En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

Primaires républicaines : Rick Santorum jette l'éponge

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Pas d'hommes, pas de problèmes
La saleté à Paris ? "Un problème d'éducation" pour Anne Hidalgo
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Contre l'écologisme" de Bruno Durieux : Contre l'écologisme, Pour une croissance au service de l'environnement

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L’homme à la tête de chou" : Un hommage à Gainsbourg proche de la perfection, mais qui pèche là où on ne s’y attendait pas...

il y a 3 heures 12 min
pépites > Politique
Immigration et personnes âgées
Sibeth Ndiaye : Le débat sur l'immigration souffre de "trop de passions"
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Société
Les yeux ouverts

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

il y a 7 heures 43 min
décryptage > Social
La chair est faible, l'esprit aussi

Etude sur les conditions de travail : pourquoi la pénibilité a changé de camp

il y a 7 heures 55 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment le nouvel Ipod touch réhabilite un support parfois jugé obsolète
il y a 8 heures 19 min
décryptage > Religion
Repentance

Abus sexuels dans l’Eglise : ce renouveau spirituel qui devrait accompagner l’appel au témoignage

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Politique
Division des droites ?

LR face à la Convention de la droite : deux droites différentes ou deux générations ?

il y a 8 heures 54 min
light > Culture
Héritage
Plus de 12 millions de visiteurs ont participé aux Journées du patrimoine en France
il y a 21 heures 11 min
pépites > International
Rapatriement
10 000 Français bloqués à l'étranger après la faillite de Thomas Cook
il y a 1 heure 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Le cours classique" : L'éducation continue de faire parler ... au théâtre aussi

il y a 3 heures 1 min
light > Histoire
Fiesta loki
Comment les berserkers vikings entraient en transe avant le combat
il y a 4 heures 51 min
décryptage > Société
Blindhunter

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Sport
Se queda

LYON/PSG: O/1 : Grâce à Neymar, les Parisiens s'imposent sans trembler et marquent les esprits

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Finance
Ca va tweeter

Pour Trump, la Fed et Jerome Powell n’en font jamais assez… pour compenser les effets de sa politique !

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Société
Profit

Comment les géants du porno en ligne profitent du "revenge porn" malgré leurs dénégations

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Economie
En même temps

Martin Wolf 1 - Thomas Piketty 0 : ou comment comprendre les dérives du capitalisme financier sans renoncer au libéralisme

il y a 9 heures 8 min
light > Culture
Chiffres pharaoniques
1,42 million de personnes ont visité l'exposition Toutânkhamon
il y a 21 heures 43 min
© Reuters
Lorsqu’on introduit dans le modèle, en plus des agents rationnels, un certain nombre d’individus contrariants, les choses se compliquent de façon inattendue.
© Reuters
Lorsqu’on introduit dans le modèle, en plus des agents rationnels, un certain nombre d’individus contrariants, les choses se compliquent de façon inattendue.
98

Connaissez-vous les contrariants socio-physiques, cette poignée d’individus qui ont fait l’élection de JF Copé ?

Publié le 21 novembre 2012
98, c'est le nombre de voix qui ont séparé François Fillon et Jean-François Copé pour l'élection à la tête du parti. Un petit nombre qui change un destin mais qui n'est pas le fruit du hasard.
Serge Galam est physicien spécialiste du désordre, inventeur de la sociophysique, directeur de Recherche CNRS et membre du Centre de recherche en épistémologie appliquée (CREA) de l’École Polytechnique.Il a souvent une approche complètement différente...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Galam
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Galam est physicien spécialiste du désordre, inventeur de la sociophysique, directeur de Recherche CNRS et membre du Centre de recherche en épistémologie appliquée (CREA) de l’École Polytechnique.Il a souvent une approche complètement différente...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
98, c'est le nombre de voix qui ont séparé François Fillon et Jean-François Copé pour l'élection à la tête du parti. Un petit nombre qui change un destin mais qui n'est pas le fruit du hasard.

Jean-François Copé a été élu président de l'UMP avec 98 voix d'avance sur son rival François Fillon. Plutôt que de se gausser ou de se désespérer sur le spectacle prétendu triste ou cacophonique de ces déchirements, réalisons qu’il ne pouvait pas en être autrement et que le même spectacle eut été donné par n’importe quelle institution lorsque le gagnant d’une élection l’est à quelques voix.

Tous les acteurs de chaque camp se sont affairés avec conviction,chacun étant persuadé d’avoir gagné, donnant ce que tous les analystes et commentateurs ont qualifié de spectacle affligeant et désolant. Le parti était, paraît-il, au bord de la cassure en deux blocs ennemis. Finalement, la commission, reconnue de part et d’autre, a donné son verdict : un candidat a gagné avec 98 voix d’avance avec 50.03 % des voix. La veille, le candidat perdant se disait gagnant à 232 voix.

Martine Aubry l'avait emporté face à Ségolène Royal avec 102 voix d'avance. Ce scénario, aujourd’hui concrétisé à l’UMP, l’a été précédemment au PS lors de l’élection de Martine Aubry à 102 voix contre  Ségolène Royal, et surtout aurait pu arriver aux États Unis lors de la dernière élection qui a finalement donné la victoire à Barack Obama. Précisons que c’est effectivement arrivé plusieurs fois lors d’élections nationales. Au Mexique, en 2006, le président a été élu avec une différence de 233 831 voix soit 0.56 % des 41,6 millions de votants, en Italie, Prodi a gagné en 2006 contre Berlusconi avec 24755 voix sur 38 millions de votants soit 0.06 %, ou encore en Allemagne en 2005, où la différence entre Schröder et Merkel fut de 0.92 %. Cette quasi égalité fut évitée à la dernière minute lors de l’élection Bush/Kerry de 2004 avec des sondages qui ont donné une égalité quasi parfaite durant des semaines avant le jour du vote.

À chaque fois il y a une affrontement verbal et aussi juridique intense, mais finalement, conscient de la responsabilité tragique du choix de la rupture, le camp perdant a toujours accepté sa défaite même injuste à ses yeux et dans le fond. Rappelons les fameuses et fumeuses 573 de Floride de 2000 et ses centaines d’avocats.

Une fois le spectacle terminé, et les rouages institutionnels de nouveau en route, la question à se poser est celle de cette occurrence totalement improbable d’un vote à 50/50. C’est impossible par pur hasard et donc il existe un mécanisme qui produit cette quasi égalité des votes. Dans tous les cas où cela s’est produit, les sondages ont donné une nette avance à l’un des candidats des semaines durant la campagne.

Ce spectacle n’a donc rien de désolant, il est totalement légitime car si le principe de la démocratie majoritaire est de donner 100% du pouvoir à celui qui a obtenu de 50 % plus une voix, il est accepté et fondé parce que le vainqueur a toujours beaucoup plus qu’une voix de plus.

Un vote à 50/50 signifie de facto une victoire à « une voix » près. Accepter sa défaite à quelques voix est extrêmement difficile car, effectivement, ces quelques voix ne peuvent être que le fait de hasards, d’erreurs ou de fraude insignifiante dans l’absolu mais en l’occurrence décisive. Dans chaque cas, c’est inacceptable et pourtant, un des candidats aura forcément « la voix » de plus.

La sociophysique pour construire des modèles de comportements politiques et sociaux


Il serait peut-être temps d’arrêter de prendre un vote à 50/50 comme un accident improbable mais de le considérer comme un résultat solide qui s’est déjà reproduit ailleurs et plusieurs fois, et repenser notre organisation du pouvoir démocratique. Donner 100 % du pouvoir à un vainqueur qu’il est quelques voix par nature contestables, n’est pas forcément la meilleure façon de diriger une organisation ou un État.

Je reproduis ci dessous la partie théorique du texte publié à propos de l’élection américaine du 6 novembre :

Comment obtenir à la fois une volatilité d’opinion au niveau individuel, c’est-à-dire des gens qui changent d’avis indépendamment les uns des autres, et une stabilité collective avec une répartition globale qui reste constante à 50/50 ?

Il se trouve que ce genre de situations se rencontre souvent en physique de ce que l’on appelle la matière en désordre, et que de surcroît, on peut s’en inspirer pour éclairer ce paradoxe d’élections à 50/50. C’est ce qui a été fait dans des travaux de sociophysique pour construire un modèle de dynamique d’opinion reproduisant de tels phénomènes. La sociophysique est un nouveau domaine émergent  de recherches parmi les physiciens du monde entier qui construisent des modèles de comportements politiques et sociaux à partir de concepts et techniques issus de la physique du désordre. Ajoutons que pour le moment il ne s’agit que de modèles, certes prometteurs, mais à ne pas confondre avec la réalité, bien que l’éclairant de façon contre-intuitive et novatrice.

Ainsi, la première hypothèse du modèle consiste à considérer des individus rationnels qui se font chacun leur opinion en fonction de leurs croyances, leurs cultures, leur vision de la société, et de toutes les informations qu’ils reçoivent aussi bien par les médias que par toute sorte de support. Ensuite, ils vont vouloir valider leur opinion en essayant d’en convaincre les autres lors de discussions en petits groupes avec leurs connaissances et rencontres.

Cependant, lors des ces discussions souvent contradictoires, ils peuvent être convaincus de changer d’opinion. Pour tenir compte de ces changements individuels d’opinion, on applique des règles de majorité locales, qui, répétées, produisent un processus progressif de polarisation de l’opinion globale. Dans ce contexte, quelle que soit la répartition initiale des intentions de vote pour tel ou tel candidat, les dialogues et les affrontements entre les gens vont soit stabiliser la majorité initiale soit renverser la situation en transformant la minorité initiale en majorité. Mais dans les deux cas une majorité stable émerge.

En revanche, lorsqu’on introduit dans le modèle, en plus des agents rationnels, un certain nombre d’individus contrariants, les choses se compliquent de façon paradoxale et totalement inattendue. Un contrariant est quelqu’un qui par moment se détermine non pas par rapport à lui-même et ses valeurs, mais en opposition à la majorité de son entourage. Ce type de comportement est de plus en plus fréquent dans nos sociétés modernes. Qui ne l’a jamais constaté, voir pratiqué ?

En tout petit nombre, ces contrariants ne bouleversent pas la dynamique d’une campagne électorale, et à priori il n’y a pas de quoi s’en inquiéter. Mais les équations montrent que dès que l’on dépasse une petite proportion critique de contrariants de l’ordre de quinze pour cent, leur effet sur la dynamique d’opinion collective se manifeste de façon totalement inattendue en l’inversant de façon brutale.

Alors que les discussions locales entre amis créaient de la polarisation d’opinion, désormais, elles la réduisent. Collectivement, tout écart entre une majorité et la minorité se résorbe progressivement. Au bout d’un certain temps, l’effet contrariant conduit l’opinion collective à l’état de différence zéro. En termes mathématiques, on dit que cet état qui correspond à la parfaite égalité d’opinions pour les deux candidats en compétition, est l’unique attracteur de la dynamique. Plus on discute individuellement, et plus on se rapproche collectivement de 50/50.

Article déjà publié sur http://www.jolpress.com/blog/serge-galam-comment-j-f-cope-gagne-lump-grace-aux-contrariants-sociophysique-815034.html

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

Primaires républicaines : Rick Santorum jette l'éponge

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
spider31
- 27/11/2012 - 21:21
Nouvelles règles de gouvernance en démocratie
Même si cette théorie ne nous convainc pas, on doit convenir qu'il est choquant, frustrant, un peu comme un jeu de hasard qu'un des deux candidats gagne et impose sa gouvernance. Je suis impressionné par les différentes "règles du jeu américain". Pour les présidentielles, quand un candidat gagne, il rafle la mise de l'autre candidat. En outre, dans les grandes lignes, le peuple américain tout entier se rallie derrière le nouveau président. C'est une grande force. Pour nous, de la "vieille Europe", ce n'est pas encore à l'ordre du jour, mais on devrait inventer des méthodes nouvelles, comme le duumvirat ou le triumvirat des romains, une gouvernance collégiale. Je suppose que c'est ce qu'a voulu évoquer l'auteur.
HdT
- 22/11/2012 - 00:17
@ Ganesha (21/11/12 10h38)
"Mais tout de même, la France de Voltaire et Rousseau, qui voudrait servir d'exemple de philosophie politique pour le monde, vient d'élire "monsieur pain au chocolat" !"
----------
Pour votre information, les deux personnages que vous citez ne sont plus enseignés pour plaire aux chances de la France. Donc le "pain au chocolat" prend toute sa raison d'exister même si, je vous le concède, l'auteur de cette petite histoire n'en a eu usage que pour croire séduire un électorat que l'UMP a perdu après 2007.
escorailles
- 21/11/2012 - 18:34
Un peu fumeux
Ces considération qui relèvent de l'art des statistqiues auraient-elles pour bt d enous faire perder de vue que le nouveau président de l'UMP est à peine légitime dans son parti ? Sans même parler de la nouvelle du jour (le non-décomptage des voix de certain DOM et TOM), il est interessant de rappeler que l'UMP n'a fait voter que les membres du parti, et non les sympathisants. D'où une autres question : peut-on penser que le point de vue des membres d'un parti reflète parfaitement celui des sympathisnats de ce parti ? Ma réponse est Non ... Et l'écart est bien plus important que celui généré par les "contrariants socio physiques" ....