En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 5 heures 26 min
pépites > Media
Justice
Discours de la Convention de la droite diffusé sur LCI : Eric Zemmour sera jugé à la fin du mois de janvier
il y a 7 heures 3 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 9 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 45 min
light > Culture
Principe de précaution pour Disney
Le prochain opus de la saga Star Wars présenterait des risques d’épilepsie
il y a 11 heures 14 min
pépites > Politique
Crise
Levallois-Perret : Sylvie Ramond, adjointe de Patrick Balkany, démissionne de la majorité municipale
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Soyez gentils" de George Saunders : un discours à contre-courant bien réconfortant

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rouge impératrice" de Léonora Miano : au XXIIème siècle, une Afrique pacifiée et prospère accueille des “Sinistrés”, descendants des colons européens

il y a 15 heures 11 min
pépite vidéo > International
Images impressionnantes
Nouvelle-Zélande : lourd bilan après l'éruption du volcan de White Island
il y a 16 heures 26 min
décryptage > International
CCG

Sables mouvants dans le Golfe : le dernier sursaut du Roi Salmane pour la paix

il y a 18 heures 38 sec
décryptage > Environnement
Convergences

Retraites : l’heure de la divagation des luttes a sonné

il y a 18 heures 43 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 6 heures 16 min
pépites > Sport
Drapeau neutre
Exclusion de la Russie des compétitions sportives : Vladimir Poutine dénonce une décision politique
il y a 7 heures 52 min
pépites > Social
Mobilisation en baisse
Retraites : 339.000 personnes ont défilé dans toute la France en ce mardi 10 décembre, 885.000 selon les syndicats
il y a 10 heures 39 min
pépites > Politique
Grand oral
Edouard Philippe prévient qu'il n'y aura "pas d'annonces magiques" sur la réforme des retraites
il y a 11 heures 53 min
pépite vidéo > France
Heures de pointe
Grève SNCF - RATP : les images des quais bondés et de la tension entre les usagers à Gare du Nord notamment
il y a 13 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous pour un moment" de Arne Lygre : une vingtaine de personnages se croisent dans six séquences enchaînées dans lesquelles les acteurs inversent les rôles qu’ils jouent

il y a 14 heures 57 min
light > France
Réseaux sociaux
L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été l'événement le plus commenté de l'année sur Twitter
il y a 15 heures 32 min
pépites > Social
Syndicats vs gouvernement
"Mardi noir" à la veille de la présentation du projet de réformes des retraites
il y a 17 heures 8 min
décryptage > Social
Sauver les retraites, oui. Mais lesquelles…?

Mais qui croit encore que la France dispose du meilleur système de retraites au monde ?

il y a 18 heures 22 min
décryptage > Science
Parker Solar Probe

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

il y a 19 heures 34 min
Récession quand tu nous tiens

La crise sans fin : l’Europe est-elle condamnée à alterner cycles de croissance squelettique et récession ?

Publié le 16 novembre 2012
Le croissance de la zone euro a été négative (-0,1%) au troisième trimestre 2012 selon les chiffres publiés par Eurostat jeudi. L'Europe va-t-elle vers une nouvelle récession profonde ?
Jean-Marc Daniel est professeur à ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves – ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de plusieurs...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel et Philippe Waechter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel est professeur à ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves – ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de plusieurs...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le croissance de la zone euro a été négative (-0,1%) au troisième trimestre 2012 selon les chiffres publiés par Eurostat jeudi. L'Europe va-t-elle vers une nouvelle récession profonde ?

Atlantico : Le PIB de la zone euro a été en baisse de 0,1% au troisième trimestre 2012 selon les chiffres publiés par Eurostat jeudi 15 novembre. La zone euro est-elle officiellement entrée de nouveau en récession ? Peut-elle se maintenir ?

Jean-Marc Daniel : Trois niveaux de lecture sont possibles. Tout d'abord, nous sommes dans une imprécision des chiffres qui est telle qu'il n'y a pas véritablement de sens à parler de "récession". Nous sommes avant tout dans une période où l'absence de croissance s'installe durablement en zone euro.

Deuxième point important, cette situation dépasse largement la zone euro, des pays comme la République Tchèque ou la Hongrie étant également touchés alors qu'ils sont pourtant considérés comme des économies émergentes caractérisées par un phénomène de rattrapage à une forte croissance. Hors Europe, le Japon rencontre également des difficultés en termes de croissance. Enfin, les économies touchées par ce ralentissement font toute face à un même syndrome : un manque d'investissement du fait d'une détérioration des situations financières des entreprises.

Philippe Waechter : Avec deux trimestres consécutifs de baisse de l'activité, la zone euro est entrée techniquement en récession. Ce qui est préoccupant dans les chiffres publiés est le repli très marqué de l'activité aux Pays-Bas et dans une moindre mesure en Autriche. La baisse de l'activité ne se cantonne plus aux pays dits périphériques. C'est en cela que ces chiffres du 3ème trimestre sont préoccupants. En outre, l'Allemagne n'a plus la capacité à maintenir un chiffre robuste pour la zone euro puisque son activité ralentit aussi de façon significative. Quant à la France elle a contribué positivement au 3ème trimestre mais après trois trimestres médiocres. 

En d'autres termes, la fragilité de la croissance affecte tous les pays de la zone. C'est le point le plus préoccupant car aucun ne semble capable d'inverser la tendance.

 

Alors que le taux de chômage en zone euro a atteint 11,6% en septembre selon les chiffres publiés par Eurostat fin octobre, quelle conséquence cette nouvelle récession aura sur l'emploi ? Certains pays seront-ils davantage touchés que d'autres ? 

Jean-Marc Daniel : Nous entrons dans une phase où le chômage s'installe du fait d'un manque de capacité de production. Le taux d'utilisation des capacités de production s'élèvent à 80% dans certains pays comme la France, ce qui laisse penser que les entreprises pourraient embaucher assez rapidement. En réalité, des secteurs entiers sont victimes de disparition d'entreprises ce qui entraine un manque d'opérateurs économiques prêts à créer des emplois d'autant plus que la croissance reste faible.

Les pays d'Europe du Sud, comme l'Espagne ou la Grèce, sont très fortement affectés par le chômage et sont même victimes du départ d'une partie de la population active vers d'autres pays. La France est pour sa part dans une situation qui reflète une économie en crise sans pour autant qu'elle "s'auto-détruise" comme c'est le cas avec la Grèce par exemple. Enfin, les économies comme l'Allemagne connaissent des taux de chômage stables, voire en recul. Un phénomène qui est en partie dû au vieillissement de la population.

Philippe Waechter : La hausse du chômage est la conséquence la plus immédiate et la plus facilement perceptible lorsque l'activité reste durablement faible. Cette problématique est complexe car on ne peut s'y soustraire. On l'a vu en Grèce où le repli fort de l'activité depuis 2010 s'accompagne encore d'une baisse de l'emploi et d'une hausse du chômage (chiffres d'aout 2012). 

L'enjeu est sur cet aspect car un taux de chômage trop durablement élevé est un risque fort sur la stabilité sociale. Et cette question va se poser à tous. L'impact immédiat ne sera pas le même cependant, car le point de départ n'est pas identique. On observe cependant que même en Allemagne la dynamique du marché du travail s'est inversée depuis le printemps avec une hausse continue du nombre de chômeurs.

C'est cela la principale inquiétude qui peut infléchir la trajectoire de l'économie de la zone euro accentuant alors les risques de divergence au sein de cette même zone Euro.

Les mesures d'austérité sont-elles responsables de ces mauvais résultats ? L'Allemagne et la France sont-elles désormais victimes des cures d'austérité imposées à leurs partenaires européens ?

Jean-Marc Daniel : Effectivement; l'Allemagne et la France sont en partie victimes de la sévérité avec laquelle ils ont traité leurs partenaires européens. Les cures d'austérité qui y ont été menées ont conduit à de fortes hausses d'impôts et, à contrario, de faibles réductions de dépenses publiques alors l'expérience prouve qu'une stabilisation économique par la rigueur est plus efficace si le second levier est actionné. L'Allemagne est ainsi victime d'une contraction de ses débouchés au point qu'Angela Merkel propose de les compenser par une hausse de la demande intérieure.

Le gouvernement français est pour sa part entré dans une contradiction en votant un projet de loi de finances qui augmente de 10 milliards d'euros les impôts sur les entreprises tout en annonçant un pacte de compétitivité qui baisse ces mêmes impôts. Nous devons diminuer nos déficits car nous ne pouvons plus accumuler éternellement de la dette. Mais les plans d'austérité ont des effets récessifs qui sont d'autant plus forts que nous augmentons les impôts au lieu de les baisser.

Philippe Waechter : L'austérité c'est réduire les dépenses publiques alors que les acteurs privés de l'économie n'ont pas envie de dépenser. Si dans le même temps pour un pays donné les exportations ne peuvent pas servir d'exutoire, le risque est de voir la demande adressée aux entreprises s'infléchir et engendrer un repli de l'activité. C'est probablement la raison de la chute d'activité en Espagne, en Italie et au Portugal. C'est le cas aussi du Royaume-Uni même s'il est sorti de récession cet été. 

Pour la France et l'Allemagne ce sont des débouchés qui se réduisent et donc une contrainte supplémentaire dont l'impact est significatif sur la conjoncture de ces pays.

Alors que Mario Draghi a déjà annoncé un programme d'achat de dettes souveraines via le programme OMT (Opération monétaire sur titre) en sus de taux faibles, les politiques budgétaires sont sous contraintes des marchés et des exigences de Bruxelles et de l'Allemagne. Quelle marge de manoeuvre reste-t-il pour que les économies européennes retrouvent la voie de la croissance ?

Jean-Marc Daniel : En ce qui concerne la politique monétaire, les taux d'intérêts ne peuvent pas être plus bas et l'injection de nouvelles liquidités ne relancera en rien la croissance. Sur le volet budgétaire, il n'est plus possible d'augmenter les déficits. Il faut alors diminuer les impôts des entreprises et faire porter la charge de l'austérité sur les ménages car seules les sociétés peuvent investir et créer des emplois et générer ainsi de la croissance.

Enfin, nous pouvons utiliser l'"arme Cameron-Monti" qui consiste à générer de la croissance par la pression qu'exerce la concurrence sur les entreprises. Pour que ces dernières investissent, il faut qu'elles ressentent le besoin d’accroître leur efficacité - et donc générer des gains de productivité et de la croissance - par rapport à leurs concurrents.

Philippe Waechter : Pour l'instant les marges de court terme sont réduites. C'est une problématique de demande insuffisante. La réduction des déficits n'est pas une réponse à cette problématique. A moyen terme on peut envisager des effets positifs de réformes structurelles mais cela ne sera pas suffisant pour éviter une inflexion de l'activité cet hiver.

Le probleme est donc la vitesse et l'ampleur des ajustements qui est mis en oeuvre. Il n'y a pas à court terme de relais de demande. Les exportations ne peuvent pas avoir ce rôle car le commerce mondial progresse lentement (+0.2% entre aout 2011 et aout 2012). On doit donc envisager une activité réduite pendant plusieurs mois.

La zone euro risque-t-elle de connaitre une longue phase de stagnation économique avant d'envisager une sortie de crise ?

Jean-Marc Daniel : Plusieurs modèles démontrent que l'Europe, comme les Etats-Unis, entrent dans une phase de "pallier technologique" au sein de laquelle la croissance ne repartira que par un choc d'innovation. Si outre-Atlantique les entreprises ont retrouvé des marges de manoeuvre pour un tel choc, l'austérité en zone euro pèse encore trop sur les entreprises. L'Europe se tire une balle dans le pied et accumule du retard sur les Etats-Unis.

Philippe Waechter : Au début des années 1980, l'Eurosclérose était le terme à la mode en Europe et l'on se posait les mêmes questions. Deux économistes américains avaient diagnostiqué un manque de demande et la nécessité de réformes structurelles. La demande a été rejetée comme facteur de sortie de crise. Cependant avec la reprise de la croissance américaine et la baisse du prix du pétrole (contrechoc pétrolier) l'activité était repartie rapidement. 

La question est un peu la même aujourd'hui mais l'on est incapable de savoir d'où viendra le supplément de demande salvateur. Il va donc vraiment falloir que l'économie européenne retrouve de l'autonomie de croissance. Cela pourra être bénéfique mais ce sera long et surement douloureux.

Avec 2 trimestres consécutifs de baisse de l'activité, la zone Euro est entrée techniquement en récession. Ce qui est préoccupant dans les chiffres publiés est le repli très marqué de l'activité aux Pays Bas et dans une moindre mesure en Autriche. La baisse de l'activité ne se cantonne plus aux pays dits périphériques. C'est en cela que ces chiffres du 3ème trimestre sont préoccupants. En outre, l'Allemagne n'a plus la capacité à maintenir un chiffre robuste pour la zone Euro puisque son activité ralentit aussi de façon significative. Quant à la France elle a contribué positivement au 3ème trimestre mais après trois trimestres médiocres.

En d'autres termes, la fragilité de la croissance affecte tous les pays de la zone. C'est le point le plus préoccupant car aucun ne semble capable d'inverser la tendance.

Propos recueillis par Olivier Harmant

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
General3Gaulle
- 16/11/2012 - 18:14
C'est la crise depuis que je suis nait....
Je suis nait en 1973, c'est a la fin des années 70 que le modele neoliberal a etait imposer a l'Europe.
Depuis la fin des années 73 on me dit que nous sommes en crise.

Hors une crise c'est cense etre bref et deboucher sur un etat different de l'etat initial.

Hors la ca dure depuis 30 ans, crise permanente ?
ou pendant ces 30 ans ce n'etait pas la crise mais etait ce le vrai visage du capitalisme dans sa forme neoliberale.
Ne nous aurez t'on pas parler de crise pour nous faire croire a des lendemains meilleurs ?
Bhein au bout on a pas des lendemains meilleurs.
On a maintenant une vrai crise. Et meme plusieurs crises simulatanées qui resultent de l'ideologie neoliberale :
- crise économique (libre circulation des marchandises)
- crise financiere (libre circulation des capitaux)
- crise de civilisation (libre circulation des hommes, immigration, islamisation de l'europe)
- crise énergétique (fin du pétrole bon marché, pic de oil)
- crise démographique (bombe démographique pour créer une économie de pénurie qui profitera a une olygarchie)
Equilibre
- 16/11/2012 - 11:59
Le neuro aurait du crever en décembre 2011
On a fait deux LTRO pour cacher la misère. Tant que les banques centrales interviendront pour cacher l’ampleur du problème et soutenir les marchés, la situation perdurera jusqu’au jour où... Boom. Idem pour la FED et les ricains.
Le Japon a fait 9 QE. Ils ont pu tenir parce que la situation mondiale, en croissance, les soutenait.
Là, il n'y a plus de forte croissance mondiale.
Donc BOOM à plus ou moins long terme.
Trop de dettes accumulées, trop de financiarisation, trop de laisser-aller budgétaire, trop d'argent distribué non gagné quoi ....
ccompagnon
- 16/11/2012 - 10:20
Bien !
Mais on commence quand ?