En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Regard américain
Nucléaire : la France aime se faire peur
Publié le 15 mars 2011
« Un nouveau Tchernobyl ? » Les titres de la presse en ligne française du week-end avaient de quoi vous retourner les sangs. Les médias américains, qui ne craignent pourtant pas les titres chocs, ont assuré une couverture beaucoup plus factuelle de la crise nucléaire japonaise.
François Tillinac est un chef d'entreprise, tout juste trentenaire, installé à New York depuis plusieurs années.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Tillinac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Tillinac est un chef d'entreprise, tout juste trentenaire, installé à New York depuis plusieurs années.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
« Un nouveau Tchernobyl ? » Les titres de la presse en ligne française du week-end avaient de quoi vous retourner les sangs. Les médias américains, qui ne craignent pourtant pas les titres chocs, ont assuré une couverture beaucoup plus factuelle de la crise nucléaire japonaise.

Un séisme d’une violence inouïe. Un tsunami meurtrier. La troisième puissance économique mondiale sur les rotules… Autant d’anecdotes au regard de l’accident nucléaire de la centrale de Fukushima qui a contaminé pour l’heure une centaine de personnes ?

Des décennies d’activisme anti-nucléaire ont donné à la société française des réflexes pavloviens et des mécanismes de peur que l’analyse des faits ne sauraient contrecarrer. Qui dit accident nucléaire, évoque spontanément moutons à deux têtes et champignons de fumée !

La série d’accidents survenus sur la centrale de Fukishima est de toute évidence gravissime mais, ne serait-ce que par décence pour les milliers de victimes du séisme et du tsunami, il est impératif de garder à l’esprit la violence et l’enchainement de catastrophes naturelles qui ont touché le Japon en l’espace de quelques heures.

Un concours de démagogie

Il est tout aussi indispensable de faire la part des choses entre un accident grave mais non meurtrier, et le drame que vivent actuellement les centaines de milliers de sinistrés et les familles des victimes au Japon.

Comme en France, les médias américains couvrent intensivement depuis vendredi la situation nippone. L’évolution de la situation à la centrale de Fukishima est évidemment incluse dans le prisme global de la dévastation actuelle du pays.

Les médias et politiques français sont en revanche incapables de faire la part des choses, et pris dans une forme d’emballement apocalyptique, ils se sont lancés dans un concours de démagogie qui n’a aucun sens.

Le gouvernement a lancé les hostilités en convoquant à la hâte les acteurs du secteur nucléaire français pour leur demander de rendre des comptes. Le Japon a été mis à plat par un séisme de 8,9 sur l’échelle de Richter, puis balayé par un tsunami de plusieurs mètres de haut ! Quelles leçons pourraient en tirer vingt-quatre heures après l’industrie nucléaire française ?

Le parti socialiste, qui ne faisait pas tant la fine bouche lorsqu’il était aux affaires, a également réagi en dénonçant les « commentaires technico-lénifiants, toujours en deçà de la vérité » de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) française qui n’avait rien demandé à personne.

Le poids des activistes

A côté de ce concours d’hypocrisie de deux formations politiques ouvertement favorables à l’énergie nucléaire, le discours des associations anti-nucléaires et des Verts (notamment Cécile Duflot) est comme toujours outrancier, mais a au moins le mérite d’être cohérent.

Depuis samedi, et profitant de cet effet d’opportunité formidable, ils inondent les médias de communiqués de presse catastrophistes, et réclament à corps et à cris l’abandon du nucléaire… et les médias français se font une joie de diffuser ces communiqués accrocheurs à souhait !

Si le poids des lobbies est une vraie tare du système médiatique américain, celui des activistes de tout poil entache lourdement la crédibilité des journaux français.

Comment avoir confiance dans le traitement de l’information quand est utilisé comme ressource principale (et souvent unique) des responsables d’associations éminemment politisés qui sont juges et parties des sujets évoqués ?

Quelle est la qualité informationnelle intrinsèque du témoignage d’un responsable associatif anti-nucléaire ? A fortiori s’il n’est pas systématiquement confronté à des points de vue alternatifs argumentés ?

L’accident nucléaire de Fukishima illustre une nouvelle fois cette dérive médiatique française qui consiste à offrir, sans mise en perspective, une tribune à des extrémistes défendant leur cause (certes avec talent et conviction), mais qui polluent in fine le débat public.

Pourquoi accepter d’offrir un tel écho aux sorties médiatiques d’une association comme Sortir du nucléaire ? Parce que les discours millénaristes sont beaucoup plus « vendeurs » que d’austères arguments scientifiques mal formulés par des physiciens qui savent pourtant autrement de quoi il en retourne.

La société des médias est condamnée à devenir une société du spectacle si les journalistes ne jouent pas leur rôle essentiel de filtrage de l’information.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
04.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
05.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
06.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
texarkana
- 16/03/2011 - 10:36
Paranoia francese
Ras le bol de ce pays de paranoiaques , on dirait qu'ils cherchent les
prétextes pour faire perpétuellement la gueule, pas étonnant que ce pays soit le n°1 consommateur d'antidépresseurs au monde!
céleste
- 16/03/2011 - 09:25
Hysteria francese
Ce sont bien nos medias (donc nos journalistes) et non pas les Français eux-mêmes, qui sont atteints de cette hystérie de l'info du malheur : Il n'est que de voir les faces et regards gourmands des Elkrief (BFM TV) et autres animateurs, gonflés de cette substance pour eux miraculeuse : beaucoup de larmes en perspectives, l'évènement qui va faire VRAIMENT mal.......
NOVY12
- 16/03/2011 - 08:29
ATLANTICO
C'est avec des papiers comme celui là que vous faites la différence !
Bravo continuez.