En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 5 heures 37 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 8 heures 7 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 9 heures 59 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 10 heures 34 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 11 heures 20 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 12 heures 27 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 14 heures 29 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 15 heures 4 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 5 heures 55 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 9 heures 30 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 10 heures 11 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 11 heures 3 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 11 heures 58 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 13 heures 53 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 14 heures 35 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 15 heures 17 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 15 heures 40 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 16 heures 17 min
© Reuters
"Depuis 7 mois, Hollande défait ce qui avait été mis en œuvre par Sarkozy et renonce à toute action autre que l'augmentation de la pression fiscale."
© Reuters
"Depuis 7 mois, Hollande défait ce qui avait été mis en œuvre par Sarkozy et renonce à toute action autre que l'augmentation de la pression fiscale."
Chroniques du pot aux roses

Ces échecs que les socialistes ont réussi à masquer depuis 10 jours grâce à l'UMPgeddon

Publié le 30 novembre 2012
Cette semaine, Serge Federbusch revient aussi sur le dernier sommet européen consacré au budget de l'Union.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine, Serge Federbusch revient aussi sur le dernier sommet européen consacré au budget de l'Union.

1 – L’Umpgeddon n’aura qu’un temps

Le seul motif de sérénité à la vue du maelström où se débat l’UMP, c’est qu’elle y est plongée plus de quatre ans avant les futurs scrutins nationaux. On peut donc espérer que ces empoignades ne seront que péripéties oubliées à cette échéance.

La querelle des prétendants est d’autant plus vive que, du fait de l’extrême faiblesse de Hollande, le vainqueur peut raisonnablement espérer l’emporter en 2017 face à un président déconsidéré. C’est toujours le même moteur qui propulse la carrière politique de ce chef à l’inquiétante normalité : comme au premier secrétariat du Parti socialiste autrefois, son inertie attise l’agressivité de ses concurrents qui, ne parvenant pas à s’en prendre à lui, finissent par s’entre-dévorer. Tout cela à quelque chose d’un phénomène de meute.

Fidèle à lui-même, Hollande a également choisi d’être illisible pour achever de désorienter ses contradicteurs. Fait-il dans l’austérité, dans le laxisme ? On ne sait plus mais son électorat est résigné à le laisser faire et surtout ne pas faire par crainte du retour au pouvoir de la droite. Pourtant, les réalités et la récession sont têtues et se chargeront de dissiper ces écrans de fumée, comme en a témoigné mardi la nouvelle cohorte mensuelle de chômeurs.

Depuis 7 mois, Hollande défait ce qui avait été mis en œuvre par Sarkozy et renonce à toute action autre que l’augmentation de la pression fiscale avec comme conséquence d’entraver le fonctionnement de l’économie. Ces décisions ont toutes un débouché commun : l’immobilisme. Mais ce n’est pas un principe de gouvernement durable et les affres actuelles de l’UMP n’y changeront rien. L’Umpgueddon n’aura qu’un temps et l’attention du public se reportera rapidement sur les échecs du pouvoir.

2 - Taubira présidente de l’UMP ?

Fillon a-t-il pris en considération le fait, qu’inspiré par ses actions en justice, n’importe quel adhérent de l’UMP pourrait porter plainte pour fraude et permettre ainsi au Parquet, i.e. à Taubira et ses chefs, de fourrer leur nez dans les affaires de ce parti ? Il a raison d’hésiter à endosser pareille responsabilité.

On souhaite également bien du plaisir à l’administrateur provisoire qui aurait à organiser, sur ordre d’un tribunal, un nouveau vote. Qui l’assistera et où trouvera-t-il l’argent pour ce faire ? Décidément, s’il est une idée saugrenue pour arbitrer cette querelle, c’est bien celle d’un procès.

3 - Des bisous pour les chômeurs

Comme frappé de stupéfaction face à l’augmentation vertigineuse du chômage à laquelle il répond par la création d’emplois de colleurs de timbres dans les associations et les collectivités locales, notre gouvernement est désemparé. Il est temps que Présinours® entre en action et prodigue aux demandeurs d’emploi force câlins pour les apaiser. Bonne nuit les petits !

4 - Comment François Hollande abîme l’image de la France en Europe

La divine providence socialiste, plus connue sous le nom de conflit Copé/Fillon, a épargné à Hollande le constat médiatique de son fiasco européen à l’occasion du dernier sommet consacré au budget de l’Union les 22 et 23 novembre.

Arrivé à Bruxelles dans un grand roulement de tambours et de mécaniques pour pourfendre la perfide Albion et l’isoler diplomatiquement, Talleyrand-Tan-Plan® a rapidement baissé pavillon. Ne pouvant plus compter sur le soutien de Merkel, il n’a pu contrer Cameron qui persiste à réclamer des coupes drastiques dans les budgets européens. Peu à peu, cette philosophie prévaut et l’on voit Herman Van Rompuy concéder le retour à la semaine des 40 heures pour les fonctionnaires européens, sans augmentation de salaire. Allez dire ça à leurs homologues français ...

Obnubilé par la défense de la ringarde Politique agricole commune (PAC), Hollande a cru obtenir un effort budgétaire de la part de Van Rompuy en sa faveur. Mais ce geste s’est aussitôt traduit par une coupe envisagée de 13 milliards d’euros dans les budgets d’investissement prévus pour les grandes infrastructures et la croissance. Donc par une remise en cause directe du pacte qui a justifié la ratification du traité "Merkozy" que le candidat normal dénonçait avant son élection. L’incohérence règne.

Ces négociations n’ont de toute façon rien donné, le sommet ayant été ajourné et les décisions renvoyées à 2013, si elles sont prises un jour. Notre président n’a alors trouvé qu’à singer une fois de plus Mitterrand en parlant de "donner du temps au temps". Rien de nouveau sous le soleil rose ...

La cruelle réalité est que trois groupes de pays se sont formés au sein de l’Union. Ceux favorables à une discipline budgétaire drastique : en gros l’Allemagne, la Grande-Bretagne et les pays du Nord. Ceux qui s’y plient en maugréant pour obtenir des financements : Espagne, Portugal, Grèce et qui réforment dans la douleur leur Etat providence. Enfin, la France "hollandaise", qui espère échapper aux vrais efforts tout en continuant de trouver des prêteurs.

Après avoir essoré fiscalement ceux qui ne votent pas pour lui, Hollande a épuisé son ordre du jour. Il attend désormais le miracle d’une reprise pour s’en sortir. Mais son attitude bravache, financée à crédit, est un aveu de faiblesse. En protégeant ses clientèles électorales, Hollande se prive de marge de manœuvre et de crédibilité en Europe. Du coup, il ne peut réellement peser en faveur d’une politique plus active de la BCE et de l’Union pour faire baisser le taux de change de l’euro et soutenir la croissance. Bref, l’étau se resserre peu à peu. Il faut donner du temps au temps ... pour nous serrer la vis.

5 - UMP, Sciences-Po : le retour des Anciens

Ce n’est guère réjouissant pour la France, un pays qui ne parvient pas à se débarrasser  d’une administration boursouflée, d’un système corporatiste sous tutelle de l’Etat et d’une classe politique pléthorique : les Anciens sont partout de retour.

C’est la crise à l’UMP ? On va chercher Juppé. C’est le Far West à Sciences-Po ? Le ministère et les grands corps de l’Etat en tirent parti pour tenter de remettre la main sur l’institution de la rue Saint Guillaume. Dans ce dernier dossier, on avait certes des faux libéraux au pouvoir (feu Descoings et Pébereau), qui ont usé et abusé de la rhétorique de l’initiative privée et de l’autonomie de Sciences-Po tout en faisant un appel massif aux crédits publics.

Mais qui veut les remplacer ? De vrais bureaucrates, pour qui les amphithéâtres de l’IEP de Paris doivent redevenir les chasses gardées des hauts fonctionnaires. L’ouverture progressive mais réelle de l’enseignement et de la direction à des universitaires et des cadres du privé va faire long feu. Le ronron bureaucratique et son prêt-à-penser vont revenir en force, adoubés par les ministères et bénis par la Cour des comptes. Ce que le système administratif français combat, dans cette affaire, c’est un Science-Po préfigurant une université française inspirée du modèle anglo-saxon. Ces forces littéralement réactionnaires viennent de remporter une victoire dans leur combat d’arrière-garde. A ce rythme, il va falloir batailler pour ne pas disparaître purement et simplement des classements universitaires internationaux.

6 – Nationalisons Florange, privatisons Montebourg !

La boîte de Pandore du socialisme, c'est-à-dire la prise de contrôle d’une entreprise privée par l’Etat, semblait définitivement refermée depuis les lointaines années de la Jospinie. Montebourg, va-t-en-guerre désordonné de la Hollandie, a sorti l’objet du placard où il rouillait, le tout en invectivant Mittal. Les 20.000 employés du groupe en France doivent se sentir quelque peu inquiets. S’il fallait une ultime raison pour que les investisseurs étrangers se méfient de la France, elle est trouvée.

Puisque Montebourg se pique de décisions iconoclastes et innovantes, peut-être devrait-il, en contrepartie, faire financer son ministère et son propre traitement par le privé, pourquoi pas en fonction de ses résultats dans le domaine ardu du redressement d’entreprises ? Ses propos seraient davantage pris au sérieux et Ayrault n’aurait pas à le "recadrer" à un rythme hebdomadaire.

7 – Kyste l’eût cru ?

Valls, dont l’efficacité répressive est nettement plus grande lorsqu’il s’en prend aux campements roms plutôt qu’aux bandits corses et marseillais, va devoir, sous peu, placer tout le territoire de la République en zone de sécurité prioritaire. Il faut dire que ces territoires sous haute surveillance sont passés d’un nombre de 15 à 64 en moins d’un an.

Valls devrait a minima songer à en instituer une pour régler le cas des activistes de Notre-Dame-des-Landes, corps étranger dont, chirurgien en képi, il prône désormais l’extraction.

Sans rire, Ayrault a convoqué, au même moment, une "commission du dialogue". Bientôt, on appellera cela mentir comme un arracheur de kyste. Autre version possible, pour les anglicistes : "The long kyste goodnight".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (75)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ludo1963
- 04/12/2012 - 11:37
@ender
je veux bien discuter mais ayez un minimum d'objectivité...
vous semblez ignorer la crise en 2008, juste après l'élection de Sarko...
Ah non c'est vrai c'est Sarko qui du simple fait d'être élu a déclenché une crise mondiale... mon pauvre Ender j'ai mal pour vous... et dire que vous votez...mais c'est cà la démocratie ...
regardez ce pauvre MoiJeMou 1er, il a nié la crise pour se faire élire... j'aimerais pas être à sa place maintenant.. et on n'a encore rien vu...
il va exploser l'année prochaine, lui et toute sa clique de nuls... ils perdront ensuite tous leurs mandats locaux... ils seront grillés pour au moins 30 ans
quant aux journaux, prétendre qu'ils sont à 99% à droite montre bien votre totale mauvaise foi et subjectivité, ce qui est génant dans un échange d'idée... vous vous trompez de site Ender je peux vous en conseiller un par exemple, détenu par le méchant "De Rotschild" avec comme rédacteur en chef le chien haineux Nicolas demorand...
je parie que vous devez adorer Montebourg avec son ancienne dinde et ses lunettes à 12000 euros (sarko avec ses rayban à 150 euros etait un véritable plouc non ?)
Ludo1963
- 04/12/2012 - 11:24
@durand oui on rira bien
on en finira avec les 30 piteuses, le mensonge qui hypothèque l'avenir de nos enfants. les petits journalistes parigo bobos vont aussi sauter ou se tapir...
par contre je ne suis pas notaire, mais on a besoin d'eux.
leurs honoraires sont constitués de 80% de taxes d'état je pense.
Ludo1963
- 04/12/2012 - 11:16
@zénitude béate
vous semblez victime de propagande gauchiste quand on voit vos arguments.
je n'ai pas besoin de votre autorisation pour dire que les grecs sont des crétins qui ont élu en 2008 un socialiste menteur qui les a coulés. Son programme démagogue, alors que la crise avait déjà démarré, a été choisi au détriment de celui du camp adverse qui lui préconisait des économies...
ne voyez vous pas une similitude avec la "crétinitude" des français ?
on verra la suite l'année prochaine avec HOLLANDREOU...
revenez avec le meme pseudo dans un an, on pourra dialoguer...
Savez vous que les grecs ont embauché des fonctionnaires en 2011, en se disant "vite après on ne pourra plus"...

une dernière chose : je ne suis pas dans la haine de la gauche... la haine est propre aux gens de gauche dont vous faites partie, je vfeux dire la gauche française...
Ma faveur va à une vraie gauche, du style des socialistes suédois, qui préférent l'action aux postes et à la démagogie sur le dos du peuple..
le coeur à gauche , la tête à droite... on distribue les faveurs sociales quand on a créé les richesses , pas avant
Pompidou, Barre, Rocard, Delors, voilà les vrais socialistes de mon point de vue