En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 4 heures 54 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 5 heures 38 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 8 heures 6 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 8 heures 50 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 9 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 10 heures 57 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 11 heures 20 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 11 heures 55 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 12 heures 13 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 5 heures 19 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 6 heures 48 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 8 heures 21 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 9 heures 18 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 11 heures 26 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 11 heures 47 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 12 heures 5 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 12 heures 17 min
© Reuters
Le projet de loi du gouvernement sur le mariage homosexuel prévoit aussi d'ouvrir le droit à l'adoption pour les couples de même sexe.
© Reuters
Le projet de loi du gouvernement sur le mariage homosexuel prévoit aussi d'ouvrir le droit à l'adoption pour les couples de même sexe.
Oubliés

Mariage homosexuel : il faut aussi écouter les adoptés sur les questions de filiation

Publié le 09 novembre 2012
La grande question soulevée par le projet du "mariage pour tous" et de l'homoparentalité est celle de l'enfant. Quelle est la place de l'enfant dans la famille ? L'enfant est-il un droit que tout le monde aurait ?
Charles Vaugirard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles Vaugirard est un blogueur masqué, catholique et heureux de l'être.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La grande question soulevée par le projet du "mariage pour tous" et de l'homoparentalité est celle de l'enfant. Quelle est la place de l'enfant dans la famille ? L'enfant est-il un droit que tout le monde aurait ?

Le gouvernement semble déterminé à faire voter le projet de loi sur le mariage pour tous et l’homoparentalité sans organiser de débat national. Malgré un ajournement du débat parlementaire à janvier 2013, nous ne voyons pas venir de grand débat national, d’états-généraux de la famille traitant de la question essentielle de l’enfant adopté, ou procréé avec assistance médicale, au sein d’un couple homosexuel marié.

Il s’agit d’un fâcheux oubli, parce qu’une telle démarche ne peut pas faire l’impasse d’un débat national à cause de la loi de 2011 sur la bioéthique, mais aussi en raison des promesses du candidat Hollande de respecter les corps intermédiaires.

L’article 46 de la loi de 2011 dispose : « tout projet de réforme sur les problèmes éthiques et les questions de société soulevés par les progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé doit être précédé d’un débat public sous la forme d’états généraux. » Le texte est clair, la situation aussi : un projet sur l’accès à la procréation médicalement assistée (PMA)  pour les couples homosexuels, comme l’a annoncé Jean-Marc Ayrault, doit impérativement faire l’objet d’états-généraux.

Evidemment, de tels états-généraux ne sauraient se contenter de traiter de la PMA. Tout le reste du projet a des répercussions éthiques : le mariage ouvert aux couples de même sexe implique aussi l’adoption avec tout son questionnement sur la filiation, mais aussi la gestation pour autrui (GPA), officiellement exclue du projet Ayrault, mais demandée par divers groupes LGBT. Soyons logiques : si les couples de lesbiennes ont droit à la PMA, alors les couples gays seront discriminés et ils ne manqueront pas de demander la GPA… Pure logique : pourquoi un type de couple aurait droit à la PMA et pas l’autre ? Alors le législateur sera confronté à une grave question éthique liée à la marchandisation du corps de la femme.

Une telle question se doit d’être étudiée dans ces états-généraux. Mais surtout, la grande question soulevée par le projet du mariage pour tous et de l’homoparentalité est celle de l’enfant. Quelle est la place de l’enfant dans la famille ? Est-il l’objet d’un projet parental, d’un désir de parentalité ? L’enfant est-il un droit que tout le monde aurait ?

La possibilité d’avoir un enfant est-elle un nouveau droit de l’Homme, le « droit à l’enfant », pour toutes les formes de couples ? Ainsi, les couples non-procréatifs par nature (et non suite à un problème médical, comme les couples hétérosexuels stériles), que sont les couples homos, pourront-ils tout de même donner la vie à grand renforts de prouesses biotechnologiques ? Une telle innovation n’est pas souhaitable. De nombreux pédopsychiatres, psychanalystes et autres professionnels de l’enfance émettent de très grandes réserves devant ce projet.

Ce court reportage vidéo nous présente très bien l’avis de spécialistes de l’enfance.

Comme nous le voyons dans cette vidéo, des spécialistes de l’enfance signalent qu’un enfant a besoin de ses deux parents, de sexes différents, pour se construire. La psychologie de l’enfant se fonde sur l’altérité et aussi sur la filiation biologique. Des représentants d’associations d’adoptés s’interrogent devant le projet du gouvernement : « Comment décider d’une telle condition d’adoption sans prendre en compte les adoptés ? » Ils insistent sur le fait qu’il n’existe pas de « droit à l’enfant » et qu’au contraire c’est l’enfant qui a le droit d’avoir une famille, un père et une mère. Nous voyons là un grand changement dans le droit de la famille. Le journaliste de KTO conclut : « Loin d’être un simple ajustement des droits, c’est en fait une véritable révolution anthropologique qui se profile dans ce projet qui veut dissocier la filiation de l’altérité sexuelle. »

La filiation est au cœur de la problématique soulevée par ce projet. Quand on connait l’énergie que dépensent les enfants adoptés pour retrouver leurs origines, nous ne pouvons pas nous permettre de prendre la filiation à la légère. Savoir d’où nous venons est une question essentielle. Même lorsqu’un enfant a des parents adoptifs exemplaires, il garde cette souffrance d’être coupé de ses origines. Le docteur Pierre Lévy-Soussan [1] dit très bien que l’enfant adopté ne peut s’intégrer à sa nouvelle famille que s’il est en mesure de dire « j’aurais pu naître dans ce couple-là ». Chose impossible dans un couple homosexuel car il n’est pas en mesure de procréer.

La situation est encore plus épineuse pour l’enfant conçu par PMA car il descendra toujours d’au moins une tierce personne extérieure au couple et inconnue de l’enfant. Le psychanalyste Jean-Pierre Winter le dit clairement : « J’ai de fortes réticences appuyées sur mon expérience de soignant. En effet, que l’on passe par une fécondation artificielle – comme si le spermatozoïde était un organe comme un autre – ou par une mère porteuse – qui va disparaître de la filiation -, on aboutit à un « bricolage généalogique ». Avec une conséquence essentielle : ces enfants se posent en permanence des questions sans réponse, ce qui leur crée de graves difficultés lorsqu’ils veulent fonder leur propre famille. Concernant l’adoption, il faut être conscient que si on admet, par la loi, ce qui était jusqu’à présent accidentel (un père mort, une mère folle…), on généralise l’exceptionnel, on coupe sciemment – et légalement – un enfant de ses origines. Il s’agit d’une mutation anthropologique majeure.[2] »

Le droit pour l’enfant de connaitre ses parents et d’être élevé par eux est reconnu par l’article 7.1 de la Convention internationale des Droits de l’enfant de 1989, ratifiée par la France en 1990 : «  L’enfant est enregistré aussitôt sa naissance et a dès celle-ci le droit à un nom, le droit d’acquérir une nationalité et, dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et d’être élevé par eux. » Etre élevé par ses parents, s’inscrire dans une filiation est donc un droit fondamental consacré par le droit international.

La remise en question des droits de l’enfant à fait réagir des juristes. Le juge Jean-Pierre Rosenczveig est de ceux-là. Juge des enfants depuis 1974, il n’a jamais caché ses convictions de gauche, et il est fréquemment consulté par la presse sur les questions touchant à la jeunesse. Sur son blog, il n’hésite pas à dire : « Reste que dans ce débat, tel qu’il est ou tel qu’il est annoncé, on s’inscrit plus que jamais dans un débat d’adultes. Nullement dans la prise en compte des besoins de l’enfant né ou à naître. On peut même en arriver à présenter implicitement l’enfant comme un objet de désir, voire comme un produit qu’on fabriquerait à la demande pour satisfaire des besoins identitaires. Quelle régression ! » En effet, nous passerions d’un droit de la famille centré sur l’enfant à un droit centré sur l’adulte et son désir d’avoir un enfant. Or quel est le plus important ? La satisfaction d’un désir de parentalité ou la réponse au bien de l’enfant ? Evidemment le bien de l’enfant, c’est-à-dire lui permettre de se construire dans l’altérité, avec un père et une mère, et de se retrouver dans une filiation.

Mais est-ce si évident pour le gouvernement actuel ? Nous pouvons nous le demander quand nous voyons l’attitude de cet exécutif qui refuse tout débat. Certains affirment que les Français se sont déjà exprimés en ayant voté pour François Hollande le 6 mai. Non, ce n’est pas le cas puisque les élections présidentielles élisent un homme et non la totalité de son programme. Nous connaissons tous des électeurs de gauche qui sont contre ce projet, par exemple le député PS Bernard Poignant, proche du Président, qui émet de très grandes réserves et qui exprime un profond bon sens en disant : « Quel que soit le sort définitif de la loi, il faut donc que chaque enfant puisse savoir qu’il est issu de père et mère. Si le mariage se conclut entre personnes de même sexe, le livret de famille ne peut pas ignorer ce fait de base. Un enfant adopté est souvent un enfant abandonné par son père et sa mère. Il se trouve généralement dans un orphelinat. Il vient souvent d’un pays lointain. Il ne peut pas être privé de connaitre son origine. De plus, mais les avis divergent sur ce point, on peut considérer qu’un enfant doit se forger dans l’altérité des deux genres, masculin et féminin. Mais tout progressiste dans ce dossier doit d’abord penser à l’enfant. » Oui, penser à l’enfant, ou plutôt le laisser au centre du droit de la famille, ce qui est sérieusement remis en question par le projet de loi.

Le maire PS de Bourg-en-Bresse, Jean-François Debat, est quant-à-lui clairement contre le projet de loi : « Au nom même de l’égalité des droits, je pose la question : pourquoi un enfant, au motif qu’il est adopté, se verrait-il privé du droit d’avoir lui aussi un papa et une maman ? A mes yeux, l’aspiration d’adultes à être parents ne justifie pas cette atteinte aux droits de l’enfant. »

De nombreuses voix s’élèvent contre ce projet. Des professionnels de l’enfance, des associations d’enfants adoptés, des pédopsychiatres, des maires (plus de 12 000, soit plus d’un tiers des maires de France), des parlementaires, le syndicat des notaires et des responsables religieux catholiques, protestants, juifs et musulmans. Bref, de nombreux corps intermédiaires directement concernés par le mariage et la filiation manifestent leur désaccord.

Le Président de la République a maintes fois reproché à son prédécesseur de ne pas tenir compte de l’avis des corps intermédiaires, de ne pas les consulter. Dans Le Monde du 2 mars dernier, il est mentionné que François Hollande n’a pas manqué de rappeler que le Président « ne peut pas réussir seul, décider de tout, sur tout, partout, pour tous »tout en disant que le Président « aura besoin des corps intermédiaires ». Il nous donne même une définition de ces « corps » : « Ça veut dire quoi les corps intermédiaires ? Ça veut dire tout simplement les citoyens qui s’organisent. » Il a ainsi qualifié de corps intermédiaires les « associations », « mouvements mutualistes », « collectivités locales, syndicats, organisations professionnelles ». » Définition très vaste, qui convient très bien aux  organisations s’opposant au mariage pour tous.

Dans ses célèbres anaphores lancées durant le débat l’opposant à Nicolas Sarkozy, il a même dit : « Moi président de la République, j’engagerai de grands débats. » Mais qu’attendez-vous pour les engager Monsieur le Président ? Auriez-vous oublié cette pertinente promesse et cette belle vision d’un gouvernement à l’écoute des corps intermédiaires ?

Le projet de mariage pour tous est une révolution en matière de droit de la famille : elle sera celle du « droit à l’enfant ». Peut-on concevoir qu’une telle nouveauté puisse voir le jour sans que les corps intermédiaires soient consultés ? Peut-on imaginer qu’un choix aussi fondamental ne soit qu’une promesse électorale parmi d’autres ? Non, et la loi de bioéthique de 2011 encadre une telle situation en imposant un grand débat national pour de tels enjeux. François Hollande qui a dit « Moi président de la République, je ferai en sorte que mon comportement soit en chaque instant exemplaire » aurait en effet un comportement exemplaire en rappelant à son gouvernement de respecter les dispositions de la loi de 2011.


[1] Pédopsychiatre, spécialiste de l’adoption et auteur du livre Destins de l’adoption, Fayard.

[2] L’Express n° 3196 du 3 au 9 octobre 2012

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (119)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
VeLiVoS
- 13/11/2012 - 22:15
Greenday - 13/11/2012 - 10:25
en même temps Greenday, pourquoi ne pas réaliser un référendum quand on se dit républicain ?
Pourquoi, parmi les nombreux paradoxes que j'ai pu noter chez les pseudos favorables à ce projet de loi en entend-t-on certains dire que cela faisait partie des propositions du candidat Hollande, les mêmes qui vous expliqueront qu'il est impossible de faire un référendum sur un sujet particulier tant il est difficile d'être précis dans les questions posées ‼
→ Ne voient-ils vraiment pas ces hypocrites :
• que l'élection présidentielle n'a pas eu pour principal thème la loi en faveur du mariage pour les gays et l'adoption qui va avec,
• que le candidat Hollande n'en a, en fait, jamais parlé,
• et qu'il paraît plus difficile de voter pour un candidat dont tous les thèmes de campagne vous conviendrait que de voter “oui” ou “non” en faveur d'un sujet lors d'un référendum ?
→ quelle honte ‼ quels hypocrites que ces "démocrates" ‼
Greenday
- 13/11/2012 - 10:25
@Kettle
Et même 99,999999 % sont contre !

Quitte à raconter des âneries, autant aller jusqu'au bout...
kettle
- 13/11/2012 - 06:59
99% des francais sont contre
Un referendum s'impose