En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 2 min 25 sec
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 2 heures 9 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 3 heures 59 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 5 heures 10 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Economie
Crise de défiance

Casse-tête de la reprise : les entreprises face à la destruction de confiance massive générée par les pouvoirs publics

il y a 8 heures 18 min
décryptage > France
Chute libre

Apocalypse zéro, suite : les fausses prédictions sur le chaos dans les banlieues plus démenties que jamais

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 20 heures 5 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 27 min 13 sec
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 3 heures 5 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 6 heures 27 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Europe
Avenir de l'Union européenne

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

il y a 8 heures 37 min
décryptage > International
Leçons de la crise sanitaire

Et si Trump avait raison sur la Chine

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 19 heures 41 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 20 heures 30 min
© Reuters
Seuls une cinquantaine de marins sont parvenus à terminer le Vendée Globe.
© Reuters
Seuls une cinquantaine de marins sont parvenus à terminer le Vendée Globe.
Mythique

Vendée Globe : pourquoi "l'Everest de la mer" est et restera une institution

Publié le 10 novembre 2012
Le coup d'envoi du 7e Vendée Globe, course autour du monde à la voile en solitaire et sans escale, a lieu ce samedi. Qu'est ce qui fait de cette course sans assistance un parcours mythique ?
Pierre-Yves Lautrou est journaliste à l'Express. Il est l'auteur du livre Le roman du Vendée Globe (Grasset, 2004) et tient le blog Au large, spécialisé dans la voile.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Yves Lautrou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Yves Lautrou est journaliste à l'Express. Il est l'auteur du livre Le roman du Vendée Globe (Grasset, 2004) et tient le blog Au large, spécialisé dans la voile.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le coup d'envoi du 7e Vendée Globe, course autour du monde à la voile en solitaire et sans escale, a lieu ce samedi. Qu'est ce qui fait de cette course sans assistance un parcours mythique ?

Atlantico : Quelles sont selon vous les caractéristiques du Vendée Globe qui en font une course de référence pour tous les passionnées de voile ?

Pierre-Yves Lautrou : Sa première caractéristique, c’est sa simplicité. Vous partez d’un endroit, les Sables d'Olonne, vous arrivez au même endroit, les Sables d'Olonne, et vous avez fait le tour du monde. Il n’y a pas plus simple à comprendre. C’est presque minéral, il y a une sorte de pureté et de romantisme dans ce parcours.

Vous ne faites pas une transatlantique, vous ne faites pas une traversée de la Manche, vous ne faites pas le tour de la Bretagne, vous faites le tour du monde. C’est chargé de symboles, c’est extrêmement romantique, et c’est extrêmement simple : un seul homme, un seul bateau. C’est pour ces raisons que la course fonctionne. Il y a énormément de poésie et d’émotion à voir un homme rentrer du tour du monde. J’ai suivi deux arrivées, et je peux vous assurer qu’il est très émouvant de voir arriver sur la ligne d’horizon, dans la nuit, un homme qui a fait le tour du monde, qui ne s’est pas arrêté et qui a fait le tour de la planète.

Il n’existe donc pas d’équivalents ? N’y a-t-il pas d’autres courses au principe aussi simple ?

Non, il n’y en a pas. Les autres courses sont soit avec escale, soit en équipage, soit contre la montre. Celle-ci a une pureté originelle, qui réunit tout le monde. Elle plait à la fois aux marins et aux spécialistes, pour lesquels elle représente l’exploit le plus sublime que l’on puisse accomplir. Mais elle plait aussi au grand public, pour lequel la course est très facile à comprendre et les règles faciles à appréhender.

Historiquement, cet engouement a-t-il toujours existé ? Ou y a-t-il eu un tournant à partir duquel le Vendée Globe s’est imposé comme référence ?

Dès la première course en 1989, le départ était chargé d’émotion et de symboles. On l’oublie beaucoup, mais lorsqu’ils sont partis, personne ne savait s’ils reviendraient. Très peu de gens avaient déjà fait le tour du monde sans escale. Il faut imaginer qu’il doit y avoir seulement une cinquantaine de marins qui ont terminé le Vendée Globe, c’est-à-dire à avoir réussi à faire le tour du monde à la voile, sans escale et en solitaire, que ce soit dans le cadre du Vendée Globe ou non.

C’est très peu. On compare souvent le Vendée Globe à l’ascension de l’Everest, puisque la course est surnommée « l’Everest de la mer ». Mais il y a plus de gens qui ont accompli l’ascension du Mont Everest que de gens qui ont fait le Vendée Globe, et je crois même avoir lu sur un site anglais qu’il y a plus de personnes qui sont allées dans l’espace de que personnes qui ont terminé le Vendée Globe.

Le calcul n’est pas compliqué à faire : en moyenne, une vingtaine de concurrents participent chaque année au Vendée Globe, et en moyenne la moitié termine la course. La course est extrêmement difficile : peu de gens la finissent, et peu de gens la font. Cette course est donc exceptionnelle depuis le début.

On sait que le Vendée Globe est propice aux évènements imprévus et aux aventures théâtrales et héroïques, comme le cas de Bertrand de Broc qui a du se recoudre la langue lui-même. Le fait d’être une course sans assistance ajoute-t-il une dimension particulière, de l’ordre de l’exploit ?

Absolument. Les marins sont en autonomie complète, dans des mers éloignées et inaccessibles, sans compter l’acharnement des marins à vouloir finir à tout prix, bien qu’ils ne puissent pas toujours. Durant la course, les participants ne sont plus uniquement marins. Lorsque Bertrand de Broc se recoud la langue, il n’a pas le choix : de toute façon, aucun médecin ne peut venir le chercher.

La course a-t-elle des concurrentes ? Ou jamais aucune course n’a été en situation de la détrôner ?

En termes d’engouement public, la route de rhum se range dans la même catégorie, mais elle dure beaucoup plus longtemps. La Route du Rhum  a aussi 10 ans de plus, elle a donc l’ancienneté pour elle. Mais elle ne provoque pas la même émotion, au sens littéral du terme. Même pour un journaliste ou un marin aguerri, venir sur le ponton du Vendée Globe ce matin, cela prend aux tripes. La route du Rhum attire a peu près de même volume de public, au-delà du million de personnes, mais il s’agit, entre guillemets « simplement une transatlantique en solitaire », et elle génère donc moins d’émotion que le Vendée Globe.

Sera-t-il possible un jour d’inventer un principe plus pur que celui du Vendée Globe, ou la course restera-t-elle leader longtemps ?

Cela me parait compliqué de la détrôner. On a commencé par faire des tours du monde en équipage avec escale, puis des tours du monde en solitaire avec escale, puis en équipage et sans escale, et enfin en solitaire, sans assistance, et sans escale. Maintenant, il ne reste plus vraiment de défis à relever, à part peut-être faire deux fois le tour du monde ! Mais cela n’aura pas beaucoup de sens… On ne pourrait ajouter des contraintes qu’en termes de quantité.

Avec le Vendée Globe, on a atteint le sommet de la contrainte. Le parallèle avec l’Everest fonctionne ici. Il est impossible de grimper plus haut que l’Everest, on peut seulement le faire deux fois de suite… Ce qui est incroyable, c’est que la fascination persiste année après année, le succès persiste. Je suis en ce moment même aux Sables d'Olonne  dans une salle de presse pleine à craquer. On pourrait penser que le public et les médias s’habitueraient, mais non.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
rafoudol
- 10/11/2012 - 14:43
des aventuriers
ça reste des aventuriers modernes ! ils font rêver les gens !