En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Les Français ont laissé 40 milliards d'euros de plus sur leurs comptes courants pour jouer la carte de la solidarité en cas de difficultés.
Changer de modèle
Explosion du chômage : jusqu'où les solidarités privées et familiales des Français résisteront-elles ?
Publié le 29 novembre 2012
En 2010, la France a consacré 33,8% de son PIB aux dépenses de protection sociale. Elle arrive ainsi en tête des pays européens dont la moyenne est de 29,4% selon Eurostat.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 2010, la France a consacré 33,8% de son PIB aux dépenses de protection sociale. Elle arrive ainsi en tête des pays européens dont la moyenne est de 29,4% selon Eurostat.

Atlantico : La France consacre 33,8% du son PIB aux dépenses de protection sociale et arrive ainsi en tête des pays européens dont la moyenne est de 29,4% selon les chiffres publiés par Eurostat. Alors que la crise frappe une grande partie de la population et met à rude épreuve le modèle social français, jusqu'où l'épargne des Français peut-elle permettre d'exercer une solidarité "privée" ? Est-elle limitée ?

Philippe Crevel : Dans les motifs d'épargne en France, la retraite arrive toujours en tête. Le second motif le plus évoqué est l'aide que peut apporter un individu à un membre de sa famille. La solidarité privée aux proches est donc un des facteurs les plus importants.

Cependant, l'épargne n'est pas diffusée de façon équilibrée dans toutes les strates de la population. Elle reste majoritairement concentrée sur les classes supérieures et, dans une moindre mesure, les classes moyennes. Les plus modestes épargnent beaucoup moins et sont, par conséquent, moins en mesure de venir en aide à leurs proches. Il y a donc une limite évidente : l'épargne ne peut en rien se substituer à l'Etat providence.

Un système pourrait être conçu pour être fiscalement moins généreux avec les personnes qui ont la possibilité de venir en charge vis-à-vis de leur proche au sens de la solidarité définit dans le code civil. Une telle mesure a été imaginée dans le cadre de la dépendance. Le taux d'épargne est très faible pour plus de 50% de la population. En revanche, il dépasse les 30% des revenus dans la catégorie des 10% les plus élevés. L'épargne et la solidarité privée ou familiale ne pourront jamais remplacer la protection sociale publique car un trop grand nombre de personne serait exclue de cette solidarité privée.

Les Français ont-ils adopté de nouvelles habitudes d'épargne et de solidarité familiale depuis le début de la crise ?

Le cabinet Deloitte a révélé que les Français commencent à épargner de plus en plus tôt pour leur retraite mais qu'ils placent majoritairement leur argent sur le Livret A le le LDD (Livret de développement durable) qui ne sont pas des produits de retraite. Autrement dit, il y a une incohérence de fait entre l'anticipation d'une faillite du système de retraite, le commencement d'une nouvelle habitude d'épargne et l'utilisation massive des produits d'épargne de court terme qui permettent de récupérer l'argent rapidement en cas de besoin.

Le taux d'épargne a augmenté de 1 à 1,5 points de pourcentage - passant de 14,8% du revenu disponible brut avant la crise à 16% voire 16,4% aujourd'hui. La part consacrée à l'épargne a donc augmenté depuis le début de la crise. Mais il faut également regarder un autre phénomène : les Français ont laissé 40 milliards d'euros de plus sur leurs comptes courants pour jouer la carte de la solidarité en cas de difficultés, d'impayés... Il y a clairement un comportement de précaution. Toutes les enquêtes révèlent que les Français épargnent ou souhaitent épargner davantage, ce qui s'explique par la conjoncture économique actuelle et les hausses d'impôts annoncées par le gouvernement. En étant taxé davantage sur les rendements de l'épargne, les Français sont contraints d'augmenter leur effort d'épargne pour maintenir leur patrimoine financier.

Cette solidarité privée affecte t-elle la consommation des ménages ? Se traduit-elle par des "sacrifices" au quotidien ?

Les dépenses les plus impactées sont celles relatives aux vacances - 2012 a d'ailleurs été une mauvaise année pour le tourisme -, les Français ayant été moins nombreux à partir et réduit la durée de départ. De même, ils ont diminué leur consommation d'essence et se sont davantage tournés vers les soldes et les sites internet d'achats et de ventes de produits d'occasion. Ils sont moins dans une logique consumériste et recherche surtout des opportunités.

La consommation n'ayant pas chuté, il n'y a pas de remise en cause du niveau de vie. Mais nous n'observons plus de progressions de la consommation comme ce fut le cas ces dix dernières années. Sans pour autant modifier le niveau de vie général, nous avons atteint un plafond où la priorité est à la constitution d'une enveloppe financière pour faire face aux imprévus.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
07.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
l'enclume
- 29/11/2012 - 13:38
Ah ça ira
jerem - 29/11/2012 - 13:08
C'est encore pire, elle aurait touchée de Mamy et de la Fifille.
On parle de 400.000 euros chacune, une broutille!
Parlons d'avenir, voir ci-dessous, c'est en Anglais :
Le futur avion supersonique où avion fusée, sans avoir besoin de booster?
http://www.reactionengines.co.uk
jerem
- 29/11/2012 - 13:08
@l'enclume - 29/11/2012 - 11:33 bettencourt
pas au courant. votre lien ?

on espere que pour les bandes son des conversations , il n'y a pas un faux avec instrument de pointe à la clé .

je note que l'Express ferait donc son metier ?

PS: la comptable on a lu ,il ya bien longtemps qu'elle présentait un probleme pour avoir touché des fonds de la fille bettencourt au temps des dechirements ......
jerem
- 29/11/2012 - 12:46
@l'enclume - 29/11/2012 - 11:33
documenté les propos n'est pas se glorifier mais plutot argumenté et ouvrir l'echange non pas sur des "on dit" mais sur le travail de gens sérieux qui ne prennent pas comme theoreme de redaction "conclusion d'abord et arguments a partir de la conculsion choisie".

quant aux sondages .... merci pour la limite ...on a parfaitement vu la stupidité de l'enquete davos sur la competitivité .