En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Compétitivité : baissons les impôts !

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 min 55 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 1 heure 52 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 4 heures 42 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 13 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 5 heures 47 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 6 heures 28 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 1 heure 37 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 3 heures 36 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 12 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 5 heures 9 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 5 heures 43 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 6 heures 40 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 7 heures 25 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 7 heures 51 min
© Reuters
François Hollande et son gouvernement n'ont pas arrêté de tergiverser cette semaine.
© Reuters
François Hollande et son gouvernement n'ont pas arrêté de tergiverser cette semaine.
A la dérive

Hollande ou la gouvernance de celui qui crie le plus fort

Publié le 24 novembre 2012
Cette semaine, le gouvernement socialiste n'a cessé de tergiverser : au sujet de l'abaissement de la note souveraine de la France par Moody's, du mariage gay et du crédit d’impôt.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine, le gouvernement socialiste n'a cessé de tergiverser : au sujet de l'abaissement de la note souveraine de la France par Moody's, du mariage gay et du crédit d’impôt.

Incompréhensible, illisible et inefficace. Alors que cette semaine François Hollande avait un boulevard pour reprendre la main et redéfinir une cohérence, il a continué de naviguer de travers sur les différents courants de l’opinion. Le gouvernement avait un boulevard d’abord parce que l’opposition de droite a implosé, que les chefs de l’opposition se sont fusillés et qu’il leur faudra des mois, voire des années pour reconstruire une légitimité. Nicolas Sarkozy était illisible puisqu’il était de son côté occupé par les juges chargés de l’affaire Bettencourt. Quant au niveau européen, il avait également la voie libre pour reprendre un leadership.

Dans ce désert politique, François Hollande avait toute la liberté pour redéfinir sa stratégie et se positionner en chef d’État responsable. Il n’a rien fait du tout. Plus grave, lui et son gouvernement ont continué de tergiverser. Les exemples ne manquent pas :

1) Moody’s : Quand le mardi matin on apprend que Moody’s a dégradé la France, l’occasion était belle de repositionner la politique économique de la France sur la nécessité de faire des réformes de structure profondes. Bref, l’occasion était bonne pour creuser le sillon ouvert par le rapport Gallois. Eh bien, il n’en a rien fait. Ses ministres ont simplement expliqué que la perte du triple A était imputable à la politique Sarkozy. Très bien mais encore ?

2) Le mariage gay : Quand le week-end dernier, les manifestations anti-mariage gay obtiennent un succès que personne n’avait prévu, le gouvernement s’en inquiète un peu et commence à distiller un discours du type : il faudra discuter, négocier etc… Les associations remontent au créneau et aussitôt, le gouvernement stoppe la dérive verbale. OUI mais c’était sans compter la prudence de François Hollande, invité mardi à parler devant les 36.000 maires de France. Le Président de la République leur annonce qu’il comprend leur inquiétude et leur réserve morale et leur dit qu’ à la rigueur il est prêt à accepter qu’un Maire ait des problèmes de conscience et refuse de célébrer un mariage homosexuel. Il ajoute après que le Maire peut très bien designer un adjoint. C’est ni plus ni moins la position que François Copé adoptera si la loi doit être votée. Le problème c’est que François Hollande ne dit rien au cas où aucun adjoint n’acceptera pas de remplacer le maire. Ne disant rien, la moitié des Maires de France comprennent que pour des raisons de conscience ou d’éthique certaines mairies pourront ne pas appliquer la loi. Le lendemain, les associations gay manquent de s’étrangler, elles demandent audience au Président de la République. Elles obtiennent le rendez-vous, ce qui est extraordinaire (pour avoir rendez vous il suffit de demander et on l’obtient). Et du coup le président de la république rassure l’inter-LGBT, c’est- à-dire les défenseurs des lesbiennes, des gays, des bisexuels et des transgenres. Les murs et les tapisseries de l’Élysée en tremblent. Le général De Gaulle, François Mitterrand se retournent dans leur tombe et Valery Giscard d’Estaing s’esbaudit d’une telle modernité. Les maires eux ne comprennent plus rien.

3) Le crédit d’impôt : Ce qui s’est passé en fin de semaine sur le crédit d’impôt de compétitivité est encore plus cocasse. Quand le projet a été annoncé, les chefs d’entreprise qui attendaient un effort de baisse du coût du travail se sont dit qu’après tout le crédit d’impôt calculé sur la masse salariale et versée à toutes les entreprises, qu’elles fassent des bénéfices ou pas, était toujours bon à prendre. 20 milliards ce n’est pas rien. Ceci dit, les patrons d’entreprise se doutent qu’il doit y avoir une entourloupe quelque part mais ils n’osent pas monter à l’assaut de la citadelle Bercy, d’autant qu’ils viennent de remporter une victoire sur la fiscalité des plus-values. Quand Henri de Castres président d’AXA proteste violemment, il n’a guère d’échos. Pas plus que Xavier Fontanet, l’ancien président d’Essilor, qui s’est exprimé dans Le Point. Au contraire, l’un comme l’autre se sont fait assassiner dans les milieux gouvernementaux.

Ceci étant, Jean marc Ayrault, Premier ministre qui a entendu la grogne, annonce pour calmer le jeu que le crédit d’impôt sera mis au point avant la fin de l’année 2012 et versé dès 2013… Jean-Marc Ayrault remonte dans l’estime des chefs d’entreprise, mais l’espace de… 24 heures seulement! Hier, recevant Bernard Thibault de la CGT qui s’offusque de cadeaux faits aux riches et notamment aux grandes entreprises, le Premier ministre annonce que le versement du crédit d’impôt sera conditionné (Par quoi ? On ne sait pas mais on se doute qu’il sera conditionné par des créations d’emplois) mais qu’en plus ce crédit d’impôt sera repris par l’État si les conditions ne sont pas remplies.

Bref, tout cela rend le système complètement inopérant. Les chefs d’entreprises ont besoin d’un écosystème juridique et fiscal simple, sécurisé et pérenne. Les chefs d’entreprise ne peuvent pas travailler dans un système qui change tout le temps au gré des humeurs et des sondages. Conclusion, la gouvernance Hollande dépend de celui qui parle le dernier et le plus fort. Dans une situation politique fragile, un gouvernement a certes intérêt à ménager sa majorité. Dans une situation politique forte ou l’opposition n’existe plus, il pourrait au moins être courageux.

Paru sur le site Jeanmarc-sylvestre.com

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (32)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ZOEDUBATO
- 25/11/2012 - 10:31
OFFRE D'EMPLOI : Pays cherche Président et gouvernement
Ils devront refonder un pays envasé par :
- Un chef de clan et sa politique de feuille au vent , un avenir bâtit sur le retour au passé, le laxisme, le libéralisme moral sans repère et l’assistanat clientéliste (l’argent sera fourni par les autres)
- Un gouvernement qui regarde se mettre en place les politiques divergentes de l’addition des divisions de sa majorité et qui divise pour exister
- Des élus, des syndicats, le secteur Public, etc.qui veulent accaparer le maximum des ressources de la France en faisant croire qu’ils sont indispensables et représentatifs
- Un pays éclaté en zone de non-droit ou d'autres droits où des seigneurs brigands imposent leurs lois par la terreur.
- Une justice qui ne sanctionne plus les délinquants mais les patrons, les banquiers et la droite
- Une opposition en train d’éclater entre le clan du copinage avec les autres Partis pour plus d' acquis et de privilèges et ceux qui veulent bâtir un avenir en ligne avec la réalité et nos valeurs.
Les médias ne servent qu’à chanter les louanges de la gauche et des lendemains qui vont chanter
Profil type : MME MERKEL, M.RAJOY, M.SAMARAS, M.PONTI
Envoyer C.V nominatif à «Les citoyens excédés»
zebulon54
- 25/11/2012 - 10:22
Monsieur de la Fontaine.
Il me rappelle une fable.
Il enfle aussi vite que son gouvernement de désagrège face à la réalité.
Ils étaient entrainés au dénigrement voire l'outrage.
Maintenant, ce n'est qu'une question de temps.
Mais ont-ils envisagé l'état dans lequel ils vont laisser la Nation.
Peu importe, ils auront gouté à l'Etat et les privilèges qu'il va leur conférer après leur départ qui pourrait être beaucoup plus proche qu'ils ne l'envisagent encore.
antiflambyste18
- 25/11/2012 - 09:50
Qui mange trop travaille trop peu.
Impuissant, faillitaire,dépourvu de courage, influençable., faible, sans envergure, sans convictions..prétentieux comme la plupart des socialistes !!!..et bénéficiant de son propre opportunisme.
Le piteux résultat d'une élection fondée sur un cumul d'impostures et de dénigrement honteux et ordurier.
Les primaires socialistes n'étaient vraiment pas une idée à copier. Politiquement, c'était ridicule.bien que les collabossocialosjournalos répandent le contraire et leur mauvaise odeur orientée.

NOUVLABO