En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Editorial
UMP, "Ayraultport", Ségolène Royal : des médiateurs à toutes les sauces !
Publié le 29 novembre 2012
Avec Yves Derai
A chaque fois qu'il y a conflit sur un sujet, on trouve quelqu'un pour suggérer la nomination d'un médiateur. Une tendance lourde qui exprime une inquiétante évidence : les acteurs politiques et sociaux n'arrivent plus à dépasser leurs antagonismes. La guerre des pouvoirs et des égos est devenue plus forte que la parole.
Yves Derai est éditorialiste à Atlantico. Chaque semaine, il écarte les lourds rideaux de velours des palais de la République pour nous en révéler les secrets.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Derai
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Derai est éditorialiste à Atlantico. Chaque semaine, il écarte les lourds rideaux de velours des palais de la République pour nous en révéler les secrets.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A chaque fois qu'il y a conflit sur un sujet, on trouve quelqu'un pour suggérer la nomination d'un médiateur. Une tendance lourde qui exprime une inquiétante évidence : les acteurs politiques et sociaux n'arrivent plus à dépasser leurs antagonismes. La guerre des pouvoirs et des égos est devenue plus forte que la parole.
Avec Yves Derai

Longtemps, on a dit et écrit que lorsqu’un gouvernement voulait enterrer un problème, il créait une commission. Laquelle rendait quelques mois plus tard un rapport sur la base duquel s’engageait un débat ne débouchant, la plupart du temps, sur rien de concret. La mode est aujourd’hui au médiateur. A chaque fois qu’il y a conflit, tension ou blocage sur un sujet, on trouve quelques bonnes âmes pour suggérer la nomination d’un médiateur. Certains poussent d’ailleurs la coquetterie à se proposer eux-mêmes pour endosser cette charge avec un esprit de sacrifice qui force l’admiration…

Ainsi, à l’UMP, on a vu passer, très rapidement, le médiateur Juppé. Avec le résultat que chacun connaît. Puis le médiateur Sarkozy. Plus énergique, fort de l’autorité que lui confère sa fonction passée de président de la République. Une idée bizarre a émergé de la rencontre entre Sarkozy, Copé et Fillon, celle de demander aux adhérents de l’UMP de voter pour savoir s’ils voulaient revoter pour la présidence de l’UMP. Tournée en dérision par les éditorialistes et les humoristes, la proposition a fait long feu.

Le gouvernement rencontre des difficultés certaines dans son dialogue avec les chefs d’entreprise ? Sophie de Menthon, président de l’organisation patronale ETHIC, a demandé à Ségolène Royal de remplir une mission de médiation entre son "ex" et les patrons ! Ségolène a, à moitié, accepté, flattée que quelqu’un pense encore à elle. Notre Nicolas Hulot national en appelle de son côté à la nomination d’un médiateur dans le conflit qui oppose le Premier ministre et les militants écolos (entre autres) qui manifestent contre la construction d’un nouvel aéroport dans la région de Nantes, selon eux inutile, archaïque et menaçant pour l’écosystème.

Je vous épargnerai l’inventaire à la Prévert des lieux et des situations où les uns et les autres réclament à cors et à cris un médiateur. Cette tendance lourde dans notre société exprime une inquiétante évidence : les acteurs politiques et sociaux n’arrivent plus à dépasser leurs antagonismes. La guerre des pouvoirs et des égos est devenue plus forte que la parole. Le dialogue se meurt, vive le médiateur ! C’est à se demander à quoi servent les associations, les partenaires sociaux, nos dirigeants politiques dont la mission première devrait être d’impulser les discussions afin de trouver des solutions aux problèmes des Français.

Certes, il a fallu la médiation égyptienne pour parvenir à un cessez-le-feu entre Israéliens et Palestiniens la semaine dernière. Mais les morts se comptaient par dizaines et, par définition, Israël et le Hamas qui se considèrent en état de guerre ne peuvent pas négocier directement. J’ose espérer que MM. Fillon et Copé n’en sont pas encore arrivés là.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Gégé Foufou
- 29/11/2012 - 18:43
Je suis content
M. Chirac aura assisté à l'explosion de son machin appelé UMP
pimousse
- 29/11/2012 - 17:16
savoir decider
c est le propre d un vrai dirigeant
alors un rapport une commission un mediateur etc sont les echappatoires de ceux qui ne savent pas diriger
suivez mon regard du cote de flanby hollande
sam84
- 29/11/2012 - 16:51
Dans une société sans repere et sans avenir
Le pouvoir mollasson et donc l'absence d'autorité ,ne peut que générer des conflits sans fins