la rejeter car trop religieuse et donnant trop de pouvoir au Président.

Si, comme vous l'écrivez, le peuple a mesuré impéritie des Frères, il rejettera cette Constitution inspirés par eux.
Gégé Foufou
- 08/12/2012 - 16:20
Printemps Arabe dites vous ?
Ou hiver des intégristes musulmans