En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
L'huile de palme, frappée par une taxe, devrait être remplacée par un produit tout aussi dangereux.
Attention substitution
Huile de palme, Bisphénol A, paraben : ces produits qui les remplacent et qui sont aussi dangereux
Publié le 19 novembre 2012
L'industrie du plastique ainsi que l'industrie alimentaire, frappées respectivement par l'interdiction du Bisphénol A et par la taxe sur l'huile de palme, considèrent actuellement de nombreux substituts pour échapper aux contraintes législatives. Des doutes subsistent sur la teneur de ces composants, que la communauté scientifique n'a pas fini d'analyser.
Myriam Cohen est docteur en pharmacie, diplômée en dermopharmacie ainsi qu'en cosmétologie. Elle se penche depuis longtemps sur les problèmes liés à l'utilisation des matières plastiques dans les produits cosmétiques. Elle anime aussi le site "Le Guide...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Myriam Cohen Charles Pernin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Myriam Cohen est docteur en pharmacie, diplômée en dermopharmacie ainsi qu'en cosmétologie. Elle se penche depuis longtemps sur les problèmes liés à l'utilisation des matières plastiques dans les produits cosmétiques. Elle anime aussi le site "Le Guide...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'industrie du plastique ainsi que l'industrie alimentaire, frappées respectivement par l'interdiction du Bisphénol A et par la taxe sur l'huile de palme, considèrent actuellement de nombreux substituts pour échapper aux contraintes législatives. Des doutes subsistent sur la teneur de ces composants, que la communauté scientifique n'a pas fini d'analyser.

Atlantico : La taxe sur l'huile de palme, adoptée la semaine dernière par la France, devrait forcer les industriels à utiliser d'autres produits, supposés moins gras. En parallèle l'industrie du plastique entre dans une grande refonte de ses méthodes de production. Jean René Buisson, Président de l'Association nationale des industries alimentaires, déclarait à ce sujet : "notre grande inquiétude, c'est de commercialiser un produit sur lequel on a moins de recul [...] et qui pourrait être moins sûr que les produits actuels". Le milieu industriel contrôle t-il vraiment ces nouveaux éléments ?

Charles Pernin : Pour ce qui est du Bisphénol A, il s’agit d’un élément qui couvre un spectre extrêmement large de produits (bouteilles de boissons, emballages, bonbonnes de gaz…) ce qui laisse penser qu’il n’y aura pas qu’un seul substitut facilement analysable et identifiable, mais toute une myriade de nouveaux composants qui ne feront pas l’objet d’une attention scientifique très poussée. On peut ainsi s’inquiéter de se retrouver d’ici quelques mois avec des produits tout aussi dangereux ; et il faudra être extrêmement vigilant sur les expertises qui détermineront leur choix. Cela pose un problème de veille scientifique, car la plupart des études prendront un temps extrêmement long avant d’être achevées, alors que pendant ce temps les fameux produits de substitutions auront été commercialisés de longue date.

Quels produits pourraient remplacer aujourd'hui l'huile de palme et le bisphénol A, et sont-ils sûrs ?

Charles Pernin : Tout d’abord, pour ce qui est de l’huile de palme, on trouve en effet d’autres matières grasses assez proches dans leur utilité, ces dernières permettant d’ajouter une texture croustillante, ou moelleuse. Le candidat le plus crédible à cette heure pour remplacer l’huile de palme serait l’huile de coprah, qui est issue de la noix de coco, dont le prix serait bien plus attractif, ce produit étant moins cher et moins taxé. Ce composant est aussi particulièrement riche en acide gras saturées, ce qui laisse envisager qu’on ne fait actuellement aucun progrès en terme de santé nutritionnelle avec cette taxe sur l’huile de palme. Les industriels se penchent aussi sur d’autres huiles (tournesol, arachides, colza…), initialement moins grasses, mais qui seront modifiées par ce que l’on appelle le principe d’hydrogénation qui renforce la teneur de ces mêmes acides gras pour atteindre une proportion plus ou moins équivalente à celle que l’on obtient aujourd’hui avec l’huile de palme.

Le remplacement du Bisphénol A fait aussi l’objet de polémiques : des listes de substituts ont ainsi été établies par l’ANSES (Association nationale de sécurité sanitaire, NDLR), et une bonne partie d’entre eux sont considérés comme réglementaires, bien que l’on ait effectivement peu de « recul », pour reprendre l’expression de M. Buisson, pour juger les éventuels effets à long terme de tels produits, notamment sur le plan des perturbations endocriniennes. Ainsi on oublie de dire qu’il y a d’autres types de Bisphénol (notamment le Bisphénol S) que l’on envisage dans ces listes de remplacement mais dont l’on ne connait pas vraiment les éventuels effets pervers. D’aucuns ont aussi évoqué la création d’un Bisphénol A durable, ce qui m’apparaît extrêmement douteux lorsque l’on sait que le principe de durabilité se combine à celui de santé.

Myriam Cohen : L’interdiction pose tout d'abord le problème de la faisabilité technique sur le plan de la substitution. Si on n'intégrait pas de conservateurs dans les divers produits cosmétiques, la formule deviendrait vite (parfois en quelques jours) un véritable bouillon de culture où se développeraient des bactéries parfois très pathogènes et dangereuses pour la santé humaine. Assurer la conservation d'un produit est indispensable, il en va de la responsabilité de son fabricant et de la sécurité de son utilisateur. La recherche n'a hélas pas abouti aujourd'hui à des alternatives utilisables à grande échelle, et beaucoup de conservateurs de substitution peuvent être allergisants ou irritants, tels que :

  • l’alcool benzylique (substance allergène)
  • l’acide sorbique
  • l’acide benzoïque
  • l’acide salicylique
  • l’acide déhydroacétique (DHA)
  • l’alcool

Il faut préciser que pour une bonne partie de ces produits, les effets secondaires ne sont pas tous connus.

De même, des conservateurs dits « naturels » tels que les huiles essentielles, bactériostatiques et/ou antifongiques, peuvent aussi être allergisants. Parfois photo-sensibilisantes et généralement contre-indiquées chez les femmes enceintes, allaitantes ou chez les jeunes enfants. La quête du substitut idéal se poursuit mais est pour l'instant loin d'être achevée.

Ces taxes sur les produits dangereux, partant d'une bonne intention, ne semblent donc pas efficaces. Quelles méthodes de transitions pourraient s'avérer plus performantes ?

Charles Pernin : L’argument de l’instauration d’une taxe dans le but de protéger la santé publique me laisse personnellement sceptique. Je ne vois pas en effet comment l’on pourrait, au moyen de quelques mesures ponctuelles ciblant un seul ingrédient, faire d’un évoluer les consciences et assainir de manière concrète la constitution des aliments et emballages du quotidien. Il faut pour cela envisager une démarche globale, cohérente, et qui ne soit pas gérée de manière émotionnelle comme cela fût le cas avec le Bisphénol A.

Pour revenir à l’analyse des risques potentiels liés à ces nouveaux éléments, il faut rappeler qu’il existe de nombreuses agences d’expertises largement qualifiées pour définir les éventuels effets de chaque composant, et leur seul problème est le temps de publication de leur rapport. On pourrait ainsi envisager que la commercialisation des futurs produits ne se fasse que lorsqu’une analyse complète et plurielle a été menée, ce qui n’est hélas pas le cas aujourd’hui.

Myriam Cohen : Il faudrait en premier lieu réfléchir sur la notion de principe de précaution qui peut résulter d’une croyance en un danger et en l'urgence d'une action précoce mais provisoire, sans base scientifique reconnue, appelant à une recherche pour évaluer scientifiquement le risque. Par exemple, les études scientifiques recensées sur les parabènes utilisés en cosmétique n’en confirment pas les dangers, il n’existe pas d’évidence pour démontrer un lien de causalité entre la pénétration des parabènes par voie cutanée et le cancer du sein. C’est donc par précaution ou dans le doute que beaucoup de personnes préfèrent ne pas utiliser de produit en contenant. Il y a donc un seuil de dangerosité que les gens ne sont pas toujours prêts à franchir, cela dépendant de leurs habitudes de consommations.

Sur un plan plus technique, on voit aujourd'hui se développer la conservation par moyen physique, qui apparaît comme une alternative intéressante : la crème est conditionnée de façon stérile dans un packaging technique l’isolant de tout contact avec l’air et des doigts de l’utilisatrice. C'est le cas par exemple des flacons "airless".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi & Dimitri se marient (enfin) Charlotte Gainsbourg (enfin) heureuse; Justin Bieber & Hailey Baldwin n'ont pas consommé leur mariage; David Hallyday & Laura Smet ne se quittent plus, les princes William & Harry ne se kiffent plus
02.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
03.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
04.
Une attaque informatique d'une ampleur inédite frappe Internet
05.
Au tableau : Christophe Castaner mal à l’aise après une question d’un élève
06.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
07.
Assurance chômage, santé, retraite : l’agonie des systèmes paritaires de protection sociale s’accélère...
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Charlotte Casiraghi & Dimitri se marient (enfin) Charlotte Gainsbourg (enfin) heureuse; Justin Bieber & Hailey Baldwin n'ont pas consommé leur mariage; David Hallyday & Laura Smet ne se quittent plus, les princes William & Harry ne se kiffent plus
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
03.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Pour Marlène Schiappa, il y a "une convergence idéologique" entre "la Manif pour tous et les terroristes islamistes"
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CharlesCLCV
- 23/11/2012 - 10:09
Précision
Bonjour,

Ayant été interrogé dans le cadre de votre article, je réagis car il contient une erreur importante que je veux rectifier. Concernant les huiles qui pourraient se substituer à l'huile de palme, le problème n'est pas qu'elles soient plus grasses que l'huile de palme. Par définition, une huile c'est 99,999999% de gras et un tout petit peu de vitamines et cela est vrai pour toutes les huiles ! Elles apportent toutes les mêmes quantités de calories aux 100 g (900 kcal).

Ce qui les différencie, ce sont les teneurs relatives des "différents gras" ou, en termes plus scientifiques, des différents lipides ou acides gras saturés. Certaines huiles sont plus riches que d'autres en acides gras saturés, d'autres contiennent plus d'acides gras insaturés etc...

On en vient même à distinguer au sein de ces catégories, les acides gras de façon "individuelle", car on pense qu'ils ont des effets différents sur la santé. Ainsi, l'acide gras palmitique, présent dans l'huile de palme mais aussi dans bien d'autres matières grasses (du lait, de la viande) est un acide gras que l'on soupçonne de contribuer au risque cardiovasculaire et dont il faut limiter (mais par supprimer) la consommation.
Superchon
- 20/11/2012 - 20:39
Huile de palme vraiment néfaste ?
L'huile de palme possède de nombreuse qualité d'ailleurs elle est très écologique. Faut-il vraiment nous en séparer ? Un article détaillant ses avantages : http://ow.ly/frRoK
catherinemdmarsan
- 20/11/2012 - 15:34
alternatives ?
Il parait que l'alternative à l'huile de palme, l'huile de tournesol ou de colza, est encore pire d'un point de vue santé !
http://www.facebook.com/pages/Touche-pas-%C3%A0-mon-pot-Non-%C3%A0-la-taxe-Nutella/373347612752994