En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
La France est touchée par "l'invasion polonaise", symbolisée il y a quelques années par l'affiche d'un plombier blond.
Invasion positive

Nous sommes tous des plombiers polonais !

Publié le 14 novembre 2012
Ils seraient plus de 300 000 en France. Plombiers, peintres en bâtiments, maçons. Des invasions comme ça, on en redemande !
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ils seraient plus de 300 000 en France. Plombiers, peintres en bâtiments, maçons. Des invasions comme ça, on en redemande !

La France, pays millénaire, a connu Attila et ses Huns, les Anglais pendant la guerre de cent ans, les Russes en 1815, les Prussiens en 1871, les Allemands pendant les deux guerres mondiales. Et maintenant, voici « l'invasion polonaise » (même s'ils ne sont pas tous Polonais) symbolisée il y a quelques années par la célèbre affiche d'un plombier blond et plutôt sexy. Rien à craindre. Ils ne viennent pas, selon la célèbre formule, manger le pain des Français.

 

Ils font des boulots qui chez nous ne trouvent plus preneur. Ils viennent en France, y restent un peu, le temps de rénover un appartement ou de remettre en état une salle de bain, et ils repartent. Non, ils ne sont pas inscrits à Pôle emploi où ils grossiraient les rangs des bénéficiaires du chômage. Non, ils ne touchent pas le RSA. Non, ils ne se bousculent pas sur la liste des demandeurs de HLM. Ils travaillent durement et efficacement. Et ne se plaignent pas, même quand leur vie en France est pénible. Ils font ça au noir. Pas bien ? Évidemment. Mais nul de ceux qui ont déjà appelé un SOS plombier quelconque, aux tarifs usuraires, n'y trouvera à redire. Ils n'en veulent pas à leur pays d'accueil. Ils sont contents de bosser. Bizarres ces Polonais...

 

Leur présence ici n'a rien d'anecdotique. Elle en dit long et sur la Pologne et sur la France. La Pologne, à l'instar d'autres pays post-communistes, manifeste une vitalité rafraîchissante. On y aime l'Europe qui lui a ouvert ses portes. On cherche à gagner sa vie, à faire de l'argent (ce n'est pas un gros mot) et pour cela, on est prêt à voyager même en car inconfortable de Varsovie à Paris. Un pays jeune dont Chirac, déjà âgé, eu bien tort de se moquer quand il le taxa de « mal élevé » en raison de ses penchants pro-américains. Michel Sapin, lui aussi, a perdu une occasion de se taire quand il a annoncé des poursuites pénales contre ce travail au noir. Il y a en France beaucoup plus d'immigrés clandestins que de plombiers polonais : le ministre du Travail entend-t-il les traduire en justice ?

 

Sur la France cette « invasion polonaise » dit ceci. Nous sommes un vieux pays fatigué où sous tous les gouvernements successifs on a dévalorisé, ou laissé se dévaloriser, le travail manuel. Les mains dans le cambouis, les mains dans le ciment, dans la peinture, ce n'est ni sale ni dégradant. Et pourtant, on trouve chez nous bien plus de candidats pour être vigiles dans un supermarché que pour refaire un plafond qui se fissure. Que ceux qui verrait dans cet éloge du plombier polonais une critique en creux d'une autre immigration, extra-européenne pour la nommer, se détrompent. Nous attendons avec espoir que viennent chez nous des plombiers algériens, des mécaniciens maliens, des maçons marocains. On pourra dès lors faire d'autres affiches plus colorées que celles montrant un plombier polonais.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ntzsch
- 15/11/2012 - 00:14
Pourquoi travaillent-ils au noir ?
Parce que leurs employeurs tiennent absolument à les payer en dessous du SMIG et sans charges !
Je pense que si on leur demandait leur avis ils ne verraient pas d'inconvénients à être déclarés et rémunérés normalement.
cathare81
- 14/11/2012 - 22:00
Il y a 20 ans...
Une annonce paraissait dans 01Informatique il y a 20 ans : « une société toulousaine recherche un ingénieur en informatique parlant français ». C’était encore l’âge d’or pour l’emploi mais déjà l’ouverture aux étrangers expérimentés, mobiles et bilingues au minimum. Moi-même dans une boite d’informatique américaine, je faisais remarquer à mes enfants que les difficultés commençaient pour les français s’ils n’évoluaient pas.
sam75
- 14/11/2012 - 20:42
Ca nous change
Il n'y a pas que les Polonais d'ailleurs qui viennent pour travailler, il ne faut pas oublier les asiatiques dont certains trafiquent peut etre mais beaucoup travaillent dur et ne demandent rien a personne et ne font jamais d'histoire.Ca nous change de ceux qui viennent pour magouiller, n..... les françaises et vivre des aides publiques.