En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© DR
Le sabbat horloger des diablotines.
ATLANTIC-tac

Les diablesses ont le feu aux fesses et la montre qui sera précise jusqu'au... 28 février 2100 !

Publié le 07 décembre 2012
Et aussi : la montre préférée des Chevaliers de la Table ronde, la pendule la plus chère du monde, et la montre mécanique qui tire la langue aux montres à quartz.
Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grégory Pons
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et aussi : la montre préférée des Chevaliers de la Table ronde, la pendule la plus chère du monde, et la montre mécanique qui tire la langue aux montres à quartz.

Rolex prend le contrôle du chronométrage de la F1

Coup de tonnerre dans le ciel du sponsoring sportif : c’était une révélation de Business Montres, confirmée quelques heures plus tard par Rolex, qui devrait investir près de 150 millions de dollars dans les cinq ans à venir pour s’imposer comme le « chronométreur de la F1 » et comme la marque de la « montre officielle de la F1 ». Des titres d’autant plus enviés qu’ils sont des accélérateurs de notoriété [Rolex n’en avait pas besoin] et des bonificateurs d’image [Rolex en avait besoin] en même temps que des confirmateurs d’excellence technique. Les amours de Rolex et des sports mécaniques sont anciennes, puisque la marque était associée, dès 1935, au record de vitesse sur piste (300 mph, 445 km/h) de Malcolm Campbell, qui pilotait son fameux Oiseau bleu avec une Rolex au poignet. Rolex – qui parraine également les 24 Heures du Mans et le Rolex 24 at Daytona – a ainsi grillé la politesse à toutes les marques qui rêvaient d’un tel partenariat, qui se joue en 20 courses organisées dans 19 pays devant un milliard de téléspectateurs dans 187 pays...

La montre mécanique qui tire la langue aux montres à quartz

Dans les années 1970, le quartz horloger a quasiment assassiné la tradition des montres mécaniques. Tradition qui a fini par l’emporter, non sans conserver un secret désir de représailles. La nouvelle HM n°5 (Horological Machine n°5) signée par les trublions de MB&F permet de déguster assez froidement cette vengeance : cette montre purement mécanique reprend tous les codes des « montres casquette » qui avaient illuminé de leurs LED rouges [une révolution pour l’époque] les septantièmes et rugissantes années, avec leurs boîtiers design et leurs cadrans-écrans verticaux. C’est même un triomphe posthume pour une pauvre marque oubliée, Amida, qui avait à l’époque tenté une riposte mécanique assez bas de gamme à la mode de ces « casquettes ». Aujourd’hui, la fine fleur de la nouvelle génération mécanique se permet des clins d’œil némétiques à ces années quartz, en pratiquant une sorte de révolution optique : les chiffres sont lus sur des disques verticaux et transmis par des prismes grossissants au « cadran » vertical de la montre. Attention, ce « jouet de garçon » rétro-futuriste est un caprice hyper-technique à cinq chiffres, qui sera tout de même facturé dans les 50 000 euros...

La montre aux diablesses bien cachées sous le cadran

Le concept de Valbray, une jeune marque française installée en Suisse, repose sur le principe du diaphragme photographique. On peut y jouer avec la lunette de la montre [ce qui entoure le verre au-dessus du cadran], qu’on bascule de 45°. Clic, on ouvre et on dévoile ce qu’il y a sous le cadran. Clac, on referme et la montre redevient une trois-aiguilles toute simple. Un procédé qui permet de transformer un chronographe sportif en montre plus « habillée », mais qui autorise aussi quelques fantaisies, comme les diablotines planquées sous le cadran, qui n’apparaissent qu’aux initiés. Dans sa version The-Devil-Inside, cette montre prouve à quel point le diable est dans les détails : jouant de la fourche et du rouge désir de leurs formes charnelles, les diablesses endiablées ont pris possession du chronographe, transformant ses trois compteurs en un diabolique 666. Même les aiguilles ne sont plus que fourches et flammes. Au XVIIIe siècle, ces talking pieces servaient à faire rougir les demoiselles. Pas sûr que leurs descendantes ne rêvent pas de telles chevauchées derrière le diaphragme...

La montre qui sera précise jusqu’au 28 février 2100  

Développée par Seiko, la montre Astron GPS Solaire est, comme son nom l’indique, une sorte d’ordinateur de poignet (47 mm, design plutôt réussi pour un produit high-tech) qui fonctionne à l’énergie solaire (plus besoin de changer les piles) et qui recale sa précision en permanence sur quatre satellites GPS capables de détecter à quelques centimètres la position du porteur. La montre est donc automatiquement et exactement à la bonne heure [grâce à la précision des horloges atomiques embarqués dans l’espace] du bon fuseau horaire local [grâce au récepteur GPS] : comme il y a, sur cette planète, 39 fuseaux différents, certains avec 15, 30 ou 45 minutes de décalage sur les fuseaux voisins, on peut s’y perdre ! En plus de l’heure locale, l’Astron – nom qui avait été donné à la première montre à quartz de l’histoire – affiche un second fuseau horaire. En prime, un calendrier « perpétuel » exact à la date du lieu jusqu’au 28 février 2100, année séculaire exceptionnellement non bissextile : le lendemain, qui sera donc le 1er mars et non le 29 février, il faudra faire un tour chez l’horloger – mais en existera-t-il encore et que seront devenus nos satellites GPS ? Environ 3 300 euros...

La montre préférée des Chevaliers de la Table ronde

Non, ce n’est pas une blague : les douze chevaliers de la Table ronde brandissent leur épée autour de la table, chacun à sa place [marquée sur la table] et à la bonne heure ! Une table-cadran en émail grand feu, tout ce qu’il y a de plus historique, puisqu’elle reproduit la célèbre « Table ronde » qu’on peut encore admirer dans le Grand Hall du château médiéval de Winchester, en Angleterre. Montherlant avait écrit Le Paradis à l’ombre des épées : là, c’est de l’horlogerie à l’ombre des épées, puisque les aiguilles des heures et des minutes glissent lentement sous les épées de ces chevaliers en or, sculptés en trois dimensions autour d’Arthur et de Merlin, le mage qui leur avait ordonné de « partir à la recherche d’aventures pour redresser les torts, protéger les faibles et abaisser les orgueilleux ». Pour la manufacture Roger Dubuis (Genève) qui a imaginé cette montre, l’aventure mécanique a pris des accents éthiques et philosophiques...

La pendule la plus chère du monde de retour au bercail

Imaginée par Abraham Louis Breguet et livrée au duc d’Orléans en 1835, cette pendule est baptisée « Sympathique » parce qu’elle permet de synchroniser – par sympathie – la montre de poche logée dans son chapiteau : le soir, on place la montre dans son logement et la pendule la remet à l’heure en la remontant. Vendue pour 5,8 millions de dollars en 1999 à un cheikh qatari qui avait « oublié » de la payer à Sotheby’s, elle avait été ensuite exposée au musée Patek Philippe de Genève, qui expose les plus grands chefs-d’œuvre de l’horlogerie. Remise en vente par Sotheby’s, elle vient d’être adjugée pour 6,8 millions de dollars au même musée Patek Philippe, qui s’en rend donc définitivement propriétaire, au nez et à la barbe du musée Breguet, qui la voulait pour ses collections patrimoniales, mais qui a « craqué » à 5,8 millions en libérant l’enchère suivante pour le musée (privé) de Genève...

Le Quotidien des montres : Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

04.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

05.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

07.

Rentrée sous pression : pourquoi la mi-mandat pourrait être fatale pour l’unité de la LREM

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires