En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 9 heures 35 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 11 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

La Révolution et l’Empire dans le cinéma français : plusieurs bons films pour cette période historique agitée ! Humour et délectation

il y a 12 heures 55 min
light > Science
Cratère de Chicxulub
L'astéroïde à l’origine de l’extinction des dinosaures aurait suivi la trajectoire la plus dangereuse possible
il y a 14 heures 53 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 16 heures 8 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 17 heures 20 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 21 heures 58 sec
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 21 heures 33 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 22 heures 15 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 10 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 12 heures 43 min
décryptage > Economie
Leçons du confinement

Dépendance et pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts face à la crise du coronavirus…

il y a 14 heures 41 min
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 16 heures 6 min
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 16 heures 52 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 17 heures 48 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 20 heures 13 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 21 heures 22 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 22 heures 33 min
© Reuters
Seuls une cinquantaine de marins sont parvenus à terminer le Vendée Globe.
© Reuters
Seuls une cinquantaine de marins sont parvenus à terminer le Vendée Globe.
Mythique

Vendée Globe : pourquoi "l'Everest de la mer" est et restera une institution

Publié le 10 novembre 2012
Le coup d'envoi du 7e Vendée Globe, course autour du monde à la voile en solitaire et sans escale, a lieu ce samedi. Qu'est ce qui fait de cette course sans assistance un parcours mythique ?
Pierre-Yves Lautrou est journaliste à l'Express. Il est l'auteur du livre Le roman du Vendée Globe (Grasset, 2004) et tient le blog Au large, spécialisé dans la voile.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Yves Lautrou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Yves Lautrou est journaliste à l'Express. Il est l'auteur du livre Le roman du Vendée Globe (Grasset, 2004) et tient le blog Au large, spécialisé dans la voile.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le coup d'envoi du 7e Vendée Globe, course autour du monde à la voile en solitaire et sans escale, a lieu ce samedi. Qu'est ce qui fait de cette course sans assistance un parcours mythique ?

Atlantico : Quelles sont selon vous les caractéristiques du Vendée Globe qui en font une course de référence pour tous les passionnées de voile ?

Pierre-Yves Lautrou : Sa première caractéristique, c’est sa simplicité. Vous partez d’un endroit, les Sables d'Olonne, vous arrivez au même endroit, les Sables d'Olonne, et vous avez fait le tour du monde. Il n’y a pas plus simple à comprendre. C’est presque minéral, il y a une sorte de pureté et de romantisme dans ce parcours.

Vous ne faites pas une transatlantique, vous ne faites pas une traversée de la Manche, vous ne faites pas le tour de la Bretagne, vous faites le tour du monde. C’est chargé de symboles, c’est extrêmement romantique, et c’est extrêmement simple : un seul homme, un seul bateau. C’est pour ces raisons que la course fonctionne. Il y a énormément de poésie et d’émotion à voir un homme rentrer du tour du monde. J’ai suivi deux arrivées, et je peux vous assurer qu’il est très émouvant de voir arriver sur la ligne d’horizon, dans la nuit, un homme qui a fait le tour du monde, qui ne s’est pas arrêté et qui a fait le tour de la planète.

Il n’existe donc pas d’équivalents ? N’y a-t-il pas d’autres courses au principe aussi simple ?

Non, il n’y en a pas. Les autres courses sont soit avec escale, soit en équipage, soit contre la montre. Celle-ci a une pureté originelle, qui réunit tout le monde. Elle plait à la fois aux marins et aux spécialistes, pour lesquels elle représente l’exploit le plus sublime que l’on puisse accomplir. Mais elle plait aussi au grand public, pour lequel la course est très facile à comprendre et les règles faciles à appréhender.

Historiquement, cet engouement a-t-il toujours existé ? Ou y a-t-il eu un tournant à partir duquel le Vendée Globe s’est imposé comme référence ?

Dès la première course en 1989, le départ était chargé d’émotion et de symboles. On l’oublie beaucoup, mais lorsqu’ils sont partis, personne ne savait s’ils reviendraient. Très peu de gens avaient déjà fait le tour du monde sans escale. Il faut imaginer qu’il doit y avoir seulement une cinquantaine de marins qui ont terminé le Vendée Globe, c’est-à-dire à avoir réussi à faire le tour du monde à la voile, sans escale et en solitaire, que ce soit dans le cadre du Vendée Globe ou non.

C’est très peu. On compare souvent le Vendée Globe à l’ascension de l’Everest, puisque la course est surnommée « l’Everest de la mer ». Mais il y a plus de gens qui ont accompli l’ascension du Mont Everest que de gens qui ont fait le Vendée Globe, et je crois même avoir lu sur un site anglais qu’il y a plus de personnes qui sont allées dans l’espace de que personnes qui ont terminé le Vendée Globe.

Le calcul n’est pas compliqué à faire : en moyenne, une vingtaine de concurrents participent chaque année au Vendée Globe, et en moyenne la moitié termine la course. La course est extrêmement difficile : peu de gens la finissent, et peu de gens la font. Cette course est donc exceptionnelle depuis le début.

On sait que le Vendée Globe est propice aux évènements imprévus et aux aventures théâtrales et héroïques, comme le cas de Bertrand de Broc qui a du se recoudre la langue lui-même. Le fait d’être une course sans assistance ajoute-t-il une dimension particulière, de l’ordre de l’exploit ?

Absolument. Les marins sont en autonomie complète, dans des mers éloignées et inaccessibles, sans compter l’acharnement des marins à vouloir finir à tout prix, bien qu’ils ne puissent pas toujours. Durant la course, les participants ne sont plus uniquement marins. Lorsque Bertrand de Broc se recoud la langue, il n’a pas le choix : de toute façon, aucun médecin ne peut venir le chercher.

La course a-t-elle des concurrentes ? Ou jamais aucune course n’a été en situation de la détrôner ?

En termes d’engouement public, la route de rhum se range dans la même catégorie, mais elle dure beaucoup plus longtemps. La Route du Rhum  a aussi 10 ans de plus, elle a donc l’ancienneté pour elle. Mais elle ne provoque pas la même émotion, au sens littéral du terme. Même pour un journaliste ou un marin aguerri, venir sur le ponton du Vendée Globe ce matin, cela prend aux tripes. La route du Rhum attire a peu près de même volume de public, au-delà du million de personnes, mais il s’agit, entre guillemets « simplement une transatlantique en solitaire », et elle génère donc moins d’émotion que le Vendée Globe.

Sera-t-il possible un jour d’inventer un principe plus pur que celui du Vendée Globe, ou la course restera-t-elle leader longtemps ?

Cela me parait compliqué de la détrôner. On a commencé par faire des tours du monde en équipage avec escale, puis des tours du monde en solitaire avec escale, puis en équipage et sans escale, et enfin en solitaire, sans assistance, et sans escale. Maintenant, il ne reste plus vraiment de défis à relever, à part peut-être faire deux fois le tour du monde ! Mais cela n’aura pas beaucoup de sens… On ne pourrait ajouter des contraintes qu’en termes de quantité.

Avec le Vendée Globe, on a atteint le sommet de la contrainte. Le parallèle avec l’Everest fonctionne ici. Il est impossible de grimper plus haut que l’Everest, on peut seulement le faire deux fois de suite… Ce qui est incroyable, c’est que la fascination persiste année après année, le succès persiste. Je suis en ce moment même aux Sables d'Olonne  dans une salle de presse pleine à craquer. On pourrait penser que le public et les médias s’habitueraient, mais non.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
rafoudol
- 10/11/2012 - 14:43
des aventuriers
ça reste des aventuriers modernes ! ils font rêver les gens !